GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

France et Allemagne join UK de la composition de la Banque de l'Asie

France and Germany join UK in Asia bank membership

Chinese President Xi Jinping (C) poses at a meeting of representatives at the signing ceremony for the Asian Infrastructure Investment Bank at the Great Hall of the People on October 24, 2014 in Beijing, China. The Asian Infrastructure Investment Bank agreement was signed in October by 21 countries, including China

Related Stories

France et Allemagne join UK de la composition de la Banque de l'Asie
Le Président chinois Xi Jinping (C) pose lors d'une réunion des représentants à la cérémonie de signature à la Banque d'investissement Infrastructure asiatique dans le grand Hall du peuple sur 24 octobre 2014 à Beijing, en Chine. L'accord de la Banque d'investissement Infrastructure asiatique a été signé en octobre par 21 pays, dont la Chine
Poursuivre la lecture de l'histoire principale
Related Stories

U.S. reproche UK sur le plan de la banque chinoise
Yueh : Pourquoi UK rejoindra la Banque dirigée par Chine
Abbott tiède sur le plan de la Banque de l'Asie

France et l'Allemagne sont à joindre au Royaume-Uni à devenir membres d'une banque de développement asiatique chinois.

Les ministères des finances des deux pays a confirmé mardi qu'ils seraient une demande d'adhésion de la Banque asiatique d'investissement Infrastructure (AIIB).

La semaine dernière, les États-Unis a publié un blâme rare au Royaume-Uni sur sa décision de devenir membre de l'AIIB.

Les Etats-Unis considère l'AIIB un rival à la Banque mondiale dominée par l'Occident.

Le Royaume-Uni a été la première économie de l'ouest à faire acte de candidature de la Banque.

Mais le ministre allemand des finances Wolfgang Schaeuble a confirmé mardi que son pays pourrait également être candidats à l'adhésion.

Ministère des finances de la France a confirmé qu'il rejoindrait la Banque. On croit que l'Italie entend également se joindre.

Les Etats-Unis a remis en question les normes de gouvernance du nouvel établissement, qui est considéré comme l'épandage chinois « soft power ».

L'AIIB, qui a été créé en octobre par 21 pays, conduit par la Chine, financera des projets asiatique de l'énergie, des transports et des infrastructures.

Interrogé sur les États-Unis réprime la semaine dernière, un porte-parole de premier ministre David Cameron a déclaré: « Il y aura des fois quand nous prenons une approche différente. »

Le Royaume-Uni a insisté qu'il insiste sur le respect des strictes procédures bancaires et contrôle de la Banque.

« Nous pensons qu'il est dans l'intérêt national du Royaume-Uni », a ajouté le porte-parole de M. Cameron.
« Pas normal »

La semaine dernière, Pippa Malmgren, un ancien conseiller économique du président américain George W. Bush, a déclaré à la BBC que le châtiment public des États-Unis indique le déménagement aurait pu venir comme une surprise.

« Il n'est pas normal que les États-Unis à être publiquement gronder les britanniques, » dit-elle, ajoutant que le de nous concentrer sur les affaires intérieures en ce moment aurait pu conduire à l'oubli.

Toutefois, le porte-parole de M. Cameron a déclaré QU'UK chancelier George Osborne a fait discuter la mesure avec son homologue américain, avant d'annoncer le déménagement.

Quelque 21 pays se sont réunis l'an dernier pour signer un mémorandum pour la création de la Banque, y compris l'Inde, Singapour et la Thaïlande.

Mais en novembre dernier, premier ministre Tony Abbott du Australie a offert un soutien tiède à l'AIIB et dit que ses actions doivent être transparentes.

Aux États-Unis, le Président Barack Obama, qui a rencontré M. Abbott en marge d'un sommet de Beijing l'année dernière, a accepté que la Banque devait être transparente, responsable et véritablement multilatéral.

« Ce sont les mêmes règles par lequel la Banque mondiale ou toute autre institution internationale FMI [Fonds monétaire International] ou la Banque asiatique de développement a besoin de respecter, » M. Obama a dit à l'époque.

France and Germany are to join the UK in becoming members of a Chinese-led Asian development bank.

The finance ministries of both countries confirmed on Tuesday that they would be applying for membership of the Asian Infrastructure Investment Bank (AIIB).

Last week, the US issued a rare rebuke to the UK over its decision to become a member of the AIIB.

The US considers the AIIB a rival to the Western-dominated World Bank.

The UK was the first Western economy to apply for membership of the bank.

But German finance minister Wolfgang Schaeuble confirmed on Tuesday that his country would also be applying for membership.

France's finance ministry confirmed it would be joining the bank. It is believed Italy also intends to join.

The US has questioned the governance standards at the new institution, which is seen as spreading Chinese "soft power".

The AIIB, which was created in October by 21 countries, led by China, will fund Asian energy, transport and infrastructure projects.

When asked about the US rebuke last week, a spokesman for Prime Minister David Cameron said: "There will be times when we take a different approach."

The UK insisted it would insist on the bank's adherence to strict banking and oversight procedures.

"We think that it's in the UK's national interest," Mr Cameron's spokesperson added.

'Not normal'

Last week, Pippa Malmgren, a former economic adviser to US President George W Bush, told the BBC that the public chastisement from the US indicates the move might have come as a surprise.

"It's not normal for the United States to be publicly scolding the British," she said, adding that the US's focus on domestic affairs at the moment could have led to the oversight.

However, Mr Cameron's spokesperson said UK Chancellor George Osborne did discuss the measure with his US counterpart before announcing the move.

Some 21 nations came together last year to sign a memorandum for the bank's establishment, including Singapore, India and Thailand.

But in November last year, Australia's Prime Minister Tony Abbott offered lukewarm support to the AIIB and said its actions must be transparent.

US President Barack Obama, who met Mr Abbott on the sidelines of a Beijing summit last year, agreed the bank had to be transparent, accountable and truly multilateral.

"Those are the same rules by which the World Bank or IMF [International Monetary Fund] or Asian Development Bank or any other international institution needs to abide by," Mr Obama said at the time.



18/03/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres