GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

La paix sur la Terre

La paix sur la Terre ? Pas avant que les États-Unis n’arrêtent de vendre des armes et de faire la guerre, par Dan Simpson

 

Intéressant article d’un ancien ambassadeur américain en Afrique, Dan Simpson

Source : Pittsburgh Post-Gazette, 30-12- 2015

Par Dan Simpson / Pittsburgh Post-Gazette

En examinant les surenchères du gouvernement des États-Unis à la fin de l’année 2015, j’en viens à la conclusion que nous sommes une nation meurtrière, chez nous comme à l’étranger.

Le secteur de notre société qui profite le plus de cette attitude, encore une fois, chez nous et à l’étranger, est l’industrie de l’armement. Chez nous, elle vend des armes qui sont utilisées, pratiquement sans contrôle, pour décimer des groupes de personnes innocentes, y compris dans les églises et dans les écoles. Nos législateurs fédéraux et étatiques corrompus et sans scrupules manquent de courage et de cervelle pour y mettre un terme. Et cela ne concerne pas seulement la National Rifle Association ; il s’agit aussi des fabricants et des marchands d’armes qui financent la NRA afin qu’ils puissent exercer une influence à Washington et dans les capitales des États.

À l’étranger, nous sommes considérés comme des tueurs. D’autres pays ne peuvent que prier leur dieu ou leurs dieux pour que les États-Unis ne décident pas de leur faire subir leur volonté, que ce soit d’imposer une forme de gouvernement qu’ils devraient selon nous adopter ou d’invoquer une faute qu’ils auraient commise comme excuse pour déverser des bombes sur eux ou envoyer des drones pour tuer leurs dirigeants.

Qu’on le veuille ou non, c’est notre réputation. La plupart des étrangers que je rencontre pensent que nous sommes fous. Pratiquement tous pensent que nous sommes un danger pour la communauté internationale.

Certains de nos prétendus alliés prennent notre défense dans une tentative d’exercer une sorte de contrôle sur nos tendances homicides. Je mets les Britanniques dans cette catégorie.

Certains pays veulent juste garder leurs distances avec nous et, surtout, ne pas dépendre de nous pour quoi que ce soit. L’Inde en est un exemple. Le gouvernement américain et des vendeurs d’armes privés ont travaillé pendant des années pour faire de l’Inde un gros client pour les armes américaines. Au lieu de cela, l’Inde a choisi de sourire aux Américains, mais de continuer à acheter ses armes en Russie — la Russie dirigée par Vladimir V. Poutine le mal famé, par opposition à l’Amérique dirigée par l’adorable Barack H. Obama. Se pourrait-il que l’Inde soit consciente que les armes américaines sont toujours accompagnées de conseillers militaires américains pour former et soutenir leurs clients étrangers ?

Alors, où en sommes-nous, alors que 2015 tire à sa fin ?

Nous sommes en Afghanistan, où nous avons commencé en 2001 juste après les attentats du 11 septembre. Nous sommes en Irak, où le président George W. Bush nous a emmenés sur des postulats mensongers en 2003 pour se faire réélire comme un président de temps de guerre.

Nous avons perdu 2 332 soldats en Afghanistan au cours des 14 dernières années — six autres la semaine dernière — et 4 425 en Irak. Nous maintenons toujours des milliers de soldats dans chacun de ces pays, notre tribut pour avoir mis en place des gouvernements qui ne peuvent pas assurer leur pérennité. Les forces spéciales américaines ont seulement aidé les Irakiens à reprendre Ramadi, ville pour laquelle nous avons déjà combattu, cette fois des mains du groupe État islamique. La dernière fois, c’étaient les Sunnites qui se soulevaient là-bas. En Afghanistan, nous nous battons à nouveau pour conserver des lieux qui seraient autrement tombés entre les mains des Talibans et qui peuvent, en fait, tomber entre leurs mains malgré nos efforts.

Pourquoi faisons-nous cela ? Je pensais que l’argument de Ronald Reagan en 1986, à savoir que si nous ne combattions pas les communistes au Nicaragua, nous aurions à les combattre à Harlingen au Texas, était tout aussi moribond que les charlatans qui nous gouvernaient à cette époque. Est-ce que quelqu’un croit vraiment que si Ramadi en Irak ou Sangin en Afghanistan sont dans des mains « amies » cela fait une différence pour les Américains ? Rien que de poser la question revient à imaginer que le gouvernement Abadi en Irak ou le gouvernement Ghani en Afghanistan seraient des mains « amies », un phantasme de Washington à peu près aussi crédible qu’une publicité de campagne de Ted Cruz ou d’Hillary Clinton.

Je suppose que les efforts de M. Obama pour arriver au bout de son mandat sans voir l’Afghanistan ou l’Irak s’effondrer dans un chaos total, peuvent être mis sur le compte de quelque trouble obsessionnel compulsif ou d’une forme de loyauté de campagne électorale envers son ancienne adversaire démocrate, Hillary Clinton. Cela fait longtemps que nous aurions dû reconnaître que nous avons fait tout ce que nous pouvions en Afghanistan et en Irak, et ramener nos troupes au pays.

Qu’avons-nous fait d’autre ? Nous avons saccagé la Libye. Mouhammar Kadhafi était une vermine égocentrique, même s’il a fini par abandonner son programme nucléaire militaire. Mais ce qui a pris sa place, grâce, pour une bonne part, aux décisions du gouvernement de M. Obama, y compris Mme Clinton, ce sont deux gouvernements, chacun se revendiquant comme « national », et de nombreuses milices locales sans foi ni loi, parmi lesquelles il faut à présent compter l’État islamique. C’est également une migration incontrôlée vers l’Europe.

Pour soutenir l’Arabie Saoudite, notre alliée et notre principale acheteuse d’armes, nous avons aidé à la destruction du Yémen. Les Saoudiens l’ont bombardé jusqu’à le renvoyer à l’âge de pierre et je n’ai pas encore entendu quiconque à la Maison-Blanche ou au Pentagone affirmer qu’il n’y a pas de pilotes américains dans les cockpits saoudiens. Le Yémen était déjà le pays le plus pauvre du Moyen-Orient.

L’implication des États-Unis dans le conflit yéménite nous a également plongés au cœur du conflit interne à l’Islam entre Sunnites et Chiites. Nous n’avons aucune raison au monde de nous impliquer dans un conflit interne à l’Islam. La raison de notre implication réside dans les promesses de suivi faites par les fabricants d’armes américains après l’achat d’équipement par l’Arabie saoudite. Je ne pense pas que nous leur ayons vendu les épées qu’ils emploient pour couper les têtes des accusés.

Les États-Unis ont, de même, utilisé l’absence de gouvernement en Somalie et la vénalité du gouvernement de Djibouti afin d’établir un avant-poste militaire dans le pays. Dorénavant, il y a des milliers de soldats américains, des bombardiers de combat et une base de drones là-bas, sans aucune raison valable. Cela représente une intervention en Afrique inutile et alimentée par le Pentagone

Nous devrions ramener nos troupes à la maison. Tant que nous ne le ferons pas, il n’y aura aucune paix sur Terre. Ne soyons pas des assassins.

Dan Simpson, ancien ambassadeur des États-Unis, est un éditeur associé de Post-Gazette

Source : Pittsburgh Post-Gazette, le 30 décembre 2015.

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

 
 

11 réponses à La paix sur la Terre ? Pas avant que les États-Unis n’arrêtent de vendre des armes et de faire la guerre, par Dan Simpson

Commentaires recommandés

Spectre       Le 07 mars 2016 à 02h00      
 
 

Un texte très lucide, qui tranche à la fois avec le conte de fées de l’exceptionnalisme américain et l’idée absurde que le monde entier envie les États-Unis.

L’auteur peut cependant se “consoler” quant à l’Arabie Saoudite, son pays est loin d’être le seul à se prostituer aux coupeurs de tête autorisés. Ici, on leur décerne carrément la Légion d’honneur. Bombarder le pays le plus pauvre de la région jusqu’à provoquer une crise humanitaire et un risque de famine, financer le terrorisme international et l’extrémisme, mettre le feu à la région-poudrière par excellence ? Broutilles. Tant que l’on remplit les carnets de commande des marchands de mort, on peut s’arranger entre gens de bonne volonté. La priorité n’est-elle pas à l’emploi ? link to twitter.com

On compte évidemment sur une intense campagne de bombardement médiatique afin de questionner “Moi Président” et sa cour sur cette énième compromission.

“Je veux une République exemplaire et une France qui fasse entendre sa voix.” “Je veux porter haut la voix et les valeurs de la France dans le monde.” — François Hollande, 2012 link to static.lexpress.fr

  1. Louis Robert Le 07 mars 2016 à 01h21
    Afficher/Masquer

    “La paix sur la Terre ? Pas avant que les États-Unis n’arrêtent de vendre des armes et de faire la guerre.”

    +

    Je suis inconditionnellement contre l’Empire et ses pratiques monstrueuses qui ne font aucun doute depuis belle lurette. Et pourtant… la lecture de ce titre seul me fait déjà ressentir un grand malaise.

    Avant de mettre l’Empire à mal, il faudrait avoir d’abord le courage de traiter de long en large de la réalité sous le titre: “La paix sur la Terre ? Pas avant que LA FRANCE n’arrête de vendre des armes et de faire la guerre.” — Bref, de s’attaquer aux tabous bien français… dont celui qui veut que l’on taise, aujourd’hui encore, après des années, le fait incontestable que la France refuse de respecter ses obligations internationales envers les réfugiés qu’elle a contribué à créer, compte tenu de la crise humanitaire sans précédent qui sévit maintenant au coeur même de l’Europe.

    Notre hypocrisie et notre complaisance abjectes me sont devenues insupportables.

    • FifiBrind_acier Le 07 mars 2016 à 07h09
      Afficher/Masquer

      Un ancien ambassadeur de France a écrit à Hollande en 2013, quand celui-ci décidait de livrer des armes “aux gentils égorgeurs modérés”, une lettre pas piquée des hannetons… link to mondialisation.ca

      L’Ambassade de France à Damas a été fermée, privant les services français de précieux renseignements sur les terroristes. Valls a refusé les renseignements fournis par les services syriens, égyptiens et algériens…., mais la France combat de terrorisme, puisqu’on vous le dit, ça doit être vrai.

    • kriss34 Le 07 mars 2016 à 07h25
      Afficher/Masquer

      Merci pour ce commentaire. J’ajouterai : et la Russie? et Israel? et la Chine? et UK? et et et… L’abjection est généralisée.

    • fouineur Le 07 mars 2016 à 07h43
      Afficher/Masquer

      Bonjour, Est-ce au citoyen – contribuable français lambda de payer pour les conséquences (migrants) des guerres décidées par leurs dirigeants dans la plus grande opacité, sans l’avoir jamais consulté ? Il me semble évident que la réponse est “non”

  2. Spectre Le 07 mars 2016 à 02h00
    Afficher/Masquer

    Un texte très lucide, qui tranche à la fois avec le conte de fées de l’exceptionnalisme américain et l’idée absurde que le monde entier envie les États-Unis.

    L’auteur peut cependant se “consoler” quant à l’Arabie Saoudite, son pays est loin d’être le seul à se prostituer aux coupeurs de tête autorisés. Ici, on leur décerne carrément la Légion d’honneur. Bombarder le pays le plus pauvre de la région jusqu’à provoquer une crise humanitaire et un risque de famine, financer le terrorisme international et l’extrémisme, mettre le feu à la région-poudrière par excellence ? Broutilles. Tant que l’on remplit les carnets de commande des marchands de mort, on peut s’arranger entre gens de bonne volonté. La priorité n’est-elle pas à l’emploi ? link to twitter.com

    On compte évidemment sur une intense campagne de bombardement médiatique afin de questionner “Moi Président” et sa cour sur cette énième compromission.

    “Je veux une République exemplaire et une France qui fasse entendre sa voix.” “Je veux porter haut la voix et les valeurs de la France dans le monde.” — François Hollande, 2012 link to static.lexpress.fr

  3. caliban Le 07 mars 2016 à 04h11
    Afficher/Masquer

    Merci pour cette lecture.

    Je note en particulier cette idée d’un engagement contractuel / commercial comme explication d’une guerre sans fin : “La raison de notre implication réside dans les promesses de suivi faites par les fabricants d’armes américains après l’achat d’équipement par l’Arabie saoudite.”

    On ne se pose pas souvent la question des contrats d’armements, de leurs clauses et de ce suivi.

  4. JMDS Le 07 mars 2016 à 05h15
    Afficher/Masquer

    En complément à cet article, Robert F. Kennedy neveu du président assassiné, nous rafraichit la mémoire en rappelant que la déstabilisation de la Syrie par la CIA est une vieille histoire et que les échecs successifs des USA soulignent que la « guerre contre la terreur » n’est rien d’autre qu’une « guerre pour le pétrole ». link to mondialisation.ca

  5. Annouchka Le 07 mars 2016 à 05h41
    Afficher/Masquer

    Ah! le complexe militaro-industriel… Il faudrait, pour être juste, mentionner aussi la main d’œuvre de ce complexe. On se rappellera ainsi que Hitler a réussi à résorber les 40% de chômeurs de l’Allemagne essentiellement grâce à la relance du complexe militaro-industriel allemand.

    Les travailleurs des complexe militaro-industriels doivent-ils boycotter leurs entreprises? Refuser de travailler pour elles? Faire du sabotage pour décourager les soldats?….

  6. Stella Le 07 mars 2016 à 06h13
    Afficher/Masquer

    C’est un Américain qui le dit….et nous faisons les toutous….

  7. Daniel Menuet Le 07 mars 2016 à 08h25
    Afficher/Masquer

    LA PAIX PAR LE DÉVELOPPEMENT. On ne fait pas la paix en supprimant la vente d’arme uniquement. On fait la paix en proposant un nouveau système de pensée sur le principe de ce qui a été fait après guerre (la 2ieme) entre la France et l’Allemagne : 1 – reconnaissance et pardon des offenses 2 – on tend la main en créant des relations économiques et surtout culturelle entre les pays. 3 – on fait des projets de développement d’infrastructure commun. ==> puisque l’on coopère, on cherchera toujours une voie diplomatique plutôt que guerrière aux problèmes.

    Aujourd’hui, le projet de Pont terrestre mondial est le chemin pour la paix puisqu’il pose les bases d’un partenariat gagnant-gagnant entre les pays d’une manière bilatérale dans l’intérêt mutuel. l’idée chinoise de la “nouvelle route de la soie” est une pierre à cet édifice et crée en germe les bases d’une coopération pour tous les pays du monde. link to solidariteetprogres.org



07/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres