GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

L'étrange télex du patron des gendarmes à ses troupes

L'étrange télex du patron des gendarmes à ses troupes

            

  •          
  •     
  •            
    •         

        

Les gendarmes ont reçu une note spéciale de leur patron Denis Favier leur interdisant de s'exprimer dans la presse.

Les gendarmes ont reçu une note spéciale de leur patron Denis Favier leur interdisant de s'exprimer dans la presse.                                                    Crédits photo : DENIS CHARLET/AFP

EXCLUSIF - Après les déclarations explosives du n°3 de la gendarmerie, Bertrand Soubelet, devant des députés, sur l'insuffisance de la réponse pénale, son patron a écrit à tous les gendarmes pour éteindre l'incendie. Et mettre en garde les éventuels réfractaires.

 
          
                                       

Dans la gendarmerie, «il ne saurait y avoir de malentendu». C'est le message adressé par le numéro un de l'institution, le général d'armée Denis Favier, héros de l'assaut contre les preneurs d'otages de Marignane en 1994, aux quelque 100.000 gendarmes de France, dans un télex qui fera date et dont Le Figaro publie l'intégralité.

L'initiative vient en réaction à la polémique née des propos du général de corps d'armée Bertrand Soubelet, numéro trois de la maréchaussée, qui, le 18 décembre dernier, avait exprimé tout haut, devant les membres d'une mission d'information de l'Assemblée nationale, ce que ses hommes pensent tout bas. «Les gendarmes sont inquiets car on prend plus soin des auteurs que des victimes», avait déclaré le général Soubelet. Il ajoutait: «évidemment, l'insécurité et le sentiment d'insécurité ne cesseront d'augmenter tant que la réponse collective à la délinquance ne sera pas adaptée».

Interdiction de s'exprimer dans la presse

Ce que le public ignorait, c'est que, dès le 9 janvier, le «héros de Marignane», promu par Manuel Valls, a cru bien faire en expliquant par un message à «tous les personnels militaires et civils au sein de la gendarmerie», ce qu'il fallait retenir de l'intervention de son subordonné. Tout en mettant en garde les éventuels réfractaires, leur interdisant de s'exprimer dans la presse et même sur les réseaux sociaux…

L'intégralité de cet article et le texte complet du telex seront disponibles dès 22 heures sur le Web, les mobiles et les tablettes pour les abonnés Mon Figaro Digital et demain dans l'édition du Figaro du jeudi 13 février.



13/02/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres