GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

ARRESTATIONS -restriction des libertés -Armées d’Europe préparons la guerre

resistance ce jour le 6 FEVRIER 2016

 

resistance10.jpg

 

RESISTANCE peut être demain comme la précédente guerre en FRANCE

 

si vous pensez a de la fiction l' avenir vous le confirmera.

 

Voilà la photo de l'arrestation du Général Piquemal ,

 

arrestation.jpg

 

<div id="fb-root"></div><script>(function(d, s, id) {  var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];  if (d.getElementById(id)) return;  js = d.createElement(s); js.id = id;  js.src = "//connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js#xfbml=1&version=v2.3";  fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);}(document, 'script', 'facebook-jssdk'));</script><div class="fb-video" data-allowfullscreen="1" data-href="/tvlibertes/videos/vb.767452016616642/1217011681660671/?type=3"><div class="fb-xfbml-parse-ignore"><blockquote cite="https://www.facebook.com/tvlibertes/videos/1217011681660671/"><a href="https://www.facebook.com/tvlibertes/videos/1217011681660671/">Le général Piquemal sur TV Libertés : &quot;On se rapproche peu à p...</a><p>[EXCLUSIVITÉ TV LIBERTÉS] Le général #Piquemal vient de nous livrer un entretien suite à sa garde-à-vue : &quot;La justice est entre les mains du pouvoir (...) On se rapproche peu à peu d&#039;une dictature !&quot;Ne manquez pas notre JT de la #réinformation spécial Calais ce soir sur www.tvlibertes.com dès 19h et en rediffusion permanente ensuite sur le site !</p>Posté par <a href="https://www.facebook.com/tvlibertes/">TV Libertés</a> sur lundi 8 février 2016</blockquote></div></div>

Jessy Kerber Il vient de passer sur RMC et pas retourné du tout

 L’histoire se renouvelle : l’entrée en scène des militaires

Il y a longtemps que les gendarmes mobiles français n’avaient plus arrêté de général français.

 

Il y a longtemps que les gendarmes mobiles français n’avaient plus arrêté de général français. Le 6 février 2016, le général Christian Piquemal, ancien commandant de la Légion étrangère et ancien président de l’Union nationale des parachutistes, était arrêté à Calais lors d’une manifestation organisée et interdite pour protester contre l’islamisation et l’invasion de la France. Devant, à l’origine, être jugé dès le 8 février en comparution immédiate, il comparaîtra finalement le 12 mai prochain, son état de santé s’étant dégradé. Qui dira que la justice française est lente ?

Le 20 avril 1962, le général Raoul Salan, responsable de l’OAS et officier le plus décoré de l’armée française, était arrêté, à Alger, par les gendarmes du capitaine Laborde.

L’un défendait l’engagement de la France à ne pas abandonner les populations musulmanes, chrétiennes et juives qui lui étaient fidèles, le peuple français d’Algérie, l’autre défend le droit de la France à rester fidèle à son identité et ses valeurs.

Ils ont contre eux les puissants du jour. L’un la collusion gaullo-socialo-communiste, soutenue par le grand patronat, qui estimait que l’Algérie coûtait trop cher à la France. L’autre l’UMPS, voyant, main dans main, le préfet socialiste et le maire Les Républicains de Calais, Natacha Bouchart, dénoncer une manifestation dont la raison était explicitement donnée par Pierre Lambert, préfet des Côtes-d’Armor, interdisant de son côté une manifestation analogue à Saint-Brieuc : « L’Europe n’est pas menacée par une islamisation rampante. Je ne suis pas en phase avec ces thèses racistes, provocatrices et xénophobes. »

Bonjour la neutralité du service public et avis aux tenants de la liberté d’expression ! Rappelons, pour mémoire, qu’une manifestation de soutien aux migrants organisée 15 jours avant à Calais et ayant donné lieu à des affrontements avec des riverains n’avait, elle, pas été interdite.

L’entrée sur la scène publique d’acteurs issus de nos forces armées est un signe des temps. Le discrédit de la fonction politique a atteint une telle acuité et la situation est à ce point grave que certains parmi les hommes qui ont fait leur vocation de servir la France ne peuvent plus se taire. Nous allons inéluctablement vers des temps difficiles car, au-delà de l’agitation politicienne qu’illustre parfaitement le faux débat sur la déchéance de nationalité, la guerre que nous livre une partie de l’islam sunnite est parfaitement asymétrique. Alors que les terroristes salafistes assassinent nos compatriotes, nous les menaçons, en retour, de les déchoir de la nationalité française – ce dont ils se préoccupent comme de leur première babouche… 

Pendant ce temps-là, le petit peuple français souffre. L’honneur du général Piquemal est d’avoir risqué sa réputation, sa santé – il a 75 ans – et sa liberté pour voler au secours des « sans-dents » méprisés à la fois par la gauche caviar et la droite saumon. Le peuple français ne se laissera pas mourir. Ses réactions seront sans doute aussi brutales qu’incontrôlées, cela d’autant plus que sa résistance légitime ne trouve pas d’expression politique à la hauteur des défis actuels qui sont des enjeux de survie et de civilisation.

 

resistance11.jpg

Arrestation d’un général, ancien de la Légion étrangère qui a passé sa vie à défendre les Français et la France

 

 

resistanceD6.jpg

 À Calais, vous avez dit « deux poids deux mesures » ?

Il y a un déséquilibre patent de l’information et du pouvoir en défaveur des Français qui sont révoltés par ce que subissent les Calaisiens.

Homme politique
Ancien député UMP, Président du Rassemblement pour la France, Président de La Droite Libre
 
Les Français ne sont pas racistes. Ils sont à bout.Au secours ! La France se noie !François Hollande, bientôt déchu ?

 

Le général de corps d’armée Christian Piquemal, ancien chef de la Légion étrangère, ingénieur Supélec et en génie atomique, ancien de Bosnie et du Tchad, et qui fut président de l’Union nationale des parachutistes, a été arrêté sans ménagement alors qu’il manifestait pacifiquement contre l’invasion de la ville de Calais par des migrants illégaux. Certes, la manifestation avait été interdite par une préfecture aux ordres. Mais les raisons invoquées étaient, une fois de plus, tendancieuses et les propos agressifs et caricaturaux d’un apparatchik de la préfecture à l’encontre des manifestants ne laissent aucun doute sur le parti pris d’un État qui se prétend « républicain » avec une ostentation suspecte. 

Il y a, en effet, un déséquilibre patent de l’information et du pouvoir en défaveur des Français, qui sont révoltés par ce que subissent, au quotidien, les Calaisiens et qui le manifestent. Dans la répression comme dans les articles de presse, on relève au contraire une mansuétude, voire une complicité à l’égard des activistes d’extrême gauche.

Le 23 janvier, des centaines de migrants encadrés par des « No Borders » ont bloqué le port pendant trois heures, détruit un grillage de protection et envahi un navire. Ils ont, en outre, couvert une statue du général de Gaulle avec un « Nik la France » peint en rouge. Ils ont, enfin, harcelé des habitants au point d’amener l’un de ceux-ci à brandir un fusil factice tandis qu’ils le bombardaient d’objets divers. Que faisaient les forces de l’ordre ? Mais rien, puisque, comme le dit l’im-Monde, ces incidents se sont produits « en marge d’une manifestation pacifique ». Il est entendu qu’un mouvement réputé d’« ultra-droite » est violent par nature, avant même de manifester, alors qu’un groupuscule d’extrême gauche, dont les membres se masquent, se revendiquent « hors-la-loi » et jugent les violences nécessaires, ne dérape que par un malheureux accident.

Un général français à quatre étoiles qui participe à une manifestation, demeurée pacifique malgré les provocations policières, peut donc se faire embarquer ? Un État républicain, démocratique, digne de ce nom, devait autoriser et protéger la manifestation pacifique, peu nombreuse et sans danger, de PEGIDA. Elle exprimait une indignation légitime devant la situation insupportable faite aux Calaisiens qui étaient, d’ailleurs, quelques-uns à s’y être joints. Mais non, l’interdiction a été prononcée sous prétexte du risque de violences de la part de l’extrême gauche. Autrement dit, il est normal d’interdire une manifestation parce que des extrémistes veulent l’empêcher par la violence. Puisque ceux-ci ont commis des débordements la semaine précédente, on leur donne maintenant le droit de censurer la protestation de leurs adversaires. 

Deux poids deux mesures : les libertés fondamentales de s’exprimer, de manifester sont en péril dans notre pays. Qui en douterait encore ? Louis Pauwels s’était fait incendier pour avoir employé l’expression de « SIDA mental ». Lorsqu’on donne la préférence à ceux qui menacent l’ordre public et le bien commun de la nation par rapport à ceux qui cherchent à les défendre, ne peut-on, en effet, y voir comme une sorte de maladie immunitaire de notre société, de notre pays ? 

Tiens, au fait : les neuf comparutions immédiates à l’issue des « débordements » sont tombées en vertu des droits invoqués par les individus poursuivis… et c’est maintenant le général et ses dangereux complices qui doivent passer en comparution immédiate pour avoir manifesté.

 

resistance D1.jpg

resistance.jpg

 

resistance1.jpg

 

    Armées d’Europe et Islam radical…   

Par Le Peuple

Armées d’Europe et Islam radical : préparons la guerre… Les commandants militaires des armées européennes se parlent. Ils sont discrets et arrivent aux mêmes conclusions : l’Europe doit se préparer à des troubles sociaux, peut-être armés et à des guerres hybrides, hors conventions internationales, qui frapperont au coeur de l’Europe. Nos armées sont dans un piteux état; la conscription a disparu de la plupart des états (sauf en partie la Norvège ou la Suisse), les politiques ont réduit les budgets tous les ans depuis la fin de la guerre froide, mais d’autres types de dangers sont apparus. Leur conclusion : para bellum… Cette semaine, c’est le général commandant l’armée norvégienne qui prévient les Européens d’être prêts à se battre contre l’islamisme radical afin de préserver les valeurs européennes.

1454846440s-490x257

Odin Johannessen, Chef de l’armée norvégienne

Lors d’une conférence, cette semaine, à la Oslo Military Society, le Chef de l’armée norvégienne, Odin Johannessen, a été très direct : il avertit que les pays européens doivent se préparer à se battre contre l’islamisme radical afin de préserver les valeurs qui unissent le continent. « Nous devons être prêts à nous battre – et, si nécessaire, avec les armes – pour préserver le pays et les valeurs que nous avons en commun », a déclaré Johannessen, qui a indirectement critiqué les positions adoptées dans la guerre en Syrie, en ajoutant qu’une guerre se gagne au sol. Le général a insisté sur la nécessité de disposer d’unités bien formées et bien équipées. C’est crucial et les armées européennes ont un gros effort à fournir pour optimiser leur capacité de défense.

General-Anders-Brännström-533x400 Le général Anders Brännström, commandant les forces armées suédoises

Les remarques de Johannessen reflètent des sentiments similaires exprimés par d’autres responsables militaires en Europe. Le chef de l’armée suédoise, le général Anders Brännström, dans un document interne à l’armée, annonce que l’armée suédoise va se préparer à une guerre possible en Europe, « d’ici quelques années », contre des adversaires expérimentés. « L’environnement mondial dans lequel nous vivons et les décisions politiques prises par les dirigeants européens nous amènent à penser que nous pourrions être confrontés à une guerre en Europe dans quelques années», écrit Brännström. En décembre 2015, c’est le commandant des forces armées suisses, le général André Blattmann, qui avertissait du danger croissant de voir se développer des troubles sociaux en Europe.

chef-suisse-Blattmann-300x197

André Blattmann, Chef d’Etat-Major de l’armée suisse

« La menace du terrorisme est en hausse, des foyers de guerres hybrides se sont développés dans plusieurs régions du monde; les perspectives économiques s’obscurcissent et les flux migratoires de migrants économiques et de réfugiés de guerre ont pris des dimensions imprévues « , a déclaré Blattmann. Pour lui, les armées d’Europe doivent se préparer à des conflits de basse intensité, voire à une guerre dans les décennies qui viennent. «Le mélange est de plus en plus explosif», a-t-il encore ajouté, et «les fondements de la prospérité sont une fois encore remis en question». Selon lui, la situation n’est pas sans rappeler les années de l’entre-deux-guerres et les citoyens suisses doivent s’armer pour faire face aux défis qui les attendent. Sans surprise, ces commentaires ont été vivement critiqués par les politiques de gauche et les Verts suisses, notamment Beate Flach qui a affirmé que ces déclarations étaient «exagérées» et que «tout va bien dans le pays».

http://civilwarineurope.com/2015/12/29/le-chef-de-larmee-suisse-appelle-a-sarmer-pour-faire-face-aux-troubles-sociaux-en-europe/

En Belgique, l’armée de terre a été mise à rude épreuve par les gardes organisées devant tous les lieux publics importants. L’armée n’a plus assez d’hommes, pour tenir un tel dispositif pendant des mois ou des années. Le Parti Populaire a tiré à plusieurs reprises la sonnette d’alarme et proposé de rétablir une garde civique, à l’image de la garde nationale américaine, pour épauler l’armée avec une réserve efficace et entraînée, mais sans écho pour l’instant au niveau du gouvernement Michel.

 

 

resistance2.jpg

resistance3.jpg

 

resistance-en-vercors.pngresistance4.jpg

 

resistance5.jpg

 

resistance6.jpg

 

resistance7.jpg

 

resistance8.jpg

 

resistance9.jpg

 

resistanceD2.jpg

 

resistance11.jpg

resistanceD3.jpg

 

resistanceD4.jpg

 

resistanceD6.jpg



07/02/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres