GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

120 heures sur un brancard aux urgences

https://www.nouvelobs.com/sante/20190731.OBS16621/un-patient-reste-120-heures-sur-un-brancard-aux-urgences-de-saint-etienne.html?fbclid=IwAR2vFmjvY4l0aSXojhCqVYNc2_sOL5ryzpHCIHkJm7SszClZae2j1COZ0do

 

Un patient reste 120 heures sur un brancard aux urgences de Saint-Etienne

People wait inside the emergency department of the hospital (CHRU) of Trousseau in Tours on January 12, 2017 during a major flu epidemic in France. - French hospitals are being stretched to their limits by a major flu epidemic sweeping the country, France's health authorities warn. Thousands of mostly elderly people have been admitted due to a winter outbreak of a virulent strain of the virus known as H3N2. (Photo by GUILLAUME SOUVANT / AFP)
Le personnel du CHU de Poitiers assure qu’il n’est pas rare de voir des patients restant plus de 70 heures sur des brancard et que la situation empire de jour en jour. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Selon le personnel des urgences du CHU, en grève depuis deux mois pour dénoncer le manque de moyen, il n’est pas rare de voir des patients restant plus de 70 heures sur des brancards et la situation empire de jour en jour.

Par C.L.

 

Un patient âgé de 72 ans a quitté le service des urgences fonctionnelles du CHU de Saint-Etienne mardi 30 juillet après avoir passé 120 heures… sur un brancard. Soit cinq jours, sans jamais avoir eu accès à une chambre. C’est une aide-soignante interrogée par France-Bleu Loire qui raconte ce cas extrême, au service des « urgences fonctionnelles ».

Le personnel assure qu’il n’est pas rare de voir des patients restant plus de 70 heures sur des brancards et que la situation empire de jour en jour. Une autre aide-soignante témoigne :

« On commence à voir des gens qui repartent avec des débuts d’escarres, parce qu’ils restent trop longtemps sur des brancards. On fait ce qu’on peut pour les masser mais on n’est pas assez. »

Une charte d’accueil du patient qui n’est pas respectée

Selon la charte du patient du CHU, un patient se voit garantir « la qualité de l’accueil, de traitement et des soins […] pour assurer à chacun une vie digne (article 2) », mais également « le respect de la vie privée ». Des garanties qui, selon une aide-soignante, ne sont pas respectées dans la situation actuelle :

« Faire des toilettes dans un couloir parce qu’on n’a plus de place dans les box, au niveau de l’intimité du patient, il n’y en a pas. On a des paravents, mais ils ne cachent pas tout. »
Extrait du livret d’accueil du patient du CHU de Saint-Etienne.
Extrait du livret d’accueil du patient du CHU de Saint-Etienne.

La direction n’a pas répondu aux sollicitations de France-Bleu Loire. Mardi, en fin de journée, il ne restait que quelques patients dont le temps de brancard excédait 70 heures. Cela fait près de deux mois que le personnel des urgences est en grève pour dénoncer le manque de moyen.



02/08/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres