GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

3° GUERRE MONDIALE tout le monde se prépare et vous?

 

With reports that Russia is deploying its deadliest weapons to Syria, there are high chances that World War 3 is coming and Russia is among the few ones who is actually ready for it.

U.S. foreign policy is focused on only one thing: to prevent the emergence of a power or powers capable of challenging U.S. unilateral dominance across the world, according to Brazilian journalist Pepe Escobar, who wrote a piece for Sputnik News.

 

 

World War 3: la Russie est officiellement prêt et peut détruire New-York en 18 minutes
Détails
Nouvelles & Politique 02 Octobre 2016
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Avec des rapports que la Russie déploie ses armes les plus meurtrières en Syrie, il y a de fortes chances que la Seconde Guerre mondiale 3 est à venir et la Russie est parmi les rares ceux qui est en fait prêt pour cela.
la politique étrangère des Etats-Unis se concentre sur une seule chose: pour empêcher l'émergence d'un pouvoir ou des pouvoirs capables de contester la domination unilatérale des Etats-Unis à travers le monde, selon le journaliste brésilien Pepe Escobar, qui a écrit une pièce pour Sputnik Nouvelles.

Dans son article publié mardi, Escobar fait valoir que le US perd de son "Spectrum Dominance Full" en raison de l'évolution récente de la Syrie, en particulier - l'engagement militaire de la Russie dans la crise syrienne.
Washington est maintenant engagé dans une escalade Vietnam style de bottes sur le terrain à travers la Syrie et l'Irak, avec 50 commandes déjà sur le terrain dans le nord de la Syrie conseiller les GPJ Kurdes syriens, ainsi qu'un certain nombre de sunnites modérés. Mais l'auteur interprète comme non «conseiller», mais plutôt comme leur dire ce aux États-Unis veut qu'ils fassent.
 
En outre, 200 forces spéciales supplémentaires seront bientôt envoyés en Irak pour prétendument "engager dans le combat direct" contre ISIS (aka Daesh, ISIL, IS, Etat islamique), Escobar rappelle.
"Ces développements, présenté comme« efforts »à« partiellement réengager en Irak et en Syrie "sont des États-Unis mènent Pensez Tankland à stylo rapports hilarants à la recherche de" l'équilibre parfait entre l'invasion à grande échelle et le désengagement complet "- quand tout le monde sait Washington ne sera jamais se désengager de la richesse stratégique du Moyen-Orient du pétrole ", a noté l'auteur de l'article.
bénéfices américains de Turquie contre les tensions Russie
À partir d'aujourd'hui, il y a au moins quatre coalitions en Syrie, selon l'auteur: le «4 + 1» (Russie, la Syrie, l'Iran, l'Irak ainsi que le Hezbollah) - la coalition qui est en fait battre ISIS; la coalition américaine dirigée impliquant 34 pays; la collaboration militaire directe entre la Russie et la France; et la charade nouvellement créé Arabie dirigée par «islamique».
Et ces quatre coalitions rencontrent constamment un grand nombre de coalitions Salafi-jhadi et alliances de complaisance qui durent de quelques heures à quelques mois, selon Escobar.
"Et puis il y a la Turquie, qui sous le Sultan Erdogan joue un double jeu vicieux," l'auteur de l'article souligne, en disant qu'il n'y a aucun signe que les tensions escalade entre la Russie et la Turquie ralentissement.
Les tensions viennent après la Turquie - un Etat membre de l'OTAN - abattu un avion militaire russe dans l'espace aérien turc le mois dernier. L'incident a déjà été nommée la rencontre militaire la plus alarmante entre l'OTAN et les forces de la Russie dans plus de 50 ans.
"L'Empire du Chaos profite abondamment de lui comme un spectateur privilégié; aussi longtemps que la tension dure, les perspectives d'intégration en Eurasie sont entravés, "Escobar note, en se référant aux États-Unis à« l'Empire du Chaos ".
La Russie va utiliser des armes nucléaires si nécessaire
Mais la Russie est prête pour la guerre 3 mondiale, dans le cas où la Turquie provoque un: le président russe Vladimir Poutine a déjà déployé des navires et des sous-marins capables de lancer des missiles nucléaires en cas la Turquie décide de frapper les positions russes sous le couvert de l'OTAN et 5e article de l'Alliance, selon Escobar.
Mais "le président Poutine a été clair; La Russie va utiliser des armes nucléaires, si nécessaire, si les forces conventionnelles sont menacées », l'auteur rappelle, avertissant que si un État membre de l'OTAN décide de détruire encore un autre Su-24 ou Su-34, Moscou" simplement effacer l'espace aérien dans toute la frontière via le S-400s ".
Et la Turquie pourrait également attirer l'OTAN dans la guerre contre la Russie, non seulement en Syrie, mais aussi en Europe, en ordonnant l'armée attaque les positions russes turques, Escobar a écrit, avertissant que la Russie répondrait avec des armes nucléaires afin de maintenir l'utilisation stratégique russe de l'ouverture du Bosphore.
La Russie peut détruire New York en 18 minutes
Mais l'OTAN et le Pentagone sont en fait peur de se battre la Russie, car ils sont conscients de la «heavy metal énorme Russie pourrait déclencher" si Poutine est provoqué, selon Escobar. Alors, quel est si terrifiant sur les capacités militaires de la Russie?
Prenons SS-18 de la Russie, pour commencer. Le Pentagone a déjà nommé le missile «Satan», car il est capable de détruire une zone de la taille de l'État de New York. Le missile SS-18 porte 10 ogives, chacune ayant une force allant de 750 à 1000 kilotonnes, alors que certains de ces missiles ont un seul «secret» mortelle 20.000 kilotonnes ogive. Et c'est 1333 fois Hiroshima.
Topol M de ICBM de la Russie est le plus rapide missile du monde à 21 Mach (16.000 miles à l'heure), et l'OTAN n'a pas de défense contre elle. Si lancé de Moscou, le missile frappe New York City en 18 minutes, et à Los Angeles en 22,8 minutes, selon Escobar.
Pendant ce temps, S-500 système anti-missiles de la Russie
est capable de ne pas laisser les ICBM de l'ennemi et des missiles de croisière de frapper les forces de la Russie. Alors que la Russie reconnaît officiellement que les S-500s sera déployé en 2016, Escobar soupçonne que les systèmes anti-missiles peuvent être déjà opérationnels en raison du fait que les S-400 sont configurés pour être livrés à la Chine bientôt.
"Le S-500 rend le look de missiles Patriot comme un V-2 à partir de la Seconde Guerre mondiale», selon Escobar.
OTAN, avez-vous toujours envie d'aller à la guerre avec la Russie?
Et puis il y a flotte de bombardiers supersoniques de la Russie du Tupolev Tu-160s, qui peut être déployée à partir d'une partie de la Russie, survoler le pôle Nord, le feu missiles de croisière nucléaires équipés de distances de sécurité sur l'Atlantique, revenir à la Russie et de regarder l'ensemble montrer à la télévision.
Escobar prétend que la Russie peut paralyser à peu près toutes les bases de l'OTAN vers l'avant avec des armes nucléaires de petite tactique de rendement et de champ de bataille. Et compte tenu du fait que la Russie a testé les temps de réponse de l'OTAN à de multiples reprises au cours des derniers mois, Moscou est entièrement préparé pour un tel scénario.
Mais afin d'obtenir les S-400s - ou, pire, S-500s - OTAN serait d'abord dû détruire les missiles Iskander de la Russie, qui se déplacent à sept fois la vitesse du son avec une gamme de 400 km, l'auteur note, avertissement que la Russie est capable d'organiser des zones de défense "presque tous les théâtres imaginables de la guerre."
Et le positionnement des S-400 - pour ne pas mentionner les S-500s - à Kaliningrad, enclave russe entre la Lituanie et la Pologne, paralyserait toutes les opérations aériennes de l'OTAN au plus profond de l'Europe.
Escobar conclut l'article en demandant le président turc Recep Tayyip Erdogan et l'OTAN: «avez-vous toujours envie d'aller à la guerre"
beforeitsnews

 

 

 

 

In his article published on Tuesday, Escobar argues that the U.S. is losing its “Full Spectrum Dominance” due to recent developments in Syria, particularly – Russia’s military involvement in the Syrian crisis.

Washington is now engaged in a Vietnam-style escalation of boots on the ground across Syria and Iraq, with 50 commands already on the ground in northern Syria advising the YPG Syrian Kurds as well as a number of moderate Sunnis. But the author interprets it as not “advising,” but rather as telling them what the U.S. wants them to do.

 

Moreover, additional 200 Special Forces will soon be sent to Iraq to allegedly “engage in direct combat” against ISIS (aka Daesh, ISIL, IS, Islamic State), Escobar reminds.

“These developments, billed as “efforts” to “partially re-engage in Iraq and Syria” are leading US Think Tankland to pen hilarious reports in search of “the perfect balance between wide-scale invasion and complete disengagement” – when everyone knows Washington will never disengage from the Middle East’s strategic oil wealth,” the author of the article noted.

U.S. profits from Turkey vs Russia tensions

As of today, there are at least four coalitions in Syria, according to the author: the “4+1” (Russia, Syria, Iran, Iraq plus Hezbollah) – the coalition that is actually fighting ISIS; the U.S.-led coalition involving 34 countries; the direct military collaboration between Russia and France; and the newly-created Saudi-led “Islamic” charade.

And these four coalitions constantly encounter a great number of Salafi-jhadi coalitions and alliances of convenience that last from a few hours to a few months, according to Escobar.

“And then there’s Turkey, which under Sultan Erdogan plays a vicious double game,” the author of the article notes, saying that there are no signs that the escalated tensions between Russia and Turkey are abating.

The tensions come after Turkey – a NATO member state – shot down a Russian warplane in Turkish airspace last month. The incident has already been named the most alarming military encounter between NATO and Russia’s forces in over 50 years.

“The Empire of Chaos lavishly profits from it as a privileged spectator; as long as the tension lasts, prospects of Eurasia integration are hampered,” Escobar notes, referring to the United States as to “the Empire of Chaos.”

Russia will use nuclear weapons if necessary

But Russia is prepared for World War 3, in case Turkey provokes one: Russian President Vladimir Putin has already deployed ships and submarines capable of launching nuclear missiles in case Turkey decides to strike Russian positions under the cover of NATO and the Alliance’s 5th Article, according to Escobar.

But “President Putin has been clear; Russia will use nuclear weapons if necessary if conventional forces are threatened,” the author reminds, warning that if any NATO member state decides to destroy yet another Su-24, or Su-34, Moscow will “simply clear the airspace all across the border via the S-400s.”

And Turkey could also draw NATO into war against Russia not only in Syria but also in Europe by ordering the Turkish Army attack Russian positions, Escobar wrote, warning that Russia would respond with nuclear weapons to keep Russian strategic use of the Bosphorus open.

Russia can destroy New York in 18 minutes

But NATO and the Pentagon are actually terrified to fight Russia, since they are aware of the “tremendous heavy metal Russia may unleash” if Putin is provoked, according to Escobar. So what’s so terrifying about Russia’s military capabilities?

Let’s take Russia’s SS-18, for starters. The Pentagon has already named the missile ‘Satan’, because it is capable of destroying an area the size of the New York state. The SS-18 missile carries 10 warheads, each having a force ranging from 750 to 1000 kiloton, while some of these missiles have a single ‘secret’ deadly 20,000 kiloton warhead. And that’s 1333 times Hiroshima.

Russia’s Topol M ICBM is the world’s fastest missile at 21 Mach (16,000 miles an hour), and NATO has no defense against it. If launched from Moscow, the missile hits New York City in 18 minutes, and Los Angeles in 22.8 minutes, according to Escobar.

Meanwhile, Russia’s S-500 anti-missile system

is capable of not letting enemy’s ICBMs and cruise missiles from striking Russia’s forces. While Russia officially admits that the S-500s will be rolled out in 2016, Escobar suspects that the anti-missile systems may be already operational due to the fact that the S-400s are set to be delivered to China soon.

“The S-500 makes the Patriot missile look like a V-2 from WWII,” according to Escobar.

NATO, do you still wanna go to war with Russia?

And then there’s Russia’s supersonic bomber fleet of Tupolev Tu-160s, which can be deployed from any part of Russia, fly over the North Pole, fire nuclear-equipped cruise missiles from safe distances over the Atlantic, return back to Russia and watch the whole show on TV.

Escobar claims that Russia can cripple pretty much every forward NATO base with tactical and battlefield small-yield nuclear weapons. And given the fact that Russia has tested NATO response times on multiple occasions over the past few months, Moscow is fully prepared for such a scenario.

But in order to get to the S-400s – or, worse, S-500s – NATO would first had to destroy Russia’s Iskander missiles, which travel at seven times the speed of sound with a range of 400 km, the author notes, warning that Russia is capable of arranging defense zones in “nearly every conceivable theater of war.”

And positioning the S-400s – not to mention the S-500s – in Kaliningrad, Russia’s enclave between Lithuania and Poland, would cripple all NATO air operations deep inside Europe.

Escobar concludes the article by asking Turkish President Recep Tayyip Erdogan and NATO: “do you still wanna go to war?”

beforeitsnews

 



04/10/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 135 autres membres