GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

America and the rise of ISIS

The truth emerges: America and the rise of ISIS

by Seumas Milne
Source: The Guardian

Filed under: Analysis,Featured,Opinion |

 

isis_1

By: Seumas Milne

Source: The Guardian

La vérité émerge : l'Amérique et la montée d'ISIS
par Seumas Milne
Source : The Guardian

 

6 juin 2015 | Classé dans : analyse, en vedette, avis | Posté par: MV Media




isis_1

 

Par : Seumas Milne

 

Source : The Guardian

 

La guerre contre le terrorisme, que la campagne sans fin, lancé il y a 14 ans par George Bush, est lui-même ligoté dans toujours plus grotesques contorsions. Lundi, le procès à Londres d'un homme suédois, Bherlin Gildo, accusé de terrorisme en Syrie, s'est effondré lorsqu'il est devenu clair MI5 britannique avait été armant les groupes rebelles même, que l'accusé a été inculpé avec à l'appui.

 

L'accusation a abandonné l'affaire, apparemment pour éviter d'embarrasser les services de renseignement. La défense a fait valoir qu'aller de l'avant avec le procès aurait été un « affront à la justice » quand il y avait beaucoup de preuves que les britanniques d'État lui-même fournissait « vaste soutien » à l'opposition armée syrienne.

 

Qui ne comprend pas seulement le « assistance non létales » se vantait de par le gouvernement (y compris les vêtements blindés et véhicules militaires), mais la formation, un soutien logistique et l'approvisionnement en secret des « armes à grande échelle ». Rapports ont été cités que le MI6 avait coopéré avec la CIA sur une ligne « rat » des transferts d'armes de stocks libyens aux rebelles syriens en 2012 après la chute du régime Kadhafi.

 

De toute évidence, l'absurdité d'envoyer quelqu'un en prison pour faire ce que les ministres et leurs responsables de la sécurité ont été jusqu'à eux-mêmes est devenu trop cher. Mais ce n'est que le dernier d'une chaîne de tels cas. Les personnes moins fortunées était un chauffeur de taxi de Londres Anis Sardar, qui a été condamné à perpétuité une quinzaine de jours plus tôt, pour avoir participé en 2007 à la résistance à l'occupation de l'Irak par les forces américaines et britanniques. L'opposition armée pour une invasion illégale et l'occupation clairement ne constitue pas le terrorisme ou le meurtre sur la plupart des définitions, notamment la convention de Genève.

 

Mais le terrorisme est maintenant carrément dans le œil du spectateur. Et nulle part est qu'autant qu'au Moyen-Orient, les terroristes d'aujourd'hui sont des combattants de demain contre la tyrannie et alliés sont ennemis souvent au gré de téléconférence un ouest décideur déconcertant.

 

Pour l'année écoulée, U.S., les britanniques et les autres forces occidentales ont été en Irak, soi-disant pour la cause de détruire le groupe sectaire hyper terreur État islamique (anciennement al-Qaida en Irak). C'était après que Isis ont envahi les énormes morceaux de territoire irakien et syrien et proclamé un califat islamique autoproclamé.

 

La campagne ne va pas bien. Le mois dernier, Isis roulé dans la ville irakienne de Ramadi, tandis que de l'autre côté de la frontière aujourd'hui inexistante, ses forces a conquis la ville syrienne de Palmyre. Franchise officiel d'Al-Qaïda, le Nusra Front, a également fait des gains en Syrie.

 

Certains irakiens se plaignent que les États-Unis assis sur ses mains tandis que tous que ce qui se passait. Les américains insistent pour qu'ils tentent d'éviter les pertes civiles et revendiquer des succès importants. En privé, les responsables disent qu'ils ne veulent pas être vues martelage bastions sunnites dans une guerre sectaire et risque de bouleverser leurs alliés sunnites du Golfe.

 

Une lumière révélatrice sur comment nous sommes arrivés ici a maintenant été brillait par un récemment déclassifié rapport renseignement secret américain, écrit en août 2012, qui étrangement prédit et efficacement accueille la perspective d'une « Principauté salafiste » en Syrie orientale et un État islamique al-Qaida-contrôlé en Syrie et en Irak. En contraste aux revendications occidentales à l'époque, le document de la Defense Intelligence Agency identifie al-Qaida en Irak (devenue Isis) et fellow salafistes comme les « forces principales conduisant l'insurrection en Syrie » et États que « pays occidentaux, les États du Golfe et la Turquie » soutenaient les efforts de l'opposition de prendre le contrôle de la Syrie orientale.

 

Élever la « possibilité de créer une Principauté salafiste déclarée ou non », le rapport du Pentagone va, "c'est exactement ce que veulent les pouvoirs de soutien à l'opposition, afin d'isoler le régime syrien, qui est considéré comme la profondeur stratégique de l'expansion de Shia (Irak et Iran)".

 

Ce qui est assez bien exactement ce qui s'est passé deux ans plus tard. Le rapport n'est pas un document de politique. Il est fortement expurgée et ambigüités dans la langue. Mais les conséquences sont assez clairs. Un an après la révolte syrienne, les Etats-Unis et ses alliés n'étaient pas seulement soutenir et armer une opposition qu'ils savaient être dominé par des groupes sectaires extrêmes ; ils étaient prêts à accepter la création d'une sorte de « État islamique »-malgré le "grave danger" pour l'unité de l'Irak, comme un tampon sunnite d'affaiblir la Syrie.

 

Cela ne signifie pas les États-Unis créé Isis, bien sûr, bien que certains de ses alliés du Golfe a certainement joué un rôle dans comme le vice-président américain, Joe Biden, a reconnu l'an dernier. Mais il n'y n'avait aucun al-Qaïda en Irak jusqu'à ce que les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont envahi. Et les États-Unis a certainement exploité l'existence d'Isis contre d'autres forces dans la région dans le cadre d'un entraînement plus large pour garder le contrôle de l'Ouest.
Cela ne signifie pas les États-Unis créé Isis, bien sûr, bien que certains de ses alliés du Golfe a certainement joué un rôle dans comme le vice-président américain, Joe Biden, a reconnu l'an dernier. Mais il n'y n'avait aucun al-Qaïda en Irak jusqu'à ce que les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont envahi. Et les États-Unis a certainement exploité l'existence d'Isis contre d'autres forces dans la région dans le cadre d'un entraînement plus large pour garder le contrôle de l'Ouest.

Le calcul a changé quand Isis commencé décapitation occidentaux et les atrocités de validation en ligne, et les États du Golfe sont maintenant des bandes autres groupes dans la guerre de Syrie, comme le Nusra Front. Mais cette U.S. et l'habitude occidentale de jouer avec les groupes djihadistes, puis reviennent à mordre, remonte au moins à la guerre des années 1980 contre l'Union soviétique en Afghanistan, qui a favorisé l'origine al-Qaïda sous la tutelle de la CIA.

Il a été recalibré pendant l'occupation de l'Irak, lorsque les forces américaines dirigés par le général Petraeus a parrainé une guerre sale El Salvador-style des escadrons de la mort sectaires pour affaiblir la résistance irakienne. Et il a été repris en 2011 lors de la guerre orchestrée de l'OTAN en Libye, Isis la semaine dernière a pris le contrôle de maison ville de Syrte Kadhafi.

En réalité, les États-Unis et la politique occidentale dans la conflagration qui est maintenant le Moyen-Orient est dans le moule classique d'imperial diviser pour régner. American forces une ensemble bombe des rebelles pendant qu'un autre en Syrie et monter quelles sont les opérations militaires effectivement conjointes avec l'Iran contre Isis en Irak tout en soutenant la campagne militaire de l'Arabie saoudite contre les forces de Houthi iranien-soutenu au Yémen. Quoi soit souvent confondu la politique américaine, un faible, partitionnée en Iraq et la Syrie parfaitement une telle approche.

Il est clair que Isis et ses monstruosités ne sera pas être vaincues par les mêmes pouvoirs qui apporta à l'Irak et la Syrie en premier lieu, ou dont fabrication de guerre ouverte et secrète il a favorisé dans les années depuis. Interminables interventions militaires occidentales au Moyen-Orient ont apporté seulement la destruction et la division. Ce sont les gens de la région qui peuvent guérir cette maladie pas ceux qui incube le virus.

Les opinions exprimées dans cet article sont de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de MuslimVillage.com.

The war on terror, that campaign without end launched 14 years ago by George Bush, is tying itself up in ever more grotesque contortions. On Monday the trial in London of a Swedish man, Bherlin Gildo, accused of terrorism in Syria, collapsed after it became clear British intelligence had been arming the same rebel groups the defendant was charged with supporting.

The prosecution abandoned the case, apparently to avoid embarrassing the intelligence services. The defence argued that going ahead with the trial would have been an “affront to justice” when there was plenty of evidence the British state was itself providing “extensive support” to the armed Syrian opposition.

That didn’t only include the “non-lethal assistance” boasted of by the government (including body armour and military vehicles), but training, logistical support and the secret supply of “arms on a massive scale”. Reports were cited that MI6 had cooperated with the CIA on a “rat line” of arms transfers from Libyan stockpiles to the Syrian rebels in 2012 after the fall of the Gaddafi regime.

Clearly, the absurdity of sending someone to prison for doing what ministers and their security officials were up to themselves became too much. But it’s only the latest of a string of such cases. Less fortunate was a London cab driver Anis Sardar, who was given a life sentence a fortnight earlier for taking part in 2007 in resistance to the occupation of Iraq by US and British forces. Armed opposition to illegal invasion and occupation clearly doesn’t constitute terrorism or murder on most definitions, including the Geneva convention.

But terrorism is now squarely in the eye of the beholder. And nowhere is that more so than in the Middle East, where today’s terrorists are tomorrow’s fighters against tyranny – and allies are enemies – often at the bewildering whim of a western policymaker’s conference call.

For the past year, US, British and other western forces have been back in Iraq, supposedly in the cause of destroying the hyper-sectarian terror group Islamic State (formerly known as al-Qaida in Iraq). This was after Isis overran huge chunks of Iraqi and Syrian territory and proclaimed a self-styled Islamic caliphate.

The campaign isn’t going well. Last month, Isis rolled into the Iraqi city of Ramadi, while on the other side of the now nonexistent border its forces conquered the Syrian town of Palmyra. Al-Qaida’s official franchise, the Nusra Front, has also been making gains in Syria.

Some Iraqis complain that the US sat on its hands while all this was going on. The Americans insist they are trying to avoid civilian casualties, and claim significant successes. Privately, officials say they don’t want to be seen hammering Sunni strongholds in a sectarian war and risk upsetting their Sunni allies in the Gulf.

A revealing light on how we got here has now been shone by a recently declassified secret US intelligence report, written in August 2012, which uncannily predicts – and effectively welcomes – the prospect of a “Salafist principality” in eastern Syria and an al-Qaida-controlled Islamic state in Syria and Iraq. In stark contrast to western claims at the time, the Defense Intelligence Agency document identifies al-Qaida in Iraq (which became Isis) and fellow Salafists as the “major forces driving the insurgency in Syria” – and states that “western countries, the Gulf states and Turkey” were supporting the opposition’s efforts to take control of eastern Syria.

Raising the “possibility of establishing a declared or undeclared Salafist principality”, the Pentagon report goes on, “this is exactly what the supporting powers to the opposition want, in order to isolate the Syrian regime, which is considered the strategic depth of the Shia expansion (Iraq and Iran)”.

Which is pretty well exactly what happened two years later. The report isn’t a policy document. It’s heavily redacted and there are ambiguities in the language. But the implications are clear enough. A year into the Syrian rebellion, the US and its allies weren’t only supporting and arming an opposition they knew to be dominated by extreme sectarian groups; they were prepared to countenance the creation of some sort of “Islamic state” – despite the “grave danger” to Iraq’s unity – as a Sunni buffer to weaken Syria.

That doesn’t mean the US created Isis, of course, though some of its Gulf allies certainly played a role in it – as the US vice-president, Joe Biden, acknowledged last year. But there was no al-Qaida in Iraq until the US and Britain invaded. And the US has certainly exploited the existence of Isis against other forces in the region as part of a wider drive to maintain western control.

The calculus changed when Isis started beheading westerners and posting atrocities online, and the Gulf states are now backing other groups in the Syrian war, such as the Nusra Front. But this US and western habit of playing with jihadi groups, which then come back to bite them, goes back at least to the 1980s war against the Soviet Union in Afghanistan, which fostered the original al-Qaida under CIA tutelage.

It was recalibrated during the occupation of Iraq, when US forces led by General Petraeus sponsored an El Salvador-style dirty war of sectarian death squads to weaken the Iraqi resistance. And it was reprised in 2011 in the Nato-orchestrated war in Libya, where Isis last week took control of Gaddafi’s home town of Sirte.

In reality, US and western policy in the conflagration that is now the Middle East is in the classic mould of imperial divide-and-rule. American forces bomb one set of rebels while backing another in Syria, and mount what are effectively joint military operations with Iran against Isis in Iraq while supporting Saudi Arabia’s military campaign against Iranian-backed Houthi forces in Yemen. However confused US policy may often be, a weak, partitioned Iraq and Syria fit such an approach perfectly.

What’s clear is that Isis and its monstrosities won’t be defeated by the same powers that brought it to Iraq and Syria in the first place, or whose open and covert war-making has fostered it in the years since. Endless western military interventions in the Middle East have brought only destruction and division. It’s the people of the region who can cure this disease – not those who incubated the virus.

The views expressed in this article are the author’s and do not necessarily reflect those of MuslimVillage.com.



10/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres