GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

LES TEMPLIERS JOHANNITE ÉTABLIR LA FRANC-MAÇONNERIE EN ÉCOSSE

templiers1.jpg

LES TEMPLIERS JOHANNITE ÉTABLIR LA FRANC-MAÇONNERIE EN ÉCOSSE

 

La légende veut que lorsque les Templiers beaucoup ont fui la France pour l'Ecosse en 1307, ils étaient protégés par le monarque excommunié le roi Robert Bruce, qui a fondé l'ordre Royal pour eux de se fondre dans après les chevaliers avaient montré impeccable courage et la loyauté envers le trône écossais en lui aidant à la défaite des anglais à la bataille de Bannockburn. Une fois en Ecosse, les chevaliers en fuite ont été accueillis par une vague antérieure des Templiers, qui, selon l'historien Templiers Baron de Westerode, était arrivé en Écosse en 1188CE. À ce moment-là, ils ont fondé le « ordre des maçons de l'Orient ».
Selon Waite, l'un des objectifs immédiats de l'ordre Royal était pour réaligner la franc-maçonnerie avec ses origines templière et "à corriger les erreurs et de réformer les abus qui s'est glissée parmi les trois degrés de la maçonnerie de Saint-Jean. » Le bleu ou le millepertuis degrés étaient arrivé en Écosse en 1188 avec les Templiers et, au fil du temps, avaient se déformer par leur observance injustifié dans la loge de Kilwinning.
Robert le Bruce fait lui-même, ainsi que tous les futurs monarques écossais, le Grand maître de l'ordre Royal et a institué deux diplômes : Chevalier de l'ordre Royal de Heredom de Kilwinning et le chevalier Johannite-influencé de la Rose Cross. Le « Heredom de Kilwinning » était un métaphorique « montagne d'ouverture » qui devait être monté par l'alchimiste avant Gnose pourrait être atteint. Ce concept peut avoir été une adaptation de la métaphore, une fois promulguée par le Grand maître Assassin, Hasan-i-Sabah, qui a fait l'ascension de la conscience vers les niveaux les plus élevés de la Gnose une ascension mythique monture Kaf métaphorique. Hasan a entièrement développé ce concept dans son Sargozast-j'ai Sayyid-na, dans lequel il a évoqué les étapes de l'alchimie qui mènent à la Gnose comme escalier menant au sommet du Kaf.
La légende veut que Robert le Bruce a également nommé un du Rex Deus familles d'Écosse, les Sinclairs, pour servir la Grand Masters héréditaire de l'artisanat et des guildes du pays. Cet important poste inclus superviser aussi bien l'ordre Royal et tous les autres Loges de la franc-maçonnerie. Plus tard, lorsque la grande loge d'Écosse a été fondée en 1736, William Sinclair a été élu son premier Grand maître, perpétuant ainsi la seigneurie de Sinclair. Le destin des Sinclairs est devenu finalement enlacé avec celui des Templiers et francs-maçons, une vérité révélée dans la chapelle de Rosslyn, où sont exposés des motifs des deux organisations.
Lorsque l'Arrêté Royal a été prise en France avec son Grand maître, le roi James II exilé, il a commencé son évolution dans ce qui allait devenir le Rite écossais de la franc-maçonnerie moderne. L'un des patriarches du futur Rite Écossais était Michael Ramsay, chevalier de l'ordre de Saint-Lazare, qui résidait à Paris, mais était né près de Kilwinning et a été très bien éduqué dans les rites et l'histoire de l'ordre Royal. De ses jours à Kilwinning chevalier Ramsay savait le lien important entre les Templiers et les francs-maçons et inculqué cette vérité à un forum des francs-maçons au cours de son célèbre discours de Paris en 1736. Lors de son discours pivotal Ramsay a publiquement déclaré que l'origine véritable du métier était les Chevaliers de croisade, c'est-à-dire, l'ordre des Templiers. Ramsay a également déclaré que, selon les documents à sa disposition, la loge de Kilwinning a été fondée en 1286, bien avant la Fondation de Robert ordre de Bruce Royal, ce qui donne foi à la vague précédente de Templiers qui avait fondé la franc-maçonnerie en Écosse. Apparemment, pas seulement les degrés les degrés bleus ou le millepertuis ont été introduits à Kilwinning, mais les saints patrons des Templiers Johannite, Jean l'apôtre et Jean le Baptiste, ont été également choisis là comme les patrons de la franc-maçonnerie tous.
  Legend has it that when many Templars fled France for Scotland in 1307 they were protected by the excommunicated monarch King Robert the Bruce, who founded the Royal Order for them to disappear into after the Knights had shown impeccable courage and loyalty to the Scottish  throne by assisting him in the defeat of the English at the Battle of Bannockburn. Once in Scotland, the fleeing knights were met by an earlier wave of Templars, who according to Templar historian Baron de Westerode, had arrived in Scotland in 1188CE. At that time they founded the “Order of Masons of the East.”
According to Waite, one of the immediate goals of the Royal Order was to realign Freemasonry with its Templar origins and “to correct the errors and reform the abuses that had crept in amongst the Three Degrees of St. John’s Masonry.” The Blue or St. John’s Degrees had arrived in Scotland in 1188 with the Templar Knights and, over time, had become distorted through their wrongful observance in the Lodge of Kilwinning.
   Robert the Bruce made himself, as well as all future Scottish monarchs, the Grand Master of the Royal Order, and instituted two degrees: Knight of the Royal Order of Heredom of Kilwinning, and the Johannite-influenced Knight of the Rose Cross. The “Heredom” of Kilwinning was a metaphorical “Mountain of Initiation” that had to be climbed by the alchemist before gnosis could be achieved. This concept may have been an adaptation of the metaphor once promulgated by the Assassin Grand Master, Hasan-i-Sabah, who made the ascent of consciousness to the highest levels of gnosis a metaphorical climb up mythical Mount Kaf. Hasan fully developed this concept in his Sargozast-I Sayyid-na, wherein he referred  to the steps of alchemy that lead to gnosis as stairs leading to the summit of Kaf.
  Legend has it that Robert the Bruce also appointed one of the Rex Deus families of Scotland, the Sinclairs, to serve as the hereditary Grand Masters of the Crafts and Guilds of the country. This important position included overseeing both the Royal Order and all the other Freemasonry lodges. Later, when the Grand Lodge of Scotland was founded in 1736, William Sinclair was elected as its first Grand Master, thus perpetuating the Sinclair lordship. The destiny of the Sinclairs  ultimately became entwined with that of both the Templars and Freemasons, a truth revealed in Rosslyn Chapel where motifs of both organizations are displayed.
  When the Royal Order was taken to France with its Grand Master, the exiled King James II, it began its evolution into what would become the modern Scottish Rite of Freemasonry. One of the patriarchs of the future Scottish Rite was Michael Ramsay, a Knight of the Order of St. Lazarus, who resided in Paris but had been born near Kilwinning and was very well educated in the rites and history of the Royal Order. From his days in Kilwinning Knight Ramsay knew the important link between the Templars and Freemasons and inculcated this truth to a forum of Freemasons during his famous Paris oration in 1736.  During his pivotal speech Ramsay publicly stated that the true originators of the Craft were the Crusading Knights, i.e., the Templars. Ramsay also stated that according to the records at his disposal, the Lodge of Kilwinning had been founded in 1286, long before the founding of Robert the Bruce’s Royal Order, thus giving credence to the earlier wave of Templars who had founded Freemasonry in Scotland. Apparently not just the Blue Degrees or St. John’s degrees were introduced at Kilwinning, but the patron saints of the Johannite Templars, John the Apostle and John the Baptist, were also chosen there as patrons of all Freemasonry.
LES TEMPLIERS JOHANNITE ÉTABLIR LA FRANC-MAÇONNERIE EN ÉCOSSE


La légende veut que les deux degrés de l'ordre Royal a évolué dans les 25 degrés du Rite d'Heredom à Kilwinning, et puis ce « Rite de Perfection » fut emmenée à Paris par le Prince Charles Edward Stuart, le « prétendant » au trône d'Écosse. Charles a pris la position de Grand maître de ce Rite et engagées dedans nouveaux aspirants de toute la France. Plus tard, en 1762, à Charleston, en Caroline du Sud, les 25 degrés du Rite d'Heredom évolué dans les 33 degrés du Rite écossais de la franc-maçonnerie.
Le Rite écossais contient actuellement le chevalier de la Rose Croix comme son dix-huitième degré et un autre niveau axés sur les Templiers, qui du chevalier d'Orient et d'Occident, comprend son degré de dix-septième. Les deux niveaux est une évolution directe des Chevaliers de la tradition Rose Croix et est pleins de Johannite, gnostique et le symbolisme alchimique. Au cours de l'initiation dans le chevalier d'Orient et l'Occident, qui est essentiellement une initiation à la tradition Johannite templière, l'initiatrice « vénérable Maître » assume le rôle de Jean Baptiste et tous les participants que francs-maçons sont reconnus comme « les disciples de Jean le Baptiste. » Le nouveau chevalier d'Orient et d'Occident reçoit un nouveau regalia avec deux alchimique et symboles Johannite, y compris un collier alchimique avec antipodes blanc et noir des brins de tissu. Il acquiert aussi une médaille alchimique avec l'image d'un agneau assis sur le livre des révélations de John the Divine qui se compose de la polaire en face de métaux d'or et d'argent. La médaille elle-même comporte que sept faces, correspondant à la « sept sceaux » au sein des révélations qui, pour l'alchimiste, sont aussi les sept chakras ou centres Gnostiques et alchimiques sept étapes qui aboutissent à la Gnose.
Quand les francs-maçons entre le degré de la dix-huitième du chevalier de la Rose Croix, il devient complètement intronisé les mystères des Chevaliers de la Rose Croix. Aussi, il devient connu comme Prince parfait d'Heredom et chevalier de l'aigle et le pélican et reçoit un tablier maçonnique, brodé avec les symboles alchimiques d'un crâne et OS croisés, roses et un émondé serpent autour d'un globe. La médaille du dix-huitième degré intègre la rose, la Croix, la boussole et le pélican tant l'aigle, une de chaque côté. Selon le 33e degré franc-maçon, Palmer viril Hall, l'image du pélican nourrir ses poussins gravés sur la médaille est un motif alchimique. Il déclare :
« Comme le degré de Rose Croix est fondé sur la Rose-Croix et le symbolisme hermétique, il s'ensuit que le pélican présente l'un des vaisseaux de qui les expériences d'alchimie sont effectuées et son sang ce mystérieux teinture par quels métaux communs sont transmuté en or spirituel. »

Extrait de: "Gnose mondiale : la civilisation gnostique venue"
© 2010 Mark Amaru Pinkham

THE JOHANNITE KNIGHTS TEMPLAR ESTABLISH FREEMASONRY IN SCOTLAND

    Legend has it that the two degrees of the Royal Order evolved into the 25 degrees of the Rite of Heredom at Kilwinning, and then this “Rite of Perfection” was taken to Paris by Prince Charles Edward Stuart, the “Pretender” to the throne of Scotland. Charles assumed the postion of Grand Master of this Rite and initiated into it new aspirants from all over France. Later, in 1762, at Charleston, South Carolina, the 25 degrees of the Rite of Heredom evolved into the 33 degrees of the Scottish Rite of Freemasonry.   The Scottish Rite currently contains the Knight of the Rose Croix as its Eighteenth Degree, and another Templar-related level, that of the Knight of the East and West, comprises its Seventeenth Degree. Both levels are a direct evolution of the Knights of the Rosy Cross tradition and are full of Johannite, gnostic, and alchemical symbolism. During initiation into the Knight of East and West, which is essentially an initiation into the Johannite Templar tradition, the initiating “Venerable Master” assumes the role of John the Baptist and all the attending Freemasons are recognized as the “disciples of John the Baptist.” The new Knight of East and West receives a new regalia with both alchemical and Johannite symbols, including an alchemical collar with polar opposite white and black strands of fabric. He also acquires an alchemical medal with the image of a lamb seated on John the Divine’s Book of Revelations that is composed of the polar opposite silver and gold metals. The medal itself is seven sided, corresponding to the “Seven Seals” within Revelations which, for the alchemist, are also the seven chakras or gnostic centers and the seven alchemical stages that culminate in gnosis.   When the Masons enters the Eighteenth Degree of the Knight of the Rose Croix he becomes fully inducted into the mysteries of the Knights of the Rosy Cross. He also becomes known as Perfect Prince of Heredom and Knight of the Eagle and Pelican, and receives a Masonic apron embroidered with the alchemical symbols of a skull and crossbones, roses and a serpent encoiled around a globe. The medal of the Eighteenth Degree incorporates the rose, the cross, the compass and both the pelican and the eagle, one on each side. According to the 33rd degree Freemason, Manly Palmer Hall, the image of the pelican feeding its chicks engraved on the medal is an alchemical motif. He states: “As the Rose Croix degree is based upon Rosicrucian and Hermetic symbolism, it follows that the pelican presents one of the vessels in which the experiments of alchemy are performed and its blood that mysterious tincture by which base metals are transmuted into spiritual gold.”

Excerpted from: “World Gnosis: The Coming Gnostic Civilization” ©2010 Mark Amaru Pinkham

 



08/03/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres