GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

Témoigne d’un abducté du programme spatial secret

Programmes Spatiaux Secrets PPS / SSP et Bases souterraines

Témoigne d’un abducté du programme spatial secret

20 ans d’esclavage dans des programmes spatiaux secrets – Enlèvement et programmation

Écrit par le Dr Michael Salla le 24 septembre 2016. Publié dans Programmes spatiaux


Un nouveau témoin des programmes spatiaux secrets s’est présenté publiquement pour donner des détails sur la façon dont ces programmes fonctionnent pour recruter et traiter le personnel qui est considéré comme des  » esclaves  » sans droits.

Tony Rodriques affirme qu’en 1981, alors qu’il n’avait que neuf ans et qu’il était en 4e année, il a été recruté involontairement dans un programme « vingt ans aller-retour » comme sanction pour une action faite à ses pairs en salle de classe.

Il a publiquement embarrassé le fils d’un membre de haut niveau des Illuminati et Rodrigues dit qu’il a été enlevé peu après par cinq étrangers. Il a ensuite été soumis à des tests génétiques pour déterminer les compétences qu’il possédait, qui pourraient être utilisées dans des programmes de  » soutien  » secrets et, éventuellement, pour les programmes spatiaux secrets eux-mêmes quand il a vieilli.

Rodrigues raconte qu’il a d’abord été contraint de travailler comme médium pour une opération de drogue au Pérou pendant quatre ans, avant d’être recruté comme travailleur du sexe dans la région de Seattle à partir de 13 ans. Lorsqu’il a eu 16 ans, en 1988, on l’a emmené sur la Lune pour vérifier s’il possédait les compétences qui seraient les plus utiles pour servir dans les programmes spatiaux secrets.

Après avoir brièvement servi sur Mars en tant que chasseur d’esclaves pour une force militaire mercenaire protégeant des bases d’entreprises contre les martiens indigènes, il dit avoir été emmené à Ceres, un planétoïde dans la ceinture d’astéroïdes, où il a travaillé pendant 13 ans avec un équipage allemand qui faisait partie de la « flotte noire », qui a été initialement mis en place par l’Allemagne Nazi pendant la Deuxième Guerre mondiale.

La première référence publique à la « Dark Fleet » a été faite par Corey Goode qui l’a citée comme l’un des cinq programmes spatiaux secrets qu’il connaissait bien au début de 2015. L’existence d’un programme spatial secret lié aux nazis a ensuite été confirmée par William Tompkins au début de 2016. Goode et Tompkins ont tous deux dit que le travail des esclaves était largement utilisé par la Flotte Noire.

J’ai été contacté pour la première fois par Rodrigues le 15 août 2015 et j’ai passé plus d’un an à vérifier le témoignage de Tony avec le soutien de deux autres chercheurs, Morgan Starr et Rob Potter, qui ont publié la première interview audio de Rodrigues le 23 septembre. Notre conclusion est que Rodrigues est sincère, honnête et cohérent dans la description des événements qu’il se souvient d’avoir vécus pendant un programme spatial secret de vingt ans et demi.

M. Rodriges a été publiquement identifié par Rob Potter le dernier jour de la conférence du Programme spatial secret qui s’est tenue au mont Shasta du 26 au 28 août. Je l’ai ensuite interviewé pour Exonews.TV depuis la loge des conférenciers à la conférence le matin du 29 août.

Dans ce premier épisode d’une série en cinq épisodes sur ExoNews TV, Rodrigues explique l’événement qui a mené à son recrutement involontaire dans un programme vingt ans et retour, et à son premier voyage sur la Lune en 1981.

Dans le prochain épisode, nous apprendrons ce qui est arrivé à Rodrigues lorsqu’il a été emmené sept ans plus tard, en 1988, à l’âge de 16 ans, sur la lune où il a été entraîné pour sa première mission dans le cadre d’un programme spatial secret avec des installations militaires et commerciales sur Mars.

Michael E. Salla, Ph.D.

Les vidéos sont en anglais mais vous pouvez mettre les sous-titres automatiques

 

 


Entraînement lunaire et missions suicides sur Mars – 20 ans d’esclavage dans des programmes spatiaux secrets – Pt2

Écrit par le Dr Michael Salla le 25 septembre 2016. Publié dans Programmes spatiaux

Dans ce deuxième épisode de notre interview avec Tony Rodrigues réalisée au Mont Shasta le 29 août, nous continuons à nous informer sur la façon dont le personnel est traité dans les programmes spatiaux secrets. Rodrigues dit qu’il a complété un programme 20 et retour de 1981 à 2001 dans un certain nombre de programmes clandestins, y compris le service avec le moins connu des programmes, ce qu’on a appelé la « flotte noire ».

Contrairement aux anciens participants à des programmes spatiaux secrets qui se sont manifestés, Michael Relfe, Randy Cramer et Corey Goode, M. Rodrigues n’a pas fait l’objet d’un processus d’intégration militaire officiel où il a signé des documents de recrutement précisant les conditions de son service et le processus par lequel il serait réintégré dans la vie civile.

Au lieu de cela, Rodrigues a été contraint de travailler comme esclave, où il n’avait aucun droit, et a dû faire tout ce que ses supérieurs voulaient, comme en témoigne le premier épisode où il a été utilisé comme passeur de drogue et ensuite comme esclave sexuel.

Dans cet épisode, Rodrigues reprend son histoire après une période de trois ans à Seattle, où en 1988, à l’âge de 16 ans, il a de nouveau été emmené sur la Lune et a reçu une formation rudimentaire de soldat esclave qui devait effectuer des missions suicide contre des insectes et autres espèces extraterrestres.

Les technologies de guérison avancées de ces programmes ont permis aux soldats esclaves gravement blessés d’être guéris rapidement afin qu’ils puissent accomplir de multiples missions.

Après sa courte formation sur la Lune, Rodrigues a été emmené sur Mars où il devait mener des missions suicides pour soutenir les super-soldats réguliers de Mars dans leurs combats contre les insectoïdes et autres races indigènes.

Dans l’interview qui suit, Rodrigues décrit son voyage sur la Lune et son entraînement sur place, avant d’être emmené sur Mars pour effectuer ce qui équivaut à des missions suicide.

Michael E. Salla, Ph.D.

 

 


20 ans d’esclavage dans des programmes spatiaux secrets – ExoNews épisodes TV 3-5

Écrit par le Dr Michael Salla le 22 novembre 2016. Publié dans exonews, Programmes spatiaux

Mise à jour le 28 novembre] Trois nouveaux épisodes d’ExoNews TV ont été diffusés de Tony Rodrigues qui prétend avoir été utilisé comme esclave pour plusieurs programmes spatiaux secrets, dont l’un était un programme allemand connu sous le nom de la Flotte noire, construit initialement en Antarctique. Dans deux épisodes précédents (première et deuxième parties), il a parlé des sept premières années de son prétendu programme « 20 ans et retour » où il a été utilisé comme passeur de drogue au Pérou, esclave sexuel au Washington State, et finalement emmené sur la Lune quand il eut 16 ans pour être formé aux opérations spatiales.

Dans ces épisodes supplémentaires, tirés d’une interview télévisée d’ExoNews réalisée le 29 août au Mt Shasta, en Californie, il parle de ses souvenirs d’avoir été sur une base d’entreprise secrète sur Mars, et sur une autre base sur le planétoïde Ceres, ainsi que de son service sur un vaisseau spatial marchand de la flotte noire appelé Max Von Laue.

Son récit de la brève période qu’il a passée sur Mars présente des similitudes avec les affirmations de Randy Cramer qui dit avoir passé 17 ans en tant que super-soldat dans une base militaire totalement séparée des bases civiles gérées par une société. Dans la deuxième partie de cette série de cinq épisodes, Rodrigues décrit son bref séjour d’un mois à la base militaire de Mars, où il affirme avoir combattu aux côtés des super-soldats comme un  » soldat esclave  » dans un programme militaire infructueux.

Dans la troisième partie, Rodrigues déclare qu’après la fin de son programme de soldats esclaves, il a passé environ un mois à faire des tests d’aptitude sur la base de la colonie martienne appelée Aries Prime, que Cramer a été le premier à identifier publiquement. Les extraterrestres gris ont identifié ses capacités innées qui détermineraient le type de missions spatiales futures qu’il effectuerait. 

Dans la quatrième partie, Rodrigues dit qu’après avoir terminé son examen d’aptitude, il a été envoyé à Ceres, un planétoïde, par l’intermédiaire d’un système de navettes à Portail Avancé, à bord de navires marchands pilotés par des officiers allemands qui faisaient partie de la flotte noire, de 1990 à 2001, à bord de l’engin spatial de Mars. 

Dans la cinquième partie, Rodrigues décrit ses souvenirs du temps passé à bord d’un navire marchand de langue allemande, le Max Von Laue, qui effectuait des missions commerciales interplanétaires et interstellaires. Parmi les missions présumées figurait une attaque nucléaire contre une colonie maya située dans le système stellaire des Pléiades.

 

 

Après la sortie des deux premiers épisodes vidéo des revendications de Rodrigues, une source fiable a émis des doutes quant à sa participation à un programme « 20 et retour ».

Ce doute a été accentué récemment par les affirmations du Dr Steven Greer selon lesquelles les technologies holographiques psychotroniques sont utilisées pour créer des scénarios réalistes qui sont téléchargés dans des victimes inconscientes, qui se présentent ensuite avec des souvenirs fabriqués.

La description par M. Greer du développement de ces technologies et de leur utilisation dans le cadre de témoignages de programmes spatiaux secrets a fait l’objet d’une conférence le 13 novembre, au cours de laquelle il a déclaré que ces textes sont fabriqués pour être « séduisants et intéressants ». Il a affirmé :

Il faut avoir de multiples points de corroboration, et plus le récit est grand, plus il y a de preuves à fournir. Maintenant, ce que je dirais, c’est que je crois que ces hommes partagent ce qu’ils croient être vrai. Je sais aussi à quel point il serait facile de fournir de l’information rédigée à ce sujet, ce qui est séduisant et intéressant.

Son insistance sur le fait que « de multiples points de corroboration » sont nécessaires pour valider le témoignage d’un témoin est valable. Toutefois, la controverse a éclaté de la conférence de Greer quand il a affirmé que les témoignages de Corey Goode et William Tompkins ont été corrompus par des souvenirs écrits. J’ai répondu à la réclamation de Greer dans une série en deux parties les abordant d’abord pour Goode, puis pour Tompkins dont le témoignage a de nombreuses similitudes avec celui de Goode.

Ma conclusion était que les accusations de Greer manquaient de preuves directes, qu’elles étaient motivées par des préjugés à l’encontre de toute affirmation d’extraterrestres prédateurs et qu’elles étaient purement conjecturales. C’était particulièrement le cas de Tompkins, dont le témoignage comporte « de multiples points de corroboration » avec des témoins et des documents indépendants.

Néanmoins, M. Greer a soulevé une préoccupation légitime dans sa conférence au sujet des technologies holographiques psychotroniques avancées qui pourraient produire des scénarios réalistes pour contaminer les témoignages des dénonciateurs au sujet des programmes spatiaux secrets.

C’était certainement une préoccupation majeure que Goode avait déjà soulevée lorsqu’il avait appris par sa source interne, « Gonzales » (un pseudonyme), qu’une campagne de désinformation était en cours pour contaminer le domaine de la recherche sur les programmes spatiaux secrets par de faux témoignages de dénonciateurs :

Gonzales a soudain eu un regard très grave sur son visage et a déclaré qu’il avait quelques choses à discuter avec moi. Lui aussi a déclaré qu’une opération était en cours pour diluer l’information que nous avons divulguée, ainsi que pour me discréditer personnellement en inondant Internet de faux initiés du programme spatial secret.

Une nouvelle génération de candidats Mandchouriens, qui croyaient sincèrement à leurs faux souvenirs, pourrait en effet rendre très difficile la découverte de la vérité sur ce qui se passe réellement dans les programmes spatiaux secrets.

Les souvenirs de Rodrigues en tant qu’esclave d’un programme spatial involontaire « 20 ans et retour » soulèvent la question : ses souvenirs sont-ils authentiques ou scriptés ?

Avant d’essayer de répondre à cette question, j’aimerais soulever une troisième possibilité qui a d’abord été portée à mon attention par mon collègue exopolitique, Alfred Webre, J.D. Il a publiquement postulé que les souvenirs du service de Randy Cramer dans un programme spatial secret « 20 ans et retour » ne résultent pas de ses propres expériences directes mais sont ceux du supersoldat Mars mort. Weber a dit :

Des souvenirs spécifiques d’un membre décédé de la Mars Defense Force ont été téléchargés et implantés dans Randy, bien que Randy ne soit pas encore conscient que c’est le cas…… Il s’agissait d’un effort de divulgation bien intentionné de la part de responsables de la Mars Defense Force pour informer le public de la situation exopolitique sur Mars et sur Terre.

Il est important de noter que la thèse de Weber ici n’est pas que les souvenirs de Cramer lui ont été téléchargés à des fins de désinformation, mais font partie d’un programme de divulgation sanctionné par un groupe secret de  » Chapeaux blancs « . J’ai analysé l’affirmation de Webre concernant Cramer dans mon livre Insiders Reveal Secret Space Programs and Extraterrestrial Life (pp. 335-36).

La thèse de Weber selon laquelle les souvenirs du personnel du programme spatial secret peuvent être extraits pour être ensuite téléchargés dans un autre corps est très plausible. Sa thèse suggère qu’au lieu de fabriquer des scénarios, comme le suggérait Greer, les souvenirs de membres du personnel du programme spatial secrets morts pourraient être téléchargés dans des victimes inconscientes qui sont alors amenées à croire qu’elles faisaient partie d’un programme « vingt ans et retour ».

L’avantage entre les vrais souvenirs et les scénarios fabriqués, c’est que les souvenirs auraient de véritables émotions attachées à eux, par opposition aux scénarios générés par ordinateur. Cela rendrait un témoin beaucoup plus convaincant, qui ressentirait de vraies émotions en se souvenant des souvenirs d’une autre personne, qu’il croit être les siens.

Pour en revenir à la question des souvenirs de Tony Rodrigues, nous avons quatre possibilités : 1. il s’agit de ses propres expériences ; 2. il s’agit de scénarios fabriqués dans le cadre d’un programme de désinformation ; 3. il s’agit des souvenirs d’une autre personne qui lui ont été téléchargés dans une initiative de divulgation homologuée et 4. ils sont entièrement fabriqués par Rodrigues lui-même comme partie d’une fraude élaborée.

Ateliers du programme spatial secret de Melboure Perth

J’ai été contacté pour la première fois par Rodrigues le 15 août 2015, qui a partagé son histoire. Un drapeau rouge a rapidement été levé en raison d’une incohérence dans son récit d’une rencontre entre le vaisseau spatial marchand qu’il prétend avoir servi entre 1997-2001 et Arnold Sommerfeld, le navire de recherche Solar Warden dont Goode dit avoir été membre pendant six ans (1987-1993).

J’ai ensuite passé l’année suivante à vérifier son témoignage avec deux autres chercheurs, Morgan Starr et Rob Potter. Nous avons mené collectivement de nombreuses entrevues par téléphone, par courriel et en personne, en examinant de près son témoignage pour en vérifier la cohérence et en tentant de déterminer sa sincérité. Ce qui est important, c’est qu’on a essayé de trouver un autre programme pour lui.

J’ai personnellement rencontré Rodrigues pour la première fois à la conférence du Mt Shasta Secret Space Program du 26 au 28 août. J’ai examiné de près son langage corporel, ses émotions, la cohérence avec laquelle il a raconté son histoire et sa motivation à se manifester. Un collègue, Duke Brickhouse, J.D., a également participé au processus de sélection à la conférence de Mt Shasta.

Notre conclusion collective était que Rodrigues était sincère, honnête et cohérent dans la description des événements qu’il se souvient d’avoir vécus pendant un programme spatial secret de vingt ans et retour. Cela excluait, à notre avis, la possibilité que Rodrigues ait pu perpétrer une escroquerie élaborée.

Parmi les choses qui m’ont impressionné dans l’histoire de Rodrigues, on peut citer sa description de l’ancienne génération d’engins spatiaux allemands en tant que sous-marins modernisés. Cela correspondait à la description qu’avait faite Tompkins du premier vaisseau spatial de la marine américaine à être équipé de sous-marins nucléaires de la classe Nautilus, qu’il a partagé dans une interview non publiée. Pour autant que je sache, Rodrigues a été la première personne à révéler cette information très importante.

Une autre caractéristique impressionnante de l’histoire de Rodrigues est que les taches blanches sur Cérès sont des geysers d’eau qu’il a vu personnellement lors de son vol au-dessus du planétoïde. Cela concorde avec les premières données scientifiques sur les taches blanches qui demeurent une énigme pour les scientifiques de la planète.

Enfin, le récit de Rodrigues sur son utilisation comme esclave sexuel à Seattle, dans l’État de Washington, de 1985 à 1988 (voir première partie) est peut-être l’aspect le plus significatif de son témoignage dans la mesure où il peut être vérifié.

Après la conférence du Mt Shasta, Rodrigues s’est rendu dans la région de Seattle où il affirme avoir été contraint à l’esclavage sexuel et a fait référence aux nombreux lieux où il avait été forcé de travailler pendant sa période « 20 ans et retour ». Dans le contexte actuel, M. Rodrigues dit qu’il ne s’était jamais rendu dans l’État de Washington auparavant.

Dans des rapports téléphoniques à Brickhouse et à moi-même, il nous a confirmé qu’il connaissait la région où il avait été exploité auparavant et qu’il se rappelait les noms des personnes qui avaient dirigé l’opération sexuelle impliquant des enfants. De plus, il dit que grâce à Google Earth, il a pu localiser la ville et l’environnement où il a été forcé de travailler pour le commerce péruvien de la drogue de 1981 à 1985.

S’il y a confirmation indépendante du temps de Rodrigues au Pérou et à Washington, ou de son prétendu service spatial sur Mars et Cérès, cela aidera considérablement à établir « de multiples points de corroboration » pour son histoire, et l’exactitude de ses souvenirs. Comme nous l’avons mentionné dans des articles précédents, il existe de multiples points de concordance pour des initiés tels que William Tompkins et Corey Goode.

Jusqu’à ce que de multiples points de concordance soient trouvés pour le témoignage de Rodrigues, il reste la possibilité que ses souvenirs puissent être contaminés par des scripts fabriqués, ou des souvenirs implantés d’une autre personne. Il faut donc faire preuve de prudence et de discernement dans l’utilisation des témoignages de Rodrigues pour comprendre certains aspects des programmes spatiaux secrets, comme la Flotte noire dirigée par les Allemands, dont on sait peu de choses sur elle.

Michael E. Salla, Ph.D.


Références:

http://www.exopolitics.org/20-years-a-slave-in-secret-space-programs-abduction-programming/

https://www.exopolitics.org/moon-training-suicide-missions-on-mars-20-years-a-slave-in-secret-space-programs-pt2/

http://www.exopolitics.org/20-years-a-slave-in-secret-space-programs-exonews-tv-episodes-3-4/

Partage en incluant un lien vers eveilhomme. Merci

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator + relecture

 



05/07/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres