GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

7 Reasons Why America Will Never Go To War Over Ukraine

7 Reasons Why America Will Never Go To War Over Ukraine

America is the mightiest military power in the world. And that fact means absolutely nothing for the Ukraine crisis. Regardless of whether Russia continues to occupy the Crimea region of Ukraine, or decides to occupy all of Ukraine, the U.S. is not going to get into a shooting war with Russia.

This has nothing to do with whether Obama is strong or weak. Jimmy Carter or Ronald Reagan would face the same constraints. The U.S. may threaten to impose economic sanctions, but here is why America will never smack Russia with a big stick:

Russia is a nuclear superpower. Russia has an estimated 4,500 active nuclear warheads, according to the Federation of American Scientists. Unlike North Korea or perhaps Iran, whose nuclear arsenals couldn’t inflict substantial damage, Russia could totally devastate the U.S. as well as the rest of the planet. U.S. missile defenses, assuming they even work, are not designed to stop a massive Russian strike.

For the 46 years of the Cold War, America and Russia were deadly rivals. But they never fought. Their proxies fought: Koreans, Vietnamese, Central Americans, Israelis and Arabs. The one time that U.S. and Soviet forces almost went to war was during the Cuban Missile Crisis. Neither Obama nor Putin is crazy enough to want to repeat that.

U.S. Marine Corps vehicle during amphibious assault exercise.
7 raisons pourquoi l'Amérique n'ira jamais à la guerre sur l'Ukraine
Commentaire maintenant
Suivre les commentaires

 

L'Amérique est le plus puissant pouvoir militaire dans le monde. Et ce fait ne signifie absolument rien pour la crise de l'Ukraine. Que la Russie continue d'occuper la région de la Crimée de l'Ukraine, ou décide d'occuper l'ensemble de l'Ukraine, les Etats-Unis ne va pas entrer dans une guerre ouverte avec la Russie.

 

Cela n'a rien à voir avec la question de savoir si Obama est fort ou faible. Jimmy Carter ou Ronald Reagan serait confrontés aux mêmes contraintes. Les Etats-Unis peuvent menacer d'imposer des sanctions économiques, mais ici, c'est pourquoi l'Amérique ne sera jamais smack Russie avec un gros bâton :

 

La Russie est une superpuissance nucléaire. La Russie a un 4 500 ogives nucléaires active estimée, selon la Federation of American Scientists. Contrairement à la Corée du Nord ou peut-être en Iran, dont arsenaux nucléaires ne pouvait infliger des dommages considérables, la Russie pourrait totalement dévaster aux États-Unis ainsi que le reste de la planète. Défenses antimissiles américaines, en supposant qu'ils fonctionnent même, ne sont pas conçus pour arrêter une grève massive de russe.

 

46 ans de la guerre froide, l'Amérique et la Russie étaient rivaux mortels. Mais ils n'ont jamais combattu. Leurs mandataires ont combattu : coréens, les Vietnamiens, les Centraméricains, les Israéliens et les arabes. La seule fois que les forces américaines et soviétiques presque entrait en guerre a été au cours de la crise des missiles cubains. Ni Obama ni Poutine est assez fou pour vouloir répéter cela.
Véhicule US Marine Corps au cours de l'exercice d'assaut amphibie.

 

Véhicule US Marine Corps au cours de l'exercice d'assaut amphibie.

 

La Russie a une armée puissante. Alors que l'armée russe est l'ombre de ses jours de gloire soviétique, c'est toujours une formidable force. L'armée russe a environ 300 000 hommes et 2 500 chars (avec un autre 18 000 réservoirs de stockage), selon le "Military Balance 2014″ de l'International Institute for Strategic Studies. Son armée de l'air a presque 1 400 avions et les navires de sa marine 171, dont 25 dans la flotte de la mer noire au large de la côte de l'Ukraine.

 

Les forces américaines sont plus performant que les forces russes, qui n'a pas effectué de façon impressionnante au cours de la Guerre Russo-Géorgie. Les troupes américaines seraient profiter d'une meilleure formation, communication, drones, capteurs et peut-être mieux les armes (même si les dernières chasseurs russes, tels que le T-50, pourraient être difficile pour les pilotes américains). Toutefois, mieux n'est pas assez bon. L'armée russe n'est pas composée de légèrement armés insurgés comme les talibans, ou une armée malheureuse comme les Irakiens en 2003. Doté de capacités d'armes comme des chars T-80, supersonique AT-15 Springer des missiles antichars, BM-30 Smerch lance-roquettes multiples et des missiles antiaériens de S-400 Growler, forces russes pack assez puissance de feu pour infliger des pertes américaines importantes.

 

L'Ukraine se rapproche de la Russie. La distance entre Kiev et Moscou est 500 miles. La distance entre Kiev et New York est de 5 000 miles. Il est beaucoup plus facile pour la Russie d'envoyer des troupes et des fournitures par voie terrestre que pour les États-Unis de leur envoyer par voie maritime ou aérienne.

 

L'armée américaine est fatiguée. Après près de 13 ans de guerre, les forces armées de l'Amérique ont besoin de souffler un peu. Matériel est usé de longue durée en Irak et en Afghanistan, le personnel est usé de déploiements répétés à l'étranger et il n'y a encore environ 40 000 hommes se battre en Afghanistan.

 

Les Etats-Unis n'a pas beaucoup de troupes à envoyer. Aux États-Unis pourrait expédier facilement la puissance aérienne en Ukraine si ses alliés de l'OTAN permettent l'utilisation de leurs bases aériennes et le porte-avions George H. W. Bush et ses centaines d'aéronefs patrouillent dans la Méditerranée. Mais pour une guerre au sol libérer la Crimée ou défendre l'Ukraine, il y a juste la 173e Brigade aéroportée en Italie, le 22e Marine Expeditionary Unit naviguant au large de l'Espagne, le 2e régiment de cavalerie de Stryker en Allemagne et de la 82ème Division aéroportée à Fort Bragg, en Caroline du Nord.

 

Bien que les parachutistes pourraient déposer dans la zone des combats, les Marines aurait voile au-delà des défenses russes en mer Noire, et la brigade Stryker aurait probablement de voyager par voie terrestre via la Pologne, en Ukraine. Dans le cas contraire, apportant dans les brigades de combat mécanisées des États-Unis serait logistiquement difficile et plus important, pourrait prendre des mois pour organiser.

 

Le peuple américain est fatigué. Pitié le pauvre politicien qui essaie de vendre le public américain sur encore une autre guerre, en particulier certains conflits complexes dans un pays d'Europe de l'est lointain. Mots de Neville Chamberlain au cours de la crise de la Tchécoslovaquie de 1938 viennent à l'esprit: « Quelle horreur, fantastique, incroyable c'est que nous devrions être à creuser des tranchées et essayer des masques à gaz ici en raison d'une querelle dans un lointain pays entre personnes dont on ne sait rien. »
Alliés de l'Amérique sont fatigués. L'OTAN a envoyé des troupes pour soutenir la campagne américaine en Afghanistan et a peu à montrer pour elle. La Grande-Bretagne a envoyé des troupes en Irak et en Afghanistan et a peu à montrer pour elle. Il est presque inconcevable d'imaginer l'Europe occidentale public marchant dans les rues pour exiger la libération de la Crimée, surtout si l'on considère l'économie pulvérisation de la région, qui pourrait être étouffé devrait arrêter de Russie exportation de gaz naturel. En ce qui concerne les capacités militaires, les européens ne pouvait pas expulser dictateur libyen Muammar Gaddafi sans aide américaine. Et les Allemands russes de combat à nouveau ? Nous allons même pas y aller.

Cela ne signifie pas que la guerre est impossible. Si la Russie envahit les pays baltes à « protéger » leurs minorités ethniques russes, les canons pourraient en effet roar. Lituanie, la Lettonie et l'Estonie sont membres de l'OTAN. Ce que Ronald Reagan aurait si les soviétiques avaient envahi l'Allemagne de l'ouest ? Barack Obama ferait face plus ou moins la même question dans une crise balte, ou si un conflit Ukraine déborde en Pologne membre de l'OTAN.

Cependant, parler d'utiliser la force militaire contre la Russie sur l'Ukraine entend parler juste. Il va rester comme ça.

U.S. Marine Corps vehicle during amphibious assault exercise.

Russia has a powerful army. While the Russian military is a shadow of its Soviet glory days, it is still a formidable force. The Russian army has about 300,000 men and 2,500 tanks (with another 18,000 tanks in storage), according to the “Military Balance 2014″  from the International Institute for Strategic Studies. Its air force has almost 1,400 aircraft, and its navy 171 ships, including 25 in the Black Sea Fleet off Ukraine’s coast.

U.S. forces are more capable than Russian forces, which did not perform impressively during the 2008 Russo-Georgia War. American troops would enjoy better training, communications, drones, sensors and possibly better weapons (though the latest Russian fighter jets, such as the T-50, could be trouble for U.S. pilots). However, better is not good enough. The Russian military is not composed of lightly armed insurgents like the Taliban, or a hapless army like the Iraqis in 2003. With advanced weapons like T-80 tanks, supersonic AT-15 Springer anti-tank missiles, BM-30 Smerch multiple rocket launchers and S-400 Growler anti-aircraft missiles, Russian forces pack enough firepower to inflict significant American losses.

Ukraine is closer to Russia. The distance between Kiev and Moscow is 500 miles. The distance between Kiev and New York is 5,000 miles. It’s much easier for Russia to send troops and supplies by land than for the U.S. to send them by sea or air.

The U.S. military is tired. After nearly 13 years of war, America’s armed forces need a breather. Equipment is worn out from long service in Iraq and Afghanistan, personnel are worn out from repeated deployments overseas, and there are still about 40,000 troops still fighting in Afghanistan.

The U.S. doesn’t have many troops to send. The U.S. could easily dispatch air power to Ukraine if its NATO allies allow use of their airbases, and the aircraft carrier George H. W. Bush and its hundred aircraft are patrolling the Mediterranean. But for a ground war to liberate Crimea or defend Ukraine, there is just the 173rd Airborne Brigade in Italy, the 22nd Marine Expeditionary Unit sailing off Spain, the 2nd Stryker Cavalry Regiment in Germany and the 82nd Airborne Division at Fort Bragg, North Carolina.

While the paratroopers could drop into the combat zone, the Marines would have sail past Russian defenses in the Black Sea, and the Stryker brigade would probably have to travel overland through Poland into Ukraine. Otherwise, bringing in mechanized combat brigades from the U.S. would be logistically difficult, and more important, could take months to organize.

The American people are tired. Pity the poor politician who tries to sell the American public on yet another war, especially some complex conflict in a distant Eastern Europe nation. Neville Chamberlain’s words during the 1938 Czechoslovakia crisis come to mind: “How horrible, fantastic, incredible it is that we should be digging trenches and trying on gas-masks here because of a quarrel in a far away country between people of whom we know nothing.”

America‘s allies are tired. NATO sent troops to support the American campaign in Afghanistan, and has little to show for it. Britain sent troops to Iraq and Afghanistan, and has little to show for it. It is almost inconceivable to imagine the Western European public marching in the streets to demand the liberation of Crimea, especially considering the region’s sputtering economy, which might be snuffed out should Russia stop exporting natural gas. As for military capabilities, the Europeans couldn’t evict Libyan dictator Muammar Gaddafi without American help. And Germans fighting Russians again? Let’s not even go there.

This doesn’t mean that war is impossible. If Russia invades the Baltic States to “protect” their ethnic Russian minorities, the guns could indeed roar. Estonia, Latvia and Lithuania are NATO members. What would Ronald Reagan have done if the Soviets had invaded West Germany? Barack Obama would face more or less the same question in a Baltic crisis, or if a Ukraine conflict spills over into fellow NATO member Poland.

However, talk of using military force against Russia over Ukraine is just talk. It will stay that way.

For more updates, follow me on FacebookTwitter, Google Plus or click the Follow button at the top of this page.



16/03/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres