GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

COMME la recherche de livres de Thot.

z thot.jpg
 
Loqui est verum.



COMME la recherche de livres de Thot.



Vous avez besoin d'une méthode pour enquêter sur la vérité des choses.
Descartes



La mythologie-Hésiode et les croyances fantasmatiques des anciens-est une question de sciences humaines, mais est essentiellement dépourvue de tout fondement. Après avoir lu des histoires, des poèmes, des sagas et des épopées (où les protagonistes sont les dieux), les chercheurs pensent qu'il a tout compris sur les religions et les superstitions de nombreuses civilisations du passé... et peut-être même sur leurs habitudes, découvert par le biais de la littérature et l'écriture.
Mais sommes-nous vraiment sûr que les mythes antiques ne cachent pas – en réalité – quelque chose de beaucoup plus important ?

 

En 1870, Heinrich Schliemann a exécuté une série de fouilles en Turquie parce qu'il était convaincu qu'il pouvait trouver les ruines de Troie. S'est avéré pour être juste, parce qu'il a trouvé... et avec cette découverte extraordinaire a montré au monde de sceptiques que l'Iliade n'était pas seulement une collection de légendes.
En 1917, sous la direction de r. Koldewey, a été achevé dans les œuvres d'Irak à mettre en lumière les imposantes ruines de Babylone, déjà découvert au siècle dernier. C'était en fait les vestiges de la ville que Nebuchadrezzar II [1] avait reconstruite sur le site de l'ancienne beaucoup plus ancien, utilisant une fois de plus la structure de la ziggourat, c'est-à-dire une haute tour pyramidale avec escaliers. Les Sumériens, qui a construit le premier nommé KA.DINGIR (port des dieux), akkadien était appelée BAB.KARIMA (avec la même signification) et dans BABEL sémitique, comme nous le lisons dans la Bible [2]. La ville de Babylone était situé sur une colline appelée encore Babil, près de Hilleh actuel (80 Km au sud de Bagdad, sur l'Euphrate).
Les mythes Babyloniens célèbres de Hasis et Gilgamesh, qui ont cru pendant des ouï-dire seules années, décrivent en effet faits, lieux, dates et connaissances astronomiques. Récemment on croit que le lieu caché entre les montagnes des Cèdres, décrit comme « le carrefour de Ishtar » sur la crête de Zaphon [3] (il y avait aussi Ézéchiel, transportée à bord d'un véhicule volant qui se déplaçait les dieux), le royaume mythique du Dieu Baal, était situé à Baalbek (Liban), dans le site archéologique où il y a les ruines d'une structure de Pierre cyclopéenne — y compris les monolithes du poids moyen de 500 tonnes (il y en a trois qui pèsent plus que 1 000) chacun – une excellente plateforme haute regardant environ dix mètres. Personne ne sait comment il était possible de créer un bâtiment avec des pierres de cette taille (beaucoup moins de qui et quand il peut), et parce que la carrière de la plus proche se trouve à plus d'un kilomètre (route de montagne robuste), c'est parce que de nos jours il n'existe encore aucun matériel capable de soulever un rocher de 1 000 tonnes ! Un labyrinthe souterrain de tunnels le long de cette ancienne plate-forme et au-dessus d'elle – à des époques différentes – les Grecs et les Romains construisirent des énormes temples dédiés à Zeus-Jupiter, à l'aide de la mise à niveau existant. Le résultat a été le plus impressionnant complexe religieux de culte à Jupiter de l'antiquité, qui a été construite sur cette aire sacrée, juste pour profiter de la sacralité et augmenter sa puissance.

 

Mythes égyptiens ont une fondation qui va bien au-delà de l'histoire simple ou de la religion : il y avait une véritable classe initiatique, parmi les prêtres, posséder des connaissances inimaginable. Même mystique.
La légende dit que toutes ces connaissances ont été donnés dans les « Livres de Thot » et ces se trouvent dans la « maison de la connaissance ». Et puisque je crois que les légendes sont toujours un vrai... j'ai une proposition pour mener une série d'enquêtes, de comprendre ce que c'est et où avez-vous. Thot est le Dieu égyptien de hiéroglyphique et inventeur de toutes les sciences, y compris les mathématiques et la médecine... savait que l'univers et la terre de mesure... et est identifié avec Hermès Trismégiste, mercure et même avec Enoch...
En voyage à l'au-delà, préside la pesée de l'âme du défunt : le barème est aussi une invention !
Religion et philosophie sont souvent et inévitablement croisés, lors de la rédaction de cet ouvrage ; en fait, le lecteur va voir traités d'arguments différents, mais en étroite relation avec l'autre : de Gizeh et la pyramide de Chéops, nous allons voir comment il va nous conduire à toucher des sujets tels que les mystères, Atlantis, le nouvel âge actuel, l'astronomie, la physique, la Genèse, ufologie, Yoga, Dieu.
Les informations que j'ai fournies sont probablement être interprété-par une personne – comme hérétique par d'autres ou au meilleur hypothétique ridicule... Savons aussi bien l'opinion de la plupart des égyptologues. Sans porter atteinte au fond de leurs énormes efforts, la plupart d'entre eux ont une opinion assez maladroite sur les anciens Égyptiens. Qui étaient les gardiens de nombreux mystères. Les connaisseurs de la vérité. Les derniers gardiens de la Genèse.
Mais je pense, toutefois, que, parmi les plus sensibles, certains lecteurs connaîtront les sensations si fortes qui n'en ont pas mis en sommeil. Et sans doute beaucoup, lecture de ce livre, vous saurez pourquoi les confirmations à leurs propres théories. D'autres me voient comme un visionnaire, juste parce que c'est pas du tout à leur façon de voir les choses. Au lieu de cela, j'aimerais que le lecteur à examiner les arguments de cet ouvrage sans a priori.
Avec l'esprit libre de préjugés comme un enfant lorsqu'il écoute ou lit : lire et réfléchir.
Juge plus tard.

UTOPIA :

Mathématiciens, archéologues, astrophysiciens, géologues, biologistes, chimistes, architectes, ingénieurs, paléontologues, historiens, linguistes, biblistes, orientalistes, médiums, UFO, alchimistes, théologiens et philosophes
... tous ensemble avec passion !

Un « groupe mondial » travailler et discussion au plus haut niveau, composée de personnes unies par la même passion pour l'Égypte, solution utopique serait en mesure de trouver la vérité que les anciens connaissaient... et peut-être même l'arche de l'Alliance et la salle où les documents conservés cachés ce que nous essayons de toujours.
Doivent interpréter simplement tout avec des clés de lecture complètement différent ! Sans préjugés et idées préconçues. Utiliser les connaissances déjà acquises et examinez-les ainsi que ceux qui pensent différemment. Faire un travail d'équipe. Mettre de côté pour une fois – peut-être pour la première fois dans la vie – la présomption d'avoir raison et ensuite (lorsque cela est possible) comme Galileo Galilei : essayer de prouver des théories ; puis répéter la même chose dans d'autres cas pour voir si l'exactitude de la théorie est répété. Je parle aussi d'autres théories.
Il s'ensuit bientôt, par exemple, que les anciens Égyptiens appliquent mathématiques et physique à tout : les temples, écriture, religion, astronomie, agriculture, technologie. Ils savaient que la pi et la section d'or bien avant Pythagore, comme vous pouvez le prouver facilement. Et comment a déjà démontré r.a. Shwaller de Lubicz [4], mais n'a pas obtenu la gloire officiel pour cela et autres découvertes illustrent et démontrent, qui commettait la vie. Il a également compris que les hiéroglyphes n'étaient pas interprétées « à la lettre », mais surtout symboliquement, enfin obtenir des traductions qui donnent un sens aux phrases logiques.
Vous pouvez enfin donner un sens logique à nombreux textes anciens (un pour tous : les textes des pyramides), travaillant ensemble pour essayer de comprendre ce qui cache le symbolisme ésotérique, utilisé pour exprimer des concepts certainement différentes de ces folles officiellement données pour de bon. Je me demande si l'auteur est « face à la tombe », ou plutôt plutôt sghignazza pour notre insensibilité ? A mon avis, de sa sagesse, il pitié nous dans notre incapacité à comprendre le message légué comme Testament artistique.
Avec un engagement de ce genre et avec la coopération totale et inconditionnelle du gouvernement égyptien, en quelques années le mur qui, depuis des milliers d'années, on vous empêche de connaître la vérité, tomberait pour toujours. Et gloire serait qui, après une société comme celle de partout dans le monde atteint les éloges et les honneurs. Et égyptologues, qui aujourd'hui se moquent et dédaignent les tentatives de démolir les théories manifestement impossibles (qui continuent d'être considérées exactes et d'enseigner, mais sans preuve), sont donc les premiers à être fiers de leur indispensable et précieux travail, sans qui non seulement ne sait rien encore au sujet de l'Égypte, mais le Sphinx serait probablement encore sous le sable.
Enfin, je tiens à ajouter que, si dans ce livre, je suis autorisé à remettre en question certaines interprétations au sujet de certains chapitres de l'écriture, c'est parce que j'ai réalisé que tous les anciens textes sacrés du monde sont Unis par un particulier : sont tronqués. Ou plutôt : ils ont l'air cryptés.
Vous pourriez presque penser que l'auteur inconnu a voulu mettre des profezi et des souvenirs en noir
et les prophéties de ses ancêtres, qui avaient dû faire face à ces êtres évolué d'être en mesure de se présentent comme des dieux et ont choisi de raconter les histoires comme une série de visions télépathiques avait dans un rêve. Que son livre n'est pas discrédité, elle a lu de telle sorte que les sources regardé des messages divins, ou enlèvements. Et étaient souvent.
Pour se faire comprendre par les savants de l'époque, fait en sorte de rendre les faits (inexplicable à lui-même) plus crédible, et c'est souvent incité à utiliser des paraboles dans ses descriptions.
Le chroniqueur étroit – intentionnellement ou non – s'est assuré qu'il avait mal compris la signification réelle.
Il a expliqué une « réalité » probable, qu'il n'a réussi pour la « Vérité ».
Il est évident que lorsque les savants des générations successives, à son tour, a commencé à s'interroger sur le sens, ils étaient confrontés à de nombreux dogmes. Et ces dogmes persistent.
Comme les textes des pyramides, y compris la Torah, la Bible, l'Evangile et le Coran ont été écrits ne pas à être discutée ; le livre d'Enoch est opiniâtre, mais ne sont pas couverts dans les sources officielles. Certains textes Sumériens anciens qui parlent de la Genèse humaine, fournir des versions intéressantes qui méritent d'être pris en compte, pas moins parce que les Sumériens étaient dogmatiques. Donc, comment devrait être révisés plusieurs dogmes dans les religions anciennes et cultures méso-américaine, nord-américaines, asiatiques et Amérindiens.
Le vieil homme, avec ses limites et ses superstitions, nous a quittés avec beaucoup de merveilleux mythes et de Fables.
Je me demandais comment se fait-il – à un certain moment dans l'histoire de notre planète – hommes ont commencé à raconter ces histoires de dieux. Et pourquoi certains d'entre eux ont beaucoup de similitudes stupéfiantes...
Beaucoup considèrent que les antédiluviens titres que nos prédécesseurs nous ont laissé seulement de vieilles pierres. Mais vous ne pouvez pas juste les ignorer ! Tout comme vous ne peut pas continuer à ignorer la vérité sur Adam et Eve. Et parce que, en particulier en Égypte, il y a des milliers de titres et de coïncidences, je me souviens d'une phrase célèbre de l'écrivain Agatha Christie: "une coïncidence est juste une coïncidence ; deux coïncidences sont des coïncidences ; trois coïncidences... a la moindre idée !

Une hypothèse:... et si entre 40 000 ans, nos grands-petits-enfants-survécu une catastrophe qui avait causé la disparition presque totale de notre race-pourrait se traduire à notre rédaction, découvrant dans n'importe quel site archéologique du XXe siècle, une sorte de Pierre de rosette ? Peut-être une plaque en acier gravée avec un épisode de Memorial en Italien, russe et chinois. Et supposons qu'ils savaient déjà que le chinois, le russe...
Une fois que vous avez trouvé la clé pour la traduction italienne, ils interpréteraient immédiatement, sans trop de difficulté, la plaque en question et peut-être quelques autres relatives à des faits historiques, lieux touristiques, etc.. Une fois impratichitisi, départ de traduire certains volumes qui ont été heureusement conservées : une copie de la Divine Comédie, la Bible, l'Iliade, et la traduction du grec d'un ancien texte copié par les scribes des moines...
Après avoir obtenu un résultat pour le moins embarrassante, nos descendants fin aurait pu ancêtres ignorants ou crus au moins par écrit, parce qu'ils ont écrit un petit texte compréhensible.
Et même quand ils ont trouvé un vieux CD, pensé que c'était une roue, finalement inventée.
Et quand, au cours des fouilles, ils ont trouvé une cathédrale gothique, encore plein de statues et peintures des Saints, "s'est rendu compte immédiatement que c'était censé pour être le tombeau de Jésus et aussi que notre religion pullulaient avec les dieux et déesses mère tel.
C'est la réalité qui est apparu dans leurs yeux. Il n'était pas la vérité, mais la réalité, qui est tout autre chose.
Avec ces hypothèses, dans la poursuite de ma vérité, je pense que j'ai découvert un peu de celle de l'Egypte.


Introduction

Mon enfance a peut-être suivi une autre de mon âge, qui est décédé avant elle ?
Peut-être celle que j'ai vécu dans le ventre de ma mère ?
Et pourtant, avant la vie, ô Dieu de ma joie, j'existe déjà dans un autre endroit ou un autre organisme ?
S. Agostino (Confessions)


Ans je n'avais pas compris. J'ai tout simplement fasciné par l'Égypte, comme une obsession. Dans mon esprit « feutre » que c'était le point d'arrivée et de départ. J'ai été étudier, lire, écrire, dessin, je fus en mesure, pour voir si j'étais capable de penser et à raisonner comme un Egyptien antique. J'avais confiance que c'est la seule façon, qu'il serait possible de comprendre qui j'étais vraiment. Et qui j'étais. Croyaient fermement l'appel à ma conscience, mais n'était pas encore au courant.
Un jour, j'ai décidé de faire une expérience dans laquelle ils ont parlé dans un magazine que je lisais... mais il était nécessaire de première génération une pyramide de carton. Il semble facile et j'ai été curieux de découvrir...
Sans aller au Caire, en suivant les instructions, j'ai obtenu avec mes mains une pyramide d'environ 15 cm de haut, fait avec les mêmes proportions géométriques que celle de Chéops. Une fois collé les côtés avec du ruban adhésif, j'ai eu besoin d'une boussole pour orienter exactement avec les quatre points cardinaux ; tourné quelques jours, jusqu'à ce que j'ai trouvé un assez bon marché dans un magasin d'Articles de papeterie. Juste rentrer, immédiatement posizionai les quatre côtés de ma pyramide et s'installe dans une sorte de piédestal à environ 1/3 de la hauteur (dans la grande pyramide la chambre du roi est environ 1/3 du bas!), juste en dessous du sommet. L'auteur de l'article était de prendre un rasage ya pas plu forte et lieu à ce sujet, afin que les côtés des lames sont orientées est-ouest... Pourquoi donc ce serait forte !
N'ayant ne pas disponible rien qui ressemble à une lame de rasoir, mais vouloir la même trouver quelque chose à aiguiser, j'ai commencé à fouiller dans les tiroirs, à la recherche d'un objet adapté et assez, petit compte tenu de la « taille » de ma pyramide : J'ai trouvé une très ancienne broderie perce-oreille, qui voulaient seulement se rappeler dans la table de chevet, après avoir été à ma grand-mère (décédée à l'âge de 93 ans en 1984). Était si vieux, qui avait perdu en acier de chromage à divers moments, afin de ressembler de fer, et deux lames étaient si sombres, Regardez comme la rouille. Inutile de dire, non coupé. Doucement se pencha sur le piédestal, une fois il a été complètement ouvert pour exposer la lame.
Après une semaine, j'ai soulevé la pyramide pour vérifier, et je me suis retrouvé devant une scène étonnante : la tondeuse semblait curieusement très grasse, donc avec une serviette en papier la séchées moi-même un peu, en prenant soin de ne pas pour frotter le papier est devenu l'oint Brown et perce-oreille est déjà apparu tout à fait différente. Fabriqué en première position, sous la pyramide. Inspecter chaque semaine, sans toucher, parce que j'étais trop curieuse de voir l'évolution.
Il a fallu près d'un mois, parce que la fin de l'expérience, puisque j'avais choisi une très usé (et pensant qu'il était recommandé de ne pas utiliser une lame de rasoir oxydée, mais tout simplement pas forte!).
J'ai été très heureux pour le résultat (la plus lucide et perce-oreille retournée presque immédiatement et très bien coupé à « trial by fire », en face de mon mari, qui ne croyait pas à ses yeux, après avoir été sceptique dès le début).
Ensuite, j'ai décidé de faire la deuxième expérience (j'avais jeté parce que je ne crois pas possible): cette fois, c'était pour eux un morceau de viande crue. J'ai essayé avec un steak (roulé près, pour le rendre apte).
Après une semaine, j'ai voulu naviguer, pour trouver les vers, depuis juillet. Le steak était toujours là, apparemment. Aucune odeur autre que qu'il avait une semaine plus tôt... semblait juste de mass. Après encore 15 jours, même chose. Je ne comprenais pas.
Pendant ce temps, la pyramide a été mises sur une vieille armoire, parce que j'avais besoin le bureau libre, et donc, finalement, nous avons omis...
Fin septembre, j'ai pu lire un livre par Herbie Brennan, dans lequel ils ont parlé de cette expérience, dans le cadre de certaines théories sur la grande pyramide... cours en chambre d'hôtes avec une échelle et trouvai ma pyramide un peu poussiéreux : le steak était semblable à un cigare de la Havane, en ce sens qu'il a été momifié.
Bien sûr, aucune odeur.
J'ai décidé que je ne pouvais pas attendre plus longtemps. J'ai dû aller en Egypte.
La grande pyramide était devenu mon obsession, et – sans exagération – j'ai rêvé la nuit ! Vivant dans les rêves, une vie si réelle que j'ai la prise de conscience œ uvres. J'ai voulu rester « au-delà ». Chez moi, en Egypte.

Puis, au début de novembre, je suis allé. Enfin! Et dès lors, ma vie n'était plus la même.
Essayez de sentiments de colère, « Deja vu », des souvenirs, des rêves et de plus en plus tirées du rappel habituel, le retour du premier voyage, « par hasard », j'ai commencé à se rapprocher des philosophies différentes, dans une recherche inconsciente de réponses ; et donc, finalement, j'ai commencé à trouver ce que je cherchais...
Rien de ce qui se passe n'est jamais aléatoire : je comprends maintenant que je commence à remonter les fragments de mon long chemin de la connaissance beaucoup, a commencé il y a beaucoup, beaucoup de siècles.
Mon voyage vient de commencer. Chaque jour, chaque nuit, très que lentement, mais inévitablement, je me dirige vers la cible. Et la cible est la vérité. L'objectif est de Maat. L'absolu seulement que nous sommes dans le cosmos.
Dieu, l'absolu, Dieu, le créateur, l'ensemble cosmique nous petites particules... au fil des millénaires, nous lui avons donné beaucoup de noms sur cette planète, mais il est toujours de Dieu. Et Dieu est Dieu partout dans le cosmos... et nous faisons partie de Dieu.
Enfin, les brumes sont en voie de disparition, et la vérité commence à se manifester dans mon esprit.
Ce livre est le résultat d'années d'études « indépendantes », de voyages et de recherches historiques, philosophiques et introspective, à la recherche des origines de l'homme. Mais aussi et surtout, de mes racines. Mon premier voyage en Egypte a été cruciale, car ils sont retournés complètement transformés, ayant reçu un certain nombre d'entrées qui ont déterminé la recherche de prise de conscience de mon être véritable, ou moi-même. Dès mon retour à la « maison », j'ai réalisé que j'ai senti plus à l'aise : une soif insatiable de « me retrouver » m'a amené à arrêter toutes les choses que je me consacre pour terminer ce livre, j'avais commencé déjà depuis un certain temps, mais toujours, ils n'avaient pas un « quelque chose »... et puis j'ai décidé de le trouver, ayant pris conscience que ce que je cherchais était à l'intérieur de moi.
Vie ne cherche pas simplement des succès ou argent ou le pouvoir. Il ya une raison précise, si nous vivons : dans le cas contraire, nous ne viendrait jamais "dans le monde" ! J'ai découvert après mon premier voyage en Egypte.
J'ai eu un millier de questions, pour des années, avant même que j'ai quitté. Et il est utile d'avoir, parce que continuer à essayer, j'ai commencé à trouver des réponses, dont beaucoup étaient déjà en moi : commencent à se manifester.
J'espère que cette lecture pour beaucoup est désireux d'approfondir leurs connaissances sur les vérités cachées de l'Égypte antique, il. Peut-être quelqu'un va trouver, comme c'est arrivé à moi.
Éveiller votre conscience, le soi divin est un droit pour tous. Mais il faut d'abord comprendre que nous ne sommes pas ici pour passer ! Ou par hasard. Rien n'est par hasard.
À tous ceux qui n'ont pas encore jamais été en Egypte, le Conseil de cette incroyable expérience, mais aussi qui était hâte, parce que probablement lire les pages suivantes peuvent faire revivre les émotions oubliées ou essayer d'autres tout à fait impensable et se sentent peut-être un fort désir de revenir.
J'espère que, dans les prochaines pages, il a réussi à intriguer les plus « distrait » et à secouer la « indifférent ».

Pour écrire ce livre, j'ai fait utiliser de mes longues études sur l'Égypte ancienne et sur d'autres importantes civilisations et de religions, d'innombrables visites aux musées et bibliothèques, de mes notes de voyage, mon instinct et enfin les expériences de soi que récemment j'ai même révélateur, surtout depuis que j'ai commencé la recherche de la vérité par la méditationYoga et la compensation.
En plus de tout cela, pour les années j'ai pressé les méninges avec l'aide d'un rapporteur, un compas et d'une équipe pour créer des dessins géométriques, les mesures et les calculs sans fin sur le "soi-disant" pyramide de Chéops. Bien qu'il avait déjà fait beaucoup d'autres.
Tout le monde pense avec sa tête, arrive conclusions seules. Et c'est pourquoi j'ai jamais simplement les hypothèses des autres. J'ai partagé quelques théories et d'autres pas. Sans le rêve et l'expérience de la méditation, bien que, je pourrais jamais réveiller endormi ma conscience, parce qu'ils ont commencé à croire que certaines de mes opinions personnelles sur les origines de cette personnes tellement ancienne, qu'elles étaient vraies. Et même ceux sur la disparition du présent et de nombreuses autres grandes civilisations antiques de notre planète.
En lisant ce livre, vous découvrirez que certains monuments égyptiens ont été construits pour transmettre un patrimoine antique de la connaissance. Et ils dissimulé des renseignements pour faire la lumière sur nos origines et notre avenir.
Le théâtre de mes investigations est très large : de la création de l'homme à l'arbre de vie ; depuis le déluge au pilier Djed ; le nuage d'Ezéchiel à Vimana hindou, de Moïse à l'arche de l'Alliance ; d'Abraham à Akhénaton ; de l'Atlantide au triangle des Bermudes ; par Orion à SIRIUS...

Et pourtant... le Sphinx à la ceinture d'Orion ; de Stonehenge à Merlin ; d'Imhotep à Narmer... jusqu'à ce que les livres de Thot étaient cachés dans la chambre de la connaissance cachée et protégées dans les bunkers où se trouvent encore granit, à l'intérieur de la grande pyramide...

adapté de "à la recherche de livres de Thot", Daniela Bannerman
AS   Alla ricerca dei libri di Thot .
È necessario un metodo per investigare la verità delle cose. Cartesio...
La mitologia - teogonia e credenze fantastiche degli antichi - è materia di studi umanistici, ma viene considerata per lo più priva d’ogni fondamento. Dopo aver letto racconti, poemi, saghe ed epopee (dove i protagonisti sono gli dèi), gli studiosi  pensano d’aver capito tutto riguardo le religioni e le superstizioni di molte civiltà del passato… e forse anche sulle loro abitudini, scoperte attraverso la letteratura e la scrittura. Ma siamo proprio sicuri che gli antichi miti non nascondano – in realtà – qualcosa di molto più importante?
Nel 1870, Heinrich Schliemann eseguì una serie di scavi in Turchia, perché era convinto di poter trovare le rovine di Troia. Dimostrò di avere ragione, perché le trovò… e con questa sua straordinaria scoperta dimostrò al mondo degli scettici che l’Iliade non era solo una raccolta di leggende. Nel 1917, sotto la direzione di R.Koldewey, furono ultimati in Iraq i lavori per riportare alla luce le imponenti rovine di Babilonia, già scoperti nel secolo precedente. Si trattava in realtà dei resti della città che Nabucodonosor II[1] aveva riedificato sul sito di quella precedente molto più antica, utilizzando ancora una volta la struttura dello ziggurat, cioè un’alta “torre” piramidale con scalinate esterne. I Sumeri, che la costruirono per primi, la chiamarono KA.DINGIR (porta degli dèi), in accadico veniva chiamata BAB.ILANI (con lo stesso significato), e in semitico BABEL, come si legge anche nella Bibbia[2]. La città di Babilonia sorgeva presso una collina che si chiama ancor oggi Babil, vicino all’attuale Hilleh (80 Km a sud di Bagdad, sul fiume Eufrate). I celeberrimi miti babilonesi di Atrahasis e di Gilgamesh, che furono creduti per anni solo racconti leggendari, in realtà descrivono fatti, luoghi, date e nozioni astronomiche. Recentemente si ritiene che il luogo nascosto tra le montagne dei cedri, definito “Crocevia di Ishtar” sulla Cresta di Zaphon[3] (vi fu trasportato anche Ezechiele, a bordo di uno dei mezzi volanti con cui si spostavano gli dèi), regno mitico del dio Ba’al, si trovasse presso Baalbek, in Libano, nel sito archeologico dove ci sono le rovine di una ciclopica struttura in pietra - comprendente monoliti del peso medio di 500 tonnellate (ce ne sono tre che ne pesano oltre 1.000) l’uno – dall’aspetto di un’immensa piattaforma alta una decina di metri. Nessuno sa come sia stato possibile realizzare un’opera edile con pietre di queste dimensioni (né tanto meno chi e quando possa averla fatta), sia perché la cava più vicina dista più di un chilometro (di strada impervia di montagna), sia perché oggi come oggi non esiste ancora alcuna attrezzatura in grado di sollevare un masso di 1.000 tonnellate! Un labirinto sotterraneo di tunnel percorre questa piattaforma antichissima, e sopra di essa – in epoche diverse –  Greci e Romani edificarono colossali templi dedicati a Zeus-Giove, sfruttando il livellamento esistente. Il  risultato fu il più imponente complesso religioso di culto a Giove dell’antichità, che fu costruito sopra quest’area sacra, proprio per sfruttare la sacralità stessa e aumentarne la potenza.
I miti egizi hanno un fondamento che va ben al di là della semplice storia o religione: esisteva una vera e propria classe iniziatica, tra i sacerdoti, in possesso di conoscenze inimmaginabili. Anche mistiche. La leggenda dice che tutte queste conoscenze furono riportate nei “Libri di Thot”, e questi si trovano all’interno della “Camera della Conoscenza”. E siccome io credo che le leggende abbiano sempre una base di vero… mi sono proposta di condurre una serie di investigazioni, per capire di cosa si tratta e dove sono finiti. Thot era il dio egizio inventore della scrittura geroglifica e di tutte le scienze, compresa la matematica e la medicina … conosceva l’Universo e misurava la Terra… ed è identificato con Ermete Trismegisto, con Mercurio e perfino con Enoch… Nel viaggio nell’aldilà presiedeva alla pesatura dell’anima del defunto: anche la bilancia era una sua invenzione!
La Religione e la Filosofia si sono spesso e inevitabilmente incrociate, durante la scrittura di questo libro; infatti il lettore vedrà trattati molti argomenti diversi, ma in stretta relazione tra loro: partendo da Giza e dalla Piramide di Cheope, vedremo come essa ci porterà a toccare temi come i Misteri, Atlantide, la corrente New Age, l’Astronomia, la Fisica, la Genesi, l’Ufologia, lo Yoga, Dio. Le informazioni che ho fornito saranno probabilmente interpretate - da qualcuno – come eretiche, da altri ridicole o tutt’al più ipotetiche… Inoltre conosco bene il punto di vista della stragrande maggioranza degli egittologi. Senza nulla togliere al merito delle loro enormi fatiche, la maggior parte di essi ha un’opinione alquanto imbarazzante sugli antichi Egizi. Che erano, invece, i custodi di molti Misteri. I conoscitori della Verità. Gli ultimi custodi della Genesi. Ma io credo tuttavia che tra i lettori più sensibili, alcuni avvertiranno delle sensazioni talmente forti che non li faranno dormire. E probabilmente molti, leggendo questo libro, si entusiasmeranno perché riconosceranno le conferme alle loro stesse teorie. Altri mi vedranno come una visionaria, solo perché quanto espresso non corrisponde affatto al loro modo di vedere le cose. Invece io vorrei che il lettore affrontasse gli argomenti di questo libro senza preconcetti. Con la mente libera da pregiudizi, come un bambino quando ascolta o legge: legga e pensi. Giudichi dopo.
L’UTOPIA:
Matematici, archeologi, astrofisici, geologi, biologi, chimici, architetti, ingegneri, paleontologi, storici, linguisti, biblisti, orientalisti, sensitivi, ufologi, alchimisti, teologi, e filosofi …tutti insieme per passione!
Un “Gruppo Mondiale” di discussione e di lavoro ai massimi livelli, formato da persone accomunate dalla stessa passione per l’Egitto, sarebbe l’utopica soluzione in grado di trovare la Verità che gli antichi conoscevano… e magari anche l’Arca dell’Alleanza, e la Camera dei Documenti dove tenevano nascosto quello che stiamo ancora cercando. Dovrebbero semplicemente interpretare tutto con chiavi di lettura completamente diverse! Senza preconcetti e pregiudizi. Usare le conoscenze già acquisite, e rivederle insieme con chi la pensa in modo diverso. Fare un lavoro di gruppo. Mettere da parte per una volta tanto – magari per la prima volta nella vita – la presunzione d’essere nel giusto, e fare (quando possibile) come Galileo Galilei: provare le teorie, per dimostrarle; e poi ripetere le stesse in altri casi, per vedere se l’esattezza della teoria è ripetuta. Parlo anche delle teorie degli altri. Emergerebbe ben presto, per esempio, che gli antichi Egizi applicavano la matematica e la fisica a ogni cosa: ai templi, alla scrittura, alla religione, all’astronomia, all’agricoltura, alla tecnologia. Conoscevano il pi greco e la sezione aurea molto prima di Pitagora, come si può facilmente dimostrare. E come ha già dimostrato R.A. Shwaller de Lubicz[4], che però non ottenne gloria ufficiale per questa e altre sue scoperte illustrate e dimostrate, che lo impegnarono tutta la vita. Egli intuì anche che i geroglifici non andavano interpretati “alla lettera”, ma soprattutto simbolicamente, ottenendo finalmente traduzioni che dessero un senso logico alle frasi. Si potrebbe finalmente dare un senso logico a molti testi antichi (uno per tutti: i testi delle piramidi), lavorando insieme per provare a capire cosa nasconde il simbolismo esoterico, usato per esprimere concetti sicuramente diversi da quelli insensati ufficialmente dati per buoni. Chissà se l’autore si “rivolta nella tomba”, o piuttosto invece sghignazza per la nostra ottusità mentale? Secondo me, dall’alto della sua Sapienza, egli ci compatisce per la nostra incapacità di capire il messaggio lasciato in eredità come testamento artistico. Con un impegno del genere, e con la collaborazione totale e incondizionata del governo egiziano, nel giro di pochi anni il muro che da migliaia di anni c’impedisce di conoscere la Verità, cadrebbe per sempre. E la gloria sarebbe tale, dopo un’impresa del genere, che da tutto il mondo giungerebbero i plausi e gli onori. E gli egittologi, che oggi deridono e disprezzano i tentativi di demolire teorie palesemente impossibili (che continuano tuttavia a essere ritenute esatte ed insegnate, benché senza prove certe), sarebbero di conseguenza i primi a essere orgogliosi del loro indispensabile e preziosissimo lavoro, senza il quale non solo non sapremmo ancora nulla sull’Egitto, ma probabilmente la Sfinge sarebbe ancora sotto la sabbia. Infine vorrei aggiungere che se in questo libro mi sono permessa di mettere in discussione alcune interpretazioni riguardanti certi capitoli delle Sacre Scritture, è perché mi sono resa conto che tutti gli antichi Testi Sacri del mondo sono accomunati da un particolare: sono incomprensibili. O meglio: sembrano criptati. Si potrebbe quasi pensare che l’ignoto autore abbia voluto mettere nero su bianco i ricordi e le profezie dei suoi antenati, i quali avevano avuto a che fare con esseri tanto evoluti da riuscire a spacciarsi per dèi, ed abbia scelto di raccontarli come una serie di visioni telepatiche avute in sogno. Affinché il suo libro non fosse screditato, narrò in modo tale che le fonti sembrassero messaggi divini, o rapimenti celesti. E spesso lo furono. Per farsi intendere dai sapienti dell’epoca, fece in modo di rendere i fatti (inspiegabili a lui stesso) più credibili, e questo lo indusse spesso a usare parabole durante le sue descrizioni. L’attento cronista – intenzionalmente o no – ha fatto in modo che fosse frainteso il vero significato. Spiegò una “Realtà” verosimile, che fece passare per “Verità”. È evidente che quando i Sapienti delle generazioni successive, a loro volta, cominciarono a interrogarsi sul significato, si trovarono di fronte a molti dogmi. E tali dogmi persistono ancora. Come i Testi delle Piramidi, anche la Torah, la Bibbia, il Vangelo e il Corano furono scritti per non essere discussi; anche il Libro di Enoch è dogmatico, ma non rientra nelle fonti ufficiali. Alcuni antichi testi sumeri, che parlano della genesi umana, forniscono interessanti versioni che meritano d’essere prese in considerazione, se non altro perché erano dogmatiche per i Sumeri. Così come andrebbero rivisti molti dogmi presenti in antiche religioni e culture meso-americane, nord-americane, indiane, asiatiche, nonché europee. L’uomo antico, con i suoi limiti e le sue superstizioni, ci ha lasciato molte favole e meravigliosi miti. Io mi sono chiesta come mai – a un certo momento della storia del nostro pianeta – gli uomini abbiano cominciato a raccontare queste storie sugli dèi. E come mai alcune di loro abbiano molte analogie sconcertanti… Molti giudicano le tracce antidiluviane che i nostri predecessori ci hanno lasciato solo vecchi sassi. Ma non si può semplicemente ignorarle! Così come non si può continuare a ignorare la Verità riguardo Adamo ed Eva. E siccome, soprattutto in Egitto, ci sono migliaia di tracce e di coincidenze, vorrei ricordare una famosa frase della scrittrice di romanzi polizieschi Agatha Christie: “Una coincidenza è solo una coincidenza; due coincidenze sono due coincidenze; tre coincidenze…  sono un indizio! ”
Un’ipotesi: …e se tra 40.000 anni, i nostri pronipoti - sopravvissuti a un evento catastrofico che aveva provocato la scomparsa quasi totale della nostra razza - riuscissero a tradurre la nostra scrittura, scoprendo in qualche sito archeologico del XX secolo una specie di Stele di Rosetta? Magari una targa in acciaio con inciso un episodio commemorativo in italiano, russo e cinese. E supponiamo che essi conoscessero già sia il cinese, che il russo… Una volta trovata la chiave di traduzione per l’italiano, interpreterebbero subito, senza troppe difficoltà, la targa in questione, e magari alcune altre relative a fatti storici, località turistiche, etc. Una volta impratichitisi, comincerebbero a tradurre alcuni volumi che si erano fortunatamente conservati : una copia della Divina Commedia, una della Bibbia, una dell’Iliade, e la traduzione dal greco di un testo antico copiato dai monaci amanuensi… Dopo aver ottenuto un risultato a dir poco imbarazzante, i nostri discendenti concluderebbero d’aver avuto dei progenitori ignoranti o per lo meno grezzi nella scrittura, perché scrivevano testi poco comprensibili. E anche quando trovarono un vecchio CD, pensarono che si trattasse di una ruota, finalmente inventata. E quando, durante gli scavi, trovarono una cattedrale gotica, ancora piena di statue e di quadri di Santi, “capirono” subito che quella doveva essere stata la tomba di Gesù, e anche che la nostra religione pullulava di dèi e di dèe. Quella era la Realtà che appariva ai loro occhi. Non era la Verità, ma la Realtà, che è tutta un’altra cosa.. Con questi presupposti, nella ricerca della mia Verità, io credo d’aver scoperto anche un po’ di quella egizia.
Premessa
La mia infanzia ha forse seguito un’altra mia età, morta prima di essa? Forse quella che ho vissuto nel ventre di mia madre? E ancora, prima di quella vita, o Dio della mia gioia, io esistevo già in qualche altro luogo o altro corpo? S.Agostino (dalle Confessioni)

Per anni non avevo capito. Ero semplicemente affascinata dall’Egitto, come da un’ossessione. Nella mia mente “sentivo” che quello era il punto di arrivo e di partenza di tutto. Studiavo, leggevo, scrivevo, disegnavo, misuravo, per vedere se ero capace di pensare e ragionare come un antico egizio. Avevo la sicurezza che solo in questo modo sarebbe stato possibile capire chi erano veramente io. E chi ero stata. Sentivo fortemente il richiamo alla mia consapevolezza, ma non ne ero ancora conscia. Un giorno, decisi di fare un esperimento di cui si parlava in una rivista che stavo leggendo… però bisognava prima costruirsi una piramide di cartoncino. Mi sembrava facile ed ero curiosa di sperimentare… Senza andare al Cairo, seguendo le istruzioni fornite, ottenni con le mie mani una piramide alta una quindicina di centimetri, fatta con le stesse proporzioni geometriche di quella di Cheope. Una volta incollati i lati con del nastro adesivo, mi serviva una bussola per orientarla esattamente con i quattro punti cardinali; girai qualche giorno, finché ne trovai una abbastanza economica in un negozio di cartoleria. Appena tornata a casa, posizionai immediatamente i quattro lati della mia piramide, e sistemai al suo interno una specie di piedistallo a circa 1/3 dell’altezza (nella Grande Piramide la Camera del Re si trova a circa 1/3 dalla base!), proprio sotto il vertice. L’autore dell’articolo indicava di prendere una lametta da barba non più affilata, e sistemarla su di esso, in modo che i lati delle lame fossero orientati a est-ovest… perché così si sarebbero affilate! Non avendo a disposizione niente che assomigliasse a una lametta, ma volendo trovare lo stesso qualcosa da affilare, cominciai a rovistare nei cassetti di casa, alla ricerca di un oggetto adatto e piccolo abbastanza, vista la “taglia” della mia piramide: trovai un vecchissima forbicina da ricamo, che tenevo nel comodino solo per ricordo, essendo stata di mia nonna (che è morta a 93 anni nel 1984). Era talmente vecchia, che l’acciaio aveva perduto la cromatura in vari punti, tanto da sembrare ferro, e le due lame erano così scure, da sembrare ruggini. Inutile dire che non tagliava. Delicatamente l’appoggiai sul piedistallo, dopo averla completamente aperta per esporne le lame. Dopo una settimana, sollevai la piramide per controllare, e mi trovai davanti a una scena incredibile: la forbice appariva curiosamente molto unta, e così con un fazzoletto di carta l’asciugai un po’, facendo attenzione a non strofinare: la carta diventò tutta marrone d’unto, e la forbicina appariva già molto diversa. La rimisi nella posizione di prima, sotto la piramide. Ogni settimana controllavo, senza toccare, perché ero troppo curiosa di vedere l’evoluzione. Ci volle quasi un mese, perché l’esperimento si concludesse, dato che avevo scelto un oggetto molto usurato (e pensare che era consigliato di non usare una lametta ossidata, ma solo una non tagliente!). Fui eccitatissima per il risultato ottenuto (la forbicina tornò quasi lucida e tagliò subito e benissimo alla “prova del fuoco”, davanti a mio marito, che non credeva ai suoi occhi, essendo stato scettico fin dall’inizio). Decisi allora di fare anche il secondo esperimento (che avevo scartato perché io stessa non lo credevo possibile): questa volta si trattava di far mummificare un pezzo di carne cruda. Provai con una bistecca (arrotolata stretta, per farcela stare). Dopo una settimana volli curiosare, sicura di trovare i vermi, essendo Luglio. Invece la bistecca era sempre là, apparentemente uguale. Nessun odore diverso da quello che aveva una settimana prima… sembrava appena  messa. Dopo altri 15 giorni, stessa cosa. Non capivo. Nel frattempo la piramide era stata messa sopra un vecchio armadio, perché mi serviva la scrivania libera, e così, alla fine, ce ne dimenticammo… Verso la fine di Settembre, mi capitò di leggere un libro di Herbie Brennan, in cui si parlava di questo esperimento, in relazione ad alcune teorie sulla Grande Piramide…corsi nella camera degli ospiti con la scaletta e ritrovai la mia piramide un po’ impolverata: la bistecca era simile a un sigaro avana, nel senso che s’era mummificata. Naturalmente nessun odore. Decisi che non potevo più aspettare. Dovevo andare in Egitto. La Grande Piramide era diventata la mia ossessione e – senza esagerare – me la sognavo anche di notte! Vivevo, nei sogni, una vita talmente reale, che mi deprimeva il risveglio. Sarei voluta restare “di là”. A casa mia, in Egitto. Poi, ai primi di Novembre, ci andai. Finalmente! E da quel momento la mia vita non è più stata più la stessa. Sconvolta dalle sensazioni provate, dai “dejà vu”, dai ricordi, dai sogni e sempre più attratta dal solito richiamo, al ritorno dal primo viaggio, “casualmente” ho cominciato ad avvicinarmi a varie filosofie, nella ricerca inconsapevole di risposte; e così, finalmente, ho cominciato a trovare quello che cercavo… Nulla di quanto succede è mai casuale: lo capisco adesso che sto cominciando a ricomporre i frammenti del mio lungo cammino di conoscenza iniziato molti, molti, molti secoli fa. Il mio percorso è appena iniziato. Ogni giorno, ogni notte, molto lentamente, ma ineluttabilmente, mi dirigo verso l’obiettivo. E l’obiettivo è la Verità. L’obiettivo è Maat. L’assoluto Unico di cui facciamo parte nel Cosmo. Dio, l’Assoluto, il Divino, il Creatore, il Tutto Cosmico di cui siamo piccole particelle… nei millenni gli abbiamo dato molti nomi su questo pianeta, ma si tratta sempre di Dio. E Dio è Dio in tutto il Cosmo…. e noi siamo parte di Dio. Finalmente, le nebbie si stanno dissolvendo e la Verità sta cominciando a rivelarsi nella mia mente. Questo libro è il risultato di anni di studi “indipendenti”, di viaggi e di ricerche storiche, filosofiche e introspettive, alla ricerca delle radici umane. Ma anche, e soprattutto, delle mie radici. Il mio primo viaggio in Egitto è stato fondamentale, perché ne sono ritornata completamente trasformata, avendo ricevuto una serie di input che hanno poi determinato la ricerca della consapevolezza del mio vero Essere, ovvero del mio Sé. Al mio ritorno “a casa” ho capito che non mi sentivo più a casa: una sete insaziabile di “ritrovarmi” mi ha portato a interrompere tutte le cose alle quali mi stavo dedicando per portare a termine questo libro, che avevo iniziato già da qualche tempo, ma al quale mancava sempre un “qualcosa”… e decisi quindi di trovarlo, dopo aver compreso che quello che cercavo si trovava dentro di me. La vita non è solo mera ricerca di successo o di denaro, o del potere materiale. C’è un motivo preciso se stiamo vivendo: altrimenti non saremmo mai venuti “al mondo”! Io l’ho scoperto dopo il mio primo viaggio in Egitto. Avevo mille domande, da anni, ancora prima di partire. Ed è valsa la pena averle, perché continuando a cercare, ho cominciato a trovare le risposte, molte delle quali si trovavano già dentro di me: stanno cominciando a rivelarsi. Spero che da questa lettura a molti venga voglia di approfondire la loro conoscenza sulle verità nascoste dell’antico Egitto, recandovisi. Forse qualcuno si potrà ritrovare, come è successo a me. Risvegliare la propria Coscienza, conseguire il proprio Sé divino, è un diritto di tutti. Ma bisogna, prima, capire che non siamo qui di passaggio! O per caso. Nulla è a caso. A tutti quelli che non sono ancora mai stati in Egitto, consiglio quest’esperienza incredibile, ma anche a chi c’è stato frettolosamente, perché probabilmente leggendo le prossime pagine potrà rivivere emozioni dimenticate o provarne altre del tutto impensate, e magari sentirà un forte desiderio di ritornarci. Spero, nelle prossime pagine, d’esser riuscita a incuriosire i più “distratti”, e a scuotere i più “indifferenti”.
Per la stesura di questo libro mi sono avvalsa dei miei lunghi studi sull’antico Egitto e su altre importanti civiltà e religioni, di innumerevoli visite a importanti musei e biblioteche, dei miei appunti di viaggio, del mio istinto, e infine delle esperienze di autoconoscenza che di recente mi si stanno rivelando, specialmente da quando ho iniziato la ricerca della Verità attraverso la meditazione, lo Yoga e il Clearing. Oltre a tutto ciò, per anni mi sono spremuta le meningi con l’ausilio di un goniometro, un compasso e una squadra, per creare disegni geometrici, misure e calcoli a non finire sulla Piramide “cosiddetta” di Cheope. Anche se lo avevano già fatto tanti altri. Ognuno ragiona con la sua testa, raggiunge da solo le sue conclusioni. Ed è per questo che non mi sono mai accontentata delle supposizioni degli altri. Ho condiviso alcune teorie e altre No. Senza l’esperienza onirica e infine quella meditativa, però, non avrei mai potuto risvegliare la mia coscienza assopita, perché da esse è partita la convinzione che certe mie opinioni personali sulle origini di questo popolo così antico erano vere. E anche quelle sulla scomparsa di questa e di molte altre antichissime grandi civiltà del nostro pianeta. Durante la lettura di questo libro, scoprirete che alcuni monumenti egizi sono stati costruiti per tramandare un antico retaggio di conoscenza. E che in essi sono celate informazioni utili a far luce sulle nostre origini e sul nostro futuro. Il teatro delle mie investigazioni è molto vasto: dalla Creazione dell’Uomo all’Albero della Vita; dal Diluvio Universale al Pilastro Djed; dalla nuvola di Ezechiele ai Vimana indù, da Mosè all’Arca dell’Alleanza; da Abramo ad Akhenaton; da Atlantide … al Triangolo delle Bermuda; da Orione a Sirio …
E ancora… dalla Sfinge alla Cintura di Orione; da Stonehenge a Merlino; da Imhotep a Narmer… fino a quando i Libri di Thot furono nascosti nella Camera della Conoscenza Nascosta, e protetti nel bunker granitico dove tuttora si trovano, all’interno della Grande Piramide...
tratto da “Alla ricerca dei libri di Thot”, di Daniela Bortoluzzi


23/10/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres