GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

MIROIR MAGIQUE JAPONAIS

022.JPG
KYOTO--les dirigeants de l'ancien Japon pourraient avoir utilisé un « miroir magique » pour évoquer des images des assistants de montagne et des bêtes divines pour les rituels d'adoration du soleil.

 

Le Musée National de Kyoto a déclaré modèles 29 janvier gravé sur le dos d'un type de miroir en bronze associé ancienne reine Himiko sont projetées sur un mur, quand la lumière du soleil se reflète sur le front.

 

Ryu Murakami, chef du Conseil de conservation du Musée, a déclaré que la découverte pourrait fournir des indices précieux pour l'étude des miroirs en bronze comment ont été utilisés dans l'ancien Japon.

 

« Une personne apparemment remarqué le phénomène et intentionnellement en forme de miroirs de cette façon, » dit-il. « Je crois qu'ils ont quelque chose à voir avec l'adoration du soleil. »

 

À l'aide d'une imprimante 3D, Murakami, un expert en science des matériaux historique, produit des répliques des deux miroirs Sankakubuchi Shinjukyo des matières utilisées dans les originaux, tels que de la poudre de cuivre et d'étain.

 

Les miroirs, les 21 et 24 centimètres de diamètre, ont été trouvés dans la tombe de Higashinomiya à Inuyama, préfecture d'Aichi et sont détenues par le Musée National de Kyoto. Tous deux sont désignés comme des biens culturels importants par le gouvernement.

 

Le miroir de Sankakubuchi Shinjukyo, censé être produit vers le troisième siècle, se caractérise par sa jante triangulaire quand vu en coupe transversale. Le dos dispose d'une gravure en relief des assistants et des créatures mythiques.

 

Plus de 500 miroirs ont été découverts dans les zones de la région de Tohoku du nord-est de l'île méridionale de Kyushu, avec de nombreux dans la région du Kinki.

 

Le miroir est associé à Himiko parce que certains ont été inscrits à l'année 239, quand un empereur chinois présenté 100 miroirs en bronze à l'émissaire de la Reine, selon une chronique chinoise.

 

Certains miroirs antiques chinois sont connus pour fonctionner comme des miroirs magiques. Au cours de la période Edo (1603-1867), chrétiens sous la persécution au Japon fait des dispositifs similaires pour prier devant les images de la Croix et la Vierge Marie.

 

Mais l'annonce le 29 janvier a été le premier à confirmer des propriétés semblables dans une antique miroir creusées dans le Japon.

 

Dans un miroir magique, les aspérités sur la surface polie — trop subtiles pour être détectée par le œil nu — reproduit des motifs sur le dos quand la lumière du soleil se reflète sur le front.

 

Minuscules cavités concaves et bosses qui reflètent les dessins du dos sont créés pendant le processus de polissage. Les parties concaves concentrent la lumière, tout en lumière diffuse les parties convexes, ayant pour résultat l'image projetée.

 

Murakami n'a pas encore de confirmer si les autres types de miroirs en bronze fonctionnent comme un miroir magique, mais il estime que les autres miroirs Sankakubuchi Shinjukyo ont des qualités similaires projectives si des différences substantielles existent dans l'épaisseur du métal.

 

Shoji Morishita, professeur agrégé de l'archéologie à la faculté de l'Université de Otemae des études culturelles et historiques, a déclaré les chercheurs avaient tendance à se concentrer sur le dos des miroirs en bronze, mais des technologies de pointe ont un éclairage nouveau sur les miroirs.

 

« La découverte pourrait conduire à reconsidérer le rôle de miroirs dans les rituels anciens, » a déclaré Morishita, qui est bien versé dans les miroirs en bronze. "Parfois, des dizaines de miroirs sont accessibles de la même tumulus. Théoriquement, il n'est pas difficile d'imaginer qu'ils étaient alignés pour un nombre d'images du projet. »

 

Les répliques produites par Murakami sont prévues pour aller sur affichage au Musée d'Art Takaoka dans la préfecture de Toyama entre le 28 juin et le 31 août.

 

Par TSUYOSHI SATO / Staff Writer

Mirrors may have worked magic in ancient Japanese rituals

 
 

By TSUYOSHI SATO/ Staff Writer

KYOTO--Rulers of ancient Japan may have used a “magic mirror” to conjure up images of mountain wizards and divine beasts for sun-worshipping rituals.

The Kyoto National Museum said Jan. 29 patterns engraved on the back of a type of bronze mirror associated with ancient queen Himiko are projected on a wall when sunlight reflects off the front.

Ryu Murakami, head of the museum’s curatorial board, said the discovery could provide valuable clues in studying how bronze mirrors were used in ancient Japan.

“Someone apparently noticed the phenomenon and intentionally shaped mirrors in this way,” he said. “I believe they have something to do with sun worship.”

Using a 3-D printer, Murakami, an expert in historical materials science, produced replicas of two Sankakubuchi Shinjukyo mirrors from materials used in the originals, such as copper and tin powder.

The mirrors, 21 and 24 centimeters in diameter, were found in the Higashinomiya tomb in Inuyama, Aichi Prefecture, and are owned by the Kyoto National Museum. Both are designated as important cultural properties by the government.

The Sankakubuchi Shinjukyo mirror, believed to be produced around the third century, is characterized by its triangular rim when seen in cross-section. Its back features a relief engraving of wizards and mythical creatures.

More than 500 mirrors have been unearthed in areas from the northeastern Tohoku region to the southern island of Kyushu, with many in the Kinki region.

The mirror is associated with Himiko because some were inscribed with the year 239, when a Chinese emperor presented 100 bronze mirrors to the queen’s emissary, according to a Chinese chronicle.

Some ancient Chinese mirrors are known to function as magic mirrors. During the Edo Period (1603-1867), Christians under persecution in Japan made similar devices to pray before images of the cross and the Virgin Mary.

But the Jan. 29 announcement was the first to confirm similar properties in an ancient mirror excavated in Japan.

In a magic mirror, unevenness on the polished surface—too subtle to be detected by the naked eye—reproduces patterns on the back when sunlight reflects off the front.

Minute concavities and convexities that mirror the backside designs are created during the polishing process. The concave parts focus light, while convex parts diffuse light, resulting in the projected image.

Murakami has yet to confirm whether other types of bronze mirrors work like a magic mirror, but he believes that other Sankakubuchi Shinjukyo mirrors have similar projective qualities if substantial differences exist in the metal’s thickness.

Shoji Morishita, an associate professor of archaeology at Otemae University’s faculty of cultural and historical studies, said researchers tended to focus on the back of bronze mirrors, but cutting-edge technologies have shed new light on the mirrors.

“The finding could lead to reconsideration of the role of mirrors in ancient rituals,” said Morishita, who is well versed in bronze mirrors. “Sometimes, dozens of mirrors are found from the same burial mound. Theoretically, it’s not hard to imagine that they were lined up to project a number of images.”

The replicas produced by Murakami are scheduled to go on display at the Takaoka Art Museum in Toyama Prefecture between June 28 and Aug. 31.

By TSUYOSHI SATO/ Staff Writer
023.JPG


02/02/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres