GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

Aurora et le nuage de poussière mystérieux autour de Mars

Vaisseau spatial de la NASA détecte Aurora et le nuage de poussière mystérieux autour de Mars

 

Concept de l'artiste d'aurora sur Mars
Conception de l'artiste de MAVEN imageur UltraViolet spectrographe (IUVS) observant le « Christmas Lights Aurora » sur Mars. Les observations de MAVEN montrent qu'aurora sur Mars est semblable à "Northern Lights" de la terre, mais a une origine différente.
Crédit image :
Université du Colorado

 

La NASA sonde Marsatmosphäre et Volatile Evolution (MAVEN) a observé deux phénomènes inattendus dans l'atmosphère martienne : un nuage de poussière de haute altitude inexpliqué et aurora qui pénètre profondément dans l'atmosphère martienne.

 

La présence de la poussière à une altitude orbitale d'environ 93 miles (150 km) à 190 miles (300 kilomètres) au-dessus de la surface n'était pas prévue. Bien que la source et la composition de la poussière sont inconnues, il n'y a aucun danger à MAVEN et autres engins spatiaux en orbite autour de Mars.

 

« Si la poussière provenance de l'atmosphère, cela suggère que nous perdons certains processus fondamental dans l'atmosphère martienne, » a déclaré Laila Andersson de laboratoire de l'Université du Colorado pour Atmospherics et physique de l'espace (CU LASP), Boulder, Colorado.

 

Le nuage a été détecté par la sonde sonde de Langmuir et instrument de vagues (lm/w) et a été présent tout le temps que Maven a été appliqué. On ne sait pas si le nuage est un phénomène temporaire ou quelque chose de longue durée. La densité du nuage est plus grande à basse altitude. Cependant, même dans les zones les plus denses il est encore très mince. Jusqu'ici, aucun signe de sa présence n'a été vu dans les observations de n'importe lequel des autres instruments MAVEN.

 

Les sources possibles pour la poussière observée sont poussière flottait vers le haut de l'atmosphère ; poussière venant de Phobos et Deimos, les deux lunes de Mars ; poussière dans le vent solaire, loin du soleil ; ou des débris en orbite autour du soleil de comètes. Toutefois, aucun procédé connu sur Mars ne peut expliquer l'apparition de poussière dans les endroits observés de n'importe lequel de ces sources.

 

Carte d'aurora MAVEN sur Mars
Carte de détections aurorales de IUVS en décembre 2014 superposées sur la surface de Mars. La carte montre que l'aurora a été répandue dans l'hémisphère Nord, ne pas lié à n'importe quel lieu géographique. L'aurora a été détecté dans toutes les observations durant une période de 5 jours.
Crédit image :
Université du Colorado

 

Imageur Ultraviolet Spectrograph (IUVS de MAVEN) observé ce que scientifiques ont nommé « Lumières de Noël. » Pendant cinq jours seulement avant le 25 décembre, MAVEN a vu une lueur brillante d'aurorale UV couvrant l'hémisphère nord de Mars. Aurora, connue sur terre dans le Nord ou lumières de Sud, sont provoquées par des particules énergétiques comme des électrons se brisant vers le bas dans l'atmosphère et provoquant le gaz allumé.

 

« Ce qui est particulièrement surprenant sur l'aurora, que nous avons vu est comment profondément dans l'atmosphère, qu'il se produit - beaucoup plus profondes que sur terre ou ailleurs sur Mars, » a déclaré Arnaud Stiepen, membre de l'équipe IUVS à l'Université du Colorado. « Les électrons produisant il doivent être vraiment énergiques. »

 

La source des particules énergiques semble être le soleil. Instrument de particules énergétiques solaires de MAVEN a détecté une très forte en électrons à l'apparition de l'aurore. Des milliards d'années, Mars perdu un champ magnétique protecteur global comme la terre a, donc des particules solaires peuvent frapper directement l'atmosphère. Les électrons produisant l'aurora ont environ 100 fois plus d'énergie que vous obtenez d'une étincelle de maison actuelle, donc ils peuvent pénétrer profondément dans l'atmosphère.

 

Les résultats sont présentés à la 46e lunaire et Planetary Science Conference, The Woodlands, Texas.

 

MAVEN a été lancée vers Mars le 18 novembre 2013, pour aider à résoudre le mystère de la façon dont la planète rouge perdu la plupart de son atmosphère et une grande partie de son eau. Le vaisseau spatial est arrivé sur Mars le 21 septembre et est de quatre mois dans sa mission première de terre-an.

 

"Les instruments scientifiques MAVEN tous sont nominalement performants, et les données sortant de la mission sont excellentes, a déclaré Bruce Jakosky de CU LASP, Chercheur Principal pour la mission.

 

MAVEN fait partie du programme d'Exploration de Mars de l'Agence, qui comprend les rovers de chances et de la curiosité, la Mars Odyssey et la sonde Mars Reconnaissance Orbiter, actuellement en orbite autour de la planète.

 

Programme d'Exploration de Mars de la NASA cherche à caractériser et comprendre Mars comme un système dynamique, y compris son environnement présent et passé, la cycles climatiques, la géologie et le potentiel biologique. En parallèle, la NASA développe les capacités de vols habités nécessaires pour son voyage vers Mars ou une future mission aller-retour vers la planète rouge dans le 2030.

 

Investigateur principal de MAVEN est basé au laboratoire de l'Université du Colorado pour atmosphérique et physique de l'espace, et Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt (Maryland), gère le projet MAVEN. Institutions partenaires comprennent Lockheed Martin, l'Université de Californie à Berkeley et Jet Propulsion Laboratory de la NASA.

 

Pour les images liées aux résultats, visitez :

 

http://www.NASA.gov/Maven
NASA Spacecraft Detects Aurora and Mysterious Dust Cloud around Mars
Artist concept of aurora on Mars
Artist’s conception of MAVEN’s Imaging UltraViolet Spectrograph (IUVS) observing the “Christmas Lights Aurora" on Mars. MAVEN observations show that aurora on Mars is similar to Earth’s "Northern Lights" but has a different origin.
Image Credit: 
University of Colorado

NASA's Mars Atmosphere and Volatile Evolution (MAVEN) spacecraft has observed two unexpected phenomena in the Martian atmosphere: an unexplained high-altitude dust cloud and aurora that reaches deep into the Martian atmosphere.

The presence of the dust at orbital altitudes from about 93 miles (150 kilometers) to 190 miles (300 kilometers) above the surface was not predicted. Although the source and composition of the dust are unknown, there is no hazard to MAVEN and other spacecraft orbiting Mars.

"If the dust originates from the atmosphere, this suggests we are missing some fundamental process in the Martian atmosphere," said Laila Andersson of the University of Colorado's Laboratory for Atmospherics and Space Physics (CU LASP), Boulder, Colorado.

The cloud was detected by the spacecraft’s Langmuir Probe and Waves (LPW) instrument, and has been present the whole time MAVEN has been in operation. It is unknown if the cloud is a temporary phenomenon or something long lasting. The cloud density is greatest at lower altitudes. However, even in the densest areas it is still very thin. So far, no indication of its presence has been seen in observations from any of the other MAVEN instruments.

Possible sources for the observed dust include dust wafted up from the atmosphere; dust coming from Phobos and Deimos, the two moons of Mars; dust moving in the solar wind away from the sun; or debris orbiting the sun from comets. However, no known process on Mars can explain the appearance of dust in the observed locations from any of these sources.

Map of MAVEN aurora on Mars
A map of IUVS’s auroral detections in December 2014 overlaid on Mars’ surface. The map shows that the aurora was widespread in the northern hemisphere, not tied to any geographic location. The aurora was detected in all observations during a 5-day period.
Image Credit: 
University of Colorado

MAVEN's Imaging Ultraviolet Spectrograph (IUVS) observed what scientists have named "Christmas lights." For five days just before Dec. 25, MAVEN saw a bright ultraviolet auroral glow spanning Mars' northern hemisphere. Aurora, known on Earth as northern or southern lights, are caused by energetic particles like electrons crashing down into the atmosphere and causing the gas to glow.

"What's especially surprising about the aurora we saw is how deep in the atmosphere it occurs - much deeper than at Earth or elsewhere on Mars,” said Arnaud Stiepen, IUVS team member at the University of Colorado. “The electrons producing it must be really energetic."

The source of the energetic particles appears to be the sun. MAVEN's Solar Energetic Particle instrument detected a huge surge in energetic electrons at the onset of the aurora. Billions of years ago, Mars lost a global protective magnetic field like Earth has, so solar particles can directly strike the atmosphere. The electrons producing the aurora have about 100 times more energy than you get from a spark of house current, so they can penetrate deeply in the atmosphere.

The findings are being presented at the 46th Lunar and Planetary Science Conference in The Woodlands, Texas.

MAVEN was launched to Mars on Nov. 18, 2013, to help solve the mystery of how the Red Planet lost most of its atmosphere and much of its water. The spacecraft arrived at Mars on Sept. 21, and is four months into its one-Earth-year primary mission.

"The MAVEN science instruments all are performing nominally, and the data coming out of the mission are excellent," said Bruce Jakosky of CU LASP, Principal Investigator for the mission.

MAVEN is part of the agency's Mars Exploration Program, which includes the Opportunity and Curiosity rovers, the Mars Odyssey and Mars Reconnaissance Orbiter spacecraft currently orbiting the planet.

NASA's Mars Exploration Program seeks to characterize and understand Mars as a dynamic system, including its present and past environment, climate cycles, geology and biological potential. In parallel, NASA is developing the human spaceflight capabilities needed for its journey to Mars or a future round-trip mission to the Red Planet in the 2030’s.

MAVEN's principal investigator is based at the University of Colorado's Laboratory for Atmospheric and Space Physics, and NASA's Goddard Space Flight Center in Greenbelt, Maryland, manages the MAVEN project. Partner institutions include Lockheed Martin, the University of California at Berkeley, and NASA's Jet Propulsion Laboratory.

For images related to the findings, visit:

http://www.nasa.gov/maven



19/03/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres