GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

Sur la stèle, Isis parle et raconte- Thot a été envoyé depuis le bateau soleil pour aider à Isis et Horus

    • Magical stela
      Late Period, Dynasty 30, reign of Nectanebo II, ca. 360–343 B.C.
      Egyptian; from Alexandria
      Greywacke
      H. 32 7/8 in. (83.5 cm)
      Fletcher Fund, 1950 (50.85)
      Metropolitan Museum of Art

      The top half of this stela was skillfully carved in a hard dark stone. On the part below the central figure panel, rows of hieroglyphs record thirteen magic spells to protect against poisonous bites and wounds and to cure the illnesses caused by them. The stela was commissioned by the priest Esatum to be set up in the public part of a temple. A victim could recite or drink water that had been poured over the magic words and images on the stela. As a mythic precedent, the hieroglyphic inscription around the base describes the magic cure that was worked upon the infant Horus by Thoth, the god of wisdom and writing.
      On the stela, Isis speaks and recounts that while she and Horus were still hiding in the marshes, the child became ill. In her despair, she cried for help to the "Boat of Eternity" (the sun boat in which the god travels over the sky), "and the sun disk stopped opposite her and did not move from his place." Thoth was sent from the sun boat to help Isis and cured Horus by reciting a catalogue of spells. The spells always ended with the phrase "and the protection of the afflicted as well," indicating that by using these spells, any type of affliction in human beings would be healed.
      In this detail of the stela, Horus emerges from the background in such high relief that he is posed as an actual three-dimensional statue, with his left leg striding forward and his head directly facing the viewer. He is portrayed in the conventional Egyptian form for youth; that is, he is nude and wearing his hair in a side lock. The soft, rounded forms of the bodies of Horus and the other deities are typical of the style of the period.
      To symbolize his magic powers, Horus holds snakes and scorpions as well as an antelope (by its horns) and a lion (by its tail) in his closed fists. His feet rest on two crocodiles. Above him is the head of Bes, the dwarf deity with leonine features who had traditionally protected households but by this time had become a more general protective deity. Horus is flanked by three deities who stand upon coiled snakes. On the right is Thoth, identified by his ibis head, and on the left is Isis. Both protectively hold the walls of a curved reed hut, a primeval chapel, in which the Horus child stands together with a figure of Re-Harakhty, god of the rising sun, and two standards in the form of papyrus and lotus columns. The lotus standard supports the two feathers of Osiris' headdress.
      The images incised into the stone at the top of the stela portray the perilous nighttime journey of the sun as it passes through the netherworld under the earth. Its rebirth each morning is shown at the uppermost point of the stela, where Thoth, four baboons, and the kneeling King Nectanebo II lift their arms in the gesture of adoration and prayer. Nectanebo II (r. 360–343 B.C.) was the last indigenous king of ancient Egypt. He struggled valiantly against the Persian empire only to be defeated in the end. After the lost battle, he fled to Upper Egypt, and nothing is known about his end.

      Photo de Тайны Великой пирамиды.
       
Тайны Великой пирамиды Magical Stela, 360–343 B.C.Egyptian, Late PeriodMeta-Greywacke; Overall height 83.5 cm (32 7/8 in); w. of stela 33.5 cm (13 3/16 in); d. 7.2 cm (2 13/16 in) h. of base 14.4 cm( 5 11/16 in); 33.5 cm (13 3/16 in); d. 14.4 cm (5 11/16 in)The Metropolitan Museum of Art, New York, Fletcher Fund, 1950
Photo de Тайны Великой пирамиды.
 
La moitié supérieure de cette stèle a été habilement sculptée dans une pierre sombre dure. Sur la partie inférieure du panneau de la figure centrale, lignes de hiéroglyphes inscrit treize sorts magiques pour se protéger contre les plaies et les morsures vénéneuses et de guérir les maladies qu'ils causés. La stèle a été commandée par le prêtre Esatum à être mis en place dans la partie publique d'un temple. Une victime pourrait réciter ou boire de l'eau qui avait été versé sur les mots magiques et les images sur la stèle. Un précédent mythique, l'inscription hiéroglyphique autour de la base a décrit le remède magique qui a travaillé sur l'enfant Horus par Thot, le Dieu de la sagesse et de l'écriture.
Sur la stèle, Isis parle et raconte qu'alors qu'elle et Horus sont cachaient encore dans les marais, l'enfant est tombé malade. Dans son désespoir, elle a pleuré de l'aide pour le « bateau de l'éternité » (le bateau soleil dans laquelle Dieu se déplace sur le ciel), « et le disque du soleil s'est arrêté en face de lui et ne bougeait pas de sa place. » Thot a été envoyé depuis le bateau soleil pour aider à Isis et Horus durci en récitant un catalogue des sorts. Les sorts se terminés toujours le membre de phrase « et la protection de l'affligé, » indiquant que grâce à ces sorts, n'importe quel type de l'affliction des êtres humains devrait être guéri.
Dans ce détail de la stèle, Horus émerge de l'arrière-plan dans ces hauts-reliefs qu'il se pose comme une statue en trois dimensions réelle, avec sa jambe gauche à grandes enjambées vers l'avant et sa tête directement face au spectateur. Il est représenté sous la forme égyptienne classique pour la jeunesse ; autrement dit, il est nu et porte ses cheveux en une serrure latérale. Les formes douces et arrondies, des organes d'Horus et les autres divinités sont typiques du style de la période.
Pour symboliser ses pouvoirs magiques, Horus détient les serpents et les scorpions comme une antilope (par ses cornes) et un lion (de sa queue) dans ses poings fermés. Ses pieds reposent sur deux crocodiles. Au-dessus de lui est à la tête de Bes, la déité de nain avec des caractéristiques léonine qui avaient traditionnellement protégé les ménages, mais en ce temps-là était devenu une divinité protectrice plus générale. Horus est flanqué de trois divinités qui se tiennent sur les serpents enroulés. Sur la droite est Thot, identifié par sa tête d'ibis, et sur la gauche est Isis. Les deux tenir confidentiels les murs d'une hutte de roseau courbé, une chapelle primitive, dans laquelle l'enfant Horus se trouve avec un chiffre de Re-Horakhty, Dieu du soleil levant et deux normes sous la forme de colonnes de papyrus et de lotus. Le lotus standard prend en charge les deux plumes de coiffure d'Osiris.
Les images incisés dans la pierre en haut de la stèle dépeint le périlleux voyage nocturne du soleil qui traversent l'enfer sous la terre. Sa renaissance chaque matin est montré au plus haut point de la stèle, les Thot, quatre babouins et l'agenouillement roi Nectanebo II lever leurs bras dans le geste d'adoration et de prières. Nectanébo II (r. 360-343 av. J.-C.) fut le dernier roi indigène de l'Egypte ancienne. Il a lutté vaillamment contre l'empire Perse qu'à être battu en fin de compte. Après la bataille perdue, il s'enfuit en Haute-Egypte, et ne sait rien sur sa fin.


25/04/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres