GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

Ces animaux surprenants qui imitent la parole des humains

Ces animaux surprenants qui imitent la parole des humains [vidéo]

Dernières actualitésAlerte mailLes actualités sur votre site

6 946 lectures / 17 commentaires23 novembre 2012 ; révision : 05 février 2014, 10 h 02

BelugaBeluga © Steve Snodgrass

On connaissait déjà cette faculté chez les perroquets et les mainates, mais beaucoup moins chez d'autres espèces. Pourtant, des vidéos d'animaux bavards se sont récemment multipliées sur le web, et reposent l'éternelle question : le langage est-il vraiment spécifiquement humain ?

Retour sur les perroquets qui parlent

Bien qu'on l'en sache déjà capable, entendre un oiseau parler demeure une expérience surprenante. Bien sûr, les animaux ne « parlent » pas réellement. Le perroquet imite particulièrement bien son entourage (paroles, cris, bruits) grâce à ses cordes vocales et sa langue adaptée, mais ce qu'il dit n'a pas vocation à transmettre un message particulier. Les sons émis par l'oiseau restent un moyen de communication car il cherche à établir un contact avec ce qu'il imite, mais ne constitue pas un « langage » pour autant.

Enzo, un perroquet, très, très bavard

Koshik, l'éléphant qui parlait coréen

Habituellement, l'éléphant barrit. Pourtant, un animal de 22 ans, prénommé Koshik et résidant au zoo d'Everland (Corée du Sud) prononce aujourd'hui de manière audible cinq mots en coréen : « annyong » (bonjour), « anya » (non), « choah » (bien), « anja » (assis) et « nuo » (couché). 

Comment est-ce possible ? L'éléphant introduit sa trompe dans sa bouche et appuie sur sa langue. En modulant son souffle, il parvient à émettre des sons parfaitement reconnaissables. Des chercheurs, voulant s'assurer qu'il n'y avait pas de tricherie, ont enregistré ces sons et soumis les enregistrements à des personnes n'ayant aucune idée de qui les prononçaient. Tous ont reconnu les mots de Koshik. 

Aussi étonnant que cela puisse paraître, l'éléphant a appris à parler tout seul. Il est également l'animal parleur le plus étudié à ce jour. Selon les chercheurs, Koshik, qui était le seul de son espèce dans le zoo, à force d'obéir à des ordres simples et de ne fréquenter que des humains a voulu se socialiser davantage en communiquant comme ceux qui l'entouraient. On peut dire qu'il a réussi !

Noc, un béluga très bon imitateur

La revue scientifique américaine Current Biology, qui traite notamment de zoologie, s'est intéressée à Noc, un béluga ayant vécu en captivité (dans un aquarium à San Diego) qui était parvenu à reproduire les fréquences de la voix humaine. Pour ce faire, il modifiait la pression de l'air dans ses cavités nasales, jusqu'à émettre les mêmes fréquences qu'un être humain.

Un plongeur dans l'aquarium de Noc aurait même cru que des personnes l'interpellaient. 

Noc est mort en 2007 après avoir cessé d'émettre ces sons, ce que les chercheurs ne sont toujours pas parvenus à expliquer.

Le langage est-il vraiment le propre de l'homme ?

La question mérite d'être posée, compte tenu des exemples surprenants que nous venons de citer. Le langage serait ce qui distingue l'homme de l'animal. En effet, le langage humain est un système de signes. Alors que le signal provoque une réaction, le signe renvoie à une signification. L'animal n'envoie que des signaux. De plus, ceux-ci sont génétiquement déterminés, avec une fonction bien déterminée. Les signes linguistiques sont au contraire conventionnels et multifonctions, en plus de détenir un pouvoir informatif théoriquement illimité : rien en principe ne peut être exprimé puisqu'il est toujours possible d'inventer de nouveaux signes linguistiques. Le langage humain comme système de signes est donc bien différent des modes de communication animale. De plus, on peut supposer que ce langage humain est indispensable au développement de la pensée et de la conscience de soi, car il autorise la pensée abstraite.

Ainsi, si certains animaux peuvent apprendre au moins partiellement le langage humain, ils ne sont pas pour autant capables de le développer, de l'utiliser spontanément et d'y avoir recours pour développer normalement leurs facultés, c'est pourquoi on ne peut nier la spécificité du langage humain.

Quelles sont les différentes formes de communication chez les animaux ?

Si l'on ne parle pas forcément de langage pour les animaux, on parle en revanche bien de communication. Celle-ci peut prendre des formes  diverses :

  • La communication tactile : les araignées utilisent des échanges vibratoires au sein de la toile pour communiquer, par exemple pour synchroniser l'attaque sur une proie.
  • La communication électrique : certaines espèces animales sont capables d'émettre des décharges électriques de faible puissance pour s'orienter et communiquer avec leurs congénères. C'est le cas du poisson éléphant et du poisson couteau.
  • La communication chimique et olfactive : C'est sans doute la forme de communication la plus riche, celle qui couvre le plus d'activités animales. Par exemple, chez les fourmis, elle permet d'assurer le partage de l'espace vital, la recherche de nourriture, la défense contre les prédateurs, le soin aux jeunes, voire l'accouplement.

Ainsi les animaux ont à leur disposition de très nombreux moyens de communiquer qui nous échappent, la plupart du temps !



08/02/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres