GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

Nous sommes au bord de la 3ème Guerre Mondiale

Le milliardaire juif George Soros : “Nous sommes au bord de la 3ème Guerre Mondiale”

 
Tags

MW-CQ890_soros__20140818112004_MG

BREIZATAO – KOMZOU DIEUB (25/05/2015) Le milliardaire juif George Soros était présent à Bretton Woods lors d’une réunion de la Banque Mondiale. A cette occasion, ce représentant de l’oligarchie atlantique a mis en garde contre les risques très sérieux de conflit mondial entre les USA et la Chine.

Risque de guerre mondiale

Pour G. Soros, beaucoup dépend de l’état de l’économie chinoise. Celle-ci, qui a dépassé celle des USA en 2014 en termes réels, opère une transition entre un modèle d’exportation et un modèle de consommation intérieur. Si une telle évolution échouait, une crise politique majeure surviendrait en Chine et pousserait l’élite du pays à chercher un exutoire extérieur pour conjurer une révolution.

“S’il y a un conflit entre la Chine et un allié des Etats-Unis, comme le Japon, alors il n’est pas exagéré de dire que nous serions au bord d’une troisième guerre mondiale” déclare-t-il.

“Les dépenses militaires augmentent en Russie et en Chine” a-t-il ajouté.

Intégrer la Chine dans une gouvernance mondiale conjointe avec les USA

Pour éviter ce scénario, G. Soros appelle les USA à faire une “concession majeure” en acceptant d’intégrer le Yuan chinois comme devise de réserve mondiale via son intégration dans le FMI, en cours de discussion. Une possibilité combattue par Washington qui craint de voir l’hégémonie du dollar prendre fin.

“Sans cela, il y a un vrai danger de voir la Chine s’aligner sur la Russie politiquement et militairement, et alors le risque d’une troisième guerre mondiale deviendrait réel, donc cela vaut la peine d’essayer”.

Ces propos constituent une menace à peine voilée en direction de Pékin, sans pour autant conforter le point de vue dominant à Washington. Il traduit une vision dominante dans de nombreux cercles globalistes selon laquelle la Russie constitue la seule puissance en mesure de contester l’hégémonie globale américaine, notamment en raison de sa situation géographique entre l’Europe et l’Asie.

Dissocier la Chine de la Russie et lui offrir une gestion concertée de l’ordre mondial représente un moindre mal selon Soros qui conditionne toutefois cette alliance par une démocratisation de la Chine. A défaut de pouvoir phagocyter dans l’immédiat cette dernière, la subvertir sur le moyen terme a la préférence du financier américain.

(source)



27/05/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres