GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

SECRET PROGRAMME ANTIGRAVITY AUSTRALIAN LIÉ 1966 FLYING SAUCER LANDING

 

SECRET AUSTRALIAN ANTIGRAVITY PROGRAM LINKED TO 1966 FLYING SAUCER LANDING

WRITTEN BY DR MICHAEL SALLA ON . POSTED IN SCIENCE AND TECHNOLOGYSECRET SPACE PROGRAMS

 

 
 
 
Share2
 

Westall UFO CaseThis

 

SECRET PROGRAMME ANTIGRAVITY AUSTRALIAN LIÉ 1966 FLYING SAUCER LANDING
ÉCRITE PAR DR MICHAEL SALLA LE 11 JUILLET 2016. AFFECTES EN SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE, LES PROGRAMMES DE L'ESPACE SECRET

 
Westall UFO CaseThis année marque le 50e anniversaire de cas l'OVNI le plus documenté dans l'histoire australienne - 6 Avril 1966, observation d'une soucoupe volante par plus de 200 témoins, qui l'ont vu voler au-dessus pendant plusieurs minutes avant l'atterrissage brièvement et de repartir à proximité deux écoles de la banlieue de Melbourne de Westall.

L'affaire Westall UFO a fait l'objet de plusieurs reportages et documentaires de presse australiens, qui ont tenté de trouver des réponses au mystère de ce qui précisément avait atterri. témoignages des dénonciateurs récents fournissent une réponse convaincante - la soucoupe volante faisait partie d'un programme aérospatial australien secrète impliquant le développement de la technologie antigravité en coopération avec les États-Unis et la Grande-Bretagne.

Il existe depuis longtemps des rapports non confirmés que les États-Unis, ainsi que le Royaume-Uni, a commencé l'élaboration d'un programme spatial secret avec l'aide de scientifiques nazis extraites de l'Allemagne, peu après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les premiers prototypes nazis soucoupe volante appelée "Vril" auraient été secrètement enlevés de l'Allemagne et à parts égales par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, au besoin par des accords de guerre.

Ces accords d'échange de technologie remontent à "Mission Tizard" de la Grande-Bretagne, où une délégation de scientifiques britanniques dirigée par Henry Tizard a voyagé aux États-Unis en Septembre 1940, et a partagé les technologies britanniques à l'avance d'une invasion allemande nazie attendue de la Grande-Bretagne.

Ce qui est fait incontesté est que 1500 des scientifiques de l'aérospatiale nazis ont été extraits aux États-Unis au titre du Projet Paperclip, et des centaines d'autres ont été évacués vers le Royaume-Uni par un groupe militaire d'élite appelée T-Force qui les ont enlevé de force si nécessaire.

Les anciens scientifiques nazis ont été mis au travail dans des Etats-Unis et les laboratoires britanniques pour développer une nouvelle génération de fusées sur la base du V-2, qui ont finalement été utilisés pour établir des missiles balistiques nucléaires et aussi le programme spatial de la NASA.

D'autres scientifiques nazis auraient été secrètement assignés à développer antigravité vaisseau spatial en utilisant les principes de plasma à haute énergie et haute tension des charges électrostatiques.

plasma haute énergie, qui circule autour d'un anneau très conducteur à de très hautes tours par minute, était un champ de l'un des scientifiques nazis spécialisé présenté aux États-Unis par le Projet Paperclip. Professeur Winfried Otto Schumann. Il aurait été impliqué dans le développement des premières soucoupes volantes Vril dans les années 1920 et 1930.

Paperclip Mémorandum Schumann
 

Le nom de Schumann figure sur la liste des scientifiques demandés par la Force US Army Air (prédécesseur de l'US Air Force créé en Septembre 1947) en 1946, ce qui suggère que sa spécialité était important pour les projets aérospatiaux hautement classifiés à l'étude au Dayton hautement classifiés , Ohio, centre de l'aérospatiale.

La première référence documentée à electrostatics comme un moyen de propulsion antigravité (électrogravitique) peut être trouvé dans un 1928 brevet britannique par Thomas Townsend Brown pour un dispositif electrogravitic appelé Gravitator. Cela est venu à être appelé l'effet Biefeld-Brown, et a été incorporé dans une offre 1952 par Brown à la Marine des Etats-Unis pour construire une flotte de voler l'artisanat de soucoupe appelé projet Winterhaven.

Selon les chiffres officiels, le projet Winterhaven a été rejetée par la Marine des Etats-Unis et une tentative ultérieure par Brown pour le financer par le biais d'une fondation sans but lucratif a abouti à un échec. En Décembre 2015, William Tompkins, un ingénieur aéronautique à la retraite est venu avant de révéler que la marine américaine avait secrètement financé le développement de soucoupe volante métier après tout.

Selon Tompkins, cela a été fait par la Marine approche entrepreneurs aérospatiaux privés tels que Douglas Aircraft Company, à concevoir et à construire éventuellement un assortiment de véhicules antigravité.

Tompkins, a révélé que, alors qu'il travaillait à la conception avancée de Douglas (1951 à 1963), il a été chargé de soumettre des dessins pour kilomètre de long vaisseau spatial en utilisant les technologies de l'antigravité, à l'US Navy dans «offres non sollicitées." Ces premiers modèles ont été utilisés pour la construction US Navy les tactiques spatiales qui ont commencé le déploiement en 1984, le Programme spatial Warden solaire.

Le programme spatial antigravité américain impliqué think tanks principaux et les entreprises aérospatiales telles que Douglas Aircraft Company et la RAND Corporation, qui était un rejeton de Douglas. À l'époque, Douglas a été le premier fabricant américain d'avions militaires de pointe, et avait créé un think tank classé appelé Advanced Design, qui a été scindée pour former RAND, selon Tompkins.

Tompkins a dit qu'il a été directement impliqué dans un programme d'intelligence marine secrète, qui avait découvert au cours de la Seconde Guerre mondiale que jusqu'à 30 volants différents prototypes de soucoupes avaient été mis au point par les nazis. Ces prototypes nazis, ou des dessins pour eux, ont été étudiés de près dans les États-Unis et les laboratoires britanniques après la guerre.

Douglas Mémo sur la recherche Antigravity
Douglas Memo Confirmant Antigravity recherche par les supérieurs William Tompkins - Cliquez sur l'image pour l'agrandir

En outre, Tompkins déclare qu'il a travaillé sous deux scientifiques de haut niveau à Douglas, le Dr William Klemperer et Elmer Wheaton, qui étaient activement des recherches sur les principes et les OVNIS antigravité. Wheaton a quitté Douglas en 1962 pour prendre en charge des projets similaires à Skunkworks de Lockeheed. Tompkins a fourni un document (à droite) qui confirme que ses supérieurs travaillaient sur antigravité dans les années 1950, comme il le prétendait.

recherche antigravité similaire était en cours en Grande-Bretagne impliquant des groupes de réflexion et de grandes entreprises de l'aérospatiale. En 1956, une organisation basée à Londres, appelé "Rand Gravity" a publié un document de travail scientifique intitulé «La Gravitics situation," qui a révélé les recherches approfondies menées par des scientifiques de l'aérospatiale en Grande-Bretagne.

Les États-Unis et la Grande-Bretagne ne sont pas seuls dans la recherche ou le développement de technologies antigravité. En 1956, Interavia Magazine a rapporté: "Il y a des projets de recherche de gravité dans tous les grands pays du monde. Quelques-uns sont âgés de plus de 30 ans. "Parmi ces pays a été l'Australie, un allié fidèle de la Grande-Bretagne et aux États-Unis

En Australie, l'aéronautique Research Laboratories (1949-1994) a été activement impliqué dans la recherche de antigravité classé, selon un physicien de recherche, Stan Deyo. Deyo a révélé que, quand il a voyagé à Melbourne, en Australie en mai 1972 il a reçu une lettre d'introduction à la tête des aéronautiques Research Laboratories, situé à Fishermans Bend, où Deyo pourrait poursuivre la recherche de l'antigravité, il avait déjà commencé dans le États-Unis

Maxfield Lettre 1
 

La lettre a été écrite par le Dr James B. Maxfield, un radiologue Texas, qui recommande Deyo comme quelqu'un familier avec la recherche de l'antigravité, qui pourraient aider les laboratoires de recherche aéronautique dans son propre programme. Selon la lettre de Maxfield, d'abord publié dans le livre de Deyo, The Cosmic Conspiracy, Maxfield avait un intérêt, tout comme le père de la bombe à hydrogène, le Dr Edward Teller, dans le domaine de l'antigravité.

Selon Deyo, Teller a dirigé le programme de recherche de l'antigravité dans le États-Unis, et aidait activement les principaux alliés comme l'Australie et le Royaume-Uni dans leurs propres programmes respectifs. Deyo a fourni une deuxième lettre du Dr Maxfield, discuter d'une visite future prévue par Teller à Melbourne, qui faisait partie d'une coopération des Etats-Unis et en Australie secrète sur la technologie antigravité.

Soutien à la demande de Deyo se trouve dans un article publié en Novembre 1955 par le New York Herald Tribune, qui a identifié le rôle prépondérant de Teller dans la recherche de antigravité États-Unis:

Les étapes initiales d'un programme presque incroyable pour résoudre le secret de la gravité et de la gravitation universelle sont prises aujourd'hui dans la plupart des laboratoires scientifiques de haut niveau de l'Amérique et les centres de chercheurs ... notamment Dr Edward Teller de l'Université de Californie.

Le témoignage de Deyo est appuyé par Bob Lazar, un ingénieur de propulsion innovant tourné dénonciateur, qui dit que ce fut le Dr Teller qui l'a recruté pour rejoindre une installation classée à la zone 51 appelée S-4, où il a assisté neuf antigravité engins spatiaux qui ont été secrètement étudié. Selon un ancien agent de la CIA, Kewper, qui prétend avoir visité S-4 en 1958, quatre de la soucoupe engin volant étaient des conceptions allemandes au début, dont deux ont été appelés "Vril".

Enfin, dans son autobiographie, Mémoires: A Journey Twentieth-Century dans Science et Politique, Teller confirme son amitié avec le Dr James Maxfield qui a eu des contacts avec certains des plus grands industriels de l'Australie (de p.496). Cela comprenait Lang Hancock, un magnat minier australien très riche qui était ami personnel de Maxfield. La biographie de Teller confirme le rôle joué dans l'organisation de Maxfield au moins deux des voyages de Teller en Australie où il a rencontré Hancock et d'autres Australiens influents.

Au cours de sa mai 1972 Melbourne visite, Deyo a été surpris d'apprendre comment les connaissances scientifiques australiens étaient sur les principes de antigravité, et a même été témoin d'un prototype de soucoupe volante artisanale à l'un des laboratoires de recherche aéronautiques ateliers à Fishermans Bend.

Tompkins et le témoignage de Deyo, ainsi que d'autres dénonciateurs, suggèrent que des années 1950, l'Australie étroitement travaillé avec la Grande-Bretagne et les États-Unis dans le développement de l'antigravité vaisseau spatial, dont certains ressemblaient les soucoupes volantes. Ceci établit la possibilité que l'incident Westall 1966 faisait partie d'un essai classifié de véhicule antigravité.

Comme le graphique illustre le dessus, Fishermans Bend est à seulement 25 kilomètres de vol distance de la zone Westall (maintenant South Clayton), à travers la baie de Port Phillip. En outre, il est à seulement 30 kilomètres à travers la baie de la plus ancienne installation de l'aviation de l'Australie située à la base de la RAAF Point Cook.

Si l'Australie a été l'essai des véhicules antigravité, alors soit Fishermans Bend ou Point Cook auraient pu être utilisés puisque les deux sont à côté de Port Phillip Bay, où l'engin pourrait voler au-dessus d'une grande masse d'eau largement inaperçue.

Une telle possibilité est prise en charge par certains des témoins de l'incident Westall qui décrit le personnel militaire camouflé - pensé pour être des forces spéciales américaines - qui ont rapidement désinfectés l'aire d'atterrissage de soucoupe volante. La réponse rapide de quelques-uns des militaires - aussi peu que 20 minutes selon des témoins - suggère le personnel étaient stationnés à proximité pour surveiller un test.

Un chercheur UFO australien, Keith Basterfield, a trouvé qu'un programme classifié appelé HIBAL impliquant des ballons à haute altitude, a été officiellement prévue pour un lancement le 5 Avril 1966, un jour avant l'incident Westall, mais aurait pu effectivement eu lieu le même jour. Alors il a proposé de projet HIBAL comme une explication possible pour l'observation Westall lui-même, une réponse plus plausible est qu'il était un programme de couverture pour un vol programme de soucoupe plus hautement classifiés.

dossiers de l'Agence nationale de sécurité Fuites par Edward Snowden confirment que la communauté du renseignement militaire aux États-Unis et ses partenaires Echelon (Australie, la Grande-Bretagne, le Canada et la Nouvelle-Zélande) utilisera un programme classifié comme une couverture pour un programme encore plus hautement classifiés.

La question de la soucoupe volante, comme l'a souligné Wilbert Smith, un ancien ingénieur principal avec le ministère canadien des Transports, était la question la plus petite dans le système de sécurité nationale des Etats-Unis. Par conséquent, un programme de ballon à haute altitude classée (HIBAL) aurait été une couverture très efficace pour un programme soucoupe volante australienne plus hautement classifiés.

NSA fuite diapositive montrant programme SENTRY EAGLE où les différents programmes clasified DHS, DOD et NSA sont cachés dans les programmes nationaux moins classés. (NSA)
NSA fuite diapositive montrant programme SENTRY EAGLE où les différents programmes classés DHS, DOD et NSA sont cachés dans les programmes nationaux moins classés. (NSA). Cliquez pour agrandir

Ce qui se passe maintenant sur une importance particulière est la visite Août 1966 à l'Australie par Teller, dont il a écrit dans Mémoires: A Journey Twentieth-Century dans Science et Politique (p 497.). Il se réfère au Dr James Maxfield comme ayant suggéré la visite à lui.

Compte tenu de deux lettres de Maxfield à Deyo en 1972, révélant l'intérêt de Maxfield et Teller dans la recherche de l'antigravité, cela suggère que la visite 1966 très probablement impliqué la recherche de l'antigravité. Par conséquent, les 6 Avril, 1966 Westall voler incident soucoupe peut être liée à la première visite de Teller en Australie quatre mois plus tard, et était peut-être un test d'une soucoupe antigravité de vol, où HIBAL a été utilisé comme un programme de couverture pour des raisons de sécurité nationale.

Enfin, nous avons le fait non négligeable que le contre-amiral Rico Botta, identifié par Tompkins comme officier de la marine américaine dans la commande d'un programme d'espionnage secrète avec 29 espions dans l'Allemagne nazie, l'apprentissage sur le développement de vaisseaux spatiaux antigravité, est né et a grandi dans la ville australienne de Melbourne, avant d'émigrer aux États-Unis en 1908, à l'âge de 18 ans.

La coopération entre les États-Unis, la Grande-Bretagne et de l'Australie dans le développement et les essais de vol métier de soucoupe en utilisant les principes de l'antigravité, datant d'aussi loin que les années 1950, fournit une explication convaincante pour certaines des nombreuses observations d'OVNI en Australie. Parmi ceux-ci, le vol Westall incident de 1966 soucoupe se distingue comme celui qui a probablement une explication très mondaine - haut la coopération secrète entre l'Australie, les États-Unis et la Grande-Bretagne dans le développement de véhicules antigravité pour un programme spatial secret.

Michael E. Salla, Ph.D.

[NOTE: Une prochaine tournée en Australie avec le Dr Michael Salla dans trois villes - Brisbane, Melbourne et Sydney - en Juillet / Août 2016, présentera des documents et des témoignages sur les dénonciateurs «Origines des programmes spatiaux secrets», et comment cela peut aider enfin répondre à l'un des plus grands mystères OVNI de l'Australie. Billets et de plus amples informations au sujet de mon secret Programmes spatiaux Australie Tour sont disponibles en ligne.]

 

 

year marks the 50th anniversary of the most documented UFO case in Australian history – the April 6, 1966, sighting of a flying saucer by over 200 witnesses, who saw it fly overhead for several minutes before briefly landing and taking off again near two schools in the Melbourne suburb of Westall.

The Westall UFO case has been the subject of several Australian news reports anddocumentaries, which have tried to find answers to the mystery of what precisely had landed. Recent whistleblower testimonies provide a compelling answer – the flying saucer was part a secret Australian aerospace program involving the development of antigravity technology in cooperation with the U.S. and Great Britain.

There have long been unconfirmed reports that the US, along with the United Kingdom, began developing a secret space program with the assistance of Nazi scientists extracted from Germany soon after the end of World War II. Early Nazi flying saucer prototypes called “Vril” were allegedly secretly removed from Germany and shared equally by the US and Britain as required by wartime agreements.

These technology exchange agreements date back to Britain’s “Tizard Mission” where a delegation of British scientists led by Henry Tizard traveled to the U.S. in September 1940, and shared British technologies in advance of an expected Nazi German invasion of Britain.  

What is undisputed fact is that 1500 leading Nazi aerospace scientists were extracted to the USA under Project Paperclip, and hundreds of others were evacuated to the United Kingdom by an elite military group called T-Force which forcibly abducted them when necessary. 

The former Nazi scientists were put to work in U.S. and British laboratories to develop a new generation of rockets based on the V-2, which were ultimately used to establish nuclear ballistic missiles and also the NASA space program.

Other Nazi scientists were allegedly secretly assigned to develop antigravity space craft using principles of high energy plasma and high voltage electrostatic charges.

High energy plasma, which would circulate around a highly conductive ring at very high revolutions per minute, was a speciality field of one of the Nazi scientists brought to the U.S. by Project Paperclip. Professor Winfried Otto Schumann. He was allegedly involved in developing the first Vril flying saucers in the 1920’s and 1930’s.

Paperclip Memorandum Schumann

Click Image to Enlarge

Schumann’s name appears on the list of scientists requested by the US Army Air Force (predecessor to the US Air Force established in September 1947) back in 1946, which suggests that his speciality was important for highly classified aerospace projects being studied at the highly classified Dayton, Ohio, aerospace facility.

The first documented reference to electrostatics as a means of antigravity propulsion (electrogravitics) can be found in a 1928 British patent by Thomas Townsend Brown for an electrogravitic device called a gravitator. This has come to be called the Biefeld-Brown Effect, and was incorporated in a 1952 bid by Brown to the U.S. Navy to build a fleet of flying saucer craft calledProject Winterhaven.

According to official records, Project Winterhaven was turned down by the U.S. Navy and a subsequent attempt by Brown to fund it through a non-profit foundation resulted in failure. In December 2015, William Tompkins, a retired aerospace engineer came forward to reveal that the U.S. Navy had secretly funded the development of flying saucer craft after all.

According to Tompkins, this was done by the Navy approaching private aerospace contractors such as Douglas Aircraft Company, to design and eventually build an assortment of antigravity vehicles.

Tompkins, revealed that while he worked at Douglas’ Advanced Design (1951-1963), he was responsible for submitting designs for kilometer long space craft using antigravity technologies, to the U.S. Navy in “unsolicited bids.” These early designs were used for constructing U.S. Navy space battlegroups which began deployment in 1984, as the Solar Warden Space Program.

The U.S. antigravity space program involved leading think tanks and aerospace companies such as Douglas Aircraft Company and the RAND Corporation, which was an off-shoot of Douglas. At the time, Douglas was the leading U.S. manufacturer of advanced military aircraft, and had created a classified think tank called Advanced Design, which was split off to form RAND,according to Tompkins

Tompkins said that he was directly involved in a covert Navy intelligence program, which had discovered during World War II that up to 30 different flying saucer prototypes had been developed by the Nazis. These Nazi prototypes, or designs for them, were closely studied in U.S. and British laboratories after the war.

Douglas Memo on Antigravity Research

Douglas Memo Confirming Antigravity Research by William Tompkins superiors – Click image to enlarge

Further, Tompkins states that he worked under two senior scientists at Douglas, Dr. William Klemperer and Elmer Wheaton, who were actively researching antigravity principles and UFOs. Wheaton left Douglas in 1962 to take charge of similar projects at Lockeheed’s Skunkworks. Tompkins has supplied a document (on right) that confirms that his superiors were working on antigravity in the 1950’s, as he claimed.

Similar antigravity research was underway in Great Britain involving think tanks and leading aerospace companies. In 1956, a London based organization called “Gravity Rand” published a scientific discussion paper called “The Gravitics Situation,” which revealed the extensive research being conducted by leading aerospace scientists in Britain. 

The U.S. and Britain were not alone in researching or developing antigravity technologies. In 1956, Interavia Magazine reported: “There are gravity research projects in every major country of the world. A few are over 30 years old.”  Among these countries was Australia, a staunch ally of both Britain and the U.S.

In Australia, the Aeronautical Research Laboratories (1949-1994) was actively involved in classified antigravity research, according to a research physicist, Stan Deyo. Deyo has revealed that when he traveled to Melbourne, Australia in May 1972, he was given a letter of introduction to the head of Aeronautical Research Laboratories, located at Fishermans Bend, where Deyo could continue the antigravity research he had earlier begun in the U.S.

Maxfield Letter 1

Click image to enlarge

The letter was written by Dr. James B. Maxfield, a Texas radiologist, who was recommending Deyo as someone familiar with antigravity research, who could help the Aeronautical Research Laboratories in its own program. According to Maxfield’s letter, first released in Deyo’s book, The Cosmic ConspiracyMaxfield had an interest, as did the father of the Hydrogen Bomb, Dr. Edward Teller, in the field of antigravity.

According to Deyo, Teller headed the antigravity research program in the U.S., and was actively assisting major allies such as Australia and the UK in their own respective programs. Deyo provided a second letter from Dr. Maxfield, discussing a planned future visit by Teller to Melbourne, which was part of a secret U.S. and Australian cooperation on antigravity technology.

Support for Deyo’s claim is found in an article published in November 1955 by the New York Herald Tribune, which identified Teller’s leading role in U.S. antigravity research:

The initial steps of an almost incredible program to solve the secret of gravity and universal gravitation are being taken today in many of America’s top scientific laboratories and researcher centers… These include Dr Edward Teller of the University of California. 

Deyo’s testimony is further supported by Bob Lazar, an innovative rocket propulsion engineer turned whistleblower, who says that it was Dr. Teller who recruited him to join a classified facility at Area 51 called S-4, where he witnessed nine antigravity spacecraft that were being secretly studied. According to a former CIA Agent, Kewper, who claims to have visited S-4 in 1958, four of the flying saucer craft were early German designs, two of which were called “Vril”.

Finally, in his autobiography, Memoirs: A Twentieth-Century Journey in Science and Politics, Teller confirms his friendship with Dr. James Maxfield who had contacts with some of Australia’s leading industrialists (p.496). This included Lang Hancock, a very wealthy Australian mining magnate who was Maxfield’s personal friend.  Teller’s biography confirms the role Maxfield played in organizing at least two of Teller’s trips to Australia where he met with Hancock and other influential Australians.

During his May 1972 Melbourne visit, Deyo was surprised to learn how knowledgeable the Australian scientists were about antigravity principles, and even witnessed a prototype flying saucer craft at one of the Aeronautical Research Laboratories workshops at Fishermans Bend.

Tompkins and Deyo’s testimony, along with that of other whistleblowers, suggest that from the 1950’s, Australia closely worked with Great Britain and the U.S. in developing antigravity spacecraft, some of which resembled flying saucers. This establishes the possibility that the 1966 Westall incident was part of a classified antigravity vehicle test.

As the top graphic illustrates, Fishermans Bend is only 25 kilometers flying distance from the Westall area (now South Clayton), across Port Phillip Bay. Furthermore, it is only 30 kilometers across the Bay from Australia’s oldest aviation facility located at the RAAF Base Point Cook.

If Australia was testing antigravity vehicles, then either Fishermans Bend or Point Cook could have been used since both are adjacent to Port Phillip Bay where the craft could fly over a large body of water largely undetected.

Such a possibility is supported by some of the witnesses to the Westall incident who described camouflaged military personnel – thought to be American special forces – who quickly sanitized the flying saucer landing area. The rapid response of some of the military personnel – as little as 20 minutes according to witnesses – suggests the personnel were stationed nearby to monitor a test.

One Australian UFO researcher, Keith Basterfield, has found that a classified program called HIBAL involving high altitude balloons, was officially scheduled for a launch on April 5, 1966, one day before the Westall incident, but could have actually occurred on the same day. While he proposed Project HIBAL as a possible explanation for the Westall sighting itself, a more plausible answer is that it was a cover program for a more highly classified flying saucer program.

Leaked National Security Agency files by Edward Snowden confirm that the military intelligence community in the U.S. and its Echelon partners (Australia, Britain, Canada and New Zealand) will use a classified program as a cover for an even more highly classified program.

The flying saucer issue, as pointed out by Wilbert Smith, a former Senior Engineer with the Canadian Department of Transportation, were the most classified matter in the U.S. national security system. Consequently, a classified high altitude balloon program (HIBAL) would have been a very effective cover for a more highly classified Australian flying saucer program.

NSA leaked slide showing SENTRY EAGLE program where different DHS, DOD, and NSA clasified programs are hidden within less classified national programs. (NSA)

NSA leaked slide showing SENTRY EAGLE program where different DHS, DOD, and NSA classified programs are hidden within less classified national programs. (NSA). Click to Enlarge

What now takes on special significance is the August 1966 visit to Australia by Teller, which he wrote about in Memoirs: A Twentieth-Century Journey in Science and Politics (p. 497). He refers to Dr. James Maxfield as having suggested the visit to him.

Given Maxfield’s two letters to Deyo in 1972, revealing Maxfield and Teller’s interest in antigravity research, this suggests that the 1966 visit also very likely involved antigravity research. Consequently, the April 6, 1966 Westall flying saucer incident can be linked to Teller’s first visit to Australia four months later, and was possibly a test of an antigravity flying saucer, where HIBAL was used as a cover program for national security reasons.

Finally, we have the not insignificant fact that Rear Admiral Rico Botta, identified by Tompkins as the U.S. Navy officer in command of a covert espionage program with 29 spies in Nazi Germany, learning about the development of antigravity spacecraft, was born and raised in the Australian city of Melbourne, before emigrating to the U.S. in 1908, at age 18.  

The cooperation between the U.S., Britain and Australia in developing and testing of flying saucer craft using principles of antigravity, dating as far back as the 1950’s, provides a compelling explanation for some of the many UFO sightings in Australia. Among these, the 1966 Westall flying saucer incident stands out as one that likely has a very worldly explanation – the top secret cooperation between Australia, the U.S. and Britain in developing antigravity vehicles for a secret space program.

Michael E. Salla, Ph.D.

[NOTE: An upcoming Australia Tour with Dr. Michael Salla in three cities – Brisbane, Melbourne and Sydney – in July/August 2016, will present documents and whistleblower testimony about the “Origins of Secret Space Programs”, and how this may help finally answer one of Australia’s greatest UFO mysteries. Tickets and further information about my Secret Space Programs Australia Tour are available online.]

Pageflex Persona [document: PRS0000039_00001]

 


12/07/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 137 autres membres