GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

scandale sanitaire aux Antilles scandale sanitaire aux Antilles dû au chlordécone, un pesticide ultra-toxique

 

MERCREDI 06 JUIN 2018 À 17:39
 

Chlordécone : « Ce pesticide va rester dans nos sols pendant plusieurs centaines d’années » déclare Catherine Conconne

Catherine Conconne, sénatrice PS de Martinique, était l’invitée du débat de Sénat 360 sur le glyphosate. Elle revient sur le scandale sanitaire aux Antilles dû au chlordécone, un pesticide ultra-toxique, révélé par le Monde, mercredi.

Par Maud Larivière

 

Le Monde a révélé que le chlordécone a été utilisé dans les bananeraies en Martinique et en Guadeloupe, entre 1972 et 1993. La quasi-totalité des Guadeloupéens et Martiniquais sont aujourd’hui contaminés par ce pesticide.

Catherine Conconne, sénatrice PS de la Martinique, est furieuse : « Ce sont les mêmes arguments qu’on nous donnait dans les années 70, 80 et 90, jusqu’aux dérogations qui ont été accordées de trois années supplémentaires. On nous donnait les mêmes arguments : qu’il n’y avait pas d’alternatives, que le produit était soupçonné mais pas dangereux, et puis on se rend compte aujourd’hui qu’on a empoisonné la Martinique et la Guadeloupe, et ce n’est qu’aujourd’hui qu’on découvre l’étendue des dégâts » martèle-t-elle.

« Ce n’est qu’aujourd’hui qu’on se rend compte que ce pesticide va rester dans nos sols pendant plusieurs centaines d’années. Et que dans le sang de tous les Martiniquais et de tous les Guadeloupéens, il y a des limites parfois extrêmement élevées de chlordécone, qui se transmettent de la mère à l’enfant, et qui sont aujourd’hui potentiellement accusées de maladies graves, de dysfonctionnement thyroïdiens, jusqu’aux cancers de la prostate que l’on trouve dans des proportions extrêmement considérables » explique-t-elle.

Le scandale sanitaire de l’utilisation de ce pesticide a de lourdes retombées sur les territoires ultra-marins visés : « La dangerosité supplémentaire du chlordécone, c’est que la rémanence dans les sols s’évalue en centaines d’années. Ce produit a non seulement contaminé les terres, les rivières, et pire, deux tiers des eaux du littoral marin sont aujourd’hui interdites de pêche ».

 



13/07/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 142 autres membres