GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

la vie est menacée par la révolution de l'Egypte

 

Histoires sous les pyramides : la vie est menacée par la révolution de l'Egypte

 

Cette entrée a été postée le 21 décembre 2013, dans un aperçu, tourisme et étiqueté révolution de 2011, le Caire, giza, Egypte, grandes pyramides de Gizeh, le 25 janvier, Egyptiens local, mohamed khairat, photographie, pyramides, révolution, société, la nécropole de Gizeh, tourisme, industrie du tourisme, voyage, chômage. Signet le Permalien. 7 Commentaires



DSC_0669
Touristes à l'une des merveilles plus chers du monde ont disparu – menaçant la vie de beaucoup d'Egyptiens local.

 

Par Mohamed Khairat, fondateur, EgyptianStreets.com

 

Une fois une des attractions touristiques les plus visitées au monde, les pyramides d'Egypte ont été vides de touristes depuis la révolution de 2011. Des milliers d'Égyptiens dont les revenus dépendent du tourisme aux pyramides, l'absence de tourisme a frappé durement.

 

Près des pyramides, une fois que les rues commerçantes animées se sentent maintenant froids : voyagistes ont fermés, boutiques de souvenirs sont sans âme et cafés fois populaires auprès des touristes sont vides.

 

Dans la nécropole de Gizeh – logement les grandes pyramides de Gizeh – des centaines de vendeurs à cheval ou à chameau opérateurs cherchent désespérément espoir qui retourneraient les touristes. En 2010, 14 millions de touristes de partout dans le monde ont visité l'Égypte. Aujourd'hui, ce nombre a diminué de plus de 50 pour cent – avec la majorité des touristes qui visitent des endroits le long de la mer rouge de l'Égypte.

 

Locales Egyptiens travaillant dans l'industrie du tourisme aux pyramides restent néanmoins, plein d'espoir que tourisme – leur bouée de sauvetage – sera de retour. Voici un ensemble de photographies – y compris de brèves interviews – avec quelques les Égyptiens.

 

DSC_0591

 

Le moment n'importe qui entre dans le complexe des pyramides, ils sont accueillis par des dizaines d'Egyptiens locales qui cherchent à faire de l'argent : de l'opérateur de chameau à un faux-guide.

 

DSC_0666Further de l'entrée, il est plus facile d'échapper aux vendeurs lancinante pour profiter de la vue de la pyramide. Dans l'ombre des pyramides, des dizaines d'Egyptiens locales visite les pyramides pour le week-end ont été fraisage avec leurs enfants dans leurs bras.

 

DSC_0594

 

Malgré la vue à couper le souffle, il est difficile d'ignorer la vue des Egyptiens qui se débattait. Cette vieille femme a dit qu'elle travaillait aux pyramides « ans » sans difficulté. Aujourd'hui, elle se démène pour faire une vente et a été contraint de réduire son prix en raison d'une augmentation de la concurrence en raison du manque de touristes.

 

DSC_0603

 

Opérateurs de chameau et de cheval ont également du mal. Des dizaines de chameaux s'établissait à pyramides sans personne pour monter. Selon un opérateur de chameaux, dans le passé il aurait été difficile de trouver un chameau à monter en raison de la forte demande.

 

DSC_0609

 

Beaucoup de jeunes enfants ont été obligés de quitter l'école pour aider leurs parents qui se débattait dans l'industrie du tourisme.

 

DSC_0595

 

Alors que la sécurité est revenue, dit Mohammed, un exploitant de chevaux, les touristes n'ont pas. Un an auparavant, visitant les pyramides était si risqué que l'ambassade des Etats-Unis a mis en garde ses citoyens de se rendre dans le seul restant ancien monde Wonder.

 

DSC_0602

 

Les taris revenus provenant de l'industrie du tourisme – qui étaient autrefois atteignant 11 milliards $US – ont également affecté la vie des chevaux et chameaux utilisé par la population locale. Mohammed a révélé comment non seulement il n'a nourrir sa famille, mais aussi ses chevaux. Avec peu de revenus, le nourrir ses chevaux est devenu plus en plus difficile, avec beaucoup de se retrouver en mauvaise santé.

 

DSC_0646

 

Avec un manque de touristes, visiter les tombes de la nécropole de Gizeh n'est plus nécessite une ligne d'attente. Dans le passé, photographies ne pouvaient pas dans ces tombes. Cependant, moins de modération signifie que ces règles soient suivies n'est plus.

 

DSC_0653

 

Alors que de nombreuses photographies sont prises avec la caméra vers les pyramides, le contre-pied fournit une image obsédante d'une ville spirale et une économie qui se débattait qui est rapidement empiéter sur la nécropole de Gizeh.

 

DSC_0696

 

Le long de la route vers le panorama, plusieurs opérateurs de chameau et de cheval sont vus en admirant les pyramides. Avec un manque de touristes, beaucoup de travailleurs ont été obligés de simplement attendre que la situation s'améliore.

 

DSC_0692

 

Le panorama, les fournisseurs et les exploitants ont été tout aussi désespérées. Pour cet homme, vente à un foulard pour seulement 15 livres égyptiennes (2 $US) lui permet d'acheter de la nourriture pendant plusieurs jours. Le sourire sur son visage quand j'ai décidé de lui donner quelques livres résonne encore dans mon esprit.

 

DSC_0669

 

Avant la révolution de 2011, cette route grise pâle sur le côté gauche de la photo ci-dessus serait remplie de bus touristiques menant vers le panorama. Aujourd'hui, ces bus ne sont aucun où en vue. En fait, au cours de cette visite, il ne était pas un seul touriste au panorama.

 

DSC_0702

 

Une voiture (ou calèche) rouler loin, arrive au Sphinx – aussi vide de touristes mais rempli d'Egyptiens locales qui cherchent à gagner leur vie.

DSC_0712

Dans l'ombre du Sphinx était cette jeune fille aux yeux verts qui nous confus pour les touristes turcs et a tenté de parler turc. Elle vend un pack de 10 marque-pages sur le thème pharaonique pour 10 livres égyptiennes ($US 1,45). Quelque peu d'argent elle fait va aider elle-même et sa famille à travers chaque jour.

DSC_0722

Près de-de, stands de souvenirs ont été laissés sans surveillance et intacte. Prix pour un grand nombre de ces souvenirs ont chuté au cours des deux dernières années. Un seul fournisseur local a déclaré qu'il a réduire ses prix de plus de 60 pour cent afin de concurrencer d'autres vendeurs et à gagner l'entreprise des Egyptiens en visitant les monuments antiques.

DSC_0724

Malgré les difficultés accrues, beaucoup d'habitants est inflexibles de continuer à travailler, en espérant qu'un jour touristes retournera en nombre qui remettent en question les années avant la révolution de 2011.

Sur l'auteur et photographe : Mohamed Khairat est un diplômé de l'Université de 21 ans, termine actuellement son doctorat de droit à l'Université de Melbourne. Comme le fondateur de rues égyptien, Mohamed visant à faire la lumière sur les terribles situations quotidiennes qui font face à beaucoup d'Egyptiens. Pour les opinions personnelles et les aventures quotidiennes de Mohamed, suivez-le sur Twitter : twitter.com/khairatmk

 

 

Stories Under the Pyramids: Lives Threatened by Egypt’s Revolution

DSC_0669

Tourists to one of the world’s most cherished wonders have vanished – threatening the lives of many local Egyptians.

By Mohamed Khairat, founder, EgyptianStreets.com

Once one of the world’s most visited tourist attractions, Egypt’s Pyramids have been void of tourists since the 2011 revolution. For thousands of Egyptians whose incomes rely on tourism at the Pyramids, the lack of tourism has hit hard.

Near the Pyramids, once vibrant shopping streets now feel cold: tour operators have shut down, souvenir shops are soulless, and cafes once popular with tourists are empty.

At the Giza Necropolis – housing the Great Pyramids of Giza – hundreds of vendors and horse and camel operators are desperately searching for hope that tourists would return. In 2010, 14 million tourists from across the globe visited Egypt. Today, that number has declined by more than 50 percent – with the majority of tourists visiting locales along Egypt’s Red Sea.

Nevertheless, local Egyptians working in the tourism industry at the Pyramids remain hopeful that tourism – their lifeline – will return. Below is a set of photographs – including short interviews – with some local Egyptians.

DSC_0591

The moment anyone enters the complex of the Pyramids, they are greeted by dozens of local Egyptians looking to make some money: from the camel operator to a faux-tour guide.

DSC_0666Further away from the entrance, it is easier to get away from the nagging vendors to enjoy the full-view of the Pyramid. In the shadows of the Pyramids, dozens of local Egyptians visiting the Pyramids for the weekend were milling around with their children in their arms.

DSC_0594

Despite the breathtaking view, it is difficult to ignore the sight of struggling Egyptians. This old woman said she had been working at the Pyramids for “years” without difficulty. Today, she struggles to make a sale and has been forced to reduce her prices due to an increase in competition as a result of the lack of tourists.

DSC_0603

Camel and horse operators have also struggled. Dozens of camels stood at the Pyramids with no one to ride them. According to one camel operator, in the past it would have been difficult to find a camel to ride because of the high demand.

DSC_0609

Many young children have been forced to leave school to help their struggling parents in the tourism industry.

DSC_0595

While security has returned, said Mohammed, a horse operator, the tourists have not. A year ago, visiting the Pyramids was so risky that the US Embassy warned its citizens from visiting the only remaining Ancient World Wonder.

DSC_0602

The dried up revenues from the tourism industry – which were once as high as $US 11 billion – have also affected the lives of the horses and camels used by locals. Mohammed revealed how not only does he have to feed his family, but also his horses. With little revenue, feeding his horses has become increasingly difficult – with many ending up in poor health.

DSC_0646

With a lack of tourists, visiting tombs at the Giza Necropolis no longer requires waiting in a line. In the past, photographs were not allowed in these tombs. However, less moderation means that such rules are no longer followed.

DSC_0653

While many photographs are taken with the camera facing the Pyramids, the opposite view provides a haunting image of a spiralling city and a struggling economy that is quickly encroaching on the Giza Necropolis.

DSC_0696

Along the road to the panorama, several camel and horse operators are seen admiring the Pyramids. With a lack of tourists, many workers have been forced to simply wait for the situation to improve.

DSC_0692

At the panorama, the vendors and operators were equally desperate. For this man, selling one scarf for a mere 15 Egyptian pounds ($US 2) allows him to buy food for several days. The smile upon his face when I decided to give him a few pounds still resonates in my mind.

DSC_0669

Prior to the 2011 revolution, that pale grey road on the left side of the photo above would be filled with tour buses leading up to the panorama. Today, such buses are no where in sight. In fact, during this visit, there was not a single tourist at the panorama.

DSC_0702

A short car (or horse carriage) ride away, on arrives at the Sphinx – also void of tourists but filled with local Egyptians seeking to make a living.

DSC_0712

In the shadow of the Sphinx was this young, green-eyed girl who confused us for Turkish tourists and attempted to speak Turkish. She sells a pack of 10 Pharaonic-themed bookmarks for 10 Egyptian pounds ($US 1.45). Whatever little money she makes goes to helping herself and her family through each day.

DSC_0722

Near-by, souvenir stands were left unattended and untouched. Prices for many of these souvenirs have plummeted in the past two years. One local vendor stated that he has had to reduce his prices by more than 60 percent in order to compete with other vendors and to earn the business of Egyptians visiting the ancient monuments.

DSC_0724

Despite the increased difficulties, many locals are adamant to continue working, hoping that one day tourists will return in numbers that challenge the years prior to the 2011 revolution.

About the author and photographer: Mohamed Khairat is a 21-year-old university graduate, currently completing his Juris Doctor of Law at the University of Melbourne. As the founder of Egyptian Streets, Mohamed aimed to shed light upon the dire day-to-day situations that many Egyptians face. For the personal opinions and daily adventures of Mohamed, follow him on Twitter: twitter.com/khairatmk



23/12/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres