GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

Is Free Energy Slowly Being Unveiled?

Saturday, August 24, 2013

Is Free Energy Slowly Being Unveiled?


    
 
Ere many generations pass, our machinery will be driven by a power obtainable at any point of the universe. Throughout space there is energy. — Nikola Tesla, 1892
When Tesla invented the first wireless communication device, he also discovered a form of free energy radiating throughout the whole universe.  He planned on displaying wireless electric power with his Wardenclyffe Tower until it was sabotaged by financier J.P. Morgan.
Tesla conceded that his World Power System project was “retarded by laws of nature. The world was not prepared for it. It was too far ahead of time. But the same laws will prevail in the end and make it a triumphal success.”
Perhaps the the world is now prepared for this technology as small applications using Tesla’s discoveries are finally being revealed to the public.
In a 1900 magazine article, The Problem of Increasing Human Energy, Tesla discusses a machine that can gather heat from the ambient air and other forms of harvesting energy from the natural world.
Just a short 112 years later, in March of last year, scientists in Hong Kong built a graphene battery that turns ambient heat into electric current. This technology was picked up by UCLA researcherswho claimed this same discovery as their own, seen in the video below:
More interesting Tesla technology came out earlier this year when a German university student invented a device that harvests electromagnetic waves to charge a battery.
Two more significant achievements have been announced in this month.  One was seemingly being rolled out to acclimate the public to this coming technology, while the other quieter story is one where similar technology is already being used to power space propulsion.

Researchers from Washington University unveiled a wireless communication device called Ambient Backscatter that requires no battery.
They describe their device as:
Ambient Backscatter transforms existing wireless signals into both a source of power and a communication medium. It enables two battery-free devices to communicate by backscattering existing wireless signals. Backscatter communication is orders of magnitude more power-efficient than traditional radio communication. Further, since it leverages the ambient RF signals that are already around us, it does not require a dedicated power infrastructure.
They included an informative video explaining the technology and its possible uses:
Now try to imagine this type of self-harnessing power technology used on a larger scale. It’s currently being tested on the International Space Station.
On August 12th, the University of Maryland announced their success in powering the propulsion of satellites and the space station with a renewable electromagnetic power source. The project, sponsored by DARPA and NASA, is called RINGS (Resonant Inductive Near-field Generation System).
Besides testing electromagnetic propulsion, they also intend to use RINGS to demonstrate wireless power transfer (WPT). “WPT may offer a means to wirelessly transfer power between spacecraft and in turn power a fleet of smaller vessels or satellites.”
According to their press release:
New electromagnetic propulsion technology being tested by the University of Maryland’s Space Power and Propulsion Laboratory (SPPL) on the International Space Station could revolutionize the capabilities of satellites and future spacecraft by reducing reliance on propellants and extending the lifecycle of satellites through the use of a renewable power source.
Because a finite propellant payload is often the limiting factor on the number of times a satellite can be moved or repositioned in space, a new propulsion method that usesa renewable, onboard electromagnetic power source and does not rely on propellants could exponentially extend a satellite’s useful life span and provide greater scientific return on investment.
Associate Professor of Aerospace Engineering Ray Sedwick and his research team have been developing technology that could enable electromagnetic formation flight (EMFF), which uses locally generated electromagnetic forces to position satellites or spacecraft without relying on propellants. Their research project is titled Resonant Inductive Near-field Generation System, or RINGS.
RINGS was sent to the International Space Station on August 3 as part of a payload launched on Japan’s HTV-4 Cargo Ship from the Tanegashima Space Center. The project is scheduled for four test sessions on the research station. Astronauts will unpack the equipment, integrate it into the test environment and run diagnostics. From there, RINGS will undergo three science research sessions where data will be collected and transmitted back to the ground for analysis.
RINGS is composed of two units, each of which contains a specially fabricated coil of aluminum wire that supports an oscillating current of up to 18 amps and is housed within a protective polycarbonate shell. Microcontrollers ensure that the currents oscillate either in-phase or out-of-phase to produce attracting, repelling and even shearing forces. While aluminum wire was chosen for its low density in this research prototype, eventual systems would employ superconducting wires to significantly increase range and performance.
In the spring of 2013, RINGS was tested for the first time in a microgravity environment on NASA’s reduced gravity aircraft. UMD graduate students Allison Porter and Dustin Alinger were on hand to oversee the testing. RINGS achieved the first and only successful demonstration of EMFF in full six degrees of freedom to date.
“While reduced gravity flights can only provide short, 15-20 second tests at a time, the cumulative test time over the four-day campaign provided extremely valuable data that will allow us to really get the most from the test sessions that we’ll have on the International Space Station,” said Sedwick.
In addition to EMFF, the RINGS project is also being used to test a second technology demonstrating wireless power transfer (WPT). WPT may offer a means to wirelessly transfer power between spacecraft and in turn power a fleet of smaller vessels or satellites. Having the power to support multiple satellites, and using EMFF as a propellant-less means to reposition those same satellites, provides the flexibility to perform formation control maneuvers such as on-orbit assembly or creating synthetic aperture arrays. A synthetic aperture array uses a network of smaller antennas to function collectively as one large antenna. Larger antennas are capable of producing higher resolution images and better quality data.
And these are just some of the recent examples of the unveiling of this technology which seemed to have been largely under wraps until now.
Is the age of free energy upon us?  Will some of this technology escape and go open source?
This article was originally featured on Activist Post.
This article is offered under Creative Commons license. It’s okay to republish it anywhere as long as attribution bio is included and all links remain intact.
Samedi 24 août 2013




Énergie libre est lentement être dévoilé ?




Réveil fois

Avant de passent de nombreuses générations, nos machines seront conduits par une puissance procurable à n'importe quel point de l'univers. Tout au long de l'espace, il y a d'énergie. — Nikola Tesla, 1892

Quand Tesla inventa le premier appareil de communication sans fil, il découvrit également une forme d'énergie libre rayonnant dans l'ensemble de l'univers tout entier. Il projetait sur l'affichage sans fil électrique avec sa tour de Wardenclyffe jusqu'à ce qu'il a été saboté par le financier J.P. Morgan.

Tesla a admis que son projet de système de puissance mondiale a été "retardée par les lois de la nature. Le monde n'était pas prêt pour cela. Il a été trop loin à l'avance. Mais les mêmes lois vont l'emporter en fin de compte et faire un succès triomphal. »

Peut-être le monde est maintenant prêt pour cette technologie comme de petites applications utilisant les découvertes de Tesla sont enfin être révélées au public.

Dans un article de magazine de 1900, le problème d'augmenter énergie humaine, Tesla a décrit une machine qui peut recueillir la chaleur de l'air ambiant et d'autres formes de récolte d'énergie du monde naturel.

Juste un court 112 ans plus tard, en mars de l'année dernière, scientifiques à Hong Kong a construit une pile de graphène qui transforme la chaleur ambiante en courant électrique. Cette technologie a été prises vers le haut par l'UCLA researcherswho réclamé cette même découverte comme la leur, vu dans la vidéo ci-dessous :



La technologie Tesla plus intéressante est sorti plus tôt cette année, quand un étudiant de l'Université allemande a inventé un dispositif qui récolte les ondes électromagnétiques pour charger une batterie.





Deux réalisations plus importantes ont été annoncées durant le mois précédent. L'un était apparemment déroulé se pour acclimater au public de cette technologie à venir, tandis que l'autre histoire plus silencieux est un où une technologie similaire est déjà utilisée pour alimenter la propulsion spatiale.



Les chercheurs de l'Université de Washington a dévoilé un dispositif de communication sans fil appelé rétrodiffusion ambiant qui ne nécessite aucune batterie.

Ils décrivent leur appareil comme :


Rétrodiffusion ambiante transforme les signaux sans fil existants à la fois une source d'énergie et un moyen de communication. Il permet à deux appareils sans pile communiquer par rétrodiffusion des signaux sans fil existants. Communication de la rétrodiffusion est des ordres de grandeur plus économe en énergie que la communication de la radio traditionnelle. En outre, puisqu'elle s'appuie sur les signaux RF ambiantes qui sont déjà autour de nous, il ne nécessite pas une infrastructure électrique dédié.

Ils ont inclus une vidéo informative expliquant la technologie et ses utilisations possibles :




Maintenant essayez d'imaginer ce type d'exploitation des technologie de l'énergie utilisée à grande échelle. Il est actuellement testée sur la Station spatiale internationale.

Le 12 août, l'Université du Maryland ont annoncé leur succès dans la mise sous tension de la propulsion des satellites et la station spatiale avec une source renouvelable d'énergie électromagnétique. Le projet, financé par la DARPA et la NASA, s'appelle anneaux (inductif résonant système de génération de champ proche).

Sans compter que des essais de propulsion magnétique, qu'ils souhaitent également utiliser des anneaux pour démontrer le transfert sans fil de puissance (WPT). « WPT peut-être offrir un moyen de transférer sans fil puissance entre engins spatiaux et à son tour alimenter une flotte de satellites ou de petits bateaux. »

Selon leur communiqué de presse :


Nouvelle technologie de propulsion électromagnétique testée par l'Université du Maryland Space Power and Propulsion Laboratory (SPPL) sur la Station spatiale internationale pourrait révolutionner les capacités des satellites et de futurs satellites en réduisant la dépendance à propergols et en prolongeant le cycle de vie des satellites grâce à l'utilisation d'une source d'énergie renouvelable.

Parce qu'une charge propulsive finie est souvent le facteur limitant sur le nombre de fois un satellite peut être déplacé ou repositionné dans l'espace, un nouveau mode de propulsion, cette source d'énergies renouvelables, à bord de puissance électromagnétique justifiées et ne repose pas sur des propergols pourrait exponentiellement prolonger la durée de vie utile du satellite et fournir le meilleur rendement scientifique sur l'investissement.

Professeur agrégé de génie aérospatial Ray Sedwick et son équipe de recherche ont mis au point une technologie qui pourrait permettre le vol en formation électromagnétique (EMFF), qui utilise localement généré des forces électromagnétiques sur la position des satellites ou des engins spatiaux sans dépendre des propergols. Leur projet de recherche est intitulé inductif résonant système de génération de champ proche, ou bagues.

ANNEAUX a été envoyée à la Station spatiale internationale le 3 août dans le cadre d'une charge utile a été lancée le navire japonais HTV-4 depuis le Centre spatial de Tanegashima. Le projet est prévu pour quatre séances d'essais sur la station de recherche. Les astronautes seront Déballez l'appareil, l'intégrer dans l'environnement de test et exécuter des diagnostics. De là, anneaux est soumis à trois séances de recherche science où les données seront recueillies et transmises vers la terre pour analyse.

 
ANNEAUX se compose de deux unités, dont chacun contient une bobine spécialement fabriquée de fil d'aluminium qui supporte un courant oscillant de jusqu'à 18 ampères et est abrité au sein d'une coquille de protection en polycarbonate. Microcontrôleurs veiller à ce que les courants oscillent en phase ou hors phase pour produire les attirer, repousser et même les forces de cisaillement. Alors que le fil d'aluminium a été choisi pour sa faible densité dans le prototype de cette recherche, systèmes éventuelles emploierait des fils supraconducteurs à augmenter considérablement l'autonomie et la performance.

Au printemps 2013, anneaux a été testé pour la première fois dans un environnement de microgravité sur avion de gravité réduite de la NASA. Les étudiants diplômés UMD Allison Porter et Dustin Alinger étaient sur place pour superviser les essais. ANNEAUX atteint la première et la seule démonstration réussie de EMFF en pleins six degrés de liberté à ce jour.

"Moment réduit la gravité vols ne peuvent fournir que court, 15-20 secondes tests en un temps, le temps d'essai cumulatif au cours de la campagne de quatre jours ont fourni des données extrêmement précieuses qui nous permettra de vraiment profiter au maximum des sessions de test que nous aurons sur la Station spatiale internationale," a déclaré Sedwick.

En plus de EMFF, le projet anneaux est également utilisé pour tester une technologie deuxième démonstration de transfert sans fil de puissance (WPT). WPT peut offrir un moyen de transférer sans fil puissance entre engins spatiaux et à son tour alimenter une flotte de petits bateaux ou des satellites. Vu la puissance à l'appui de plusieurs satellites et en utilisant EMFF comme un moyen de propergol-moins de repositionner ces mêmes satellites, permet d'effectuer des manœuvres de contrôle de formation tels que l'Assemblée en orbite ou la création de tableaux de synthèse d'ouverture. Un tableau de synthèse d'ouverture utilise un réseau d'antennes plus petites pour fonctionner collectivement comme une grande antenne. Plus grandes antennes sont capables de produire des images de résolution supérieure et de meilleure qualité des données.

Et ce sont quelques-uns des exemples récents de l'inauguration de cette technologie qui semble avoir été en grande partie sous le boisseau jusqu'à présent.

Est l'âge de l'énergie libre à nos portes ? Cette technologie échapper à certains des vont et open source ?

Cet article a été initialement présenté sur le Post de l'activiste.

Cet article est offert sous licence Creative Commons. Il est normal de le publier n'importe où tant qu'attribution bio est inclus et tous les liens restent intacts


02/09/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres