GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

SECRETO MASONICO

SECRETO MASONICO ›

Prié pour tous ces divinités étrangères, attendant que
l'un d'eux accordé le reste qui n'était pas déjà dans la jouissance
et l'ivresse. Les gens qui protestaient en silence. Salomon a violé la
la seule loi divine, mais le pays était encore riche et prospère,
enracinée dans une paix durable, source de tout bonheur. Faire ne pas dominé
le roi des esprits ? Faire de la science non plus que tout autre homme qu'il avait
dans la terre ? Faire pas écrit les plus beaux poèmes, declamados par ?
le plus célèbre aedos à la Cour des souverains plus illustres ? Le
Sagesse de Salomon n'était pas, peut-être, admirée par les puissants et pas
Il garanti la joie d'Israël ? Salomon était vieillissante et a pris des
Nouveau dans leurs mains les rênes du Royaume. Après le plaisir, il a assommé
avec le travail. Le monarque, reléguant Elihap à une fonction
Il subalterna, il a examiné chaque document, il a reçu à chaque fonctionnaire,
Il a décidé de tous les détails administratifs. La clarté de son intelligence
Il a apporté de nombreuses améliorations à la gestion des provinces et le commerce
avec l'étranger. Le Trésor a été enrichi. Tous les Hébreux
ils pouvaient satisfaire leur faim. Toutes les naissances ont été reçues comme
une bénédiction pour les familles, qui célébrait les fêtes avec ferveur
et ils ont donné grâce au Seigneur de vivre sous l'autorité du plus
bienveillant des souverains. Le roi sans âge était venu la
vieillesse. Sa beauté n'avait pas changé. Dans ce visage parfait ont
une seule ride, à peine visible. La paix a été préservée, la
les gens étaient heureux, le pays respecté... Salomon ne savait pas
échec dans son rôle de monarque. Comment prononcer leurs jugements,
Il n'avait pas nui à un de ses sujets. Salomon a été seulement.
Il a n'eu aucun enfant, des amis ou des conseillers. Personne ne pouvait comprendre lui. Personne ne
J'essayais de comprendre le mystère de son cœur. Le roi n'est plus
Vous révoltant contre Yahvé. Déjà ne pas prier à quelque divinité. Le
désespoir était leur nourriture quotidienne. Peut-être, les juste ou méchant, non ?
hommes et bêtes sont dirigeaient vers la même Sub ? Ne pas né de la ?
la poussière d'étoile reviennent sur la terre ? Que qui
la sagesse est louée, est entré en collision contre un mur infranchissable : le travail
Divine. Il n'avait pas déchiffré aucun de ses arcanes. Maintenant savait que
Personne n'allait le faire. Tout est vanité. Quand s'épanouit printemps,
Salomon a compris que ça allait être son dernier. Il est sorti du palais et est
Il est allé au temple, où il n'avait pas entré pendant de nombreuses années.
Seulement dans le Saint des Saints, pas entendu la voix de Dieu, mais il a vu le
future. Un avenir où la paix est cassé, dans laquelle les tribus
d'Israël se cassera à nouveau, dans lequel armées avides de
sang envahit le pays, où le sanctuaire d'Yahvé était
seule et détruite. Un avenir dans lequel la terre promise
Il serait régi par les hommes faibles, selon une politique
misérable, essayant de satisfaire uniquement leurs instincts les plus bas. A
avenir dans lequel les gens se reposent pas déjà sous le figuier et le
Olivier, profitant du beau temps. Salomon savait que quand il est mort,
son travail serait anéanti. Rien ne lui survivrait pas. Le roi quitte le
Couronne et le sceptre, enlevé le manteau brodé d'or filé, a chuté de
le chemin qui conduit à la vallée du Cédron et est allé dans le désert.
Par ailleurs, a brisé une direction pour faire une canne. Le jeune le soleil
Il a brûlé son front. Ses pieds étaient endoloris bientôt. Mais il a fait un pas et
Il a continué à pied, comme les plus humbles pèlerins. Salomon avait
a décidé de se plonger dans la solitude, jusqu'à un état de signal
de Dieu. Il n'a pas maintenant la sécurité de ce succès et l'échec ont été seulement
vanité, comme la joie et la douleur ? Pour lui, il y avait seulement un passé
qu'elle s'est évanouie à dans un horizon de cassé. Son peuple, il y avait
ans de plénitude et de sérénité qui laisserait le sentier à la mémoire de
Israël. Peut-être, dans un temps si lointain que le roi ne pensait pas
Je pouvais apercevoir, en dehors de la levure pour une nouvelle ère de paix. Le
Hauteurs de Jérusalem n'étaient pas déjà visibles. Le Temple avait
a disparu. Mais sans forces déjà, Solomon a continué son chemin. Pas
Il avait déjà cible, il n'avait aucune raison de se battre, seulement cette recherche
désespérée de sagesse inaccessible qui aurait voulu
apercevoir, si ce n'est pas conquérir. Échoué lorsque le cœur, l'ancien
souverain se tenait au pied d'un Acacia en fleur. Dieu n'avait pas
parlé mais dans la clarté du printemps, distingue les contours
d'un visage immense, aussi large que la terre, tellement haute que la
Visage ciel, le maître Hiram, grave et souriant, déchiré par une
douce sagesse. Le maître de œuvre a pardonné sa trahison. Le
Il avait l'air de l'autre côté de la mort. Salomon se pencha sur acacia et
Il s'est endormi dans la lumière.
› Hiram ha sido asesinado Salomón galopaba por la llanura de Jerusalén. Su caballo parecía volar, sus cascos con herraduras de hierro apenas tocaban el suelo. Huyendo de su palacio y de la copa llena de un vino que la reina de ... Saba no bebería nunca, el rey había recorrido la campiña durante días y días, esperando huir del dolor que le torturaba. No soportaba la ausencia de Balkis. Con su partida se desvanecía la promesa de una felicidad cálida como un lago estival. Aquella mujer le habría mostrado un nuevo camino hacia la sabiduría. Habría formado con ella una pareja capaz de instaurar la paz en el universo. Cuando el sol de mediodía se tiñó de negro en su entorno, Salomón creyó que sus ojos desfallecían. El fenómeno duró algunos segundos. El rey supo que acababa de morir un ser querido. Aunque el astro hubiera recuperado su fulgor, espoleó su montura y se lanzó al galope hacia la capital. El sumo sacerdote le recibió en el umbral del palacio. -Vuestra esposa ha muerto -reveló Sadoq-. No ha dejado de llamaros hasta lanzar su postrer suspiro. Nagsara estaba tendida en un parterre de jazmines y lises, con las manos crispadas sobre su pecho, en el lugar donde había estado grabado el nombre de Hiram, borrado ahora. Salomón besó en la frente a la hija del faraón. -Convocad a mi maestro de obras -ordenó Salomón-. ¿Cuántas veces tendré que repetirlo? -Ha desaparecido - confesó Elihap. -Pedidle al general Banaias que os ayude. -Hemos encontrado su perro, Anup. Se ha dejado morir de hambre en la gruta. - Apresuraos. Quiero ver a Hiram inmediatamente. El secretario se inclinó y salió precipitadamente del despacho de Salomón. Aquella misma noche, llevó a palacio unos campesinos que vivían junto al valle del Cedrón. Uno de ellos afirmaba haber visto a tres miembros de la cofradía de Hiram que transportaban un pesado fardo, la noche de la tempestad que había devastado campos y casas. Interrogado por Salomón, se retractó y pidió una copa llena de agua. Él y sus compañeros se lavaron las manos, repitiendo la misma fórmula: «Nuestras manos no han derramado sangre y nuestros ojos no han visto nada». Así se inocentaban ritualmente de un posible crimen. Al día siguiente, el rey recibió a los nueve maestros que dirigían la cofradía. Le revelaron que tres compañeros se habían vanagloriado ante ellos de su abominable fechoría, esperando que el sucesor de Hiram les agradeciera haberle liberado de un déspota. ¿No habían actuado con la protección del rey Salomón? -¡Eso es una ignominia! -protestó el monarca-. ¿Dónde están estos hombres? -Decepcionados por nuestra negativa a concederles la maestría, han huido -dijo el portavoz de los nueve maestros-. Hiram ha sido asesinado. Queremos encontrar su cuerpo. -Yo puedo ayudaros. -Vos no formáis parte de nuestra cofradía, Majestad. -No obliguéis a suplicar a un rey. Debo ese homenaje a un genio que fue mi amigo. Los nueve maestros siguieron a Salomón quien, al salir de la explanada sacra, tomó el sendero más abrupto que llevaba al valle del Cedrón. Su mirada estaba dominada por el personaje del maestro de obras vistiendo el manto de púrpura, durante la inauguración del templo. Las vibraciones del cetro que el rey mantenía ante sí le indicaban el camino a seguir. ¿Qué crimen habían cometido, él, Salomón, al conceder a Sadoq el derecho a castigar a Hiram? ¿No había traicionado al arquitecto sin querer confesárselo? ¿No había condenado a muerte, con su cobardía, al único hombre a quien había envidiado? Cuando se acercaron al cerro, el cetro comenzó a quemar. -Aquí es -advirtió uno de los maestros-. Ved la tierra removida y la acacia. Los hermanos de Hiram cavaron y descubrieron el cuerpo. El rostro del maestro de obras parecía tranquilo, sonriente casi. Su propia sangre le servía de manto de púrpura. Los maestros formaron un círculo alrededor del cadáver y celebraron en silencio la memoria del jefe de la cofradía. -Maestre Hiram descansará en los cimientos de su templo, bajo el Santo de los santos -decidió Salomón. Las placas blancuzcas en la piel de los enfermos no dejaban subsistir duda alguna. La lepra se propagaba por los barrios bajos de Jerusalén. Inexorablemente, roería los rostros. La mayoría de los miembros de la cofradía, por orden de los nueve maestros, se habían puesto en camino dirigiéndose a los países vecinos. La organización creada por Hiram fue desmantelada en los pueblos y en las aldeas. Expulsaron a los últimos aprendices. Artesanos sin experiencia se apoderaron de los talleres y los convirtieron en tenderetes. ¿Para qué habría servido una cofradía de constructores en un país donde las grandes obras habían concluido? Salomón no se opuso a la destrucción de la comunidad creada por Hiram. ¿Quién habría podido dirigirla? Cediendo a las súplicas del pueblo, el rey utilizó el anillo del poder para apaciguar los vientos que traían la peste. Terminada la invocación, el precioso objeto cayó en las losas del atrio y se rompió. Sin embargo, la epidemia cesó. El invierno siguiente al asesinato del maestro de obras, fue el más duro que los ancianos recordaban. La nieve cayó durante días y días, cubriendo incluso las llanuras de Samaría y de Judea. Las laderas de las montañas se habían convertido en glaciares. El culto a Yahvé se reducía a breves ceremonias pues el fuerte viento que soplaba en la roca de Jerusalén impedía a los sacerdotes encender el fuego de los sacrificios. Trocitos de hielo azotaban su rostro, heladas lluvias atacaban los altares. Circular por las calles de la capital se hacía difícil. Los habitantes sólo pensaban en encerrarse en sus moradas alrededor de un hogar o un brasero. El qudim* soplando del este, barría con sus ráfagas la ciudad de Salomón y creaba torbellinos en el mar de Galilea. Sadoq, que quería rendir homenaje a Yahvé, murió de una embolia al pie del gran altar. Fue enterrado a hurtadillas. El rey no nombró otro sumo sacerdote. Cuando el general Banaias llegó, a su vez, a los valles de ultratumba, el monarca, ya jefe supremo de los ejércitos, se limitó a formar un reducido estado mayor. Balkis se había ido, Hiram había sido asesinado y a Nagsara la había consumido la desesperación, ¿en quién podía confiar Salomón? Los tres seres a quienes había amado habían abandonado Israel, como si la paz del rey no hubiera tocado su corazón ni su alma, como si una maldición pesara sobre el destino de la Tierra Prometida. La sabiduría le había abandonado. No había sabido amar a la hija del faraón. Al traicionar a Hiram, había prescindido del único hombre que nunca le hubiera traicionado. Al no lograr retener a la reina de Saba, había demostrado su incapacidad para hacerse amar por quienes eran más grandes que él. Salomón se embriagó del mundo y de sus locuras. Cada noche se celebraba un banquete que llenaba el palacio de danzas, cantos y bromas de borrachos, los comensales se hartaban de carne asada y bebían chorros de vino. Los diplomáticos extranjeros no dejaban de elogiar la hospitalidad del rey y la exuberancia de su corte. El monarca no sólo les ofrecía los mayores caldos provenientes de las viña de todo Oriente. Muchachas de admirables formas despertaban los más hastiados deseos. Sentándose en las rodillas de hombres depravados, iban desnudándose a medida que los ágapes avanzaban y se transformaban en orgías donde caricias y besos sazonaban las viandas. Jóvenes vírgenes se añadían a las más expertas cortesanas despertando la concupiscencia y contribuyendo al prestigio de las fiestas de Salomón. Transcurrieron así varios años sin que el rey impartiera justicia. Había abandonado el gobierno del reino a una cohorte de funcionarios dirigidos por Elihap. Serio, trabajador, el secretario del rey suplió con talento a su soberano y sólo solicitaba su opinión en los más delicados asuntos. Había aumentado, con su acuerdo, el número de soldados cuando el libio Sesonq, a la muerte de Siamon, había subido al trono de Egipto. Jeroboam había alentado enseguida al nuevo faraón a preparar la guerra contra Israel. Pero el libio se mostraba prudente por miedo a sufrir una gran derrota. Prefería el statu quo. Las numerosas esposas del rey, originarias de los más diversos países, reclamaron templos y altares para adorar a sus divinidades favoritas. Salomón comenzó negándose. Cuando, uniéndose en una conspiración, todas se le negaron, cedió. En las colinas, en las cimas de las montañas, en el fondo de los valles, tanto en las ciudades como en las aldeas, se erigieron santuarios paganos donde las esposas de · Viento que puede ser tan fuerte como el khamsin Salomón oraban. No se libraron ni los más recónditos lugares, donde había estado el Arca de la alianza, donde los patriarcas habían escuchado la voz de Yahvé. En las fuentes de los ríos, en las riberas del mar, en el umbral del desierto se veneraron oscuros ídolos que se albergaban en chozas de arcilla, en edificios de madera rodeados de pórticos o precedidos por avenidas de animales monstruosos. Salomón no creía ya en Yahvé. Rogó a todas aquellas divinidades extranjeras, esperando que una de ellas le concediera el descanso que ya no encontraba en el goce y la embriaguez. El pueblo protestaba en silencio. Salomón violaba la ley del dios único, pero el país seguía siendo rico y próspero, arraigado en una paz duradera, fuente de toda felicidad. ¿No dominaba el rey los espíritus? ¿No poseía más ciencia que cualquier otro hombre en la tierra? ¿No redactaba los más hermosos poemas, declamados por los más famosos aedos en la corte de los más ilustres soberanos? ¿La sabiduría de Salomón no era, acaso, admirada por los poderosos y no garantizaba la alegría de Israel? Salomón iba envejeciendo y tomó de nuevo en sus manos las riendas del reino. Tras el placer, se aturdió con el trabajo. El monarca, relegando a Elihap a una función subalterna, examinó cada documento, recibió a cada funcionario, decidió cada detalle administrativo. La claridad de su inteligencia aportó numerosas mejoras a la gestión de las provincias y al comercio con el extranjero. El tesoro fue enriqueciéndose. Todos los hebreos podían saciar su hambre. Todos los nacimientos fueron recibidos como una bendición por las familias, que celebraban las fiestas con fervor y daban gracias al Señor por vivir bajo la autoridad del más benevolente de los soberanos. El rey sin edad había llegado a la vejez. Su belleza no se había alterado. En aquel rostro perfecto había una sola arruga, apenas visible. La paz había sido preservada, el pueblo era feliz, el país respetado... Salomón no había conocido fracaso alguno en su papel de monarca. Al pronunciar sus sentencias, no había perjudicado a ninguno de sus súbditos. Salomón estaba solo. No tenía hijos, ni amigos, ni consejeros. Nadie le comprendía. Nadie intentaba averiguar el misterio de su corazón. El rey ya no se rebelaba contra Yahvé. Ya no rezaba a divinidad alguna. La desesperación era su alimento cotidiano. ¿Acaso, justos o malvados, no se dirigían hombres y bestias hacia la misma nada? ¿No nacían del polvo de las estrellas para regresar al de la tierra? Aquel cuya sabiduría se alababa, chocaba contra un muro infranqueable: la obra divina. No había descifrado ninguno de sus arcanos. Ahora sabía que nadie iba a lograrlo. Todo era vanidad. Cuando floreció la primavera, Salomón comprendió que iba a ser la última. Salió de palacio y se dirigió al templo, donde no había entrado desde hacía muchos años. Solo en el Santo de los santos, no escuchó la voz de Dios pero vio el porvenir. Un porvenir en el que la paz se rompía, en el que las tribus de Israel se desgarraban de nuevo, en el que ejércitos ávidos de sangre invadían el país, en el que el santuario de Yahvé era desvalijado y destruido. Un porvenir en el que la Tierra Prometida sería gobernada por hombres débiles, de acuerdo con una política miserable, intentando sólo satisfacer sus más bajos instintos. Un porvenir en el que el pueblo no descansaría ya bajo la higuera y el olivo, gozando del buen tiempo. Salomón supo que, cuando él muriera, su obra quedaría aniquilada. Nada le sobreviviría. El rey dejó la corona y el cetro, se quitó el manto bordado de hilos de oro, bajó por el sendero que llevaba al valle del Cedrón y partió hacia el desierto. Por el camino, rompió una rama para hacerse un bastón. El joven sol le quemaba la frente. Sus pies estuvieron pronto doloridos. Pero caminó y siguió caminando, como el más humilde de los peregrinos. Salomón había decidido adentrarse en la soledad hasta que se manifestara una señal de Dios. ¿No tenía ahora la seguridad de que éxito y fracaso eran sólo vanidad, como la alegría y el dolor? Para él, sólo existía un pasado que se desvanecía ya en un roto horizonte. Para su pueblo quedaban años de plenitud y serenidad que dejarían rastro en la memoria de Israel. Tal vez, en un tiempo tan lejano que el pensamiento del rey no podría percibirlo, fuera la levadura de una nueva era de paz. Las alturas de Jerusalén no eran ya visibles. El templo había desaparecido. Aunque sin fuerzas ya, Salomón seguía su camino. No tenía ya objetivo, no tenía razón para luchar, sólo aquella búsqueda desesperada de una sabiduría inaccesible que le hubiera gustado entrever, si no conquistar. Cuando le falló el corazón, el viejo soberano se detuvo al pie de una acacia en flor. Dios no le había hablado pero, en la claridad de la primavera, distinguió los contornos de un rostro inmenso, tan amplio como la tierra, tan alto como el cielo, el rostro de maestre Hiram, grave y sonriente, transido de una apacible sabiduría. El maestro de obras le perdonaba su traición. Le aguardaba al otro lado de la muerte. Salomón se apoyó en la acacia y se durmió en la luz.

Leonardo Ochoa Andrade


› MAÇONNIQUE SECRÈTE
Hiram a été tué
Salomon s'installe sur la plaine de Jérusalem. Son cheval semblait
mouche, leurs casques avec fers à cheval de fer a à peine touché le sol.
Fuyant son palais et la Coupe pleine de vin que la Reine de
Saba ne boit pas toujours, le roi avait parcouru la campagne pour les jours
et les jours, dans l'espoir d'échapper à la douleur qui a torturé. Ne pouvait pas supporter le
absence de Balkis. Avec son départ, la promesse d'un fanée
bonheur chaud comme un lac de l'été. Cette femme vous aurais
montré une nouvelle voie vers la sagesse. Il aurait formé avec celui-ci
un partenaire capable d'établir la paix dans l'univers. Lorsque du soleil
midi était teinté noir dans votre environnement, Solomon croyait que leurs yeux
Ils s'évanouit. Le phénomène a duré quelques secondes. Le roi savait que
Elle était morte un être cher. Bien que la star avait récupéré leur
l'éblouissement, il poussé sa monture et a été lancé au galop vers la capitale. Le
grand prêtre le reçut au seuil du palais. -Votre femme a
mort - révélé Sadoq-. N'a pas cessé d'appeler vous de lancer votre
dernier soupir. Nagsara était couché dans un lit de jasmin et
contracté de Lys, avec les mains sur sa poitrine, à l'endroit où il avait
été gravé le nom de Hiram, supprimer maintenant. Salomon embrassa dans la
avant de la fille du pharaon. -Faire appel à mon maître de œuvre - commandé
Salomon-. Combien de fois je dois le répéter ? -Il a disparu-
Il a avoué Elihap. -Poser le Banaias générales qui aident. -Nous avons
trouvé son chien, Anup. Il a été laissé mourir de faim dans la grotte. -
Hâter. Je veux voir Hiram immédiatement. Le Secrétaire est
Il se pencha et brusquement quitté le cabinet de Salomon. Que
nuit même, a conduit aux paysans de palais vivant le long de la vallée
de la cedron. L'un d'eux a déclaré avoir vu trois membres de la
Fraternité de Hiram transportant un lourd fardeau, la nuit de la
Tempête qui a ravagé des champs et des maisons. Interrogé par Salomon,
Il a abjuré et demandé une tasse d'eau. Lui et ses compagnons ont été
ils ont lavaient leurs mains, en répétant la même formule: « nos mains n'ont pas »
sang déversé et nos yeux n'ont pas rien vu ». Ainsi est
rituellement inocentaban d'un possible crime. Le lendemain, le roi
Il a reçu neuf enseignants qui a dirigé la fraternité. Ils révèlent à lui
que trois coéquipiers avaient vanagloriado devant eux son abominable
avoir des actes répréhensibles, en attente pour le successeur de Hiram Merci
libéré d'un despote. Avait ils pas agi avec la protection du roi
Salomon ? -C'est une honte ! -a protesté contre le monarque-. Où sont-ils
Ces hommes ? -Déçu par notre refus de leur accorder le
Master, ont fui -, a déclaré le porte-parole des neuf maîtres. Hiram a
été assassinés. Nous voulons trouver son corps. -Je peux vous aider. -Vos
vous n'êtes pas partie de notre confrérie, Majesté. -Ne pas obliguéis à
plaider pour un roi. J'ai trouvé cet hommage à un génie qui était mon ami. Le
neuf enseignants suivi Solomon qui, à la sortie de l'Esplanade
sacré, il a fallu le chemin raide menant à la vallée du Cédron. Sa
coup d'oeil a été dominée par le caractère du maître de œuvre s'habiller
le manteau de pourpre, lors de l'inauguration du temple. Le
vibrations du sceptre du roi gardé avant lui ont indiqué le
marche à suivre. Quel crime a commis, il, Solomon, octroi
¿a Sadoq droit de punir Hiram ? Ne pas avait trahi à la ?
Ne voulant pas s'avouer qu'il est l'architecte ? Ne pas condamné à mort, avec ?
sa lâcheté, le seul homme qui a l'envie ? Quand est
ils sont venus à la colline, sceptre a commencé à brûler. -Ici, c'est - il a mis en garde une
enseignant-. Voir la terre enlevée et acacia. Les frères de
Hiram creusé et ont découvert le corps. Le visage du maître de œuvre
Il semblait calme, souriant, presque. Son propre sang lui a servi du manteau
pourpre. Enseignants forment un cercle autour du cadavre et
la mémoire du chef de la confrérie, qui s'est tenue sous silence. -Master
Hiram reposera sur les fondations du temple, sous le Saint de la
Santos - décidé à Salomon. Plaques blanchâtres sur la peau de la
malades ne laissait pas le doute persiste. Lèpre que se propage par
les bidonvilles de Jérusalem. Inévitablement, il se ronger les visages.
La majorité des membres de la confrérie, sur ordre de neuf
enseignants, avait été en route pour les pays
voisins. L'organisation créée par Hiram a été démantelée dans le
villes et villages. Ils ont expulsé les apprentis derniers.

Artisans sans expérience a pris possession des ateliers et les
ils sont devenus des étals. Ce qui aurait servi une confrérie de ?
constructeurs dans un pays où les travaux étaient terminés ?
Salomon ne s'opposaient pas à la destruction de la communauté créée par Hiram.
Qui aurait aurait pu pour le diriger ? Ce qui donne les arguments du peuple, la
King a utilisé l'anneau de puissance pour apaiser les vents qui a amené
la peste. Après l'invocation, le précieux objet tombé sur le
dalles de l'atrium et s'est cassé. Toutefois, l'épidémie a cessé. Le
hiver suite à l'assassinat de l'architecte, a été le plus difficile
que de rappeler les anciens. La neige est tombée pendant jours,
couvrant même les plaines de Samarie et de Judée. Les pentes de
les montagnes étaient devenus des glaciers. Le culte de Yahweh est
réduit à brève cérémonie dans le vent fort qui souffle dans le
Rocher de Jérusalem a empêché le feu de prêtres le feu de la
sacrifices. Morceaux de glace étaient son visage, les pluies glacées
ils ont attaqué les autels. Dans les rues de la capitale a été
difficile. Pensée de résidents seulement enfermés dans leurs maisons
autour d'une maison ou d'un brasero. Le qudim * soufflant de l'est,
avec ses rafales balayant la ville de Salomon et en créant des tourbillons dans le
Du lac de Tibériade. Sadoq, qui voulait rendre hommage à l'Éternel, mourut de
une embolie au pied du grand autel. Il fut enterré à la sauvette. Le roi
un autre prêtre n'est pas nommé. Quand le général Banaias est arrivé, à son
le temps, de vallées d'ultratumba, le monarque, chef suprême de la
armées, se limitait à former un personnel réduit. Balkis est
Il s'était rendu, Hiram avait été tué et de Nagsara ayant consommé ce
désespoir, qui peut faire confiance à Salomon ? Les trois êtres à
ceux qui avaient aimé avaient quitté Israël, comme si la paix du roi
Il avait touché son cœur et son âme, comme si une malédiction pesant
le sort de la terre promise. Vous avez eu la sagesse
abandonné. Il avait connu l'amour avec la fille du pharaon. En trahissant une
Hiram, avait distribué avec le seul homme qui ne lui aurait jamais
trahi. Pas parvenir à conserver la Reine de Saba avait montré
leur incapacité à devenir amour par ceux qui étaient plus gros que lui.
Salomon est intoxiqué au monde et leurs folies. Tous les soirs est
célébrer une fête qui a rempli le Palais des danses, chants et
blagues d'ivrognes, Diners hartaban rôti viande et
ils ont bu des jets de vin. Des diplomates étrangers n'ont pas laissé de
faisant l'éloge de l'hospitalité du roi et l'exubérance de sa Cour. Le
Monarque a offert non seulement les plus grands vins de la
Vignoble dans tout l'Orient. Filles de façon admirable a suscité la
désirs plus blasés. Assis sur les genoux des hommes
dépravé, on se déshabille, aux fêtes se rapprocha et est
ils ont transforment en orgies où caresses et baisers sazonaban les mets.
Jeunes filles vierges sont ajoutés pour les plus habiles courtisanes éveil
luxure et qui contribuent à la réputation des parties de
Salomon. Il a fallu tant d'années sans roi communiquée
Justice. Avait abandonné le gouvernement du Royaume à une cohorte de
officiels, conduits par Elihap. Sérieux, travailleur, Secrétaire
Roi additionné de talent à leur souverain et uniquement demandé son avis
dans les questions plus délicates. Il avait augmenté, avec leur accord, la
nombre de soldats lors de la Sesonq libyenne, la mort de Siamun,
Il avait atteint le trône d'Égypte. Jéroboam avait encouragé immédiatement à la
nouveau Pharaon pour préparer la guerre contre Israël. Mais le libyen est
Il a montré prudent, craignant de subir une lourde défaite. Il a préféré la
statu quo. Les nombreuses épouses du roi, originaire de la plupart
différents pays, réclamé pour les temples et autels de culte à leurs
divinités préférées. Salomon a commencé à refuser. Lors de son adhésion
une conspiration, tout refusée, s'est adouci. Dans les collines, dans le
sommets des montagnes, au fond de la vallée, aussi bien dans le
villes et villages, ont été érigés des sanctuaires païens où la
épouses de · Vent qui peut être aussi forte que le khamsin Solomon
ils ont prié. Ou le plus de distance des lieux, où il n'a ne pas échappé
été l'arche de l'Alliance, où les patriarches avaient entendu le
voix d'Yahvé. Dans les sources des rivières, sur les rives de la mer, dans
au seuil du désert est adoré des idoles sombres qui se trouve
dans des huttes d'argile, dans des bâtiments en bois, entourée de portiques ou
précédé par les avenues d'animaux monstrueux. Salomon n'a pas déjà
en Yahvé.

Prié pour tous ces divinités étrangères, attendant que
l'un d'eux accordé le reste qui n'était pas déjà dans la jouissance
et l'ivresse. Les gens qui protestaient en silence. Salomon a violé la
la seule loi divine, mais le pays était encore riche et prospère,
enracinée dans une paix durable, source de tout bonheur. Faire ne pas dominé
le roi des esprits ? Faire de la science non plus que tout autre homme qu'il avait
dans la terre ? Faire pas écrit les plus beaux poèmes, declamados par ?
le plus célèbre aedos à la Cour des souverains plus illustres ? Le
Sagesse de Salomon n'était pas, peut-être, admirée par les puissants et pas
Il garanti la joie d'Israël ? Salomon était vieillissante et a pris des
Nouveau dans leurs mains les rênes du Royaume. Après le plaisir, il a assommé
avec le travail. Le monarque, reléguant Elihap à une fonction
Il subalterna, il a examiné chaque document, il a reçu à chaque fonctionnaire,
Il a décidé de tous les détails administratifs. La clarté de son intelligence
Il a apporté de nombreuses améliorations à la gestion des provinces et le commerce
avec l'étranger. Le Trésor a été enrichi. Tous les Hébreux
ils pouvaient satisfaire leur faim. Toutes les naissances ont été reçues comme
une bénédiction pour les familles, qui célébrait les fêtes avec ferveur
et ils ont donné grâce au Seigneur de vivre sous l'autorité du plus
bienveillant des souverains. Le roi sans âge était venu la
vieillesse. Sa beauté n'avait pas changé. Dans ce visage parfait ont
une seule ride, à peine visible. La paix a été préservée, la
les gens étaient heureux, le pays respecté... Salomon ne savait pas
échec dans son rôle de monarque. Comment prononcer leurs jugements,
Il n'avait pas nui à un de ses sujets. Salomon a été seulement.
Il a n'eu aucun enfant, des amis ou des conseillers. Personne ne pouvait comprendre lui. Personne ne
J'essayais de comprendre le mystère de son cœur. Le roi n'est plus
Vous révoltant contre Yahvé. Déjà ne pas prier à quelque divinité. Le
désespoir était leur nourriture quotidienne. Peut-être, les juste ou méchant, non ?
hommes et bêtes sont dirigeaient vers la même Sub ? Ne pas né de la ?
la poussière d'étoile reviennent sur la terre ? Que qui
la sagesse est louée, est entré en collision contre un mur infranchissable : le travail
Divine. Il n'avait pas déchiffré aucun de ses arcanes. Maintenant savait que
Personne n'allait le faire. Tout est vanité. Quand s'épanouit printemps,
Salomon a compris que ça allait être son dernier. Il est sorti du palais et est
Il est allé au temple, où il n'avait pas entré pendant de nombreuses années.
Seulement dans le Saint des Saints, pas entendu la voix de Dieu, mais il a vu le
future. Un avenir où la paix est cassé, dans laquelle les tribus
d'Israël se cassera à nouveau, dans lequel armées avides de
sang envahit le pays, où le sanctuaire d'Yahvé était
seule et détruite. Un avenir dans lequel la terre promise
Il serait régi par les hommes faibles, selon une politique
misérable, essayant de satisfaire uniquement leurs instincts les plus bas. A
avenir dans lequel les gens se reposent pas déjà sous le figuier et le
Olivier, profitant du beau temps. Salomon savait que quand il est mort,
son travail serait anéanti. Rien ne lui survivrait pas. Le roi quitte le
Couronne et le sceptre, enlevé le manteau brodé d'or filé, a chuté de
le chemin qui conduit à la vallée du Cédron et est allé dans le désert.
Par ailleurs, a brisé une direction pour faire une canne. Le jeune le soleil
Il a brûlé son front. Ses pieds étaient endoloris bientôt. Mais il a fait un pas et
Il a continué à pied, comme les plus humbles pèlerins. Salomon avait
a décidé de se plonger dans la solitude, jusqu'à un état de signal
de Dieu. Il n'a pas maintenant la sécurité de ce succès et l'échec ont été seulement
vanité, comme la joie et la douleur ? Pour lui, il y avait seulement un passé
qu'elle s'est évanouie à dans un horizon de cassé. Son peuple, il y avait
ans de plénitude et de sérénité qui laisserait le sentier à la mémoire de
Israël. Peut-être, dans un temps si lointain que le roi ne pensait pas
Je pouvais apercevoir, en dehors de la levure pour une nouvelle ère de paix. Le
Hauteurs de Jérusalem n'étaient pas déjà visibles. Le Temple avait
a disparu. Mais sans forces déjà, Solomon a continué son chemin. Pas
Il avait déjà cible, il n'avait aucune raison de se battre, seulement cette recherche
désespérée de sagesse inaccessible qui aurait voulu
apercevoir, si ce n'est pas conquérir. Échoué lorsque le cœur, l'ancien
souverain se tenait au pied d'un Acacia en fleur. Dieu n'avait pas
parlé mais dans la clarté du printemps, distingue les contours
d'un visage immense, aussi large que la terre, tellement haute que la
Visage ciel, le maître Hiram, grave et souriant, déchiré par une
douce sagesse. Le maître de œuvre a pardonné sa trahison. Le
Il avait l'air de l'autre côté de la mort. Salomon se pencha sur acacia et
Il s'est endormi dans la lumière.


09/09/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres