GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

Arthur était effectivement Aedan Mac Arthur, le fils du sixième siècle d'un ancien roi d'Éco

Fabled King Arthur ‘was a Scottish warlord’

Légendaire roi Arthur « était un Seigneur de guerre écossais »






Adam Ardrey prétend qu'Arthur était effectivement Aedan Mac Arthur, le fils du sixième siècle de l'ancien roi d'Écosse. Photo : TSPL

 

par EMMA COWING







Bienvenue sur MacCamelot. King Arthur est un Seigneur de guerre écossais, avant le christianisme dont les restes sont enterrés sur Iona, selon un nouveau livre par un historien écossais.



Auteur Adam Ardrey prétend que, plutôt que le roi d'Angleterre romantique de légende qui a vécu à Camelot, qui est souvent considéré comme Tintagel en Cornouailles ou au pays de Galles – Arthur était effectivement Aedan Mac Arthur, le fils du sixième siècle d'un ancien roi d'Écosse, dont Camelot était un marécage à Argyll.

 

Il suggère également qu'Arthur a tiré l'épée Excalibur de la pierre à Dunadd près de Kilmartin, est mort près de Falkirk et fut enterré sur l'île d'Iona Hebridean, qu'il déclare être Avalon.

 

Ardrey, un historien amateur qui travaille comme avocat à Edimbourg et précédemment a écrit un livre prétendant Merlin l'Assistant n'a en fait un homme politique qui a vécu dans le quartier de Glasgow, Partick passé ans à étudier ses théories et dit qu'ils peuvent être prouvés "hors de tout doute raisonnable". Les assertions dans son livre trouver Arthur : The True origines du fois et futur roi sont renforcé par la découverte en 2011 de ce que certains experts croient, c'est la table ronde du roi Arthur dans le parc du château de Stirling.

 

Ardrey dit qu'il croit non seulement Arthur est enterré à Iona, mais j'adorerais voir le site fouillé pour chercher la preuve.

 

« Le légendaire Arthur est censé être enterré dans une île dans les mers occidentales – Avalon – mais dans le sud de la Grande-Bretagne il n'y a aucun îles dans les mers occidentales, » dit-il.

 

« Iona s'adapte à tous les critères. C'est une île où des centaines de rois ont été enterrés. Certains disent que 128. Autres membres de la famille de l'Aedan Mac Arthur y furent enterrés trop. Je dis Qu'arthur fut enterré là."

 

Ardrey affirme que Camelot est une quelconque zone marécageuse au nord de Dunadd, une ancienne forteresse dans ­Argyll, où l'épée dans la pierre « scène » a été promulguée.

 

Il estime que le nombre de connexions entre Argyll et Arthur est tellement nombreux qu'il a rencontré Argyll et Bute Conseil plusieurs fois dans l'espoir de mettre en place un sentier touristique de Arthur dans le secteur.

 

Un porte-parole pour le Conseil a déclaré: "histoire culturelle riche et variée Argyll et de Bute attire de nombreux admirateurs et les livres du Dr Ardrey sont un exemple de cela. Le Conseil n'a pas conclu aucun accord avec Dr Ardrey."

 

Il a dit qu'il croit également que les 12 batailles d'Arthur ont eu lieu sur différents sites à travers l'Ecosse, Stow y compris dans les régions frontières, où il dit à la bataille de Guinnion a eu lieu et la bataille de la ville des légions, qui, dit-il, s'est déroulée sur le site du fort romain de Trimontium à Melrose.

 

« L'épreuve de vérité pour Arthur est 12 batailles et la liste de bataille », dit-il. "J'ai pu identifier chacun d'eux sur le plan géographique, mais aussi de placer historiquement dans le contexte. Six d'entre eux sont même en ligne droite. Tout se tient dans le contexte".

 

Il affirme également que la bataille de Camlann, au cours de laquelle Arthur croyait avoir été tué, s'est déroulée à Camelon, près de Falkirk, à 20 kilomètres au sud de Stirling et de la Table ronde.

 

La légende d'Arthur développé au moyen-âge en grande partie par la popularité de l'Historia Regum Britanniae, un texte du XIIe siècle écrit par Geoffroy de Monmouth qui a raconté son histoire en termes fantaisistes et mythiques.

 

Beaucoup d'historiens ont tenté de lier Arthur avec Cornwall et le château de Tintagel, et en 1998, une pierre portant une inscription sixième siècle semblable au nom de Arthur a été déterré au château, le lieu de naissance mythique du roi légendaire.

 

Il fallait espérer que la découverte pourrait s'avérer que le roi Arthur avait son quartier général sur le site des ruines du château sur la côte nord des Cornouailles, mais les conclusions – d'un morceau d'ardoise portant le nom Artognov – Latin pour les anglais Arthnou – le nom resta peu concluant.

 

Toutefois, en 2011, on a cru que Arthur ­Table ronde peut avoir été ­unearthed par des archéologues de Glasgow University enquêter sur le noeud du roi dans le parc du château de Stirling.

 

Le livre affirme également qu'Arthur est devenu la victime d'un complot de l'établissement qui a été déterminé à une refonte de lui comme un héros chrétien anglais.

 

Elle prétend également que, comme un homme écossais du « Vieux chemin » druidique, il était le dernier de son espèce miroiter contre une attaque de chrétienne zélée.

 

« J'espère que le livre suscite des débats et discussions, » a dit britannique. « Mais si j'ai raison, 100 ans d'histoire britannique doit ensuite être réécrite. »



Twitter : @emmacowing

 

Adam Ardrey claims that Arthur was actually Arthur Mac Aedan, the sixth-century son of an ancient King of Scotland. Picture: TSPL

Adam Ardrey claims that Arthur was actually Arthur Mac Aedan, the sixth-century son of an ancient King of Scotland. Picture: TSPL

  • by EMMA COWING
 

WELCOME to MacCamelot. King Arthur was a Scottish, pre-Christian warlord whose remains are buried on Iona, according to a new book by a Scots historian.

 

Author Adam Ardrey claims that instead of the romantic English king of legend who lived at Camelot – which is often said to be Tintagel in Cornwall or in Wales – Arthur was actually Arthur Mac Aedan, the sixth-century son of an ancient King of Scotland, whose Camelot was a marsh in Argyll.

He also suggests that Arthur pulled the sword Excalibur from a stone at Dunadd near Kilmartin, died near Falkirk and was buried on the Hebridean island of Iona, which he declares to be Avalon.

Ardrey, an amateur historian who works as an advocate in Edinburgh and previously wrote a book claiming Merlin the wizard was actually a politician who lived in the Partick area of Glasgow, spent years investigating his theories and says that they can be proved “beyond reasonable doubt”. The assertions in his book Finding Arthur: The True Origins Of The Once And Future King are strengthened by the discovery in 2011 of what some experts believe is King Arthur’s round table in the grounds of Stirling Castle.

Ardrey says he not only believes Arthur is buried in Iona but would love to see the site excavated to look for proof.

“The legendary Arthur is said to be buried in an island in the western seas – Avalon – but in the south of Britain there are no islands in the western seas,” he says.

“Iona fits all the criteria. It’s an island where hundreds of kings were buried. Some say 128. Other members of Arthur Mac Aedan’s family were buried there too. I say Arthur was also buried there.”

Ardrey states that Camelot is a nondescript marshy area north of Dunadd, an ancient hill fort in ­Argyll, where the sword in the stone “scene” was enacted.

He believes that the number of connections between Argyll and Arthur are so numerous that he has met Argyll and Bute Council several times in the hope of establishing an Arthur tourist trail in the area.

A spokesperson for the council said: “Argyll and Bute’s rich and varied cultural history attracts many admirers 
and Dr Ardrey’s books are an example of that. The council has not entered into any agreement with Dr Ardrey.”

He said that he also believes Arthur’s 12 battles were fought on different sites across Scotland, including Stow in the Borders, where he says the Battle of Guinnion took place, and the Battle of the City of the Legions, which he says was fought on the site of the Roman fort of Trimontium in Melrose.

“The litmus test for Arthur is the 12 battles and the battle list,” he said. “I was able to identify all of them geographically, as well as historically place them in context. Six of them are even in a straight line. Everything fits into context.”

He also asserts that the Battle of Camlann, at which Arthur was believed to have been killed, was fought at Camelon, near Falkirk, just 12 miles south of Stirling and the Round Table.

The legend of Arthur developed in the Middle Ages largely through the popularity of Historia Regum Britanniae, a 12th-century text written by Geoffrey of Monmouth that related his story in fanciful and mythical terms.

Many historians have attempted to link Arthur with Cornwall and Tintagel Castle, and in 1998 an ancient stone bearing a sixth-century inscription similar to the name Arthur was unearthed at the castle, the mythical birthplace of the legendary king.

It was hoped that the discovery could prove that King Arthur had his headquarters at the site of the ruined castle on the north coast of Cornwall, but the findings – of a piece of slate inscribed with the name Artognov – Latin for the English name Arthnou – remained inconclusive.

However, in 2011 it was believed that Arthur’s Round ­Table may have been ­unearthed by Glasgow University archaeologists investigating the King’s Knot in the grounds of Stirling Castle.

The book also asserts that Arthur became the victim of an establishment conspiracy which was determined to recast him as an English Christian hero.

It also claims that, as a Scottish man of the druidic “Old Way”, he was the last of his kind holding out against a zealous Christian onslaught.

“I am hoping the book provokes debate and discussion,” said Ardrey. “But if I’m right, then 100 years of British history needs to be rewritten.”

Twitter: @emmacowing



15/02/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres