GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

Entités Interdimensionnelles qui nous manipulent et se nourrissent de nos énergies

Entités Interdimensionnelles qui nous manipulent et se nourrissent de nos énergies!

 

Flyers, Archontes, Reptiliens ou Corps de souffrances, nous avons le pouvoir de nous libérer par la Tenségrité

Les Flyers, les parasites, les entités, les reptiliens… Nous sommes squattés …?!

Flyers et parasites chez Castaneda

Carlos Castanéda affirmait que les êtres humains sont les otages d’un groupe d’entités cosmiques qui se dédient à la prédation et que les sorciers appellent « les Flyers »
Il déclara que ce sujet avait été tenu secret par les anciens voyants, mais que suite à un présage, il avait décidé qu’il était temps de le révéler. Ce présage était une photographie que son ami Tony, un chrétien bouddhiste, avait prise. Sur cette photo apparaissait nettement l’image d’un être obscur et menaçant, flottant au-dessus d’une multitude de fidèles réunis sur le site des pyramides de Teotihuacan…

Lorsque j’en eus l’opportunité, je lui demandai de m’en dire un plus à propos des « Flyers », et il me raconta l’un des aspects les plus terrifiants du monde de don Juan : nous sommes prisonniers d’êtres venus des confins de l’Univers, qui nous utilisent comme nous utilisons des poulets.

Carlos expliqua :

« La portion de l’Univers qui nous est accessible est le champ opérationnel de deux formes de conscience radicalement différentes.

Celle qui inclut les plantes, les animaux et aussi les êtres humains, est une conscience blanchâtre, jeune et génératrice d’énergie. L’autre est une conscience infiniment plus ancienne et parasite, possédant une quantité énorme de connaissance.

En plus des hommes et des autres êtres qui habitent cette Terre, il y a dans l’Univers une immense gamme d’entités inorganiques. Elles sont présentes parmi nous, et à certains moments sont visibles. Nous les appelons fantômes ou apparitions.

L’une de ces espèces, que les voyants décrivent comme d’énormes silhouettes volantes de couleur noire, arriva un jour de la profondeur du Cosmos et rencontra une oasis de conscience sur notre planète. Elles se sont spécialisées dans la « traite » des êtres humains.

C’est incroyable ! m’exclamai-je.

Je sais, mais c’est la plus pure et la plus terrifiante vérité ! Ne t’es-tu jamais questionné sur les hauts et les bas émotionnels énergétiques des gens ? Ce sont les prédateurs qui viennent périodiquement prélever leur quota de conscience. Ils nous laissent juste ce qu’il faut pour que nous puissions continuer à vivre, et parfois même pas ça.

Que voulez-vous dire ?

Parfois ils prennent trop et la personne tombe gravement malade, et peut même en mourir.

Je n’arrivais pas à croire ce que j’entendais.

Voulez vous dire par là que nous sommes dévorés vivants ?

Carlos sourit.

Bon, ils ne nous « mangent » pas littéralement, ce qu’ils font c’est un transfert vibratoire. La conscience est énergie et ils peuvent s’aligner avec nous. Puisque par nature ils sont perpétuellement affamés et que nous, en revanche, exsudons de la lumière, le résultat de cet alignement peut être décrit comme une prédation énergétique.

Mais, pourquoi font-ils cela ?

Parce que sur le plan cosmique, l’énergie est la devise la plus forte, nous la recherchons tous, et les humains sont une race vitale, riche en aliments. Chaque chose vivante en mange une autre et c’est toujours le plus puissant qui gagne. Qui a dit que l’homme était au sommet de la chaîne alimentaire ? Cette vision ne peut venir que d’un être humain. Pour les êtres inorganiques, nous sommes des proies.

Je commentai qu’il m’était inconcevable d’accepter que des entités, même plus conscientes que nous, parviennent à un tel degré de prédation

Il répliqua :

Mais qu’est-ce que tu crois que tu fais quand tu manges une laitue ou un beefsteak ? Tu manges de la vie ! Ta sensibilité est hypocrite. Les prédateurs cosmiques ne sont ni plus ni moins cruels que nous. Lorsqu’une race plus forte en consomme une autre, inférieure, elle aide à ce que son énergie évolue. Je t’ai déjà dit que dans l’Univers il n’y avait que la guerre. Les confrontations entre êtres humains ne sont qu’un reflet de ce qui se passe là, dehors. Il est normal qu’une espèce cherche à en consommer une autre. Un guerrier ne se lamente pas à ce sujet, il essaie de survivre.

Et comment nous consomment-ils ?

Au travers de nos émotions, incessamment occasionnées par notre dialogue intérieur. Ils ont dessiné l’environnement social de telle façon que nous sommes en permanence en train de projeter des ondes d’émotions qui sont immédiatement absorbées. Ce qu’ils aiment par-dessus tout, ce sont les attaques de l’ego ; pour eux c’est une bouchée exquise. De telles émotions sont identiques en n’importe quel endroit de l’Univers où ils sont présents et ils ont appris à les métaboliser.

Certains nous consomment pour notre luxure, notre peur ou notre colère ; d’autres préfèrent les sentiments plus délicats, comme l’amour et la tendresse. Mais tous sont intéressés par la même chose. Leur voie d’attaque normale est la tête, le cœur ou le ventre, là où nous emmagasinons la plus grande partie de notre énergie.

S’attaquent-ils aussi aux animaux ?

Ces êtres utilisent tout ce qui est disponible, mais ils préfèrent la conscience organisée. Ils drainent les animaux et les plantes dans la partie de leur attention qui n’est pas trop fixée. Ils attaquent aussi la plupart des êtres inorganiques, sauf que ceux-ci les voient et les esquivent comme nous faisons avec les moustiques. Les seuls qui tombent totalement dans leur piège sont les être humains !

Comment est-il possible que tout cela se passe sans que nous ne nous en rendions compte?

Parce que nous héritons de cet échange avec ces êtres comme s’il s’agissait d’une condition génétique, et cela nous semble naturel. Lorsque quelqu’un naît, la mère l’offre en nourriture sans même s’en rendre compte, car son esprit est lui aussi contrôlé. Baptiser l’enfant, c’est comme signer un contrat. Dès ce moment, la mère s’efforce de lui inculquer des modes de conduite acceptables ; elle l’apprivoise, réduit son côté guerrier et le convertit en une brebis docile.

Lorsqu’un enfant a suffisamment d’énergie pour rejeter cette imposition, mais pas assez pour entrer sur le chemin du guerrier, il devient un rebelle ou un délinquant. L’avantage des « Flyers » provient de la différence entre nos niveaux de conscience. Ce sont des entités très vastes et puissantes ; l’idée que nous avons d’eux est équivalente à celle qu’une fourmi peut avoir d’un être humain.

Cependant leur présence est douloureuse et peut se mesurer de différentes manières. Par exemple, lorsque nous faisons face à des attaques de rationalité ou de méfiance, ou quand nous sommes tentés de violer nos propres décisions. Les fous peuvent les détecter très facilement, trop facilement dirais-je, parce qu’ils sentent physiquement comment ces êtres se posent sur leurs épaules, générant des paranoïas. Le suicide est le sceau des « Flyers », car leur esprit est potentiellement homicide.

Vous avez dit qu’il s’agissait d’un échange, mais que gagnons-nous d’un tel pillage ?

En échange de notre énergie, les « Flyers » nous ont donné notre mental, nos attachements et notre ego. Pour eux, nous ne sommes pas des esclaves mais une espèce d’ouvriers salariés. Ils accordèrent ces privilèges à une race primitive et lui donnèrent la faculté de penser, laquelle nous fit évoluer. En fait ils nous ont civilisés. Sans cela, nous serions encore cachés dans des grottes ou en train de faire des nids au sommet des arbres.

Les « Flyers » nous contrôlent au travers de nos traditions et de nos coutumes. Ils sont les maîtres de la religion, les créateurs de l’Histoire. Nous écoutons leur voix à la radio et nous lisons leurs idées dans les journaux. Ils dirigent tous nos moyens d’information et nos systèmes de croyance. Leur stratégie est magnifique. Par exemple, il exista un jour un honnête homme qui parla d’amour et de liberté ; ils le transformèrent en auto-compassion et en servilité. Ils le font avec tout le monde, même avec les Naguals. C’est pour cette raison que le travail d’un sorcier est solitaire.

Durant des millénaires, les « Flyers » ont concocté des plans pour nous collectiviser. Il y eut une époque où ils furent tellement effrontés qu’ils étaient même vus en public, et les gens en firent des représentations de pierre. Ces temps étaient obscurs, ils pullulaient partout. Mais à présent leur stratégie est devenue tellement subtile que nous ne savons même plus qu’ils existent.

Dans le passé, ils nous tenaient par notre crédulité, aujourd’hui ils y parviennent par le matérialisme. Ils sont responsables de l’ambition de l’homme moderne à ne plus penser par lui-même. Observe juste combien de temps une personne pourra tolérer le silence !

Pourquoi ont-ils changé leur stratégie ?

Parce qu’en ce moment, ils sont en train de courir un grand risque. L’humanité est en contact constamment et rapidement, et l’information peut atteindre tout le monde.

Ou ils nous remplissent la tête et nous bombardent jour et nuit de tous types de suggestions, ou certains commenceront à réaliser ce qui se passe et avertiront les autres.

Que se passerait-il si nous parvenions à repousser ces entités ?

Nous récupérerions en une semaine toute notre vitalité et nous serions à nouveau brillants ! Mais, en tant qu’êtres humains ordinaires, nous ne pouvons envisager cette possibilité parce qu’elle impliquerait que nous allions contre tout ce qui est socialement acceptable. Fort heureusement, les sorciers ont une arme redoutable : la discipline.

La rencontre avec les êtres inorganiques est graduelle. Au début nous ne les remarquons pas. Mais un apprenti commence à les voir dans ses rêves, puis à l’état de veille, chose qui peut le rendre fou s’il n’apprend pas à vivre comme un guerrier. Une fois qu’il a compris, il peut les affronter.

Les sorciers manipulent l’esprit étranger en devenant des chasseurs d’énergie. C’est à cette fin que mes cohortes et moi-même avons dessiné les exercices de tenségrité, qui ont la vertu de nous libérer de l’esprit des « Flyers ».

Ainsi, les sorciers sont des opportunistes. Ils profitent de l’impulsion qu’ils leur donnèrent et disent à leurs prédateurs : « Merci pour tout, à plus ! L’accord que vous avez fait était avec mes ancêtres, pas avec moi. » En récapitulant leur vie, ils ôtent littéralement le pain de la bouche des prédateurs.

C’est comme si nous allions au magasin après un achat pour rendre la marchandise en disant qu’il faut qu’on nous rende notre argent ! Les êtres inorganiques n’aiment pas cela mais ils ne peuvent rien y faire.

Notre avantage est que nous sommes remplaçables, il y a plein de nourriture partout !

Un état d’être d’alerte totale, qui n’est pas autre chose que la discipline, crée des conditions telles dans notre attention que nous cessons d’être savoureux pour ces êtres. Et dans ce cas, ils font demi-tour et nous laissent en paix.. »

Extrait de « Rencontres avec le Nagual » (Conversations avec Carlos Castaneda d’ Armando Torres)

Source : http://www.newsoftomorrow.org/

Peinture aborigène

Aliens, planeurs, clones et reptiliens

le parasitisme extraterrestre ou le syndrome de la possession

Nous n’employons pas tout le potentiel de notre cerveau, nous affirme la science. Nous sommes des créatures imparfaites, tourmentées, aliénées, plongées dans un enfer terrestre, souligne la tradition gnostique. Et si notre aliénation ainsi que la face prédatrice de la nature, son côté fragmenté, divisé (en pôle négatif, positif etc.) étaient provoquées par une cause «extérieure», un parasitisme d’une force stupéfiante ?
Il s’agit d’une thématique fascinante et très mystérieuse qui pourrait incarner un enjeu pour le devenir de l’âme humaine. Il s’agit sans doute du sujet le plus difficile à dépeindre rationnellement.

Pourtant, depuis qu’à Karmapolis, nous avons entamé nos enquêtes sur le phénomène extraterrestre, l’histoire des religions et civilisations et des recherches sur les « anomalies et théories de la conspiration », ce thème du parasitisme et de la manipulation de l’être humain par une entité “externe” (extraterrestre ou interdimensionnelle) nous est revenu à chaque fois en plein visage.

Soyons directs : ce dossier réalisé en symbiose avec l’écrivain et chercheur américain John Lash et son site Metahistory.org se focalise sur l’idée que l’être humain n’est pas “lui-même”, que sa conscience pourrait être parasitée par une entité mystérieuse venue des tréfonds du cosmos.

L’idée d’une emprise “étrangère” ou extraterrestre sur la conscience n’est pas si saugrenue.

Elle est presque aussi ancienne que notre civilisation puisque les premiers mystiques gnostiques en ont fait un thème central de leur cosmologie. On la retrouve de façon répétée dans la thématique des enlèvements extraterrestres, du « Mind Control » (contrôle du comportement et de la pensée) et du Milabs (Military Mind Control and Alien Abduction).

Des civilisations très anciennes et des traditions chamaniques et ésotériques évoquent ce concept clairement dans leurs mythes, légendes et traditions souvent orales avec leur propre bagage terminologique.
Dieu aimant ou esprit malade ?

Selon la tradition gnostique, c’est finalement l’ensemble de notre monde qui serait infecté, déconnecté de sa source créatrice et manipulé par les Archontes ces “Dieux” maudits et sombres, surgis d’une erreur et créateurs de “mondes” perdus.

Lisez par exemple l’Apostasie des Archontes ou encore l’Apocryphon de Jean, un texte du Nag Hammadi qui nous raconte une toute autre histoire sur la genèse de notre monde que celle narrée par la Bible.

Peut-être que c’est l’ensemble même de la création -hommes, animaux, plantes- qui est parasitée et “infectée” par une implantation étrangère. On nous a toujours appris que nous vivions dans un monde de merveilles, dans une nature d’une beauté harmonieuse créée par un Dieu aimant.

Nous savons pourtant que le spectacle offert par l’homme est affligeant. Regardez objectivement la nature, observez ces “superbes lois” naturelles où toutes les créatures animales et végétales vivent aux dépens les unes des autres. On appelle cela “la chaîne alimentaire” à travers laquelle les animaux les plus faibles développent des stratégies multiples fondées sur la concurrence, la peur et la faim pour survivre au carnage des grands prédateurs.

L’ensemble de la création s’articule autour de la prédation et du parasitisme.

Les comportements et les consciences sont investis par la peur et l’instinct de survie. Croyez-vous sincèrement que ce “spectacle extraordinaire” de l’homme et de la nature est le fruit d’un Dieu infiniment aimant comme la tradition judéo-chrétienne veut nous le faire croire ou plutôt généré par un esprit malade, ce que les Gnostiques ont tenté de nous démontrer avec force ?

Ce n’est ni l’homme, ni la terre «mère», ni la «matière» les composant qu’il faut remettre en cause, c’est une «implantation étrangère» qui aurait infecté notre esprit et qui manipulerait la réalité de façon à ce qu’elle devienne un enfer.

Les religions «traditionnelles» comme la religion chrétienne voudraient nous faire porter le fardeau de la culpabilité de cette infection. C’est un renversement des rôles. Une stratégie habile pour nous asservir selon certains auteurs.

Un préalable nécessaire

Dans cet article, nous évoquerons régulièrement le travail de Carlos Castaneda, un anthropologue d’origine sud-américaine qui s’était établi en Californie pour faire sa thèse sur l’usage des plantes dans une communauté indienne (recherches ethno-botaniques) de la frontière américano-mexicaine.

Au fil de ses recherches, il rencontre don Juan Matus, un étrange personnage, shaman, adepte de ce qu’il appelle la «nouvelle sorcellerie» qui va l’initier à une conception radicale et étrange de la réalité et du monde.

Dans le même ordre d’idée, nous évoquerons les connaissances des Gnostiques, des mystiques (non chrétiens !) qui, aux premiers âges de l’ère chrétienne, nous ont légué des textes incroyables dont les « évangiles du Nag Hammadi ».

Pour en savoir plus sur ces mystiques gnostiques, consultez le site en anglais de John Lash.

“Le sujet des sujets”

Un nombre croissant de chercheurs se posent les questions suivante : peut-être avons-nous tort de considérer ces soi-disant mythes de la création du cosmos avec dédain comme des “historiettes” un peu naïves contenant surtout un niveau symbolique ?!

Peut-être devrions-nous réexaminer la mythologie ancienne et les récits oraux des traditions chamaniques comme étant des témoignages de faits historiques et matériels ?!

Certains de ces récits parlent de cette « manipulation » étrangère.

Au fil de nos articles, cette possibilité d’un parasitisme nous a bousculés, taraudés mais nous hésitions à nous consacrer à ce sujet, qualifié de « sujet des sujets » par Carlos Castaneda et par John Lash. Nous étions partagés entre le rejet pur et simple de cette hypothèse et l’envie d’en savoir plus car ce sujet faisait écho à quelque chose de plus profond qui nous habitait et nous habite encore.

Pour mieux résumer cette hésitation à aborder le “sujet des sujets » ou le “cœur du sujet”, reprenons ce que Castaneda affirmait dans son livre -“Le Voyage définitif”.

Le sorcier don Juan lui apprend l’existence de ces parasites et le met en garde contre le genre de réactions que l’on peut attendre d’un être humain lorsqu’on lui parle de la possibilité que son âme est manipulée par une entité abominable: “ils réagiraient en riant et en se moquant de nous, et les plus agressifs s’énerveraient et nous tabasseraient.

Ce n’est pas qu’ils nous croiraient pas ! Il y a au tréfonds de chaque être humain une connaissance ancestrale, viscérale de l’existence des prédateurs… Tout ce que me racontait don Juan me semblait grotesque, absurde, et en même temps me semblait raisonnable, très simple. Toutes les contradictions humaines s’expliquaient… ”.

Un sujet ignoré ?

La première fois que l’on entend parler de l’existence de ces prédateurs (en lisant Castaneda par exemple) s’opère un choc ontologique, une prise de conscience brutale qui mène à une angoisse insondable. On réagit ensuite par instinct de défense et c’est le rejet total, une sorte de mépris et notre partie cynique nous distille l’idée que l’on a été stupide de s’être fait une telle peur avec de telles “inepties” sorties de la tête d’un sorcier “ givré ” dont “ on ne nous a même pas prouvé l’existence ».

Ensuite, on s’aperçoit que ce thème est récurrent, qu’il est abordé ailleurs dans d’autres recherches, par d’autres auteurs. Il y a les textes gnostiques bien sûr. Il y a aussi certains témoignages. Il y a également les traditions des shamans de différentes régions du monde qui en parlent chacune à leur manière.

Peut-être que les mystiques musulmans qui mettent en lumière les comportements des Djinns, de ces entités “démoniaques” inorganiques, ces succubes qui infiltrent et rôdent sur le côté gauche de notre corps sont de même nature que ces “planeurs” ou Flyers comme les nomme le sorcier don Juan de Castaneda.

Il y a aussi cette interview que nous avait accordée Nigel Kerner dans laquelle il nous expliquait d’où pourrait provenir notre propre esprit violent, prédateur, mesquin, avide et calculateur : il s’agirait d’un héritage qui doit remonter à l’ère Cro Magnon au moment de ce qu’il appelle les “premières interceptions génétiques” dont nos ancêtres furent les victimes. Mais nous y reviendrons plus loin.

L’existence d’entités parasitaires est donc dénoncée tant dans des textes religieux très anciens que dans des recherches, livres et études contemporaines mais ces informations ne sont pas très « médiatisées », c’est le moins qu’on puisse dire.

Ne sachant donc comment aborder le problème avec un minimum de sérieux et de légitimité, nous avons eu la chance de rencontrer John Lash, écrivain et chercheur, créateur du site métahistory.org, membre de la fondation « Marion Institute », homme d’érudition, infatigable explorateur des textes gnostiques qui a eu l’idée géniale de mettre en parallèle le savoir gnostique avec les traditions et les connaissances chamaniques.

D’ailleurs, pour lui, les Gnostiques, ces authentiques mystiques qui seraient les plus proches de ce qu’aurait du être la mystique « chrétienne » originale (avant qu’elle ne soit prise en main par les disciples et l’église) sont en réalité des shamans, de vrais shamans du Moyen-Orient comme le seraient les ayahuasceros brésiliens, les adeptes bitwis africains de l’Iboga et les shamans sibériens d’aujourd’hui.

John a éprouvé lui aussi avec force et depuis bien plus longtemps que nous cette intuition selon laquelle il convenait de mettre en relation les entités parasitaires décrites par exemple par Carlos Castaneda et son ami shaman don Juan et les Archontes, ces «démons» créateurs et “mangeurs” de mondes en perdition, nés d’une erreur, extirpés de l’ombre et du néant et dénoncés par les Evangiles Gnostiques.

En poussant les recherches plus loin, nous pouvons donc mettre en parallèle ces “flyers” de Castaneda avec les Archontes et d’autres entités reptiliennes tantôt éthériques, tantôt de chair et de sang qui sont décrites dans l’abondante littérature relative aux abductions mais aussi aux abus rituels et sataniques et au désordre de personnalités multiples (MPD).

John Lash et son site Metahistory. Org et nous-mêmes à Karmapolis avons décidé d’unir nos ressources pour donner corps à cette hypothèse selon laquelle l’âme humaine serait réellement parasitée et manipulée par une puissance mystérieuse qui se révèlerait à la fois notre malédiction mais peut-être aussi une force

Des Gris, des Drones et des Clones

John Lash, dans son étude, dresse un parallélisme entre les “planeurs” de Castaneda et les Archontes de la tradition gnostique.

Selon Castaneda, ces entités parasites qui nous ont infiltrés ont conféré à notre esprit son côté routinier, répétitif, maniaque, peureux, avide, violent, calculateur : “les prédateurs ont remplacé notre esprit par le leur qui est bizarre, incohérent, grincheux et hanté par la peur d’être percé à jour” (Carlos Castaneda, Le Voyage définitif).

Les Archontes qui ont aussi certaines de ces caractéristiques selon les textes gnostiques, ont cette obsession de rester caché et de ne pas être découvert.

Nigel Kerner que nous avons longuement interviewé en 2004 évoque, tant dans l’entretien qu’il nous a accordé que dans son livre “The Song of the Greys”, l’héritage que nous ont légué les Short Greys, les extraterrestres Gris. D’abord, Kerner les compare à des coquilles vides, des robots mais aussi des clones, des drones explorateurs qui ne sont plus que le pâle reflet complètement déconnecté de leur « Etre Premier » (Prime Being), l’entité qui les a créés il y a bien longtemps.

Par le biais de plusieurs interceptions génétiques (d’où les innombrables récits d’enlèvements extraterrestres contemporains ou plus anciens quand ils étaient perçus comme des démons et des succubes par exemple), les Gris auraient inséré dans notre patrimoine génétique des caractéristiques qui font de nous des êtres hybrides, mélange d’homme et de Gris.

L’interception aurait concerné principalement l’espèce Cro-Magnon et sa descendance indo-européenne, c’est à dire l’homme blanc occidental. Ce dernier montre, selon Kerner, une plus grande propension que d’autres “familles” ethniques humaines (le concept de race est une hérésie en biologie) à des comportements agressifs, territoriaux, impérialistes, froids, calculateurs, vivant toujours dans la crainte d’une agression, d’une menace.

Ce sont ces traits de caractère qui lui auraient donné sa force conquérante d’expansion territoriale ainsi que la doctrine de l’élimination du moins apte. Kerner y voit un programme mis au point par les Gris pour aboutir à la suprématie de l’homme blanc et à l’élimination des autres civilisations et autres traditions culturelles, sociales et mystiques plus axées sur la coopération, la compassion, l’équilibre. L’homme blanc a été créé entre autres choses pour procéder à l’élimination d’autres “expériences” menées par des Gris ou peut-être par d’autres « Etres Avancés » ou entités extraterrestres.

Reprenons ce que nous avait déclaré Nigel Kerner dans un entretien exclusif à propos des conséquences de cette interception. A l’instar de la pensée gnostique qui désigne les Archontes comme les coupables de notre aliénation existentielle ou celle de Castaneda qui accuse les planeurs du même méfait, Kerner estime qu’à cause de l’intervention des Gris, nous ne sommes plus en contact direct avec notre vrai potentiel, notre véritable conscience et surtout notre lien avec l’Etre Premier qui nous a créés : “Nous sommes piégés dans une existence physique parce que nous avons certaines « restrictions », certains traits, certaines « caractéristiques » qui reflètent chez nous un manque de compréhension de la véritable nature de la réalité.

Ces « caractéristiques » sont la haine, l’envie, l’avidité, l’agressivité etc… Ces caractéristiques sont des forces mentales d’impulsion qui séparent en parties, qui divisent au même titre que l’univers sépare, segmente en parties.

Ces caractéristiques sont des sentiments équivalents à des impulsions qui segmentent toute chose, aux forces entropiques physiques de la séparation au sein de l’univers. Donc, elles amènent de fêlures, des « empreintes de saleté » sur les « lentilles » individuelles que nous sommes à travers lesquelles la lumière de Dieu s’exprime pour briller en nous.

Ces défauts déforment, dénaturent cette « lumière » qui définit chacune de nos individualités comme des prolongements de la différence, de nos différences individuelles face à cette lumière. C’est comme cela que se définissent nos individualités au départ. L’interception extraterrestre ajoute d’autres « griffures », d’autres taches de saleté qui se révèlent être des extra à nos propres restrictions ou encore « péchés ».

Par conséquent, l’interception extraterrestre est un abus, une imposition supplémentaire qui nous est infligée” affirme Nigel Kerner . « Le but des Gris est de permettre à leurs “maîtres”, les clones, de retrouver une âme éternelle, soit un lien vers leur Etre Premier”.

Kerner ajoute au sujet de ces drones, sorte d’entité vide: “ Leur nature prédatrice est due au fait qu’ils nous perçoivent comme des sujets expérimentaux. S’ils étaient humains et qu’ils agissaient sous l’empire de la haine ou de la cruauté, alors ces émotions les conduiraient vers leur propre destruction en tant que peuple mais parce qu’il s’agit en réalité de machines capables de se générer elles-mêmes, elles peuvent continuer à poursuivre leur programme aussi longtemps que leurs proies sont des entités physiques pensantes ”.

Kerner a une pensée typiquement gnostique lorsqu’il évoque le fait que l’être humain vit dans un monde de servitudes et que le Christ, par exemple, n’est pas venu pour « racheter » nos péchés et nous sauver mais pour nous avertir d’un danger effroyable : l’existence de ces prédateurs, Archontes ou Gris.

Il affirme encore dans l’entretien: “Je suggère que nous nous accordions sur ce que le mot “damné” signifie. Le sens commun indique qu’il s’agit d’un aller simple pour l’enfer. Le livre « the song of the Greys » suggère que notre monde physique se révèle être notre véritable enfer. Notre damnation se définit par le fait que nous sommes coincés ici bas.

C’est notre propre esprit, ce sont nos propres actions qui nous lient mais on peut très raisonnablement penser que nous aurions été sans doute moins susceptibles d’avoir été piégés, coincés s’il n’y avait pas eu une influence extérieure comme les Gris.

C’est peut-être pourquoi des êtres comme Jésus seraient venu ici pour nous montrer un chemin pour libérer de notre captivité….oui, nous sommes captifs comme des animaux le sont, nous sommes « élevés » par les Gris comme des animaux. Peut-être est-il venu restaurer l’équilibre…

Dans les anciens textes du Nag Hammadi (ndtr: textes sacrés gnostiques découverts il y a une cinquantaine d’années dans la localité de Nag Hammadi), il est dit qu’il y aurait des Puissances extérieures qui auraient un intérêt dans l’humanité depuis son commencement ”.

Nous serions des êtres hybrides, envahis par une implantation étrangère.

Dans l’Apocryphon de Jean, le Christ dit clairement: “Je suis celui qui existe éternellement, celui qui est sans souillure et sans mélange”. Ces parasites, cette hybridation n’ont pas d’emprise sur lui. C’est la vraie bonne nouvelle.

La puissance du Christ des Gnostiques (ndr : qui n’aurait aucun rapport avec le Christ des chrétiens) ne parle pas de nos repentances et de nos péchés mais veut nous aider à sortir tout simplement de ce bourbier par l’illumination.

Que manque-t-il aux Archontes?

En comparant les Gris avec les Archontes, Nigel Kerner laisse sous-entendre que ces entités parasites sont comparables à des machines, des sortes de virus programmés à qui il manquerait quelque chose.

Peut-on alors comparer les Archontes et les planeurs à des sortes de machines psychiques, des virus ? Peut-être dans la mesure où il semble que les Archontes tout comme les Gris ont un problème de connexion avec le Créateur, avec l’Etre Premier, à savoir avec Sophia (selon la tradition gnostique) comme nous l’avons évoqué plus haut. Il leur manquerait quelque chose, sans doute une âme qui les relie à une éternité, à un retour à la source.

Dans la tradition gnostique, les Archontes, imbus d’eux-mêmes, se croyant seuls en « leur » Royaume ont lancé un défi à la source créatrice, défi selon lequel ils pouvaient l’égaler. Ils ont été générés dans les ténèbres, l’ignorance et la folie.

Apparemment, ces Archontes se nourrissent de nous, êtres humains. Ils veulent nous asservir. Ils nous créent et nous rejettent, nous consomment, bref, ils nous traitent comme du bétail, des sortes d’expériences, des animaux de laboratoire. Les Gris font exactement de même. Dans les ouvrages contemporains qui parlent des Gris et qui font le rapprochement avec les Reptiliens, ces extraterrestres évoluant entre notre dimension et une dimension non matérielle se nourrissent de nos émotions négatives, surtout de la peur et de la souffrance.

Dans certains cas, les abus rituels et cérémonies “sataniques” -un phénomène totalement nié par les autorités policières- seraient pratiqués selon les victimes rescapées et les thérapeutes dans le seul but de “nourrir” des entités interdimensionnelles avec nos peurs et notre souffrance.

Virus spirituel et stratégies de camouflage

John Lash souligne aussi le fait que les religions judéo-chrétiennes dont la doctrine est essentiellement patriarcale, messianique et rédemptrice (la croyance en une Apocalypse expiatoire de nos fautes et un messie sauveur) est un virus spirituel que la tradition gnostique a isolé et mis en cause. C’est sans doute l’un des principaux combats des Gnostiques.

L’auteur et chercheur Paul Von Ward, dans son livre “ God, Genes and Consciousness ” soutient cette vision des choses dans la mesure où il estime, à la lecture de nombreux textes anciens (comme les textes sumériens et le Nag Hammadi) que les religions du livres (Christianisme, Islam, religion juive) sont des sortes de séquelles de la présence et du règne sur l’humanité de ce qu’il appelle des E.A (Advanced Beings en Anglais ou AB’s) ou Etres Avancés.

Ces E.A, pour des raisons de pur opportunisme, nous ont légué une tradition hyper centralisée de culte entièrement patriarcal, fondé sur la conception que l’homme est coupable d’une faute originelle.

Selon Von Ward, même nos modes de gouvernement ont été influencés par ce genre de conception qui, dans les pires exemples, aboutissent aux dictatures et aux cultes de la personnalité (ex : on vénérait Hitler, Staline ou Kim Il Sung comme des Dieux). Von Ward appelle cela le “supernaturalisme” ou « culte du surnaturel, une “réalité” dans laquelle tout ce qui est “magique” n’existe pas mais où paradoxalement, on vénère une divinité suprême déconnectée, non présente, qui ne se manifeste pas physiquement, par exemple par des “miracles”, des actions spectaculaires et des preuves “magiques” mais que l’on est bien contraint de vénérer et croire.

Le surnaturel, la magie ne vivent que dans les récits, les évangiles, les textes sacrés. Ce « supernaturalisme » amène l’homme à une sorte de schyzophrénie où toute forme de “magie”, d’ésotérisme est bannie et en même temps avidement recherchée (magie cachée ou occultisme).

Dans une telle doctrine, il est bien entendu impensable que Dieu ou “les Dieux” puissent être des entités extraterrestres dotées d’une technologie très sophistiquée capables de prouesses que nous prendrions pour des “miracles” d’ordre divin.

La Divinité doit conserver son aspect impalpable, intouchable, inconcevable, distant et en même temps présent dans tous les aspects de la vie de l’homme. Le Dieu « immatériel » version anthropocentriste par excellence. Dans une telle conception d’un réel “supernaturaliste” ou surnaturel, l’idée du parasitisme exercé par des entités immatérielles ou plus “avancées” sur certains plans ne peut exister et est inconcevable.

En poursuivant le raisonnement de Von Ward sur les religions et les E.A, nous pourrions alors nous dire que ce « supernaturalisme » (ou conception du surnaturel) serait une habile stratégie mise au point par les E.A, ces « Dieux » de l’Antiquité, pour nous pousser à nier l’existence de ce parasitisme. Von Ward désigne les lignées Annunaki, ces entités extraterrestres hyper dominatrice, qui auraient fondé la société sumérienne, comme étant les principaux “coupables” de ces conceptions religieuses autoritaires, hiérarchisées, fanatiques des rituels dont héritèrent les religions judéo-chrétiennes.

Il désigne également YHVH, un E.A., comme responsable de ces dérives autoritaires et sanglantes. YHVH (Yahveh ou Yahvé) est également dénoncé par les Gnostiques.

Il est alors tentant d’affirmer que les Gnostiques, lorsqu’ils dénoncent les Archontes, accusent peut-être leurs représentants matériels, incarnés, à savoir les Annunaki.

Peut-être pourrait-on même spéculer aussi que les Annunaki étaient “ombrés”, pleinement “possédés” par des «flyers», par des Archontes dans la mesure où ils pourraient être leur prolongement matériel plus abouti. Il n’est guère étonnant alors que tout au long de l’histoire du catholicisme, les Gnostiques en tant que « dénonciateurs » d’une formidable supercherie ont toujours été poursuivis pour hérésie et que les autorités religieuses aient tenté de les supprimer physiquement.

C’est un miracle que des textes comme ceux du Nag Hammadi nous soient parvenus. Ils avaient été cachés par des adeptes victimes de vagues successives de persécutions.

Le problème de la crédibilité des sources contemporaines

Lorsqu’on évoque l’existence d’entités “reptiliennes” ou autres qui parasiteraient aujourd’hui notre esprit, un problème majeur de crédibilité des sources se profile. En effet, les textes anciens comme les écrits gnostiques et sumériens ont pour eux l’ancienneté, la pérennité, la cohérence, la validation par diverses autorités académiques. Ce sont des sources d’informations indiscutables et par conséquent, le contenu de ces textes peut être valablement débattu.

Par contre, les sources contemporaines qui évoquent l’existence des reptiliens, des extraterrestres parasites, des Short Greys sont beaucoup plus sujettes à polémiques. Il s’agit soit de témoignages de victimes dont on ne peut que préjuger de la bonne foi, soit des informations émanant de “médiums”, à savoir des individus qui affirment être “contactés” ou “habités” par une entité extra-dimensionnelle ou extraterrestre qui lui fournit une série d’informations plus ou moins crédibles. Ce sont aussi des personnes adeptes du “remote viewing”, de la vision à distance que là encore, nous sommes contraints de croire sur parole.

Autres sources : les auteurs et chercheurs qui se fient apparemment complètement à toutes ces sources citées plus haut (les victimes, les contactés, les remote viewers), qui compilent toutes les informations délivrées par ces abductés et autres channellers et en tirent une série de conclusions, à savoir des gens comme Robert Boulay , Karla Turner (elle-même abductée), Michael Mott, James Walden, Mark Amaru-Pinkham, Stan Deyo, David Icke, Branton alias Alan Walton, Maurice Doreal et j’en passe. La liste est très nombreuse. Ici encore, il n’y a aucun moyen de contrôle quant à la crédibilité de leurs assertions.

Les spécialistes des abductions qui bénéficient d’un background académique plus solide et d’une méthodologie plus sérieuse quant à la récolte des informations comme John Mack, David Jacobs, Budd Hopkins, etc., peuvent également apporter certains éclaircissements.

Reste un dernier type de filiations: les sources “militaires” ou “scientifiques”, plus rares mais en constante augmentation ces dernières années qui évoquent également des contacts avec des reptiliens et des Gris.

Le Colonel Corso ou Phil Schneider sont parmi les plus célèbres des représentants de ce groupe. Il y a aussi certains témoignages des militaires et scientifiques du « Disclosure Project » qui peuvent également nous fournir un éclairage sur le phénomène extraterrestre.

Ce qui nous frappe est la similitude entre certaines informations que l’on peut trouver auprès de ces différentes sources, aussi dissemblables soient-elles. Il se dégage de nombre de ces témoignages et analyses un portrait très cohérent des agissements des extraterrestres Gris ou Reptiliens, ce qui veut dire que soit, ces informations reposent sur un fondement réel et tangible, soit que ces auteurs s’inspirent les uns les autres pour raconter une même histoire dans un but qui nous échappe encore.

En tout état de cause, ce qui retiendra le plus notre attention est le fait que les caractéristiques des comportements et des buts de ces entités décrites par ces sources contemporaines cadrent généralement bien avec les informations contenues dans les textes anciens comme ceux de la tradition gnostique.

Le lecteur tiendra simplement compte du fait qu’il n’y a aucune possibilité pour nous de garantir à 100% la véracité des éléments qui sont présentés. En définitive, c’est un problème récurrent à l’ensemble de l’ufologie, voir même de l’étude de certains textes et traditions anciens (qui peuvent être apocryphes, manipulés ou réécrits).

Il n’existe aucune preuve en “béton armé” pour conforter l’existence de tel ou tel phénomène et nous ne disposons finalement que d’un faisceau d’indices, de présomptions comme l’on dit en science judiciaire.

Comme nous le répétons dans Karmapolis, la crédibilité des sources et des preuves n’est pas un problème de foi et ne peut pas l’être ! Il ne s’agit pas d’y “croire ou de ne pas y croire” mais de se faire une idée plus ou moins subtile et nuancée sur un puzzle dont il nous manquera toujours plusieurs pièces déterminantes.
Victimes d’abductions et chercheurs : un portrait cohérent des «parasites»

Comme nous l’avons déjà évoqué, l’un des meilleurs “candidats” qui ressemblent le plus aux Archontes et aux Flyers est l’extraterrestre Gris que nombre d’auteurs qualifient de “reptiliens” ou de “liés aux reptiliens”. Nous avons rapporté dans le détail ce que nous affirme Nigel Kerner.

Selon Castaneda, les planeurs ont un appétit tout particulier à l’égard des individus jeunes, «chargés» en énergie, c’est à dire des enfants. C’est un trait de comportement qui ressemble singulièrement aux comportements des Reptiliens et êtres humains «possédés» qui sont dénoncés par les victimes d’abus rituels et sataniques.

Ce genre de méfaits représente un champ très particulier mais aussi très polémique des abductions : il ne s’agit ni complètement de scénarii typiques des ovnis et des enlèvements, ni des “faits” criminels caractéristiques des abus sexuels et pédophiles.

Nous nous trouvons dans un monde mélangeant ces deux phénomènes et les seules “preuves” dont nous disposons sont les très nombreux témoignages de victimes (souvent des femmes) de ce genre d’abus. Parfois, ces victimes affirment avoir fait l’objet de séances rituelles impliquant des tortures, des viols, des mises à mort dans lesquelles se manifestent des entités étranges.

Le plus déconcertant est que ces entités seraient d’abord des hommes qui se transformeraient parfois en entités reptiliennes au cours du rituel, bien souvent après avoir absorbé du sang ou mangé les organes des personnes (des enfants) sacrifiées.

Au cours de certains rituels, les témoins notent la participation de personnalités politiques de premier plan que les victimes décrivent comme étant “possédées” ou “ombrées” par une entité extraterrestre. Ces récits semblent invraisemblables, incroyables, dignes d’être rangés au rang des inventions de mythomanes. Mais comme nous l’avons déjà souligné dans d’autres articles, ces témoignages existent et les psychiatres et thérapeutes qui les étudient les prennent au sérieux.

Une victime d’abus rituels a plutôt intérêt à livrer un récit cohérent et croyable si elle veut susciter la compassion et être crue. Ce genre de témoignage va à l’encontre des intérêts des victimes. Ces abus rituels peuvent être considérés comme des manifestations bizarres du thème de la prédation et du parasitisme.

Enfin, en ce qui concerne les sources “militaires” à propos des comportements des Gris et des Reptiliens, même s’il peut s’agir d’opérations de désinformations, on retiendra certaines similitudes dans les descriptions opérées par cette catégorie de témoins que sont les militaires, techniciens et scientifiques ayant travaillé dans le cadre de projets gouvernementaux “top secret”.

Le Colonel Corso évoque dans son livre “the Day After Roswell” le fait que les Gris sont des robots organiques d’exploration. D’où l’impression que l’on se trouve en face d’une entité sans émotions. Phil Schneider qui affirme avoir travaillé à la construction de certaines bases souterraines, parle de “l’esprit de ruche” de ces extraterrestres Gris qui vivent dans des “nids”. Il les compare à des prédateurs qui ravagent une planète, un peu comme des fourmis.

Dans “Cosmic Voyage” (Onyx edition), le remote viewer, ex-collaborateur de la CIA qu’est Courtney Brown, décrit également les Gris, du moins certaines espèces, également sous la forme d’un collectif, “une mentalité de ruche”, des prédateurs qui, comme des sauterelles, infestent le cosmos et qui déménagent après avoir consommé toutes les ressources. Nous le voyons donc, cette notion de parasitisme et de prédation n’est pas un phénomène rare et saugrenu.

Dans un registre voisin aux abus rituels et sataniques, les victimes d’abductions impliquant des Gris et des Reptiliens évoquent également le sentiment d’être un objet, une proie, un animal entre les mains de ces entités extraterrestres.

Les abus sexuels sont d’un autre registre dans la mesure où ces entités effectuent des prélèvements (de sperme et d’ovules) et des expériences médicales invasives qui se concentrent presque exclusivement sur la sexualité.

Quant à l’aspect “physique” de ces entités, retenons un phénomène très intéressant et qui a été souligné par Karla Turner, aujourd’hui décédée : l’apparence de ces êtres est changeante et l’on ne peut s’y fier. Cette spécialiste reconnue en “enlèvements extraterrestres” en fut elle-même victime. Elle insiste sur le fait qu’au cours des séances d’hypnose, les victimes se souviennent de l’aspect extérieur mouvant, changeant de l’apparence de leur kidnappeur.

L’entité apparaît d’abord sous les traits d’un militaire, puis en se concentrant, la victime voit un Gris et en se concentrant encore, il s’agit en réalité d’un reptilien. Turner a pu dénombrer jusqu’à 5 changements de forme. Ce changement d’aspect fait penser à des stratégies pour tromper la mémoire des victimes, des artifices que les Archontes ou les planeurs ne rejetteraient sans doute pas.

Deux thèmes reviennent enfin très régulièrement dans les histoires d’abductions et de Mind control : la manipulation génétique et les implants.

La manipulation génétique par des extraterrestres aurait pour but, selon les victimes, de créer des hybrides «humain-extraterrestre», c’est à dire des entités disposant d’une vie «émotionnelle» car les Gris en seraient dénués.

Bref la création d’une conscience hybride. Les implants, quant à eux, sont au mieux placés pour identifier et suivre une personne, au pire pour modifier son comportement. Nous verrons que nous pouvons lier ces deux thèmes.

L’ADN « prison » ou l’ADN porteur de vie ?

Nous sommes ici dans le domaine de la pure spéculation mais les points communs entre la thématique des implants, leur fonction de conditionnement de la conscience et le rôle potentiel de l’ADN sont tellement flagrants qu’il nous a semblé nécessaire d’en parler.

L’ADN, double hélice d’acides aminés extrêmement complexe contient un nombre d’informations infiniment plus élevé (des milliards de fois plus) que le plus sophistiqué des ordinateurs. Cet ADN s’avère être en quelque sorte le “programme”, le software qui va construire, structurer et faire fonctionner l’organisme vivant.

Les scientifiques affirment que l’ADN est un cristal apériodique, notamment que sa structure (la façon dont cet ADN est édifié) se compare aux éléments de type cristallins. Par exemple, des minéraux comme le quartz, le silicium sont des cristaux. Ce sont d’extraordinaires conducteurs d’informations et d’énergie. Raison pour laquelle ils sont employés en électronique et en informatique.

Il est alors intéressant de noter que certains implants et armes psychotroniques influençant le comportement d’êtres humains fonctionnent grâce aux propriétés des cristaux. Ne pourrait-on pas postuler alors que notre ADN, chargé de la mémoire du vivant, de celle de nos ancêtres et de toutes les espèces qui ont contribués au développement de l’homo sapiens sapiens, contient une série d’informations qui vont générer notre état de conscience et nos perceptions ?

Un peu à la manière d’un implant infiniment sophistiqué ? Aujourd’hui, le fait de rattacher exclusivement et matériellement la conscience à l’activité neurochimique du cerveau est une impasse scientifique. Les chercheurs commencent à percevoir le cerveau comme une sorte de mélange entre un software et un hardware disposant de propriétés holographiques. La conscience n’est pas le monopole du cerveau, celui-ci serait plutôt une sorte de canal, d’antenne.

Dans une certaine littérature conspirationniste, pour être plus précis les derniers livres de David Icke, l’ADN agit comme un genre de logiciel qui nous bloque à un certain niveau de perception. Cet ADN serait en quelque sorte les barreaux qui constituent notre prison mentale.

Le secret des mourants

Jeremy Narby , auteur du “serpent cosmique” (Goerg éditeur), relève d’abord les rapports existant entre l’ADN (une double hélice entrelacée) et la forme serpentine.

Dans les visions des shamans sous emprise de l’Ayahuasca (voir l’article de Karmapolis en français sur ‘l’Ayahuasca et le pouvoir de la conscience’), l’ADN, brique de la vie, est perçu comme un esprit, une multitude d’esprits appelés «Maninkaris».

Ceux-ci seraient venus sur terre sous la forme d’une pluie d’entités sombres, sorte de croisements entre des reptiles et des cétacés. Dans une vision sous Ayahuasca, l’anthropologue Michael Harner rapporte la chose suivante: aux premiers âges de la terre, “des grains noirs tombèrent du ciel par centaines et atterrirent sur la terre aride… Je pouvais voir que les grains étaient en réalité de grandes créatures noires et luisantes aux larges ailes de ptérodactyles et au corps de baleine (…)

Elles m’expliquèrent dans une sorte de langage mental qu’elles fuyaient quelque chose dans le cosmos… Les créatures me montrèrent ensuite comment elles avaient créé la vie sur terre afin de se cacher au sein de la multitude de ses formes et de dissimuler ainsi leur présence.

Devant moi, la magnificence de la création des plantes et des animaux et de la différentiation des espèces –des centaines de millions d’années d’activités- se déroula à une échelle et une vigueur impossible à décrire. J’appris ainsi que des créatures ressemblant à des dragons résidaient ainsi à l’intérieur de tous les êtres vivants, y compris les hommes ” (Le Serpent Cosmique, p61).

L’histoire et les visions que rapportent Harner sont si extraordinaires en ce qui concerne les similitudes avec les informations issues d’autres savoirs et connaissances qu’il ne peut s’agir d’une simple coïncidence.

Avant de voir ces grains noirs, Harner a la vision d’une multitude de navires surgir de la brume, en train de se balancer et qui finirent par se fondre en un seul bateau, une sorte de drakkar à tête de dragon. Le bruit cadencé de centaines de rames faisait avancer la galère géante. « Sur le pont du navire, je pus discerner un grand nombre de personnages à tête de geai bleu et à corps humain semblables aux Dieux à têtes d’oiseau figurant sur les peintures anciennes des tombes égyptiennes…

Moi qui me croyais athée, j’éprouvai à cet instant la certitude absolue que j’étais en train de mourir et que les personnages à têtes d’oiseaux étaient venus afin d’emporter mon âme sur leur navire … ». Alors qu’Harner se sent mourir et que le shaman qui l’accompagnait dans ce rituel va lui faire boire un antidote, Harner se souvient également de la chose suivante :

« Je pris conscience de mon cerveau. Je sentais –physiquement- qu’il avait été divisé en quatre niveaux distincts. Sur le niveau élevé, le plus proche de la surface, se trouvait l’observateur commandant, conscient de la condition de mon corps et responsable de la tentative de continuer à faire battre mon cœur. Ce niveau percevait, en tant que spectateur uniquement, les visions émanant de ce qui semblait être les niveaux inférieurs de mon cerveau.

Juste au-dessous du niveau le plus élevé, je sentais une couche engourdie qui paraissait avoir été mise hors service par la drogue ; elle était tout simplement absente. Mes visions, y compris mes visions du bateau aux âmes émanaient du niveau juste en dessous de celui-là…

Alors que j’essayais de me faire à cette idée (que j’allais mourir), un niveau de mon cerveau encore plus profond commença à me transmettre d’autres visions, d’autres informations. J’entendis que l’on me «disait» que je pouvais recevoir ces révélations sans risque de les trahir puisque j’étais en train de mourir. J’entendis que l’on me disait que ces secrets étaient réservés aux mourants et aux morts.

Je percevais très confusément que ces pensées m’étaient inspirées par des créatures reptiliennes géantes reposant mollement sur les couches les plus profondes de mon cerveau, là où ce dernier rejoint le sommet de la colonne vertébrale.

Je discernais vaguement ces créatures au cœur de gouffres lugubres et ténébreux. Elles projetèrent alors une scène devant mes yeux. Elles commencèrent par me montrer la planète terre telle qu’elle était il y a des millions d’années ». C’est à partir de là que Harner voit les milliers de créatures sombres, lourdes et volantes, issues du fin fond du cosmos et venues sur terre pour se cacher.

Ce texte est d’autant plus incroyable qu’il nous révèle un fait très important : notre esprit est en fait bien plus complexe que nous le pensons. Il est séparé en parties dont une au moins est investie par une entité étrangère.

Il semble que nous devons prendre au pied de la lettre l’importance de notre cerveau reptilien, ce noyau central que l’on peut finalement définir comme une sorte de parasite.

Notre conscience pourrait trouver son point de manifestation le plus élevé dans les couches les plus externes du cerveau, le néo-cortex.

Quant au grand secret qui ne doit être révélé qu’aux morts et aux mourants et que Harner a perçu dans sa vision, il s’agit somme toute de l’origine reptilienne et étrange de la vie sur terre ou à tout le moins que ces entités ont parasité toute forme de vie sur terre par le biais de l’ADN.

Lors de sa transe, la plus grande crainte éprouvée par Harner était que son âme « fut capturée ou recapturée par les dragons qui habitent les profondeurs », ceux qui lui ont donné certaines de ces informations.

Harner ne manifeste aucune crainte par contre face aux entités à tête d’oiseaux dont le rôle étaient d’emporter son âme décédée mais manifeste une terreur insondable à l’égard des dragons qui se cachent derrière ses visions et qui parasitent une zone centrale de son cerveau.

A son réveil, éprouvant un réel sentiment d’être en danger par ce dont il avait été témoin et terriblement perturbé par ce qu’il a vu, Harner partage ses visions avec un vieil indien aveugle.

Il se rend compte également que ce dont il a le plus de mal à se souvenir concerne justement les visions relatives aux créatures en forme de dragons « et leur rôle dans l’évolution de la vie sur cette planète et leur contrôle inné de toute matière vivante…

J’éprouvais un sentiment étrange de crainte pour ma sécurité », un peu comme s’il en savait trop. Harner raconte donc son voyage sous ayahuasca au vieux shaman aveugle et lui parle simplement du fait qu’il a rencontré des entités reptiliennes qui se présentaient comme étant les maître de la vie. Le vieil homme lui rétorque : « ‘Oh, ils disent toujours cela. Mais ils sont les maîtres des Ténèbres extérieures’.

Désinvolte, il désigna le ciel de la main. Je sentis un frisson monter dans ma colonne vertébrale : je ne lui avais pas encore dit que j’avais vu dans ma transe les dragons venir de l’espace intersidéral ». Ces informations cadrent parfaitement avec ce que les Gnostiques affirment par exemple des Archontes : venus des tréfonds de l’espace, ils nous font croire qu’ils sont les maîtres de la vie, qu’ils sont nos maîtres. Tout comme les Flyers de Castaneda qui s’ingénient à nous piéger pour nous montrer qu’ils nous dominent. Les coïncidences sont trop nombreuses.

Il ne faut pas perdre de vue une chose à propos de cet épisode de la vie de l’anthropologue : Harner eut cette vision en 1961 et ce n’est que rétrospectivement qu’il a fait le lien entre ces “dragons” noirs et l’ADN qui n’avait pas encore été “observé” à cette époque.

Que fuyait ces créatures qui se cachent derrière les formes du vivant, qui se camouflent en l’homme dans une sorte de parasitisme empreint de mutualisme ?

Bien entendu, cette vision qui est typique du genre de vision et d’informations récoltés par les Indiens Ashaninkas sous l’emprise de la boisson hallucinogène doit comporter un niveau métaphorique mais il est évident que cette notion des “maninkaris” est fondamentale pour les Indiens dans leur compréhension de ce qu’est la vie .

L’un des sorciers shamans que Jeremy Narby a rencontré, définit ces êtres de la sorte : “ce sont des êtres invisibles qui se trouvent dans les animaux, les plantes, les montagnes, les cours d’eau, les lacs et certaines pierres cristallines… ”.

Dans leur tradition, les maninkaris sont des entités positives : “elles nous ont appris à tisser le fil du coton et à faire des habits. Auparavant, nos ancêtres vivaient en forêt. Qui d’autres auraient pu nous apprendre à tisser ? ”

Selon l’anthropologue Gérald Weiss qui a étudié les Indiens Ashaninkas, les maninkaris signifient “ ceux qui sont cachés ” mais qui peuvent être vus en ingérant du tabac et de l’Ayahuasca. Si les Maninkaris sont des “entités” positives dans l’esprit des Indiens, elles ressemblent à certains égards aux planeurs dans le sens où comme les Flyers, les Maninkaris vivent cachés, sont des entités sombres et qui influencent le comportement de l’homme.

Dans la nature, il existe des formes de parasitismes dans lesquelles le parasite et son hôte y trouvent tous les deux leur compte, les deux organismes vivant en symbiose dans une forme de coopération, ce que l’on appelle le mutualisme.

Le tout est de savoir jusqu’à quel point ces Maninkaris que Narby relie à l’ADN sans pour autant les confondre jouent un rôle positif au cours de leur activité parasitaire. Au cours de son voyage sous Ayahuasca, Harner perçoit ces entités comme étant négatives. Ou bien, sa vision ne concerne pas les Maninkaris mais un phénomène plus spécifique, très proche des Archontes.

Quant aux planeurs, selon Castaneda, ils se nourrissent des “couches brillantes” de la conscience de l’être humain, surtout lorsque ce dernier est jeune. Les flyers ne laissent plus qu’une très mince bande de conscience, à peine de quoi survivre à l’individu adulte, nous y reviendrons un peu plus loin.

Planeurs et implants: une métaphore technologique

L’implant en tant qu’objet parasite peut se comparer d’une certaine façon aux “planeurs”.

Bien entendu, les métaphores technologiques ont toujours leurs limites car elles ne “marchent” que tant que la technologie qui sert d’image représentative est “à la mode”, comme nous l’avait fait remarquer Gerry Zeitlin dans un article où l’on comparait la mémoire à un hologramme.

La métaphore technologique a des vertus didactiques dans le sens où elle permet simplement de mieux représenter le concept que l’on veut définir. Mais rien de plus.

Les Flyers seraient des sortes d’implants ou de virus psychiques et les développements technologiques récents nous montrent que les militaires ont bien l’intention de faire passer l’implant à un stade supérieur : d’un outil d’identification et de repérage, l’implant peut devenir à terme une arme psychotronique dont le but est d’influencer le comportement ou de générer une réalité virtuelle (comme les implants de combats destinés aux pilotes de chasse qui pourraient générer les données radar, défensives et offensives de la zone de combat).

Selon le chercheur spécialisé dans le thème du Milabs, (Milabs ou Military Mind Control and Alien Abduction) Helmut Lammer ; l’Institut de Technologie de Californie, a par exemple à la fin des années 90, travaillé sur une puce capable de “ mimer le processus analogique de la pensée humaine ”.

On fabriquerait des implants ayant des capacités de générer “des hologrammes, des systèmes de camouflages multi-spectre, d’invisibilité thermique”. Ceci n’est que la partie visible de la recherche.

Les victimes d’enlèvements extraterrestres et de Mind Control évoquent le fait qu’ils ont été victimes d’implants très sophistiqués qui modifieraient les états de conscience.

L’activité des “flyers” en tant qu’agents modifiant notre psyché et notre état de conscience nous est d’autant moins étrangère que nous nous livrons nous-mêmes à des activités similaires par le biais d’implants et d’armes psychotroniques. Ce qui doit d’autant plus nous aider à mieux comprendre le champ d’activité de ces flyers, Archontes et autres entités.

L’ADN: implant réducteur de conscience?

Mais revenons aux liens pouvant exister entre l’ADN et la conscience.

Des scientifiques tentent depuis plusieurs années d’établir ce rapport, cette relation selon laquelle l’ADN pourrait être influencé par nos états émotionnels et par notre conscience et à l’inverse, cette double chaîne d’acides aminés pourrait être le canal par lequel transitent des phénomènes liés à la conscience.

Eric Kandel, un scientifique qui a remporté un prix Nobel en 2000 avait conclu que de nombreuses différences génétiques entre des individus sont également influencées par la société et le conditionnement mental et pas seulement par l’héritage des parents.

Un autre scientifique japonais, Masaru Emoto, a effectué des expériences sur l’eau et sur les cristaux. Il a démontré que la structure des cristaux de glace était affectée et façonnée par la qualité des sons. Il a effectué une incroyable expérience dans laquelle on observait les processus de cristallisation, c’est-à-dire les différentes figures ou structures qui se dessinaient dans ces cristaux de glace lorsque des mots à connotations positives (comme les mots amour, appréciation ) ou négative (maladie, mort) étaient prononcés à proximité du processus.

Le résultat est proprement incroyable puisque des structures totalement régulières, harmonieuses et esthétiques apparaissaient dans le cas d’émissions de mots “positifs”. Et les cristaux prenaient des formes anarchiques dans le cas contraire.

Pensez maintenant au fait que l’ADN est un cristal apériodique sensible aux ondes et phénomènes électromagnétiques. Par conséquent, il existe une influence d’ordre ondulatoire entre l’ADN et son environnement extérieur.

Les récents travaux du biologiste russe Pjotr Garjajev ainsi que des linguistes également russes tendent à démontrer ce lien et à faire de l’ADN, plus particulièrement du « junk DNA » ou ADN “poubelle”, une sorte de formidable “ordinateur holographique employant les radiations de type laser de l’ADN endogène”.

Bref, l’ADN est à la fois une mémoire et un extraordinaire générateur de perceptions et de réalités “virtuelles”.

David Icke établit une fascinante spéculation sur ce lien entre émotions, conscience et ADN. En fait, la “conscience” humaine se manifeste, certes de manière variée mais s’extériorise principalement par le biais d’émotions.

Des émotions qui correspondent grossièrement à des archétypes: amour, haine, colère, peur, envie, etc. Avec des nuances. Mais ces émotions emprisonnent notre conscience, la canalisent dans des moyens limités d’expression (activité émotionnelle ou mentale).

Icke estime que l’ADN est vraisemblablement responsable de ce rétrécissement de la conscience. Car notre activité émotionnelle n’a rien à voir avec notre vraie conscience. Une bonne partie des disciplines d’éveil spirituel (comme le Bouddhisme) se focalise sur cette question.

La conscience n’a aucun rapport avec notre activité émotionnelle, au contraire, nos émotions nous emprisonnent. En établissant ce lien entre activités émotionnelles et mentales et ADN, on peut alors imaginer de percevoir l’ADN certes comme un programme très complexe, porteur de vie (réglant notre métabolisme) mais emprisonnant ou empêchant notre conscience de pleinement se manifester.

Nigel Kerner a mis en exergue un rapport similaire en faisant de notre ADN et de l’ensemble du corps humain (cerveau et squelette), une sorte d’antenne et de réceptacle. C’est par l’intermédiaire de cette « antenne » que se manifeste et s’exprime de façon déformée et diminuée, notre conscience.

Notre conscience est elle-même inspirée par notre Etre Premier, l’entité parfaite dont nous sommes issus. Mais comme «l’antenne» (l’ADN, le cerveau et le squelette) est « parasitée », «infectée» et en mauvais état, notre conscience est altérée, souffrante et manipulée.

Le cercle vicieux

On peut alors imaginer qu’il s’agit d’un cercle vicieux : plus notre activité émotionnelle est chaotique et en souffrance, plus elle influence négativement notre ADN qui canalisera et conditionnera notre perception du réel de façon négative.

Notre niveau d’éveil dépend par conséquent de notre ADN qui transmet et “interprète la réalité” (via et avec le cerveau) plutôt que de nous la restituer telle qu’elle est vraiment.

Reprenons ce que Icke conclut sur le chapitre de l’ADN dans son tout dernier ouvrage “Infinite Love is the Only True …”: “Qu’est-ce que la Matrice (ndtr: à savoir le monde extérieur dans lequel nous vivons): c’est avant tout de l’information, un univers prêt à l’emploi ainsi qu’un système de croyances émis sous la forme de fréquences par le biais de l’ADN et décodé comme une réalité collective sous la forme d’un holograme en 3D.

C’est comme une voix qui parle dans vos têtes, vous disant que ce que vous voyez est réel ”. Cette “ voix dans la tête ” fait fort penser à ce qu’affirme Castaneda à propos des “planeurs”.

Pour don Juan, ces flyers pensent à notre place, nous font réagir et donc conditionnent notre façon de ressentir le « réel ». Certes, ce lien entre ADN et conscience est avant tout une pure spéculation qui commence à être à peine effleurée par les recherches de certains scientifiques mais il s’agit d’une piste fascinante.

L’ADN qui est perçu comme un “esprit”, une entité ophidienne par les Indiens selon Narby, peut aussi être considéré comme un parasite positif (porteur de vie) et négatif (conditionneur de conscience), ce que l’on appelle du mutualisme dans la nature.

Ce genre de caractéristiques (manipulation de la conscience) nous rapproche de l’activité et des caractéristiques des Archontes mais aussi des “planeurs” sans toutefois se confondre entièrement.

L’importance de Castaneda

Il ne s’agit pas ici de déresponsabiliser l’humain en mettant simplement sur le dos de ce parasite toutes nos exactions, imperfections, tendances à la violence et à la froideur émotionnelle en nous disant: “comme ce n’est pas de notre faute, que nous ne pouvons rien y faire, laissons les choses se poursuivre”.

Il s’agit d’expliquer et de comprendre cette possible cohabitation, de vérifier s’il s’agit d’une hypothèse défendable, documentée et rationnelle et de tenter de trouver des solutions à ce qui pourrait être notre véritable malédiction, ce qui nous maintient cloués dans le plérôme gnostique, à savoir notre enfer quotidien.

Par enfer, les Gnostiques désignent notre monde, un monde certes empli de beautés mais illusoire et imparfait.

D’une part, la solution pourrait d’abord résider dans le “simple” fait de prendre conscience de l’existence de ce parasitisme, de vivre « avec » et de méditer et de raisonner sur le sens de nos actions lorsque celles-ci sont guidées par la peur, le besoin, le manque et la violence.

Castaneda parle de mettre fin autant que possible à notre petit dialogue intérieur centré sur l’ego qui nous investit toute la journée. Ce n’est pas simple, loin de là.

D’autre part, il existe tout le corpus de l’enseignement de don Juan, les nombreux exercices de « contemplations » et les exercices physiques qu’il appelle “passes magiques” et une discipline nommée la “tenségrité”.

Il s’agit d’une discipline complexe à mettre en œuvre. Il est un fait évident que pour la pratiquer avec succès, on se doit d’adhérer “corps et âme” à l’enseignement de Castaneda, ce qui n’est pas évident pour le commun des mortels. Monsieur “tout le monde” estimera peut être que le savoir et la discipline de don Juan et de Castaneda sont quelque peu exotiques, hermétiques, étranges comme l’est son enseignement.

De plus, l’œuvre de Castaneda fait l’objet de nombreuses polémiques dans lequelles on a mis en doute jusqu’à l’existence du vieux sorcier mais aussi, où l’on s’aperçoit que ses proches, sorciers de sa lignée et le noyau de son « fan club » font également l’objet d’un feu croisé de critiques que nous évoquerons plus loin dans un article rédigé par Karmatoo.

En dépit des critiques même virulentes qui ont été portées à l’encontre de ce mystérieux et charismatique anthropologue, on ne m’ôtera pas de l’idée que son savoir, que la connaissance de son mentor est d’une extraordinaire force et cohérence.

L’œuvre de Castaneda doit être analysée en tenant compte des connaissances contenues dans d’autres traditions “magiques” ou chamaniques comme les textes des Gnostiques. Ce qu’a fait John Lash.

John a rédigé un excellent texte résumant le fruit de ses 8 longues années recherches et observations et nous l’avons traduit en français afin que vous puissiez en prendre connaissance dans son intégralité dans la seconde partie de ce dossier.

Dans la troisième partie, nous avons posé à John une série de questions afin de rendre ce sujet plus clair et plus vivant encore

En guise de conclusion

Les planeurs, les Archontes et les Gris pourraient avoir une influence décisive, aliénante et « invasive» sur le fonctionnement de notre conscience. Ils se dissimulent et prennent diverses formes comme nous le montre le chapitre relatif aux Gris, aux reptiliens et au syndrome Milabs-MPD.

Au terme de cet article, nous sommes bien entendu incapable de dire s’il s’agit vraiment d’entités similaires ou distinctes et ce qui les relie à un niveau plus profond.

Ce registre du shape shifting , du changement de forme, est un phénomène qui a retenu toute l’attention de Marie-Thérèse de Brosses, la journaliste française spécialiste reconnue en matière d’abductions (lire à ce sujet: “Enquête sur les enlèvements extraterrestres” dont une version augmentée est en cours de réimpression), écrivain, chercheuse tenace sur le terrain des “anomalies”.

Elle raconte par exemple l’existence d’un cas “australien” où la victime de l’enlèvement s’entretient avec son ravisseur extraterrestre –un Gris- qui lui fait comprendre: “ nous apparaissons sous la forme que vous vous attendez de voir ”.

La journaliste nous a cité le cas de femmes qui retrouvaient dans la soucoupe leur mari, leur petit ami ou même une vedette de cinéma et à la fin de l’enlèvement (après la relation sexuelle ou le prélèvement de tissus ou d’ovules), le mari, l’ami ou l’acteur s’avéraient en réalité être un extraterrestre. Marie Thérèse de Brosses estime que la frontière entre ces manifestations d’entités extraterrestres “tangibles” et les apparitions d’entités “spirituelles”, “diaboliques”, “angéliques” etc (elfes, fées, trolls, djinns, succubes etc…) telles qu’on les percevait à des époques éloignées est ténue.

Nous nous retrouvons peut-être devant un phénomène “métamorphique”. Pour Marie-Thérèse de Brosses, “ le parallélisme que l’on peut tracer entre les apparitions extraterrestres, les Archontes des Gnostiques et les Flyers de Castaneda est tout à fait pertinent ”.

La journaliste et auteur “d’enquêtes sur les enlèvements extraterrestres” met en évidence dans son ouvrage l’hypothèse d’écrivains comme Jacques Vallée, John Keel et Jean Sider selon laquelle le phénomène extraterrestre serait “ comme la manifestation actuelle d’une mise en scène savamment orchestrée par une forme d’intelligence protéiforme toujours présente autour de la terre et cherchant à nous abuser ”.

Ce n’est sans doute pas un hasard que les dernières pages du livre de Marie-Thérèse soient consacrées aux points communs existant entre les abductions extraterrestres et les rituels et connaissances des traditions chamaniques à travers le monde.

Ce n’est donc pas non plus un hasard que John Lash s’attarde également sur le chamanisme de Castaneda et sur les connaissances des Gnostiques qu’il considère également comme des shamans pour tenter d’identifier et définir l’existence de ces entités parasitaires.

Bien entendu, rien n’indique que toutes les manifestations extraterrestres soient d’ordre parasitaire et soient négatives.

Il serait téméraire mais tentant d’affirmer que les Short Greys, les Annunakis et les reptiliens sont des prolongements “physiques” ou les incarnations, les envoyés des Flyers et des Archontes. Mais ce qui a retenu toute notre attention est que ce parasitisme et cette prédation d’ordre psychique et spirituelle ressemblent à une sorte de guerre psychologique dont les buts nous échappent. Il est probable que les Flyers, Archontes, Gris, fées, djinns et autres démons fassent partie d’une même taxinomie, d’une même espèce qui a, tout le moins, joue avec nous et transcende nos dimensions.

Karma One – site : http://www.karmapolis.be

Flyers et parasites chez Castaneda

extrait du livre  » Les passes magiques » de Carlos Castaneda…

Dans le corps, chaque centre énergétique laisse apparaître une concentration, une sorte de tourbillon d’énergie.
Pour l’observateur qui voit, elle semble tourner dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, un peu comme dans un entonnoir.

La puissance d’un centre donné dépend de la force de ce mouvement. S’il est à peine perceptible, c’est que le centre est épuisé, vidé de son énergie.

Quand les sorciers des temps anciens examinaient le corps avec leur oeil qui VOIT, poursuivit don Juan, ils remarquaient la présence de ces vortex.

Poussés par la curiosité, ils en ont dressé une carte.

– Y a-t-il beaucoup de ces centres dans le corps, don Juan ? demandai-je.

– Des centaines, sinon des milliers ! assura-t-il.

On pourrait direque l’être humain n’est rien d’autre qu’un agglomérat de milliers de spirales tourbillonnantes, dont certaines si petites qu’elles ressemblent, disons, à des têtes d’épingle, mais des têtes d’épingle très importantes.

La plupart des vortex sont des tourbillons d’énergie.

Selon les cas, l’énergie les traverse librement ou y reste accrochée.

Mais il y en a six qui sont tellement grands qu’ils méritent une attention particulière. Ce sont les centres de vie et de vitalité. L’énergie n’y est jamais figée, mais parfois, l’apport énergétique est si faible que c’est à peine si le centre tourne.

Don Juan m’expliqua que ces énormes centres vitaux étaient situés en six régions du corps.

Il les énuméra par ordre d’importance, dans la conception des shamans.

Le premier se trouvait dans la région du foie et de la vésicule biliaire ;

le second au niveau du pancréas et de la rate ;

le troisième près des reins et des glandes surrénales ;

le quatrième était situé dans le creux à la base du cou ;

le cinquième était celui de la matrice et le sixième se situait au-dessus de la tête.

À en croire don Juan, le cinquième centre, qui ne concerne que les femmes, avait parfois une sorte d’énergie spéciale qui présentait aux yeux des sorciers une apparence liquide.

C’était une caractéristique que seules quelques femmes possédaient.

Sa fonction, semblait-il, était celle d’un filtre naturel qui arrêtait les influences parasites.

Le sixième, situé au sommet de la tête, avait quelque chose de très anormal, pour ne pas dire plus, dans la description qu’en donnait don Juan, qui d’ailleurs ne voulait rien avoir à faire avec ce centre.

Il le disait animé, non par un tourbillon d’énergie, comme les autres, mais par un mouvement pendulaire, d’avant en arrière, qui rappelait un peu le battement d’un coeur.

Pourquoi l’énergie de ce centre est-elle si différente, don Juan ? lui demandai-je.

– Ce sixième centre d’énergie n’appartient pas tout à fait à l’homme, dit-il.

Vois-tu, nous autres humains, nous sommes comme qui dirait assiégés.

Ce centre a été pris d’assaut par un envahisseur, un prédateur invisible. Et le seul moyen que nous avons de le vaincre, c’est de fortifier tous les autres centres.

– N’est-ce pas un peu paranoïaque, de se sentir ainsi assiégé, don Juan ? suggérai-je.

– Eh bien, pour toi, peut-être, mais certainement pas pour moi, répliqua-t-il.

Je vois l’énergie, et je vois que cette énergie, au-dessus du sommet de la tête, ne circule pas comme celle des autres centres.

Elle a cette oscillation d’avant en arrière, absolument répugnante, et absolument étrangère.

Je vois aussi que, chez un sorcier qui a réussi à vaincre la pensée, cette installation étrangère comme l’appellent les shamans, la fluctuation d’énergie dans ce centre est devenue exactement pareille à celle de tous les autres.

Ombres Noires et Corps de Souffrances

Difficile de ne pas faire de liens entre le concept de parasitage énergétique dont parlent les chamans de l’ancien Mexique dans les livres de Carlos Castaneda (les fameuses Ombres Noires ou Flyers) et le concept du Corps de souffrance dont nous parle Eckart Tollé.

Les lourdes ombres noires
Chapitre extrait du livre de Carlos Castaneda  » Le voyage définitif « 

 

(…) L’obscurité s’était installée très rapidement, et le feuillage des arbres qui, un instant plus tôt, était d’un vert éclatant, paraissait à présent beaucoup plus sombre et dense. Don Juan me dit que si je regardais avec une grande attention la couleur foncée du feuillage, sans focaliser mes yeux et avec une sorte de regard en coin, je verrais une ombre fugitive traverser mon champ de vision.

 » C’est le meilleur moment de la journée pour faire ce que je te demande. Il va te falloir un moment pour trouver en toi le degré d’attention nécessaire. Ne t’arrête pas avant d’avoir entrevu cette ombre noire.  »

Je vis effectivement se profiler une étrange ombre noire sur le feuillage des arbres, une ombre qui partait et revenait, puis diverses ombres évanescentes se déplaçant de droite à gauche, de gauche à droite, ou s’élevant très haut en l’air.

On aurait dit de gros poissons noirs, de gigantesques espadons volants. J’étais complètement absorbé par cette vision qui finit par m’effrayer. Il faisait désormais trop sombre pour voir le feuillage, mais je distinguais toujours ces ombres noires fugitives.

 » Qu’est-ce que c’est, don Juan ? Je vois des ombres noires s’agiter partout.

– C’est l’univers à l’état naturel, me répondit-il, l’univers incommensurable, non linéaire, délivré du joug de notre syntaxe.

Les sorciers mexicains d’autrefois furent les premiers à voir ces ombres et ils les suivirent partout. Ils les voyaient comme tu les vois, et ils les voyaient également sous forme d’énergie circulant dans l’univers. Et ils ont alors fait une incroyable découverte.  »

Il se tut et me regarda. Ses pauses étaient toujours très étudiées et il savait me tenir en haleine.

 » Qu’ont-ils découverts, don Juan ?

– Ils ont découvert que nous ne sommes pas seuls, me dit-il aussi clairement qu’il le put. Venu des profondeurs du cosmos, un prédateur est là, qui toute notre vie nous maintient sous son emprise.

Les êtres humains sont prisonniers et ce prédateurs est notre seigneur et maître. Il étouffe toute velléité de protestation ou d’indépendance et nous empêche d’agir librement.  »

L’obscurité alentour semblait réduire ma faculté d’expression. S’il avait fait jour, j’aurais éclaté de rire, mais en pleine nuit, je me sentais comme muselé, paralysé.

 » Il fait nuit noire, me dit don Juan, mais si tu regardes du coin de l’œil, tu vas continuer à voir ces ombres fugitives aller et venir autour de nous.  »

Il avait raison. Je pouvais toujours les voir et leurs mouvements me donnaient le tournis. Don Juan alluma la lumière, ce qui eut pour effet de tout dissiper.

 » Te voilà arrivé, grâce à tes seuls efforts, à ce qui était pour les anciens chamans le  » cœur du sujet « .

Je tourne autour du pot depuis longtemps en te laissant entendre que quelque chose nous retient prisonniers. Nous sommes effectivement tous prisonniers ! C’était un fait énergétique pour les sorciers d’autrefois.

– Pourquoi ce prédateur exerce-t-il ce pouvoir sur nous comme vous le dites, don Juan ? Il doit y avoir une explication logique !

– Il y a une explication, me répondit don Juan, qui est extrêmement simple. Ils nous tiennent sous leur emprise parce que nous sommes leur source de subsistance. Ils ont besoin de nous pour se nourrir, et c’est pour cela qu’ils nous pressurent implacablement. Exactement comme nous qui élevons des poulets pour les manger, ils nous élèvent dans des  » poulaillers  » humains pour ne jamais manquer de nourriture.  »

Je me sentit secouer négativement la tête. Je ne pouvais exprimer mon violent sentiment de malaise et de révolte, et mon corps s’agitait pour le faire remonter à la surface. Je tremblais de la tête aux pieds sans pouvoir me contrôler.  » Non, non, non, m’entendis-je dire. C’est absurde, don Juan ! Ce que vous dites est horrible. Cela ne peut tout simplement pas être vrai, ni pour les sorciers, ni pour des gens normaux, ni pour personne.

– Et pourquoi ? me répondit calmement don Juan. Pourquoi donc ? Parce que cela te met en fureur ?

– Oui, cela me met en fureur, répliquai-je. Ce sont des idées monstrueuses !

– Eh bien, je ne t’ai pas encore tout dit. Ecoute moi jusqu’au bout et on verra comment tu te sens.

Attention, je vais t’infliger un choc ! Ton esprit va subir de terribles attaques, et tu ne pourras pas fuir, parce que tu es pris au piège ; non parce que je te retiens prisonnier, mais parce que quelque chose en toi t’empêchera de partir, même si cela te rend fou de rage. Alors, rassemble tes forces !  »

Don Juan avait raison. Je ne serais pas parti de chez lui pour un empire, et pourtant j’abominais toutes les idioties qu’il était en train de me débiter.

 » Je vais faire appel à ton esprit analytique, me dit don Juan. Réfléchis un moment, et dis-moi comment tu peux expliquer la contradiction entre, d’une part, l’intelligence de l’homme sur le plan scientifique et technique et, d’autre part, la stupidité de ses systèmes de croyances ou l’incohérence de son comportement.

Ce sont les prédateurs, disent les sorciers, qui nous ont imposé nos systèmes de croyance, nos idées sur le bien et le mal, nos mœurs sociales. Ce sont eux qui suscitent nos espoirs et nos attentes, nos rêves de succès ou notre peur de l’échec, eux encore qui insufflent dans notre esprit convoitise, avidité et lâcheté et qui le rendent prétentieux, routinier et égocentrique.

– Mais comment s’y prennent-ils, don Juan ? lui demandai-je, de plus en plus irrité par ses paroles. Ils nous chuchotent tout cela dans le creux de l’oreille pendant notre sommeil ?

– Non, ils ne procèdent pas aussi bêtement, me répondit don Juan en souriant. Ils sont extrêmement efficaces et organisés, et pour s’assurer de notre obéissance, de notre docilité et de notre apathie, ils ont accompli une manœuvre extraordinaire – extraordinaire, bien sûr, sur un plan stratégique, mais horrible du point de vue de ceux qui en sont victimes. Ils nous ont donné leur esprit !

Tu m’entends ? Les prédateurs ont remplacé notre esprit par le leur, qui est bizarre, incohérent, grincheux, et hanté par la peur d’être percé à jour.

 » Tu n’as jamais souffert de la faim, poursuivit-il, et tu as pourtant une sorte d’angoisse à propos de la nourriture. C’est celle du prédateur qui redoute continuellement qu’on découvre son manège et lui coupe les vivres.

Par le biais de l’esprit humain qui est en réalité le leur, les prédateurs nous inculquent ce qui les arrange pour améliorer leur sécurité et avoir moins peur.

– Peut-être tout cela est-il vrai, don Juan, mais si c’est le cas, il y a là quelque chose d’odieux qui me répugne et m’oblige à prendre le parti contraire. Et comment font-ils pour nous manger ?  »

Don Juan me fit un large sourire. Il avait l’air de bien s’amuser. Il m’expliqua que les sorciers voyaient les nouveaux-nés et les bébés comme d’étrange boules d’énergie lumineuse, recouvertes de haut en bas d’un revêtement brillant, un peu comme si une housse en plastique enveloppait étroitement leur cocon d’énergie. C’était cette couche brillante de conscience, me dit-il, que consommaient les prédateurs.

Et lorsque les êtres humains atteignaient l’âge adulte, il n’en restait qu’une étroite bande à hauteur des orteils qui permettait tout juste à l’humanité de survivre.

Comme en rêve, j’entendis don Juan me déclarer qu’à sa connaissance, l’espèce humaine était la seule à avoir cette couche brillante de conscience à l’extérieur du cocon lumineux. C’est pourquoi nous étions une proie facile pour le mode de conscience différent, plus pesant, des prédateurs.

Il me révéla alors quelque chose d’encore plus traumatisant : cette étroite bande de conscience était le siège de l’autocontemplation dans laquelle l’homme était irrémédiablement piégé.

En jouant sur cette autocontemplation qui est le dernier brin de conscience qui nous reste, les prédateurs suscitaient des éclairs de conscience qu’ils dévoraient avec l’acharnement d’un rapace. Et pour les provoquer, ils nous donnaient à résoudre des problèmes idiots et se nourrissaient du flamboiement énergétique de nos pseudo-intérêts.

Il devait y avoir dans ce que disait don Juan quelque chose de si pénible et bouleversant pour moi que j’en avais des haut-le-cœur.

Après une pose suffisamment longue pour me permettre de récupérer, je demandai à don Juan :  » Mais puisqu’ils voient les prédateurs, pourquoi les sorciers mexicains, anciens ou actuels, ne font-ils rien ?

– On ne peut strictement rien faire, me dit tristement don Juan d’une voix grave, hormis se discipliner au point qu’ils ne puissent nous toucher.

Et comment demander à nos semblables d’affronter les rigueurs d’une telle discipline ? Ils réagiraient en riant et se moquant de nous, et les plus agressifs d’entre eux s’énerveraient et nous tabasseraient. Ce n’est pas qu’ils ne nous croiraient pas ! Il y a au tréfond de chaque être humain une connaissance ancestrale, viscérale, de l’existence des prédateurs.  »

Mon esprit analytique jouait au yo-yo. Tout ce que me racontait don Juan était grotesque, absurde, et en même temps me semblait raisonnable, très simple. Toutes les contradictions humaines s’expliquaient. Mais comment prendre tout cela au sérieux ? Don Juan me poussait sur le trajet d’une avalanche qui m’emporterait à jamais.

(…) Don Juan continua à enfoncer le clou toujours plus profondément.  » Les sorciers mexicains d’autrefois voyaient le prédateur. Ils l’ont appelé planeur parce qu’il jaillit de l’espace. Il n’est pas beau à voir.

C’est une grande ombre, d’un noir impénétrable, qui fonce vers le sol et se pose lourdement. Ces sorciers ne savaient pas exactement quand il avait fait son apparition sur terre. Dans leur idée, l’homme avait sans doute été à une époque un être complet doué d’une conscience prodigieuse lui permettant d’accomplir d’incroyables prouesses – tous ces exploits que nous retrouvons aujourd’hui dans nos légendes mythologiques.

Ces facultés semblaient par la suite avoir disparu pour donner l’être humain actuel, un être diminué, comme abruti par des sédatifs.  »

J’aurai dû me mettre en colère, le traiter de paranoïaque, mais je ne sais trop pourquoi, ce genre d’indignation toujours latente chez moi m’avait quitté. Quelque chose en moi avait même dépassé ce stade où je me disais :  » Et si c’était vrai ?

 » Face à don Juan qui me parlait cette nuit là, je sentais au plus profond de mon être que tout ce qu’il me disait était vrai, mais en même temps, avec une force égale, que tout ce qu’il me disait était complètement absurde.

 » Que voulez-vous dire, don Juan ?  » lui demandai-je faiblement.

 » Ce que je veux dire, c’est que nous avons affaire à forte partie. C’est un prédateur très malin et bien organisé, qui procède méthodiquement pour nous neutraliser et nous empêcher d’être la créature magique que nous étions destinés à être. Nous ne sommes plus désormais qu’une source de ravitaillement et n’avons d’autres rêves que ceux d’un animal que l’on élève pour sa viande : des rêves banals, conventionnels et imbéciles.  »

(…)  » Ce prédateur, me dit don Juan, est évidemment un être inorganique. Mais il n’est pas pour nous complètement invisible comme le sont les autres. Je suis sûr que les enfants le voient, et devant l’horreur que leur inspire cette vision, ils préfèrent ne plus y penser. Et même s’ils cherchaient à mieux le voir, tout le monde autour d’eux les en dissuaderait.  »

(…)  » Les vieux chamans ont découvert que l’ensemble de l’univers est constitué de deux forces jumelles opposées, mais complémentaires.

Ainsi notre monde a un jumeau, un monde opposé et complémentaire peuplé par des êtres doués de conscience, mais dénués d’organisme, auxquels ils avaient donné le nom d’êtres inorganiques. (…)

L’ensemble de l’univers regorge de toutes sortes de mondes où la conscience peut être organique ou inorganique. « 

 » La seule alternative qui reste à l’humanité, continua don Juan, est la discipline.

Seule la discipline a un effet disuasif.
Mais je n’entends pas par ce terme une affreuse routine où l’on saute du lit tous les jours à cinq heures du matin pour s’asperger d’eau glacée !

Pour un sorcier, la discipline est la faculté d’affronter sereinement les difficultés imprévues. Il la considère comme un art : l’art de faire face à l’infini sans broncher, non pour faire étalage de sa force, mais pour lui témoigner son admiration et son respect.

– En quoi la discipline des sorciers peut-elle avoir un effet dissuasif ?

– Les sorciers disent qu’elle rend la couche brillante de conscience inconsommable pour le planeur, me dit don Juan en scrutant mon visage comme pour y déceler un signe d’incrédulité.

Il est alors perplexe. Je suppose qu’il n’a jamais entendu dire qu’une couche brillante de conscience pouvait ne pas être comestible.

Et cette perplexité ne lui laisse d’autre issue que de s’abstenir de poursuivre son infâme activité.

 » A partir du moment où les prédateurs ne la mangent plus, notre couche brillante de conscience se développe.

En simplifiant à l’extrême, on pourrait dire que, grâce à leur discipline, les sorciers éloignent les prédateurs, ce qui permet à leur couche brillante de conscience de se reformer et de retrouver progressivement sa taille normale.

Les sorciers d’autrefois la comparaient à un arbre qui atteint sa hauteur et son volume si on ne le taille pas. Et à mesure que le niveau de conscience s’élève au-dessus des pieds, de nouveaux modes de perception surgissent automatiquement.

 » Les anciens sorciers avaient découvert une excellente tactique : ils tenaillaient l’esprit des planeurs par la discipline.

Ils s’étaient aperçus que s’ils lui opposaient leur silence intérieur, cette implantation étrangère disparaissait, ce qui confirmait l’origine extérieure de cet esprit.

L’implantation étrangère tentait évidemment de revenir, mais elle avait perdu de sa force, et un processus se mettait en marche dans lequel l’esprit des planeurs prenait la fuite de plus en plus souvent, jusqu’au jour où il disparaissait définitivement.

Un triste jour, en fait, puisqu’on doit dès lors se débrouiller tout seul en ne comptant que sur ces propres ressources, qui sont pratiquement nulles. Personne n’est plus là pour nous dire que faire, aucun esprit clandestin ne nous dicte plus les idioties auxquelles nous sommes accoutumés.

 » Mon maître, le nagual Julian, disait fréquemment à ses disciples que c’était le moment le plus difficile de la vie d’un sorcier, car notre véritable esprit, celui qui nous appartient en propre et se résume à notre expérience personnelle, est devenu timide, inquiet et fuyant après une vie entière d’asservissement.

C’est alors, selon moi, que débute le véritable combat du sorcier. Le reste n’est que simple préparation.  »

(…)  » Que voulez-vous dire par tenailler l’esprit des planeurs ?

La discipline le met au supplice, me répondit-il. C’est donc grâce à leur discipline que les sorciers peuvent se débarrasser de cette implantation étrangère.  »

J’étais extrêmement troublé. Soit don Juan était bon pour l’asile, soit ce qu’il venait de me raconter était si terrifiant que mon sang se glaçait dans mes veines. Je notai cependant la vitesse à laquelle se ranima mon énergie pour tout nier en bloc. Après un instant de panique, j’éclatai de rire, comme si don Juan venait de me raconter une bonne plaisanterie.

Je m’entendis même lui dire :
 » Don Juan, don Juan, vous êtes incorrigible !  »

Il parut comprendre tout ce que j’éprouvais et secoua la tête, levant les yeux au ciel, comme pour feindre le désespoir.

 » Je suis si incorrigible que je vais asséner à l’esprit des planeurs qui t’habite un coup supplémentaire, en te confiant l’un des sectets les plus extraordinaires de la sorcellerie.

C’est la conclusion à laquelle ont abouti les sorciers, une conclusion qu’ils ont mis des milliers d’années à établir et vérifier.  »

Il me sourit d’un air machiavélique.  » L’esprit des planeurs s’enfuit définitivement lorsqu’un sorcier réussit à saisir la force vibratoire qui assemble les champs d’énergie qui nous constituent.

S’il maintient suffisamment longtemps sa pression, l’esprit des planeurs, vaincu, bat en retraite. Et c’est exactement ce que tu vas faire : te cramponner à l’énergie qui maintient ta cohésion.  »

J’eus une réaction totalement imprévisible et inexplicable. Une partie de moi était vraiment ébranlée, comme si elle avait reçu un coup. Je me sentis envahi par une terreur injustifiée que j’associai aussitôt à mon éducation religieuse.

Don Juan me regarda de la tête aux pieds.

 » Tu redoutes la colère divine, non ? Sois tranquille, cette peur n’est pas la tienne. C’est celle des planeurs, car ils savent que tu vas faire exactement ce que je vais te dire.  »

Ses paroles ne me rassurèrent absolument pas, et je me sentis encore plus mal. J’avais des spasmes involontaires que je ne pouvais maîtriser.

 » Ne t’inquiète pas, me dit calmement don Juan. Ce genre de crise passe très rapidement. L’esprit des planeurs n’a pas la moindre force de concentration.  »

Quelques instants plus tard, toutes ces manifestations disparurent comme don Juan l’avait prédit. Dire que j’étais perplexe serait un euphémisme. Pour la première fois de ma vie, seul ou avec don Juan, je ne savais plus du tout où j’en étais. Je voulais m’extraire de mon fauteuil pour faire quelques pas, mais j’étais mort de peur.

La tête farcie d’affirmations rationnelles, je me sentais pourtant terrorisé comme un enfant. Je me mis à respirer profondément et tout mon corps se couvrit de sueurs froides.

J’avais déchaîné en moi quelque chose d’épouvantable : des ombres noires fugitives bondissaient partout où que je tourne mon regard.

Je fermais les yeux et reposai la tête sur le bras du fauteuil.  » Je ne sais plus que faire, don Juan. Vous avez vraiment réussi à me déboussoler cette nuit.

– Tu es déchiré par une lutte intérieure, me dit don Juan. Tout au fond de toi, tu sais que tu ne peux t’opposer à ce qu’une indispensable partie de toi-même, la couche brillante de conscience, serve inexplicablement à nourrir de mystérieuses entités. Et quelque chose d’autre en toi refuse de toutes ses forces cette situation.

 » Ce qui est révolutionnaire dans l’attitude des sorciers, poursuivit-il, c’est qu’ils se refusent à respecter un accord auquel ils n’ont pas participé. Personne ne m’a jamais demandé si j’acceptais d’être mangé par des êtres ayant un mode de conscience différent ! Mes parents m’ont simplement mis au monde pour les ravitailler, comme cela s’était passé pour eux, et c’est tout.  »

(…) Revenu chez moi, je m’aperçu que l’idée des planeurs m’obsédait chaque jour davantage, jusqu’au jour où je sentis que les conclusions de don Juan étaient irréfutables.

J’avais beau m’efforcer de trouver une faille à sa logique, elle était imparable. Plus j’y réfléchissais, plus j’observais mes semblables et moi-même, plus s’intensifiait ma conviction que quelque chose nous rendait incapables de toute activité ou interaction non focalisée sur le moi. Mon seul souci, comme celui de tous ceux que je connaissais ou rencontrais, était mon moi.

 » Tous les êtres humains sur terre semblent avoir exactement les mêmes réactions, les mêmes pensées, les mêmes sentiments. Ils réagissent de manière presque identique aux mêmes stimuli. Le langage qu’ils utilisent jette une sorte de voile sur leurs attitudes, mais si l’on gratte un peu, on voit bien qu’ils ne peuvent échapper à cette similitude de comportement.

(…) Je fis des recherches anthropologiques approfondies sur la présence d’éventuelles allusions aux planeurs dans d’autres cultures. Elles s’avérèrent totalement infructueuses. Don Juan paraissait être l’unique source d’informations à cet égard. Dès que je le vis la fois suivante, je lui reparlai immédiatement des planeurs.

 » J’ai fait tout mon possible pour rester rationnel sur ce plan, mais je n’y arrive pas. Il y a des moments où je suis complètement d’accord avec vous sur les prédateurs.

– Concentre ton attention sur les ombres fugitives que tu vois vraiment « , me dit don Juan en souriant.

Je lui fit remarquer qu’elles mettaient en péril ma rationnalité. Je les voyais partout. Depuis ma dernière visite chez lui, j’étais incapable de dormir dans le noir. Garder la lumière allumée ne me gênait pas du tout, alors que s’il faisait nuit, tout se mettait à bondir autour de moi. Je ne voyais jamais de véritables formes ou silhouettes complètes, mais seulement ces fameuses ombres noires fugitives.

 » L’esprit des planeurs ne t’a pas quitté, me déclara don Juan. Il a été gravement atteint et essaie à tout prix de conclure un nouvel arrangement. Mais il s’est produit en toi une sorte de rupture définitive, et le planeur le sait. Le vrai danger, c’est que l’esprit des planeurs t’ait à l’usure et te fasse abdiquer en jouant sur la contradiction entre ses affirmations et les miennes.

 » L’esprit des planeurs n’a pas d’opposant, poursuivit don Juan, et lorsqu’il propose quelque chose, il acquiesce à sa propre proposition et te fait croire que tu as raison. Il va affirmer que les prétendues révélations de don Juan sont complètement absurdes, puis il va tomber d’accord avec se propre déclaration et te faire dire :  » Mais oui, c’est vrai, il raconte n’importe quoi !  »

C’est comme ça qu’ils nous dominent.
 » Les planeurs sont un constituant fondamental de l’univers et nous devons nous efforcer de les voir sous leur véritable jour – terrifiants, monstrueux.

C’est par leur intermédiaire que l’univers nous met à l’épreuve.
 » Nous sommes des sondes énergétiques douées de conscience, reprit-il comme s’il avait oublié ma présence, que l’univers a créées pour prendre conscience de lui-même.

Les planeurs constituent pour nous un défi auquel nous ne pouvons nous soustraire. Nous ne devons pas les mésestimer. Nous devons les vaincre pour que l’univers laisse les êtres humains poursuivre leur existence.  »

J’aurai voulu que don Juan m’en dise davantage, mais il se contenta d’ajouter :  » Le choc , tu l’as reçu la dernière fois. On pourrait parler pendant des heures des planeurs, mais il est temps de passer à autre chose.  »
(…)

 

Eckhart Tolle

Extrait de : Mettre en pratique le pouvoir du moment présent

« La douleur et la souffrance sont inévitables tant et aussi longtemps que vous êtes identifié à votre mental, c’est-à-dire inconscient spirituellement parlant.

Je fais ici surtout référence à la souffrance émotionnelle, également la principale cause de la souffrance et des maladies corporelles.

Le ressentiment, la haine, l’apitoiement sur soi, la culpabilité, la colère, la dépression, la jalousie, ou même la plus petite irritation sont sans exception des formes de souffrance.

Et tout plaisir ou toute exaltation émotionnelle comportent en eux le germe de la souffrance, leur inséparable opposé, qui se manifestera à un moment donné.

N’importe qui ayant déjà pris de la drogue pour « décoller » sait très bien que le « planage » se traduit forcément par un « atterrissage », que le plaisir se transforme d’une manière ou d’une autre en souffrance.

Beaucoup de gens savent aussi d’expérience avec quelle facilité et rapidité une relation intime peut devenir une source de souffrance après avoir été une source de plaisir.

Si on considère ces polarités négative et positive en fonction d’une perspective supérieure, on constate qu’elles sont les deux faces d’une seule et même pièce, qu’elles appartiennent toutes deux à la souffrance sous-jacente à l’état de conscience dit de l’ego, à l’identification au mental, et que cette souffrance est indissociable de cet état.

Il existe deux types de souffrance : celle que vous créez maintenant et la souffrance passée qui continue de vivre en vous, dans votre corps et dans votre mental.

Maintenant, j’aimerais vous expliquer comment cesser d’en créer dans le présent et comment dissoudre celle issue du passé. La plus grande partie de la souffrance humaine est inutile. On se l’inflige à soi-même aussi longtemps que, à son insu, on laisse le mental prendre le contrôle de sa vie.

La souffrance que vous créez dans le présent est toujours une forme de non-acceptation, de résistance inconsciente à ce qui est. Sur le plan de la pensée, la résistance est une forme de jugement. Sur le plan émotionnel, c’est une forme de négativité.

L’intensité de la souffrance dépend du degré de résistance au moment présent, et celle-ci, en retour, dépend du degré d’identification au mental.

Le mental cherche toujours à nier le moment présent et à s’en échapper. Autrement dit, plus on est identifié à son mental, plus on souffre. On peut également l’énoncer ainsi :

PLUS ON EST À MÊME DE RESPECTER ET D’ACCEPTER LE MOMENT PRÉSENT,
PLUS ON EST LIBÉRÉ DE LA DOULEUR, DE LA SOUFFRANCE ET DU MENTAL.

Tant que vous êtes incapables d’accéder au pouvoir de l’instant présent, chaque souffrance émotionnelle que vous éprouvez laisse derrière elle un résidu. Celui-ci fusionne avec la douleur du passé, qui était déjà là, et se loge dans votre mental et votre corps. Bien sûr, cette souffrance comprend celle que vous avez éprouvée enfant, causée par l’inconscience du monde dans lequel vous êtes né.

Cette souffrance accumulée est un champ d’énergie négative qui habite votre corps et votre mental.

Si vous la considérez comme une entité invisible à part entière, vous n’êtes pas loin de la vérité. Il s’agit du corps de souffrance émotionnel.

Il y a deux modes d’être : latent et actif. Un corps de souffrance peut être latent 90 % du temps. Chez une personne profondément malheureuse, cependant, il peut être actif tout le temps. Certaines personnes vivent presque entièrement dans leur corps de souffrance, tandis que d’autres ne le ressentent que dans certaines situations, par exemple dans les relations intimes ou les situations rappelant une perte ou un abandon survenus dans leur passé, au moment d’une blessure physique ou émotionnelle. N’importe quoi peut servir de déclencheur, surtout ce qui écho à un scénario douloureux de votre passé. Lorsque le corps de souffrance est prêt à sortir de son état latent, une simple pensée ou une remarque innocente d’un proche peuvent l’activer.

Le corps de souffrance ne désire pas que vous l’observiez directement parce qu’ainsi vous le voyez tel qu’il est. En fait, dès que vous ressentez son champ énergétique et que vous lui accordez votre attention, l’identification est rompue.

Et une dimension supérieure de la conscience entre en jeu. Je l’appelle la présence. Vous êtes dorénavant le témoin du corps de souffrance. Cela signifie qu’il ne peut plus vous utiliser en se faisant passer pour vous et qu’il ne peut plus se régénérer à travers vous. Vous avez découvert votre propre force intérieure. Vous avez accédé au pouvoir de l’instant présent.

Plusieurs corps de souffrance sont exécrables mais relativement inoffensifs, comme c’est le cas chez un enfant qui ne cesse de se plaindre. D’autres sont des monstres vicieux et destructeurs, de véritables démons.

Certains sont physiquement violents, alors que beaucoup d’autres le sont sur le plan émotionnel. Ils peuvent attaquer les membres de leur entourage ou leurs proches, tandis que d’autres préfèrent assaillir leur hôte, c’est-à-dire vous-même.

Les pensées et les sentiments que vous entretenez à l’égard de votre vie deviennent alors profondément négatifs et autodestructeurs. C’est ainsi que les maladies et les accidents sont souvent générés. Certains corps de souffrance mènent leur hôte au suicide.

Si vous pensiez connaître une personne, ce sera tout un choc pour vous que d’être pour la première fois confrontée soudainement à cette créature étrange et méchante.

Il est cependant plus important de surveiller le corps de souffrance chez vous que chez quelqu’un d’autre.

Remarquez donc tout signe de morosité, peu importe la forme qu’elle peut prendre. Ceci peut annoncer le réveil du corps de souffrance, celui-ci pouvant se manifester sous forme d’irritation, d’impatience, d’humeur sombre, d’un désir de blesser, de colère, de fureur, de dépression, d’un besoin de mélodrame dans vos relations, et ainsi de suite. Saisissez-le au vol dès qu’il sort de son état latent.

Le corps de souffrance veut survivre, tout comme n’importe quelle autre entité qui existe, et ne peut y arriver que s’il vous amène à vous identifier inconsciemment à lui. Il peut alors s’imposer, s’emparer de vous, « devenir vous » et vivre par vous. Il a besoin de vous pour se « nourrir ».

En fait, il puisera à même toute expérience entrant en résonance avec sa propre énergie, dans tout ce qui crée davantage de douleur sous quelque forme que ce soit : la colère, un penchant destructeur, la haine, la peine, un climat de crise émotionnelle, la violence et même la maladie.

Ainsi, lorsqu’il vous aura envahi, le corps de souffrance créera dans votre vie une situation qui reflétera sa propre fréquence énergétique, afin de s’en abreuver. La souffrance ne peut soutenir qu’elle-même. Elle ne peut se nourrir de la joie, qu’elle trouve vraiment indigeste.

Lorsque le corps de souffrance s’empare, vous en redemandez. Soit vous êtes la victime, soit le bourreau.

Vous voulez infliger de la souffrance ou vous voulez en subir, ou bien les deux. Il n’y a pas grande différence. Vous n’en êtes pas conscient, bien entendu, et vous soutenez avec véhémence que vous ne voulez pas de cette souffrance. Mais si vous regardez attentivement, vous découvrez que votre façon de penser et votre comportement font en sorte d’entretenir la souffrance, la vôtre et celle des autres. Si vous en étiez vraiment conscient, le scénario disparaîtrait de lui-même, car c’est folie pure que de vouloir souffrir davantage et personne ne peut être conscient et fou en même temps.

En fait, le corps de souffrance, qui est l’ombre de l’ego, craint la lumière de votre conscience. Il a peur d’être dévoilé.

Sa survie dépend de votre identification inconsciente à celui-ci et de votre peur inconsciente d’affronter la douleur qui vit en vous.

Mais si vous ne vous mesurez pas à elle, si vous ne lui accordez pas la lumière de votre conscience, vous serez obligé de la revivre sans arrêt. Le corps de souffrance peut vous sembler un dangereux monstre que vous ne pouvez supporter de regarder, mais je vous assure que c’est un fantôme minable qui ne fait pas le poids face au pouvoir de votre présence.

Lorsque vous commencerez à vous désidentifier et à devenir l’observateur, le corps de souffrance continuera de fonctionner un certain temps et tentera de vous amener, par la ruse, à vous identifier de nouveau à lui.

Même si la non-identification ne l’énergise plus, il gardera un certain élan, comme la roue de la bicyclette continue de tourner même si vous ne pédalez plus. A ce stade, il peut également créer des maux et des douleurs physiques dans diverses parties du corps, mais ceux-ci ne dureront pas.

Restez présent, restez conscient. Soyez en permanence le vigilant gardien de votre espace intérieur.

Il vous faut être suffisamment présent pour pouvoir observer directement le corps de souffrance et sentir son énergie. Ainsi, il ne peut plus contrôler votre pensée.

Dès que votre pensée se met au diapason du champ énergétique de votre corps de souffrance, vous y êtes identifié et vous le nourrissez à nouveau de vos pensées.

Par exemple, si la colère en est la vibration énergétique prédominante et que vous avez des pensées de colère, que vous ruminez ce que quelqu’un vous a fait ou ce que vous allez lui faire, vous voilà devenu inconscient et le corps de souffrance est dorénavant « vous-même ». La colère cache toujours de la souffrance.

Lorsqu’une humeur sombre vous vient et que vous amorcez un scénario mental négatif en vous disant combien votre vie est affreuse, votre pensée s’est mise au diapason de ce corps et vous êtes alors inconscient et ouvert à ses attaques. Le mot « inconscient », tel que je l’entends ici, veut dire être identifié à un scénario mental ou émotionnel. Il implique une absence complète de l’observateur.

L’attention consciente soutenue rompt le lien entre le corps de souffrance et les processus de la pensée.souffrance en conscience.

La division intérieure est résorbée et vous devenez entier. Il vous incombe alors de ne plus créer de souffrance. C’est ce qui amène la métamorphose.

Comme si la souffrance alimentait la flamme de votre conscience qui, ensuite, brille par conséquent d’une lueur plus vive.

Voilà la signification ésotérique de l’art ancien de l’alchimie

Concentrez votre attention sur le sentiment qui vous habite. Sachez qu’il s’agit du corps de souffrance. Acceptez le fait qu’il soit là. N’y pensez pas. Ne transformez pas le sentiment en pensée. Ne le jugez pas. Ne l’analysez pas. Ne vous identifiez pas à lui.

Restez présent et continuez d’être le témoin de ce qui se passe en vous. Devenez conscient non seulement de la souffrance émotionnelle, mais aussi de « celui qui observe », de l’observateur silencieux.

Voici ce qu’est le pouvoir de l’instant présent, le pouvoir de votre propre présence consciente. Ensuite, voyez ce qui se passe.

Le processus que je viens de décrire est profondément puissant mais simple. On pourrait l’enseigner à un enfant, et espérons qu’un jour ce sera l’une des premières choses que les enfants apprendront à l’école.

Lorsque vous aurez compris le principe fondamental de la présence, en tant qu’observateur, de ce qui se passe en vous – et que vous le « comprendrez » par l’expérience -, vous aurez à votre disposition le plus puissant des outils de transformation.

Ne nions pas le fait que vous rencontrerez peut-être une très grande résistance intérieure intense à vous désidentifier de votre souffrance. Ce sera particulièrement le cas si vous avez vécu étroitement identifié à votre corps de souffrance la plus grande partie de votre vie et que le sens de votre identité personnelle y est totalement ou partiellement investi.

Cela signifie que vous avez fait de votre corps de souffrance un moi malheureux et que vous croyez être cette fiction créée par votre mental.

Dans ce cas, la peur inconsciente de perdre votre identité entraînera une forte résistance à toute désidentification. Autrement dit, vous préféreriez souffrir, c’est-à-dire être dans le corps de souffrance, plutôt que de faire un saut dans l’inconnu et de risquer de perdre ce moi malheureux mais familier.

Examinez cette résistance. Regardez de près l’attachement à votre souffrance. Soyez très vigilant. Observez le plaisir curieux que vous tirez de votre tourment, la compulsion que vous avez d’en parler ou d’y penser.

La résistance cessera si vous la rendez consciente. Vous pourrez alors accorder votre attention au corps de souffrance, rester présent en tant que témoin et ainsi amorcer la transmutation.

Vous seul pouvez le faire. Personne ne peut y arriver à votre place. Mais si vous avez la chance de trouver quelqu’un d’intensément conscient, si vous pouvez vous joindre à cette personne dans l’état de présence, cela pourra accélérer les choses.

Ainsi, votre propre lumière s’intensifiera rapidement. Lorsqu’une bûche qui commence à peine à brûler est placée juste à côté d’une autre qui flambe ardemment et qu’au bout d’un certain temps elles sont séparées, la première chauffera avec beaucoup plus d’ardeur qu’au début. Après tout, il s’agit du même feu.

Jouer le rôle du feu, c’est l’une des fonctions du maître spirituel. Certains thérapeutes peuvent également remplir cette fonction, pourvu qu’ils aient dépassé le plan mental et qu’ils soient à même de créer et de soutenir un immense état de présence pendant qu’ils s’occupent de vous.

La première chose à ne pas oublier est la suivante :

TANT ET AUSSI LONGTEMPS QUE VOUS VOUS CRÉEREZ UNE IDENTITÉ QUELCONQUE À PARTIR DE LA SOUFFRANCE, IL VOUS SERA IMPOSSIBLE DE VOUS EN LIBÉRER.

Tant et aussi longtemps que le sens de l’identité sera investi dans la souffrance émotionnelle, vous sabotez inconsciemment toute tentative faite dans le sens de guérir cette souffrance ou y résisterez d’une manière quelconque. Pourquoi ?

Tout simplement parce que vous voulez rester intact et que la souffrance est fondamentalement devenue une partie de vous. Il s’agit là d’un processus inconscient, et la seule façon de le dépasser est de le rendre conscient.

Réaliser soudainement que vous êtes ou avez été attaché à votre souffrance peut-être la cause d’un grand choc. Mais dès l’instant où cette prise de conscience a lieu, l’attachement est rompu. Un peu comme une entité, le corps de souffrance est un champ énergétique qui se loge temporairement à l’intérieur de vous.

C’est de l’énergie vitale qui est prise au piège et ne circule plus.

Bien entendu, le corps de souffrance existe en raison de certaines choses qui se sont produites dans le passé. C’est le passé qui vit en vous, et si vous vous identifiez au corps de souffrance, vous vous identifiez par la même occasion au passé.

L’identité de victime est fondée sur la croyance que le passé est plus puissant que le présent, ce qui est contraire à la vérité. Que les autres et ce qu’ils vous ont fait sont responsables de ce que vous êtes maintenant, de votre souffrance émotionnelle ou de votre incapacité à être vraiment vous-même.

La vérité, c’est que le seul pouvoir qui existe est celui propre à l’instant présent : c’est le pouvoir de votre propre présence à ce qui est. Une fois que vous savez cela, vous réalisez également que vous-même et personne d’autre êtes maintenant responsable de votre vie intérieure et que le passé ne peut pas l’emporter sur le pouvoir de l’instant présent.

Tout comme vous ne pouvez vous battre contre l’obscurité, vous ne pouvez non plus vous battre contre le corps de souffrance. Essayer de le faire créerait un conflit intérieur et, par conséquent, davantage de souffrance. Il suffit de l’observer et cela suppose l’accepter comme une partie de ce qui est ce moment. »

source : http://espace.canoe.ca

Qu’est-ce que la Tenségrité?

La Tenségrité est la version modernisée de mouvements appelés « passes magiques » qui furent développés par les indiens qui vivaient au Mexique à une époque précédant la Conquête Espagnole.

« L’époque précédant la Conquête Espagnole » est une expression qu’employait don Juan Matus, le sorcier indien du Mexique qui présenta à Carlos Castaneda, Carol Tiggs, Florinda Donner-Grau et Taisha Abelar le monde cognitif des chamans qui vivaient au Mexique il y a, d’après don Juan, entre 7000 et 10 000 ans.

Don Juan a expliqué à ses quatre disciples que ces chamans ou sorciers, comme il les appelait, découvrirent au moyen de pratiques qu’il ne pouvait pas déterminer, que les êtres humains ont la possibilité de percevoir l’énergie directement telle qu’elle circule dans l’univers.
En d’autres termes, selon don Juan, ces sorciers assuraient que chacun d’entre nous peut, pour un moment, se défaire de notre système consistant à convertir l’afflux d’énergie en informations sensorielles en rapport avec le type d’organisme auquel nous appartenons.

Les sorciers affirment que la transformation de l’afflux d’énergie en informations sensorielles produit un système d’interprétation qui transforme l’énergie fluctuante de l’univers en « le monde quotidien que nous connaissons »
Don Juan ajoutait que dès que les sorciers des temps anciens eurent établi la validité de l’acte de percevoir l’énergie directement, ce qu’ils nommèrent voir, ils se mirent à le raffiner en se l’appliquant à eux-mêmes, ce qui signifie que, à chaque fois qu’ils le voulaient, ils se percevaient les uns les autres en tant que conglomérats de champs d’énergie.
Les êtres humains perçus de cette manière apparaissent au voyant comme de gigantesques sphères lumineuses. Ces sphères lumineuses sont d’une taille équivalente à l’envergure des bras étendus.

Lorsque les êtres humains sont perçus en tant que conglomérats de champs d’énergie, on perçoit un point d’une luminosité intense, placé à la hauteur des omoplates, à une longueur de bras de ceux-ci, vers l’arrière.
Les voyants des temps anciens qui découvrirent ce point de luminosité l’appelèrent le point d’assemblage, parce qu’ils arrivèrent à la conclusion que c’est à cet endroit que la perception est assemblée.

Ils remarquèrent, grâce à leur capacité à voir, que sur ce point de luminosité dont l’emplacement est le même pour toute l’humanité, les champs d’énergie en forme de filaments lumineux qui constituent l’univers dans son ensemble convergent par millions.

En convergeant à ce point, ils deviennent des informations sensorielles utilisables par les êtres humains en tant qu’organismes. Cette utilisation de l’énergie transformée en informations sensorielles était considérée par les sorciers comme un acte de magie pure : l’acte de transformer, par le point d’assemblage, de l’énergie en liberté en un monde véritable et complet dans lequel les êtres humains en tant qu’organismes peuvent vivre et mourir

L’acte de convertir l’afflux d’énergie pure en un monde perceptible fut attribué par les sorciers à un système d’interprétation.

Leur conclusion renversante, renversante à leurs yeux, bien sûr, et peut-être aux yeux de ceux d’entre nous qui ont l’énergie d’y être attentif, fut que le point d’assemblage n’était pas seulement l’endroit où la perception était assemblée en transformant l’afflux d’énergie pure en informations sensorielles, mais l’endroit où l’interprétation des informations sensorielles avait lieu .

Leur observation renversante suivante fut que le point d’assemblage se déplace au cours du sommeil au delà de sa position habituelle de façon très naturelle et discrète.
Ils découvrirent que plus le déplacement était important, plus les rêves qui l’accompagnaient étaient bizarres.
Ces sorciers sautèrent alors, depuis ces observations de voir, jusqu’à l’action pragmatique consistant à déplacer volontairement le point d’assemblage. Et ils appelèrent les résultats de leurs conclusions : l’art de rêver.

Ces sorciers définissaient cet art comme l’utilisation pragmatique des rêves ordinaires afin de créer une ouverture vers d’autres mondes par l’acte de déplacer le point d’assemblage à volonté et de le maintenir sur cette nouvelle position, également à volonté.

Les observations que firent ces sorciers en pratiquant l’art de rêver furent un mélange de raison et de voir directement l’énergie telle qu’elle circule dans l’univers.

Ils réalisèrent que, à sa position habituelle le point d’assemblage est un point où converge une portion donnée, minuscule, des filaments d’énergie constituant l’univers, mais si le point d’assemblage change de position à l’intérieur de l’oeuf lumineux, une minuscule portion de champs d’énergie différente converge alors à ce point, ce qui donne comme résultat un nouvel afflux d’informations sensorielles : des champs d’énergie différents de ceux qui sont habituellement transformés en informations sensorielles, et ces champs d’énergie différents sont interprétés comme un monde différent.

L’art de rêver devint pour ces sorciers leur activité la plus absorbante. Au cours de leur pratique, ils firent l’expérience d’états de bien-être et d’aisance physique sans égal et dans leurs efforts pour reproduire ces états pendant leurs heures de veille, ils découvrirent qu’il leur était possible de les recréer à la suite de certains mouvements du corps.

Le point culminant de leurs efforts fut la découverte et le développement d’un grand nombre de mouvements de cette nature, qu’ils appelèrent des passes magiques.

Les passes magiques de ces sorciers de l’Antiquité mexicaine devinrent leur bien le plus cher. Ils les entourèrent de rituels et de mystères et ne les enseignèrent qu’aux initiés dans le plus grand des secrets. C’est de cette manière que don Juan Matus les a transmis à ses disciples.

Ses disciples, étant les derniers maillons de sa lignée, arrivèrent à la conclusion unanime qu’entretenir davantage le secret à propos des passes magiques serait contraire à l’intérêt qu’ils portent au fait de rendre le monde de don Juan accessible à leurs semblables. Ils ont décidé, par conséquent, d’extraire les passes magiques de leur obscurité.
Ils ont ainsi créé la Tenségrité, qui est un terme appartenant à l’architecture et qui signifie : « la propriété des structures squelettiques mettant en jeu des éléments continus en tension et des éléments discontinus en compression de telle façon que chaque élément fonctionne avec le maximum d’efficacité et d’économie ».

Ce nom est des plus approprié car il mélange deux mots : tension et intégrité ; des termes qui suggèrent parfaitement les deux forces directrices des passes magiques. n’était pas seulement l’endroit où la perception était assemblée en transformant l’afflux d’énergie pure en informations sensorielles, mais l’endroit où l’interprétation des informations sensorielles avait lieu .
C
e texte est extrait de Lecteurs de l’Infini (Volume 1, n°1, 1996) de Carlos Castaneda. Publié par CleargreenIncorporated, (c) Copyright 1996, Laugan Productions, Incorporated. Tous droits réservés.
Site source : http://www.cleargreen.com/mirrors/french/index.html

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: http://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2017/ Aux Portes du Temps



07/07/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 135 autres membres