GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

médicaments anticoagulants, pour quels traitements et pour qui 

Nutrilife Blog Santé

Les nutriments essentiels à votre vie

 

 

SOIN DE LA PEAU

En savoir un peu plus sur les taches brunes

EN SAVOIR PLUS

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

Je suis sous anticoagulant

Les anticoagulants sont indispensables pour traiter certaines pathologies et concernent toujours plus de personnes. La maladie thromboembolique veineuse est un problème majeur de santé publique. Les évènements thrombotiques sont très répandus et l’embolie pulmonaire est la troisième cause de mortalité cardiovasculaire dans le monde.

Ces médicaments anticoagulants, pour quels traitements et pour qui ?

Tout vient d’une histoire de coagulation sanguine régulée par des facteurs de coagulation. Les traitements anticoagulants agissent sur ces derniers. Ce sont des médicaments oraux destinés à empêcher la formation de thromboses, c’est-à-dire qu’un caillot se forme dans une veine ou dans une artère. Ils permettant de traiter les patients dans les situations suivantes : phlébite, embolie pulmonaire, troubles du rythme cardiaque, certains infarctus du myocarde ou les personnes porteuses d’une valve cardiaque artificielle.

Les anticoagulants sont préférentiellement utilisés en prévention de la thrombose veineuse et les antiagrégants plaquettaires dans celle de la thrombose artérielle (traitements des préventions et des récidives)

L’INR indispensable mais c’est quoi ?

Grâce à une prise de sang, l’INR évalue la fluidité de votre sang lorsque vous êtes sous anticoagulants. Chaque indication d’un médicament anticoagulant dispose d’un INR cible à atteindre ainsi qu’un intervalle thérapeutique de sécurité. Il se mesure dans les premières 48 heures d’instauration du traitement et peut être remesuré jusqu’à ce que l’équilibre soit atteint. Puis, lorsque l’équilibre est atteint, il est réalisé une fois par mois le matin sans être à jeun.

Comment savoir si l’on a une thrombose ?

Une thrombose veineuse profonde doit être évoquée devant des symptômes surtout unilatéraux, comme une douleur spontanée (plante du pied, talon, mollet, cuisse), parfois de type crampe, œdème, chaleur locale, dilatation d’une veine superficielle. Une fièvre modérée (38°C) peut être présente.

Les signes évocateurs de l’embolie pulmonaire :

Divers et inconstants, ils peuvent quand même être révélateurs : dyspnée (difficulté respiratoire), douleur brutale au niveau de la plèvre (membrane thoracique, enveloppe des poumons), accélération du rythme respiratoire, râles bronchiques, toux, cyanose, sueurs.

Le maniement de ces anticoagulants oraux reste très difficile et contraignant pour les patients. Le but est que le patient s’approprie et acquiert les compétences qui lui permettent de maitriser au mieux sa pathologie et surtout d’éviter les incidents.

Vos Conseils sur les Anticoagulants :

Les conseils généraux :

  • Respecter la dose prescrite et les heures de prise
  • Faites pratiquer régulièrement vox examens de laboratoire (INR). Contactez directement votre médecin si l’INR n’est plus dans la zone cible
  • Signalez que vous prenez des anticoagulants à tous les professionnels de santé que vous consultez (médecin, chirurgien, dentiste, pharmacie, sage-femme…)
  • Portez toujours sur vous votre carte mentionnant votre traitement anticoagulant

Reconnaître les signes de surdosage de votre traitement anticoagulant :

  • Les petits saignements (saignements des gencives, saignements de nez, hémorragies des conjonctives, règles très abondantes, hématomes…)
  • Les signes plus inquiétants : sang dans les urines, sang dans les selles (selles noires, nauséabondes), crachats sanglants, vomissement de sang, saignements persistants

Dans tous les cas, il faut prévenir et avertir votre médecin

Que faire en cas d’oubli de votre traitement anticoagulant :

Cela dépend du moment où vous réalisez cet oubli. Si vous vous en apercevez dans les 8 heures, il est possible de prendre la dose oubliée. Si cela fait plus de 8 heures, ne rattraper la dose et consultez votre médecin.

Anticoagulants et alimentation :

Certains aliments apportent une quantité non négligeable de Vitamine K, vitamine qui joue un rôle dans la coagulation (brocolis, chou vert, laitue, persil, épinards…). Ces aliments ne sont pas interdits, mais toute consommation exagérée pourrait créer un pic de vitamine K qui viendrait perturber votre traitement en baissant son efficacité et en diminuant ainsi votre INR. Vous pouvez consommer des aliments riches en vitamine K mais sans excès.

Interactions médicamenteuses :

Elles sont nombreuses et peuvent modifier l’INR. Il est recommandé de ne prendre que les traitements prescrits par votre médecin. En cas d’instauration, de modification ou d’arrêt d’un autre médicament, il est conseillé de faire contrôler vôtre INR 3 à 4 jours après afin de réajuster éventuellement la dose d’anticoagulant.

Les effets indésirables des anticoagulants :

Le risque hémorragique et le risque anémique nécessite une surveillance durant toute la durée du traitement. Parfois, certains saignements passent inaperçus et ne se manifesteront que par une fatigue inhabituelle, un essoufflement anormal, une pâleur inhabituelle, un mal de tête persistant, des malaises inexpliqués.

Le clopidogrel peut entrainer des diarrhées, des douleurs abdominales, une dyspepsie (troubles digestifs généraux) ou encore des rash cutanés.

Cyrielle, Votre Docteur en Pharmacie Nutrilife



02/09/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 137 autres membres