GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

CASSER DU RUSSE ET DU SYRIEN POUR OBTENIR LA GUERRE MONDIALE APRES SKRIPAL et c' est pas fini

 

JE M'ÉTONNE DE L'ARROGANCE DES RÉGIMES OCCIDENTAUX
POURRIS JUSQU'AUX OS
QUAND ILS CRITIQUENT LE REGIME DE ASSAD !
" RUSSIAN spy Sergei Skripal is no longer critical as his niece shockingly claimed he might not have been poisoned."

... Afficher la suite
JE M'ÉTONNE DE L'ARROGANCE DES RÉGIMES OCCIDENTAUX
POURRIS JUSQU'AUX OS
QUAND ILS CRITIQUENT LE REGIME DE ASSAD !
" L'espion russe Sergei Skripal N'est plus critique car sa nièce a scandaleusement prétendu qu'il n'aurait pas été empoisonné."

C'est pour ça que les tories ont tué ce chat et deux hamsters ?
On ne le pardonnera pas..
RUSSIAN spy Sergei Skripal is no longer critical as his niece shockingly claimed he might not...
dailystar.co.uk
 

RUSSIAN spy Sergei Skripal is no longer critical as his niece shockingly claimed he might not have been poisoned.

 

Niece of Sergei Skripal: I hope a miracle will happen

 
 
Niece of Sergei Skripal: I hope a miracle will happen
Viktoria Skripal, the niece of poisoned spy Sergei Skripal, has told the BBC that she hopes a 'miracle' will happen and it will turn out that the poisoned spy is not her uncle. She said, 'I can't stop thinking that maybe it's not them.'
 
 
 
 
 
 
1x
 
 
 
 
1x
 
 

UP NEXT:

UKIP member GRILLS Sadiq Khan on Trump comments

UKIP member GRILLS Sadiq Khan on Trump comments

UP NEXT:

 
 

Britain has been locked in a bitter row with Vladimir Putin since Skripal and his daughter Yulia were found collapsed on a bench in Salisbury.

 

UK officials have said the duo were poisoned with military grade nerve agent Novichok daubed on the door handle of his house.

And the Russian government has been fingered as the prime suspect, which it has denied and warned the UK it is “playing with fire”.

Today it emerged Skripal is no "no longer critical" just hours have Skripal’s niece Viktoria – who has been very vocal of sharing information about the case – is questioned whether or not they were even poisoned. 

She suggested whether or not the duo might have been sick due to “bad fish” as she appears on numerous Russian television stations talking about the Skripals.

Sergei and Yulia SkripalGETTY

SKRIPALS: Sergei and Yulia were found collapsed on a bench in Salisbury

“The first signs when they were found were very similar to fish poisoning”

Viktoria

Skripal is "responding well to treatment, improving rapidly and is no longer in a critical condition”, according to doctors at Salisbury District Hospital

Viktoria's allegations came after she appeared yesterday on state-run TV claiming Skripal is “fine” just hours before Yulia issued her first statement since the incident in Salisbury.

Bizarre claims made by Viktoria appeared in Russian media as she alleged her uncle and cousin might have been poisoned by fugu – a potentially highly poisonous dish popular in Japan.

She also questioned how the Skripals pets – two cats and two guinea pigs – could have survive if they were poisoned by “Novichok gas” at home.

Earlier today it was revealed one of his cats – Nash Van Drake – was put down at Porton Down after being found “very unwell” and the two rodents were also destroyed. 

Viktoria SkripalCHANNEL ONE

BAD FISH: Viktoria Skripal made the bizarre claim to Russian media

BiohazardGETTY

BIOHAZARD: UK police investigate the scene in Salisbury

Viktoria demanded to know about what food the Skripals had eaten in the hours leading up to their discovery.

Speaking to Russia’s Channel One, she said: "Why was this information classified? Did they eat a dish that one cannot eat, or is it banned in England?

"The first signs when they were found were very similar to fish poisoning.”

Britain is being backed by more than two dozen other nations – including the US – over allegations that Russia was behind a state-sponsored plot to kill Skripal.

Viktoria has been pushing theories on her relatives poisoning which appear to shift blame away from the Kremlin.

Days after it emerged the Skripals were poisoned with Novichok, she suggested a bitter family feud may have led to the attempted murder.

Her latest fish claims appear to be completely at odds with the facts, which left first responder policeman Sergeant Nick Bailey in a critical condition.

It also left 50 people needing hospital treatment, and shut down the A&E department as emergency services tried to contain the poison.

 

Skripal posioningREUTERS

SALISBURY: Police probe evidence from where the Skripals were found

Vladimir PutinGETTY

VLADIMIR PUTIN: Russia has denied everything about the Skripal poisoning

She claimed information being issued by the British authorities “generates more questions than answers”.

Russian officials have also been trying to punch holes in the UK’s case after more than 100 of Putin’s diplomats were expelled across the West.

Putin’s officials have even suggested the UK might have poisoned Skripal in a bid to build support for the government, turn people against Russia and to distract from Brexit.

Russia and the West are plunging dangerously close to a new Cold War as the row over the Skripals worsens.

Detectives believe Skripals were poisoned at home

 
 
 
Detectives believe Skripals were poisoned at home
Former Russian spy Sergei Skripal and his daughter Yulia came into contact with the nerve agent novichok at home, detectives investigating the attempted murders believe.
 
 
 
 
 
0:00
/ 
 
1x
 
 

Speaking at the UN yesterday, Russian ambassador Vasily Nebenzya pointed to Midsomer Murders and read from Alice's Adventures In Wonderland to mock suggestions of Russian involvement.

Mr Nebenzya criticised the sources of the British intelligence services, before adding: "Couldn't you come up with a better fake story?

"We all know what the worth of British intelligence information is based on the experience of Tony Blair. 

"We have told our British colleagues that you're playing with fire and you'll be sorry."

Le régime syrien, qui écrase la dernière zone de rebelles islamistes aux abords de Damas, vient d'annoncer un accord d'exfiltration. Les ONG locales font état de dizaines de morts.

 

 

 
 
 
 
 
 
Lecteur vidéo depuis : franceinfo (Politique de confidentialité)

 

Une attaque chimique meurtrière présumée du régime syrien sur la ville rebelle de Douma suscite une indignation internationale, des Etats-Unis à la Turquie en passant par le pape François, malgré les démentis du pouvoir de Bachar al-Assad et de son allié russe.

Douma est le dernier secteur sous contrôle des rebelles islamistes dans la vaste région de la Ghouta orientale, située aux portes de Damas, et que le régime est déterminé à reprendre totalement coûte que coûte, avec l'aide de Moscou. Samedi, les Casques Blancs, des secouristes en zones rebelles, un groupe insurgé ainsi que l'opposition en exil ont accusé le régime d'y avoir mené une attaque chimique d'ampleur.

Douma se trouve à quelques kilomètres à l'est de Damas. En vert, les dernières zones tenues par les rebelles (https://isis.liveuamap.com, 8 avril 2018).

 

Plusieurs dizaines de morts, gaz sarin suspecté

 

© Fournis par Le Nouvel Obs

Dans un communiqué commun avec l'ONG médicale Syrian American Medical Society, les Casques Blancs affirment que 48 personnes ont péri dans cette attaque aux "gaz toxiques". Ils font également état de "plus de 500 cas, la plupart des femmes et des enfants", qui présentent "les symptômes d'une exposition à un agent chimique". Les patients souffrent de "difficultés respiratoires", de "brûlures de la cornée" et dégagent "une odeur semblable à celle du chlore".

Une vidéo postée par les Casques blancs sur leur compte Twitter et présentée comme tournée après l'attaque chimique présumée montre un enchevêtrement de corps sans vie, dont ceux de femmes et d'enfants, allongés à même le sol, les yeux parfois écarquillés et de la mousse blanche s'échappant de leur bouche. Sur une autre, tournée dans un hôpital, des enfants en bas âge sont déshabillés et respirent grâce à des masques à oxygène. 

 

 

Firas al-Doumi, un secouriste de Douma, évoque auprès de l'AFP "des scènes effroyables" :

 

"Il y avait de nombreuses personnes en train de suffoquer, certaines sont mortes immédiatement. C'était un massacre. Il y avait une très forte odeur sur les lieux qui a entraîné des difficultés respiratoires chez les secouristes".

 

Le docteur français Raphaël Pitti, cadre de l'ONG UOSSM présente sur place, estime sur son compte Facebook que les symptômes présentés par les civils touchés ressemblent à ceux "d'une attaque avec des neurotoxiques, comme le sarin".

 

"Tout laisse penser que lors de la deuxième attaque, le chlore a été utilisé pour masquer dans le même temps l’emploi du sarin", ajoute-t-il.

Trump : "Il y aura un prix fort à payer"

Le régime Assad qualifie ces accusations de "farce" et de "fabrications", et Moscou "dément fermement cette information". L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui dispose d'un réseau de sources dans le pays en guerre, a lui indiqué ne pas être en mesure de confirmer une attaque chimique du régime. Néanmoins, plusieurs voix se sont élevées pour condamner ce recours présumé à des substances chimiques.

"Des nouvelles terribles nous parviennent de la Syrie avec des dizaines de victimes, dont beaucoup de femmes et d'enfants. Tant de personnes sont frappées par les effets des substances chimiques contenues dans les bombes", a déclaré le pape devant des milliers de fidèles rassemblés place Saint-Pierre.

 

"Il n'y a pas une bonne guerre et une mauvaise, et rien, rien ne peut justifier l'usage de tels instruments d'extermination contre des personnes et des populations sans défense".

 

"Ces informations, si elles sont confirmées, sont effroyables et exigent une réponse immédiate de la communauté internationale", indique le département d'Etat américain. "La Russie, avec son soutien sans faille au régime, porte la responsabilité finale de ces attaques brutales". Dans deux tweets, le président américain Donald Trump menace directement la Russie et l'Iran : "De nombreux morts, dont des femmes et des enfants, dans une attaque chimique insensée en Syrie."

 

"Le président Poutine, la Russie et l'Iran sont responsables pour leur soutien à l'animal Assad. Il y aura un prix fort à payer."

 

 

 

 

 

© Fournis par Le Nouvel Obs

La Grande-Bretagne appelle de son côté "à une enquête urgente" : "Si ces informations sont correctes, elles seraient une preuve supplémentaire de la brutalité d'Assad contre des civils innocents et du mépris de ses soutiens pour le droit international", estiment les Affaires étrangères britanniques.

Ankara a également réagi. "Nous condamnons avec vigueur l'attaque et nous soupçonnons fortement qu'elle ait été menée par le régime, dont les antécédents en matière de recours aux armes chimiques sont connus par la communauté internationale", a déclaré le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué.

 

Accord pour une sortie des rebelles

 

Le régime Assad a été maintes fois accusé de lancer des attaques au gaz sur des régions rebelles, comme à Khan Cheikhoun en avril 2017 (au moins 86 morts). Déterminé à faire plier le dernier groupe rebelle de Jaich al-Islam retranché à Douma, le pouvoir syrien avait repris vendredi son pilonnage de la cité, tuant une centaine de civils selon l'OSDH.

Le régime syrien a annoncé ce dimanche un accord pour évacuer les combattants de Jaich al-Islam de Douma, rapporte l'agence officielle Sana. Les évacuations de l'ensemble des rebelles doivent se faire durant les prochaines 48 heures. Jaich al-Islam est miné par des divisions internes, son aile radicale refusant d'évacuer Douma, selon l'OSDH.

Le 18 février, le régime a lancé pendant plusieurs semaines une offensive dévastatrice sur l'enclave rebelle dans la Ghouta orientale, qui a coûté la vie à plus de 1.600 civils selon l'OSDH. Le pouvoir a ensuite laissé la place aux négociations sous l'égide de la Russie, qui ont permis d'évacuer plus de 46.000 combattants de deux autres groupes rebelles et civils, contraints de rejoindre Idlib (nord-ouest), une des provinces échappant au contrôle du régime.

Grâce à l'appui militaire de Moscou, le régime contrôle déjà plus de la moitié de la Syrie, ravagée par une guerre qui a fait plus de 350.000 morts en sept ans.

T.V. avec AFP

Des bombardements dans la Ghouta orientale, samedi 7 avril. © Copyright 2018, L'Obs Des bombardements dans la Ghouta orientale, samedi 7 avril.

 

 

Attaque de l'aéroport militaire T-4, Russie et Syrie accusent Israël

media Un homme examine des enfants, victimes d'une attaque chimique présumée à Douma, le 8 avril 2018. White Helmets/Reuters TV via REUTERS

Des missiles ont frappé un aéroport militaire syrien ce lundi 9 avril matin faisant plusieurs morts, a rapporté l’agence officielle syrienne Sana. Ces frappes sur l’aéroport de Tayfur, près de Homs, interviennent alors que les présidents américain et français ont annoncé vouloir apporter une « réponse forte et commune » à une « attaque chimique » qui a fait des dizaines de morts dans la Ghouta orientale le samedi 7 avril. Cependant, Américains et Français nient avoir procédé à l'attaque. Russie et Syrie accusent Israël.

 

L'origine de la frappe reste pour le moment indéterminée. L'armée américaine, mise en cause dans un premier temps, par les médias officiels syriens, a très rapidement démenti. C'était la première piste, puisque Donald Trump avait  publié hier, une série de tweets très fermes à l'égard de Bachar el-Assad et de Vladimir Poutine, écrivant qu'il faudrait « payer » le prix après l'attaque chimique présumée contre la population de la Ghouta samedi dernier. Le démenti de l'armée française est intervenu plus tardivement. Vers 9h ce lundi matin, le ministère français de la Défense a déclaré ne pas avoir effectué de raid aérien en Syrie dans la nuit de dimanche à lundi.

Et Israël ?

Reste l'armée israélienne. Si elle se refuse à tout commentaire pour le moment, elle est désormais pointé du doigt par l'armée russe mais également par la Syrie: « L'agression israélienne sur l'aéroport T-4 a été menée par des avions F-15 qui ont lancé plusieurs missiles », selon une source militaire citée par l'agence officielle Sana.

Rappelons que l'armée israélienne a déjà visé, c'était en février dernier, cette base aérienne T-4 située entre Homs et Palmyre au nord de Damas. L'armée israélienne agissait alors en représaille après qu'un drône eut pénétré dans l'espace israélien. Les renseignements israéliens affirmait alors que cette base militaire aérienne accueillait des membres de l'unité d'élite des gardiens de la révolution iranienne.

 
 

Les Israéliens ont les moyens de mener des frappes, dites « à distance de sécurité » avec des missiles de croisières, sans s'exposer aux défenses aériennes de l'adversaires. Ils peuvent utiliser leur missiles Popeye notamment, lancé depuis des chasseurs F-16 ou F-15 ou même depuis des sous-marins Dolphin, ce qui serait une première.

Un « faucon » américain entre en scène

Hasard du calendrier, c’est ce jour qu’entre en scène le nouveau conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, le « faucon » John Bolton, écrit notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier ; celui-ci plaide depuis longtemps pour un bombardement en Syrie. Si les Américains souhaiteraient encore confirmer la véracité de l’attaque à l’arme chimique, le président a cependant prévenu dès hier qu’il y aurait « un prix fort à payer », traitant Bachar el Assad d’« animal ».

En tout cas, Trump - qui n’a de cesse de dénoncer les reculades de Barack Obama, comme en 2013 dans de circonstances similaires – a déjà prouvé qu’il était capable d’ordonner des frappes massives il y a tout juste un an.

 

La riposte devrait intervenir de la part des pays qui ont fait de l'arme chimique une ligne rouge...
Agnès Levallois, consultante spécialisée sur le Moyen-Orient 09/04/2018 Écouter

 

Des vidéos montrent le ciel libanais traversé par un missile

Lundi 9 avril, très tôt, les médias syriens avaient fait état de tirs de missiles de croisière visant l'aéroport militaire syrien de Tayfur situé près de Homs. Parallèlement, des internautes libanais ont diffusé des vidéos du ciel libanais traversé par un missile, celui-ci venant donc de la Méditerranée et se dirigeant vers l'Est.

Une information confirmée par notre correspondant régional, Paul Khalifeh, qui souligne que les missiles ont traversé le ciel du Liban, et que cinq explosions ont été entendues au-dessus de la plaine orientale de la Bekaa. Plusieurs médias et journalistes proches de Damas ont, eux, fait état d’une attaque aux missiles de croisière contre l’aéroport T-4, situé entre les villes de Palmyre et de Homs, dans le centre de la Syrie.

Une source syrienne citée par plusieurs médias a indiqué que le système antimissile syrien a riposté aux attaques qui ont fait plusieurs morts et blessés, sans fournir un bilan plus détaillé. Selon l'OSDH, 14 combattants, dont des Iraniens, ont été tués dans la frappe.

« Je ne vois pas en quoi utiliser l’arme chimique est contre les intérêts de Bachar »

L'indignation internationale s'est fait sentir après ce qui ressemble à une nouvelle attaque chimique à Douma. Bachar el-Assad, a déjà reconquis 95% des territoires rebelles de la Ghouta orientale. Quel intérêt a-t-il à utiliser de nouveau les armes chimiques ? « Je ne vois pas en quoi utiliser l’arme chimique est contre les intérêts de Bachar », explique Olivier Lepick, chercheur associé à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) et spécialiste des armes chimiques et biologiques. « Les intérêts de Bachar el-Assad, c’est de terroriser la population, c’est d’annihiler physiquement la rébellion. Donc, même quand il utilise des armes physiques, il ne passe rien, il n’y a pas de réplique militaire de la part de l’Occident. Donc, quand on dit qu’il n’est pas dans les intérêts de Bachar d’utiliser une arme chimique, moi je ne comprends pas très bien pourquoi on dit cela », poursuit-il.

« C’est un argument qui ne tient pas la route, continue Olivier Lepick. S’il n’était pas dans les intérêts de Bachar el-Assad d’utiliser l’arme chimique, il n’utiliserait pas d’arme chimique, et pourtant il l’a fait à de nombreuses reprises, de manière totalement avérée, condamné par des enquêtes des Nations unies et l'Organisation de l’interdiction des armes chimiques. Donc l’argument qui consiste à chaque fois à dire : mais pourquoi, quel est l’intérêt ? L’intérêt, c’est de mener cette guerre de terreur contre la population et de faire comprendre aux rebelles qu’il n’y aura pas pour eux d’autre sort qu’une mort terrible. Et c’est exactement un message répété depuis des années part le régime à l’égard de la rébellion ».

 

L'attaque de cette nuit ressemble au mode opératoire et à la cible qui avait été choisie par les Américains il y a un an.
Olivier Fourt sur RFI 0904 09/04/2018 Écouter
 
 

lundi 9 avril 2018

Syrie : Encore une "attaque chimique du régime", de qui se moquent les médias ?

 

"Quand ton ennemi est quasiment à terre, et que la victoire finale est à ta portée, gaze ton propre peuple pour permettre à une nation plus puissante que la tienne d'intervenir et de te détruire" 
Sun Tzu. L'Art de la Guerre 
Page : Aucune.


C'est un fait devenu récurrent, chaque fois que les USA parlent de se retirer de la guerre contre la Syrie, le gouvernement syrien répond par une "attaque chimique" pour leur faire changer d'avis.

De deux choses l'une, soit le gouvernement syrien est totalement incohérent et suicidaire, soit on nous mène en bateau depuis le début. A chacun de se faire son idée.
 
La dernière fois qu'on nous a fait exactement le même coup, un fake complet en Avril 2017 : https://gaideclin.blogspot.fr/2017/04/syrie-et-si-ce-netait-quune-funeste.html
 
 


09/04/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 141 autres membres