GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

Pentagone livré des échantillons vivants anthrax au Canada

Pentagon shipped live anthrax samples to Canada – report

Published time: June 02, 2015 04:03
Reuters / David Moir

Reuters / David Moir

Pentagone livré des échantillons vivants anthrax au Canada rapport
Temps a publié: 2 juin 2015 04:03


Nouvelles divulgations des responsables du Pentagone disent échantillons d'anthrax vivant ont été envoyés aux trois laboratoires canadiens. Le scandale implique désormais la maladie du charbon envoyé aux laboratoires dans 12 États, Washington, DC et trois pays-Australie, Canada et en Corée du Sud.

Un pentagone sans nom officiel ne pas autorisé à prendre la parole publiquement dit USA Today qui, jusqu'à présent, personne n'avait été écœuré par les expéditions, et que des enquêteurs militaires sont poursuivent Rechercher des échantillons de charbon et les enregistrements à découvrir si autres échantillons ont été expédiés à d'autres laboratoires.

Le Pentagone a reconnu mercredi dernier qu'anthrax vivant a été par inadvertance expédié d'un laboratoire militaire dans l'Utah, dans l'ensemble de lignes de l'État et à l'étranger sur une période d'un an de mars 2014 à avril 2015. Les échantillons de recherche ont été marqués par erreur inactifs, selon les responsables.

Le public n'était pas menacée par les spores d'anthrax, qui, s'il est inhalé, peut susciter une forte fièvre et autres symptômes de type grippal et être mortel même avec traitement, a indiqué l'Agence.

Les échantillons, dont l'armée a déclaré ont été expédiés sur le marché, devaient servir à déterminer si un nouveau test de détection de la maladie du charbon et d'autres organismes fonctionne comme prévu. Un laboratoire du Maryland a notifié tout d'abord le département de la défense sur les spores vivants après avoir reçu une des expéditions.

Jusqu'ici, les Centers for Disease Control and Prevention 28 laboratoires dans 12 États et le District de Columbia ont reçu des échantillons, dit. Régulateurs de CDC bioterrorisme lab et le Pentagone s'interrogent : pourquoi le laboratoire militaire n'avait pas tué soigneusement les spécimens de charbon avant l'expédition. Un courriel envoyé à un fonctionnaire de la CDC dit que les méthodes utilisées pour tuer les spores d'anthrax ne sont pas toujours pleinement efficaces.

« Nous avons l'inquiétude que les procédures d'inactivation, lorsqu'il est suivi correctement, ne suffisent pas à tuer toutes les spores, et le gouvernement américain développe une approche à la sécurisation de ces échantillons possibles d'une mauvaise utilisation, » écrit Daniel Sosin, directeur adjoint du Bureau de la santé publique, de protection civile de la CDC et la réponse, dans un courriel aux représentants de l'Etat qui a été obtenu par USA Today.

Lire la suite
Anthrax vivant expédiés entre les États, à la Corée du Sud par accident Pentagone

Anthrax est connu pour être un des micro-organismes plus difficiles à tuer et les bactéries peuvent survivre pendant des années sous forme de spores difficiles. L'armée installation zappe l'anthrax avec le rayonnement, qui est censé pour rendre les spores inertes en permanence, mais des erreurs peut toujours se produire.

« Une des choses qui peuvent arriver est qu'ils ont mis en place et ils le font, et ils découvrent plus tard qu'il ne tue que 99,99 % », a déclaré Paul Keim, biologiste à la Northern Arizona University, qui étudie la maladie du charbon, à Minnesota Public Radio.

"C'est plus que suffisant si vous êtes tué 100 spores, mais si vous le faites à 10 milliards de spores," dit-il, "vous allez avoir quelques évasions. »

CDC porte-parole Jason McDonald, quatre travailleurs dans trois États sont traités pour l'exposition possible de maladie du charbon. Séparément, l'armée affirme que 22 personnes à Osan Air Base, une usine américaine en Corée du Sud, reçoivent également un traitement.

New disclosures from Pentagon officials say samples of live anthrax were sent to three Canadian laboratories. The scandal now involves anthrax sent to labs in 12 states, Washington, DC, and three countries – Australia, Canada and South Korea.

An unnamed Pentagon official not authorized to speak publicly told USA Today that, so far, no one had been sickened by the shipments, and that military investigators are continuing to search anthrax samples and records to discover whether further samples were shipped to other labs.

The Pentagon admitted last Wednesday that live anthrax was inadvertently shipped from a military lab in Utah across state lines and out of the country over a one-year period from March 2014 to April 2015. The research samples were mistakenly marked inactive, according to officials.

The agency said the public was not at risk from the anthrax spores, which, if inhaled, can spark a high fever and other flu-like symptoms and be lethal even with treatment.

The samples, which the military said were shipped commercially, were for use in determining whether a new detection test for anthrax and other organisms works as expected. A Maryland lab first notified the Department of Defense about the live spores after receiving one of the shipments.

So far, 28 labs in 12 states and the District of Columbia have received samples, the Centers for Disease Control and Prevention said. CDC bioterror lab regulators and the Pentagon are investigating why the military lab hadn’t thoroughly killed the anthrax specimens before shipping. An email sent to a CDC official said the methods used to kill anthrax spores are not always fully effective.

We have concern that the inactivation procedures, when followed properly, are inadequate to kill all spores, and the US government is developing an approach to securing such possible samples from misuse,” wrote Daniel Sosin, deputy director of the CDC’s Office of Public Health Preparedness and Response, in an email to state officials that was obtained by USA Today.

 

Anthrax is known to be one of the most difficult microorganisms to kill, and the bacteria can survive for years in the form of tough spores. The Army facility zaps the anthrax with radiation, which is supposed to render spores permanently inert, but errors can still occur.

One of the things that can happen is that they set it up, and they do it, and they find out later that it only kills 99.99 percent,” Paul Keim, a biologist at Northern Arizona University who studies anthrax, told Minnesota Public Radio.

That’s more than enough if you’re killing 100 spores, but if you’re doing it to 10 billion spores,” he says, “you’re going to have some escapes.”

CDC spokesman Jason McDonald said four workers in three states are being treated for possible anthrax exposure. Separately, the military says that 22 individuals at Osan Air Base, a US facility in South Korea, are also receiving treatment.



02/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres