GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

Un homme russe volontaire pour la première transplantation de la tête humaine

 

Russian man volunteers for first human head transplant

Doctors planning world's first human head transplant

 

 

 

Un homme russe volontaire pour la première transplantation de la tête humaine
Aug 29, 2016 6:47 PM EDT Santé
Par Ashley Welch / Nouvelles CBS



Tout en coupant la tête de quelqu'un et en l'attachant au corps d'une autre personne ressemble à quelque chose d'un film de science-fiction ou d'horreur, certains scientifiques de la vie réelle disent qu'ils prévoient de le faire - dès l'année prochaine.
Le neuroscientifique italien Sergio Canavero a fait les manchettes l'année dernière quand il a annoncé son intention d'effectuer la première greffe de la tête humaine en 2017. Depuis, il a recruté le chirurgien chinois Dr. Xiaoping Ren pour travailler avec lui et a maintenant trouvé un patient bénévole pour le Procédure: un homme russe nommé Valery Spiridonov.
Spiridonov souffre de la maladie de Werdnig-Hoffmann, un trouble génétique rare et souvent fatal qui décompose les muscles et tue les cellules nerveuses dans le cerveau et la moelle épinière qui aident le corps à se déplacer. Spiridonov est confiné à un fauteuil roulant; Ses membres sont shriveled et ses mouvements se limitent essentiellement à se nourrir, à taper et à contrôler son fauteuil roulant avec un joystick.

Dans son numéro de septembre, l'Atlantique profite de Spiridonov et des deux scientifiques qui espèrent réaliser la procédure expérimentale et très controversée.
"Supprimer toutes les parties malades, mais la tête ferait un excellent travail dans mon cas", Spiridonov dit à la revue. «Je ne voyais pas d'autre moyen de me traiter.
Beaucoup de scientifiques se sont prononcés contre les plans de Canavero et Ren, les accusant de promouvoir la science indésirable et de créer de faux espoirs. Un critique est allé jusqu'à dire que les scientifiques devraient être accusés de meurtre si le patient meurt, un résultat très probable.


Valery Spiridonov, un homme qui s'est porté volontaire pour être la première personne à subir une transplantation de la tête, assiste à une conférence de presse à Vladimir, en Russie, le 25 Juin 2015. Le russe de 30 ans a une maladie dégénérative du muscle connu sous le nom Werdnig- Hoffman. Le neurochirurgien italien Dr. Sergio Canavero croit qu'il pourrait effectuer une transplantation de tête avec & nbsp; 90 pour cent de chances de succès, mais de nombreux experts sont douteux.
REUTERS / Maxim Zmeyev
Canavero a publié des plans détaillés pour la procédure, qui a été testé avec succès chez la souris, dans plusieurs articles publiés dans la revue Surgical Neurology International.
Tout d'abord, comme avec d'autres transplantations d'organes, il et son équipe auraient besoin d'un donneur approprié. Cette procédure nécessiterait un corps d'un jeune patient mâle mort-cerveau.
Une fois l'autorisation de la famille est accordée, les chirurgiens mettraient le corps en place pour la décapitation chirurgicale.
Dans le même temps, Spiridonov serait amené et une autre équipe chirurgicale refroidirait son corps à 50 degrés Fahrenheit. Cela retarderait la mort des tissus dans le cerveau pendant environ une heure, ce qui signifie que les chirurgiens devraient travailler rapidement.

En utilisant une lame de diamant transparente, ils enlevaient alors la tête des deux patients de leur corps, en fin de compte coupant leurs cordes vertébrales en même temps.
Une grue sur mesure serait utilisée pour déplacer la tête de Spiridonov - suspendue par des sangles de velcro - sur le cou du corps donneur. Les deux extrémités de la moelle épinière seraient alors fusionnées avec un produit chimique appelé polyéthylène glycol, ou PEG, qui a été montré pour favoriser la repousse des cellules qui composent la moelle épinière.
Les muscles et l'approvisionnement en sang du corps du donneur seraient alors rejoints avec la tête de Spiridonov, et il serait maintenu dans le coma pendant trois à quatre semaines pour empêcher le mouvement pendant qu'il guérirait. Les électrodes implantées seraient utilisées pour stimuler la moelle épinière afin de renforcer les nouvelles connexions nerveuses.
Canavero a déclaré que la transplantation - qui nécessiterait 80 chirurgiens et coûter des dizaines de millions de dollars si approuvé - aurait un «90 pour cent plus» chances de succès.
Pourtant, beaucoup de scientifiques sont fortement en désaccord.
"C'est à la fois pourri scientifiquement et léthargique éthiquement", Arthur Caplan, le chef de l'éthique médicale au NYU Langone Medical Center, a écrit dans un article pour Forbes l'année dernière.
Le docteur Jerry Silver, un neuroscientifique à Case Western Reserve dont le travail sur la réparation des lésions de la moelle épinière a été cité par Canavero, a déclaré à CBS News en 2013 que la greffe proposée est «mauvaise science. Cela ne devrait jamais arriver. "
«Juste pour faire les expériences est contraire à l'éthique», at-il ajouté.
Même dans le cas improbable où la chirurgie a fonctionné, il soulève encore, préoccupations éthiques inexplorées.

Par exemple, Canavero présume que transplanter la tête et le cerveau de Spiridonov sur un autre corps transplanterait automatiquement tout son être avec son esprit, sa personnalité et sa conscience. Mais ce n'est pas si simple, comme l'ont indiqué Anto Cartolovni et Antonio Spagnolo, deux bioéthiciens italiens, dans une lettre adressée à la neurologie chirurgicale après que l'article de Canavero l'a publié l'année dernière.
"Malgré sa vision [de Canavero], la science cognitive moderne montre que notre cognition est une connaissance incorporée, dans laquelle le corps est une partie réelle dans la formation du moi humain», écrivent-ils. "

 

While severing someone’s head and attaching it to another person’s body sounds like something straight out of a science fiction or horror movie, some real-life scientists say they are planning to do just that – as early as next year.

Italian neuroscientist Dr. Sergio Canavero made headlines last year when he announced his plans to perform the first human head transplant in 2017. Since then, he’s recruited Chinese surgeon Dr. Xiaoping Ren to work with him, and now has found a volunteer patient for the procedure: a Russian man named Valery Spiridonov.

Spiridonov suffers from Werdnig-Hoffmann Disease, a rare and often fatal genetic disorder that breaks down muscles and kills nerve cells in the brain and spinal cord that help the body move. Spiridonov is confined to a wheelchair; his limbs are shriveled and his movements essentially limited to feeding himself, typing, and controlling his wheelchair with a joystick. 

In its September issue, The Atlantic profiles Spiridonov and the two scientists who hope to perform the experimental – and highly controversial – procedure.

“Removing all the sick parts but the head would do a great job in my case,” Spiridonov told the magazine. “I couldn’t see any other way to treat myself.”

Many scientists have spoken out against Canavero and Ren’s plans, accusing them of promoting junk science and creating false hopes. One critic went so far as to say the scientists should be charged with murder if the patient dies, a very likely outcome.

valery-spiridonov-resized.jpg
Valery Spiridonov, a man who has volunteered to be the first person to undergo a head transplant, attends a news conference in Vladimir, Russia, June 25, 2015. The 30-year-old Russian has a degenerative muscle condition known as Werdnig-Hoffman. Italian neurosurgeon Dr. Sergio Canavero believes he could perform a head transplant with a 90 percent chance of success, but many experts are doubtful. REUTERS/Maxim Zmeyev

Canavero has published detailed plans for the procedure, which has been successfully tested in mice, in several papers published in the journal Surgical Neurology International.

First, like with other organ transplants, he and his team would need a suitable donor. This procedure would require a body from a young brain-dead male patient.

Once permission from the family is granted, the surgeons would set the body up for surgical decapitation.

At the same time, Spiridonov would be brought in and another surgical team would cool his body to 50 degrees Fahrenheit. This would delay tissue death in the brain for about an hour, meaning the surgeons would need to work quickly.

Using a transparent diamond blade, they would then remove both patients’ heads from their bodies, ultimately severing their spinal cords at the same time.

A custom-made crane would be used to shift Spiridonov’s head – hanging by Velcro straps – onto the donor body’s neck. The two ends of the spinal cord would then be fused together with a chemical called polyethylene glycol, or PEG, which has been shown to promote regrowth of cells that make up the spinal cord.

The muscles and blood supply from the donor body would then be joined with Spiridonov’s head, and he would be kept in a coma for three to four weeks to prevent movement as he healed. Implanted electrodes would be used to stimulate the spinal cord to strengthen new nerve connections.

Canavero has said the transplant – which would require 80 surgeons and cost tens of millions of dollars if approved – would have a “90 percent plus” chance of success.

Yet many in the scientific community strongly disagree.

“It is both rotten scientifically and lousy ethically,” Arthur Caplan, the head of medical ethics at NYU Langone Medical Center, wrote in an article for Forbes last year.

Dr. Jerry Silver, a neuroscientist at Case Western Reserve whose work on repairing spinal cord injuries was cited by Canavero, told CBS News in 2013 that the proposed transplant is “bad science. This should never happen.” 

“Just to do the experiments is unethical,” he added.

Even in the unlikely event that the surgery worked, it raises further, uncharted ethical concerns.

For example, Canavero is presuming that transplanting Spiridonov’s head and brain onto another body would automatically transplant his whole self with his mind, personality, and consciousness. But it’s not that simple, as Anto Cartolovni and Antonio Spagnolo, two Italian bioethicists, pointed out in a letter to Surgical Neurology International after Canavero’s paper was published last year.

“Despite his [Canavero’s] vision, modern cognitive science shows that our cognition is an embodied cognition, in which the body is a real part in the formation of human self,” they write. “Therefore, the person will encounter huge difficulties to incorporate the new body in its already existing body schema and body image that would have strong implications on human identity.”

Furthermore, if Spiridonov were to reproduce with his new body, his children would not have his genetic makeup but that of the donor’s. What kind of rights, then, might the donor’s family have to the offspring?

Finally, Cartolovni and Spagnolo argue that because of the uncertainty of the operation, such a procedure would take away vital donor organs that could have been used for someone else who needed a heart or a liver transplant to save their lives.

If approved, the procedure would likely take place in China or another country outside of Europe or the United States, The Atlantic reports, as it would not be approved in the Western world.

© 2016 CBS Interactive Inc. All Rights Reserved.

DSCN2746.JPG

https://www.facebook.com/ScienceNaturePage/videos/1027292180736373/

In 1940s, Russian scientists kept a dog’s head alive for a few hours. (Graphic)

Dans les années 1940, les scientifiques russes ont gardé la tête d'un chien en vie pendant quelques heures. (graphique

 

DSCN2747.JPG

 

DSCN2748.JPG

 



18/03/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 137 autres membres