GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

Dans 40 jours Babylone sera détruite

Attention – Louis d’Alencourt (du site le grand réveil) se mouille : Dans 40 jours Babylone sera détruite !

17Mar
Apocalypse-Now2
 

Le ton est grave, je n’ai jamais vu Louis dans cet état ! “C’est sûrement l’article le plus important que je n’ai jamais eu à rédiger.” Louis sent quelque chose, on le sent tous mais lui le sent proche , voici son mail :  

 
“Chers amis,
 
C’est sûrement l’article le plus important que je n’ai jamais eu à rédiger.
 
Ce message est essentiel, vous devez le lire même s’il est long.
Dieu nous donne une ultime chance de nous racheter avant les châtiments, sachez la saisir, il n’y en aura plus.
 
Ci-joint la version longue de l’article, en pdf ; sinon la version courte est lisible sur le blog :
 
 

Que Dieu vous garde et vous bénisse.”

 
Et si Louis d’Alencourt  se mouille autant , je dit : ATTENTION ! En plus il pourrait très bien être juste, comme il a failli l’être pour la 3e guerre mondiale en septembre, où nous sommes passés très prés ! car nous sommes entrés dans une phase d’accélération de l’effondrement économique et civilisationnel … 
Croyants ou pas , écoutez ce qu’il a à dire …..
 

Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance 

Cette fois-ci je me mouille. Pour la première fois, je vais dévoiler une très grosse présomption, calculée et argumentée. Ce n’est pas une prophétie, mais une prévision, une possibilité, un scénario.

A force de tourner autour, ai-je enfin compris le scénario divin ? Je ne sais pas, l’avenir nous le dira. Je sais juste, comme l’archange Gabriel l’a dit à Daniel : « Sache que le secret de tes prophéties ne sera pas découvert avant le temps fixé par Dieu » et que « les paroles que tu as entendues sont scellées jusqu’au temps marqué. »

Attention, je n’ai mis en ligne qu’un extrait de l’article, l’essentiel. Pour connaître l’ensemble de l’argumentation et ses détails, je vous invite à télécharger l’article complet ici : Dans 40 jours Babylone sera détruite. Imprimez-le et lisez-le à tête reposée, car l’information est dense.

Comme j’ai déjà été critiqué pour avoir complété mes recherches par des documents ou des événements liés à l’adversaire (Satan), je précise que cette fois-ci, je vais m’appuyer exclusivement sur la Sainte Ecriture, Ancien et Nouveau Testament.

Préambule

Il est nécessaire d’intégrer au préalable quelques notions de base essentielles afin de bien appréhender le calendrier de la fin des temps.

a) Le temps est compté à Satan

Je cite Don de Monléon, commentant les visions de Daniel : « Dieu ne concède aux puissances humaines qu’un délai limité. Il leur a assigné des termes, dit Job, qui ne peuvent être dépassés. Il leur laisse aussi un temps pour faire pénitence ; après quoi, s’ils n’en profitent pas, c’est la mort éternelle. » Cette phrase résume très bien l’enseignement des Pères de l’Eglise. Le plan de Dieu concernant les humains a un début et une fin ; le diable ne peut pas tout faire, il a des limites, et surtout le temps lui est compté.

Le dialogue de Léon XIII du 13 octobre 1884 nous a permis de savoir que le dernier temps accordé à Satan était de 100 ans. Restait à identifier quand celui-ci commencerait ; je vous l’ai dit, en 1914. Deuxième notion importante à conserver dans un coin de sa tête : Dieu nous laisse un temps pour faire pénitence, mais ce temps lui aussi a une fin. Après la miséricorde, la justice.

b) Satan a des limites

On vient de le voir, Satan ne peut pas tout faire. Mais jusqu’où peut-il aller ? Je vais y répondre ici sous l’angle de la durée, puisque c’est le sujet qui nous intéresse. La réponse est une fois de plus dans le livre de Daniel.

Dans le chapitre 3 du livre de Daniel, les trois compagnons hébreux de ce dernier sont condamnés par Nabuchodonosor à être brûlés vifs pour avoir refusé d’adorer son idole. Ils sont jetés dans une fournaise. Les flammes, nous dit le texte, crépitaient avec fureur, s’élevant jusqu’à 49 coudées au-dessus de la fournaise (Daniel 3, 47). Flammes qui ne font aucun mal aux trois jeunes gens, qui en sortiront sains et saufs.

Don Jean de Monléon, dans son livre Le prophète Daniel, nous donne l’explication de cet épisode : “Malgré les efforts des bourreaux, la flamme ne montait qu’à 49 coudées, elle n’arrivait pas à cinquante… Pourquoi cela ? Parce que 50 est le chiffre de la Pentecôte, le symbole de la transformation totale que, seule, la grâce du Saint-Esprit est capable d’opérer dans l’homme.” Par conséquent, “le démon ne peut dépasser 49 coudées, parce qu’il est incapable d’agir efficacement sur le fond de l’âme, sur la volonté, si celle-ci est résolue à tenir bon.”

Oui, vous avez bien lu : le diable est limité à 49 ! Il n’a pas le droit d’aller jusqu’à 50, le chiffre en jours qui sépare la Résurrection de la Pentecôte. La différence entre Dieu et le diable, c’est ce +1, ce 50 inatteignable pour le malin. C’est très important car ce 49 explique beaucoup de choses. Il va expliquer des chiffres (le 13 par exemple), des périodes, mais aussi l’importance de la Pentecôte comme repère dans les derniers temps.

c) Il existe un compte long et un compte court

Les prophéties, vous le savez, utilisent un langage allégorique qui rend leur interprétation difficile. N’est pas eschatologue qui veut (l’eschatologie, je le rappelle, étant l’étude de la fin des temps via les prophéties).

Mais souvent, il y a aussi un sens mystique et un sens terrestre. Par exemple, un tremblement de terre dans l’Apocalypse peut à la fois signifier un événement important dans l’Eglise (la perte de la foi, par exemple) et un séisme réel. Il faut donc se méfier des conclusions hâtives et des explications trop littérales. Un symbole peut avoir uniquement un sens mystique ou uniquement un sens terrestre, ou les deux.

Je vais encore compliquer les choses : les grands textes prophétiques que sont l’Apocalypse, les visions de Daniel, les passages d’Ezechiel ou d’Isaïe, ont probablement une double signification en terme de durées : un compte long et un compte court. C’est-à-dire qu’on peut lire deux durées selon le moment où on se place et que pour chacune de ces durées, les événements ne sont pas les mêmes.

Quelqu’un de bien plus savant et érudit que moi m’a révélé un jour qu’à la fin des temps, il ne fallait plus compter en années mais en jours. J’ai mis du temps à comprendre et puis finalement vous allez voir que cette allégation est probablement la clé de la fin des temps.

Le compte long

En compte long, la règle communément admise dans la bible est d’un jour pour un an. Donc 1260 jours (Apocalypse) = 1260 ans Ou 70 semaines (visions de Daniel) = 490 ans Notez au passage que les 70 semaines de Daniel font 49, notre fameux chiffre correspondant à la limite du diable.

Selon les mêmes modalités, on peut aussi appliquer ce calcul aux mois. Un mois voudrait donc dire 1 an. C’est ainsi que j’avais trouvé que les fameux 42 mois de la bête de l’Apocalypse étaient en réalité 42 ans, et même 84 ans, car la durée doit être doublée selon la règle biblique que 1260 jours font 2520 soirs et matins. Une façon allégorique de suggérer de doubler la durée. Et 84 ans c’est exactement la durée qui sépare les accords de Latran (11 février 1929) à l’annonce de la démission de Benoît XVI (11 février 2013). Je l’avais appelé « 70ème semaine de Daniel » ce qui en fin de compte était erroné, mais comme je le reconnais moi-même, plus je progresse et plus j’affine mes interprétations.

Le compte court

Il ne s’agit plus ici de règles bibliques admises, mais d’une proposition que je fais.

Si à la fin des temps on doit compter en jours, cela veut dire qu’il faut adapter les durées de la même manière. C’est-à-dire : - Les 490 ans de Daniel deviennent 490 jours - Les 42 mois de la bête de l’Apocalypse deviennent 42 jours - Les 5 mois de la 5ème trompette deviennent 5 jours Etc…

Pourquoi ce calcul est-il plausible ? 1) Parce que nous retrouvons le 49, sachant qu’il s’agit d’une limite réelle donnée à Satan ;

2) Parce que 42 jours expriment bibliquement la même durée que 40 jours, et 40 jours c’est le chiffre de la purification ;

3) Parce que le carême dure en réalité 45 jours (40 jours + les dimanches) ; or dans sa vision, Daniel ajoute à la 70ème semaine un temps de 45 jours (« heureux celui qui attendra 1335 jours »).

1. Introduction

Notre-Seigneur Jésus-Christ a pris la peine de nous expliquer les circonstances de son retour, dans ce qui est probablement la prophétie la plus claire de toutes. Il suffit de la lire. Cette prophétie, appelée aussi évangile eschatologique, est rapportée en Matthieu 24, Marc 13 et Luc 21.

Mais on oublie souvent que dans son chapitre 17, saint Luc aborde déjà le sujet en donnant des précisions complémentaires, à savoir le passage concernant Loth.

Enfin, Notre-Seigneur utilise aussi le signe de Jonas pour symboliser sa Passion, en Matthieu 12 et 16 (donc deux fois), Marc 8 et Luc 11.

Pourquoi réutiliser le signe de Jonas à la fin des temps ? Tout simplement parce que si Jésus cite le signe de Jonas pour sa Passion, il en ira de même pour la Passion de son épouse mystique, l’Eglise.

Récapitulons les informations importantes que nous donne Notre-Seigneur, en compilant l’ensemble des évangiles précités.

a) Jésus met en garde sur la période antichristique : il explique que beaucoup viendront en son nom et se feront passer pour de faux prophètes. Bref il nous parle d’antéchrists au pluriel et non pas d’un seul. Et il insiste beaucoup sur cette notion. Il ajoute que l’évangile doit auparavant être enseigné à toutes les nations.

b) Jésus en explique les conséquences : Guerres, famines, tremblements de terre en différents endroits, mais aussi dissensions dans les familles, perte de la charité, progrès croissants de l’iniquité. Un résumé du dernier siècle.

c) L’abomination de la désolation : Jésus s’arrête sur un épisode essentiel : « l’abomination de la désolation annoncée par le prophète Daniel, établie en lieu saint ». A partir de ce moment-là, il faut sortir obligatoirement du monde, abandonner notre vie matérielle et futile, fuir ce monde satanisé sans regrets : s’enfuir dans les montagnes, ne pas revenir chercher son manteau, ne pas redescendre dans sa maison. Il s’agit du « Sortez de Babylone mon peuple » (Apoc. 18, 4) Jésus nous renvoie lui-même au livre de Daniel pour comprendre cette abomination. Or cet épisode est rapporté dans les visions de Daniel, justement avec les fameuses 70 semaines : “Et le peuple d’un chef qui viendra détruira la ville et le sanctuaire, et sa fin sera dans l’inondation, et jusqu’à la fin il y aura guerre, ce qui est décrété touchant la dévastation. Il conclura une alliance ferme avec un grand nombre pendant une semaine ; et au milieu de la semaine, il fera cesser le sacrifice et l’oblation, et sur l’aile des abominations viendra un dévastateur, et cela jusqu’à ce que la destruction et ce qui a été décrété se répandent sur le dévasté.” (Daniel 9, 26-27) C’est donc au milieu de la dernière semaine qu’aura lieu l’abomination de la désolation, c’est-à-dire la fin du sacrifice et de l’oblation.

d) Jésus nous explique le déroulé de la fin : - « Après cette tribulation (…) le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles du ciel tomberont, et les puissances des cieux seront ébranlées » : ceci ressemble beaucoup aux trois jours de ténèbres décrits dans de nombreuses prophéties. - « Le signe du Fils de l’homme apparaîtra dans le ciel » donc la croix, « alors on verra le Fils de l’homme venir dans les nuées. »

e) Jésus nous donne des repères précis : 1. Noé et le déluge 2 Loth et la destruction de Sodome Dans les deux cas, il rappelle que les hommes seront insouciants à ce moment-là. C’est-à-dire que nombreux sont ceux qui continueront à vivre normalement ; seuls les justes, symbolisés par les familles de Noé et de Loth, prendront leurs précautions (spirituellement bien entendu) et seront sauvés. Ces notions sont très importantes car malgré les avertissements du ciel, la plupart des hommes refuseront de changer, refuseront l’ultime miséricorde de Dieu. Je le vois bien autour de moi, y compris sur le blog, nombreux sont ceux qui restent sur leurs positions malgré les messages d’alertes que je publie. Il faut donc être très vigilant car, et je me répète, une fois que les châtiments sont enclenchés, il est trop tard pour regretter ses péchés et faire pénitence. Rappelez-vous le début de ce texte : il y a un temps pour la miséricorde et il y a un temps pour la justice. 3. Le signe du figuier

Alors quels seront les ultimes signes de la miséricorde de Dieu ? Si on suit ce qu’a dit Notre-Seigneur, il y en aura trois : - Le signe de Jonas, qui est aussi celui de Loth - L’avertissement de Noé 7 jours avant le déluge - Le signe du figuier (pour ce dernier, se reporter à l’article long)

2. Le 21 décembre 2012 décompte la dernière période accordée à Satan

J’ai créé le blog le Grand Réveil à cause du 21 décembre 2012, car je pensais avoir compris quel en était le message caché.

En effet, pourquoi avoir choisi une civilisation pseudo-avancée qui en réalité procédait à des sacrifices humains et adorait le dieu serpent Quetzalcoatl (une représentation courante de Satan) pour symboliser la fin du monde ? En se basant sur un calendrier suffisamment compliqué pour pouvoir lui faire dire n’importe quoi, pourquoi et qui a eu la puissance de faire focaliser le monde entier sur cette date ?

Une seule réponse possible : Satan par l’intermédiaire des puissantes sociétés secrètes à son service, que je réunis (à des fins de simplification) sous le vocable Illuminatis, a voulu faire passer un message au genre humain.

Ou mais lequel ? J’ai mis plus d’un an pour comprendre, mais je pense enfin être en mesure de vous donner la bonne explication :

Le temps est compté à Satan et nous le savons. Il est limité à 49, nous l’avons vu. Il en est arrivé presque à la fin de « son » centenaire (1914-2014) selon mes calculs.

Il vient donc nous dire qu’officiellement il lui reste 70 semaines soit 490 jours. Les 70 semaines de Daniel mais cette fois-ci en compte court, donc en durée réelle.

Alors attention, il faut : 1) calculer en années bibliques de 360 jours (12 mois de 30 jours) 2) dissocier la 70ème et dernière semaine des autres.

Soyez attentifs à ce stade-là, c’est essentiel :

21 décembre 2012 + 483 jours (par mois de 30 jours) = le jeudi 24 avril 2014

 dernière semaine : du jeudi 24 avril au jeudi 1er mai

au milieu de la semaine, soit 3 jours et demi après, le sacrifice et l’oblation cessent, soit le 27 avril 2014

Or le 27 avril seront canonisés les papes Jean XXIII et Jean-Paul II.

Jean XXIII est le pape qui a convoqué le concile Vatican II et lui a donné une orientation volontairement moderniste. Avant son élection il était Rose+croix, une société secrète condamnée par l’Eglise. Jean-Paul II de son côté fut le pape qui a développé la religion de l’homme, embrassé le coran, encouragé l’œcuménisme y compris avec des religions qui n’adorent pas le même Dieu (c’est-à-dire le Dieu Trinitaire), et réalisé l’abomination d’Assise. Concernant les miracles nécessaires pour leurs canonisation, dans les deux cas le nombre de miracles requis n’est pas atteint (il en faut au moins deux) et leurs authenticités sont contestées.

Autrement dit, si l’Eglise engage son magistère pour canoniser deux personnes qui manifestement ne sont pas saintes (en tout cas pas suffisamment pour justifier ce titre) elle accomplira pour la première (et la dernière) fois l’abomination de la désolation et elle cessera à ce moment-là d’être l’épouse du Christ. Le dernier coup de lance sera donné le 27 avril et comme par hasard, cela tombe bien au milieu de notre 70ème semaine.

La semaine se termine le 1er mai et le 1er mai, c’est la date de création des Illuminatis par Adam Weishaupt le 1er mai 1776. Le 1er mai est aussi la date anniversaire de la création du suprême conseil de Charleston, et Albert Pike en a fait le jour de l’andes palladistes (secte luciférienne coiffant la franc-maçonnerie internationale).

 

3. Le signe de Jonas : l’ultime avertissement

Les apparitions de la Sainte Vierge à Garabandal préviennent d’un ultime avertissement avant les châtiments. Si c’est le cas, ce sera à mon avis le signe de Jonas puisque Jésus a bien voulu nous en parler, et, on va le voir, la chronologie se tient.

En quoi consiste le signe de Jonas ? Rappelons en quelques mots l’histoire de Jonas : celui-ci est chargé par Dieu d’aller porter un message à la ville de Ninive, en Assyrie. Ninive était à l’époque la plus grande ville du globe, elle avait supplanté à ce moment-là Babylone. Jonas refuse sa mission et s’embarque sur un bateau vers une destination opposée. Dieu provoque une tempête qui aboutit à la conclusion que la présence de Jonas est la cause de cette tempête, et celui-ci est jeté à l’eau. Il est avalé alors par un grand poisson dans le ventre duquel il reste 3 jours et 3 nuits. Le poisson le rejette sur le bon rivage et Jonas part à Ninive délivrer son message : « Encore 40 jours et Ninive sera détruite ». Les gens de Ninive crurent en Dieu, décrétèrent un jeûne et se couvrirent de sacs, du roi jusqu’aux bêtes, et se repentirent de leurs mauvaises actions. Finalement, devant l’attitude de pénitence des ninivites, Dieu épargnera la ville.

Le signe de Jonas que Jésus indique, ce sont les 3 jours que passe ce dernier dans l’obscurité dans le ventre du poisson. Oui mais ce signe est indissociable de la mission de Jonas qui consiste à annoncer que dans 40 jours Ninive sera détruite.

Je crois que le Seigneur Dieu, dans sa très grande miséricorde, va effectivement accorder aux hommes une ultime chance avant le déchaînement de sa colère.

Sauf que le message cette fois-ci sera : dans 40 jours Babylone sera détruite.

Et vous allez comprendre, car nous allons nous raccorder avec l’Apocalypse, et vous constaterez que tout se tient car :

  • 40 jours de prédications de Jonas
  • Sont équivalents aux 42 jours de prédication des témoins (42 jours en compte court)
  • Qui sont eux-mêmes des prophètes, comme Jonas
  • Qui s’intercalent entre la 5ème et la 6ème trompette, qui elles aussi présentent des similitudes avec la période à venir.

3.1 Qui est Babylone

Babylone veut dire confusion. Babylone, c’est la grande ville de Nabuchodonosor quand celui-ci, au faîte de sa puissance, emmène les hébreux en captivité ; c’est alors la capitale du monde antique. Babylone, c’est la ville de tous excès, la ville qui domine le commerce, les échanges, et les transactions financières. Bref Babylone c’est le monde d’aujourd’hui, c’est la société façonnée par Satan depuis un siècle.

Mais cette Babylone est néanmoins personnifiée par le pays créé pour dominer le monde par la trilogie satanique francs-maçons, juifs et protestants, à savoir les Etats-Unis. Or les USA ne dominent le monde que depuis (et grâce à) la première guerre mondiale. Ils abritent l’ONU, autre symbole de Babylone. De plus, tous les autres pays sont dépendants des Etats-Unis : si ceux-ci s’effondrent, la planète suit, et particulièrement le Japon, l’Union Européenne et la Chine.

3.2 Quand les 3 jours de Jonas commencent

Rappelez-vous, j’avais déjà pointé sur les 18, 19 et 20 mars et expliqué leur importance.

18 mars : 700ème anniversaire de la mort de Jacques de Molay ;le « saint » des Illuminatis qu’ils veulent venger à tout prix.

19 mars : saint Joseph, patron de l’Eglise universelle, un an d’entrée en fonction du pape François.

20 mars : équinoxe de Printemps.

40 jours après le 20 mars nous mènent bien au 30 avril, fin de la dernière semaine de Daniel (toujours en comptant par mois de 30 jours). Et le 1er mai n’est pas que le jour de l’an de l’adversaire, c’est aussi la fête de saint Joseph artisan ( !). Eh oui, saint Joseph débute et clôture cette période cruciale de 40 jours.

 3.3 Quelle sera la nature de ces 3 jours

Rappelez-vous, le livre de Jonas parle d’une grande tempête. Puis Jonas est englouti par un poisson et il reste dans l’obscurité pendant 3 jours et 3 nuits. Bref il est vivant mais il est bloqué et en pleine confusion. Enfin, la 5ème trompette de l’Apocalypse dure 5 mois, donc en temps court, 5 jours. Et que raconte la 5ème trompette ?

Qu’il s’agit du premier malheur. Le puit de l’abîme s’ouvre, des milliers de démons dirigés par Appolyon l’exterminateur se répandent sur terre et tourmentent pendant 5 mois uniquement les hommes qui ont la marque de la bête, pas les justes, sans les tuer. La douleur qu’ils causent est semblable à celle du scorpion.

C’est important cette notion de tourmenter sans tuer. Important aussi le fait d’épargner les justes. Et comme pour Jonas, tout le monde est gêné mais vivant.

Voici ma théorie : Comme par hasard, la Crimée décidera de son sort dimanche 16 mars. Les résultats ne seront connus que le lendemain et il est probable qu’elle choisisse l’indépendance, ce qui est inacceptable pour les Occidentaux. Le conflit qui se dessine ne sera probablement pas militaire, du moins pas de façon classique. On peut s’attendre à des pourparlers diplomatiques tendus pendant 5 jours, du 16 au 20 mars, avec les inévitables soubresauts boursiers derrière. Ou alors, une guerre plus subtile, du genre attaque EMP ou cyber-attaque sur certains pays occidentaux. Ou encore une soi-disant éruption solaire, ou quelque chose du même genre, qui arriverait à point nommé pour annihiler les communications, et les approvisionnements électriques. Ou encore, la Russie qui couperait pendant quelques jours ses livraisons de gaz à l’Union Européenne, histoire de mettre la pression.

Dans tous les cas, les perturbations seront temporaires, sur 5 jours en tout, avec un pic probablement les 18, 19 et 20 mars, et la vie reprendra ensuite progressivement la normale.

Dans ce contexte, tous les gens accros à l’électricité, au confort moderne et qui sont totalement dépendants du matérialisme ambiant, effectivement souffriront. Les professionnels souffriront. La planète financière souffrira. Par contre, ceux qui ont une vraie vie spirituelle et qui savent se détacher facilement de la vie matérielle se sentiront beaucoup moins concernés. Surtout si se réalise le fait ci-après.

Autre possibilité : la croix dans le ciel

Il n’est pas impossible non plus qu’il y ait à ce moment-là un phénomène surnaturel qui vienne confirmer certaines prédictions. Je ne me base pas sur Garabandal mais sur la fête du 18 mars, car ce jour-là nous fêtons saint Cyrille de Jérusalem.

En 351, Cyrille et toute la population de Jérusalem aperçoivent une croix lumineuse gigantesque dans le ciel, le 7 mai (retenez bien cette date), qui cette année-là est le jour de la Pentecôte. C’est un premier indice.

Sachez aussi que saint Joseph est apparu le 7 juin 1660 à Cotignac dans le Var, mais que sa chapelle a été édifiée en 1663 et que c’est cette date qu’il convient de retenir. Car de 1663 à 2014, il y a 351 ans. Donc saint Joseph (19 mars) pointe du doigt avec précision une croix glorieuse précisément au 18 mars 2014. Second indice. On en verra d’autres plus loin.

4. Les deux témoins

Quel est le rôle de Jonas ? De prophétiser un événement qui aura lieu dans 40 jours.

Que lui arrive-t-il avant de prophétiser ? Un premier malheur qui le perturbe, le bloque, mais ne le tue pas alors que cela devrait être le cas (puisqu’il est jeté à la mer). On l’a vu, la cinquième trompette raconte à peu près le même type de scénario.

Que se passe-t-il après ? Le sixième ange sonne de la trompette, et le tiers des hommes (ou la “troisième partie des hommes”, selon les traductions, c’est à dire les plus mauvais) sont tués. Puis ce sont les chapitres 10 et 11 qui viennent s’intercaler pendant la 6ème trompette.

Le chapitre 10 décrit un petit livre que les exégètes identifient à l’évangile. Le chapitre 11 parle de deux témoins qui doivent “prophétiser encore devant les nations, les peuples de diverses langues et devant plusieurs rois.” (Apoc. 10, 11).

Mais que doivent-ils prophétiser ? Le texte ne le dit pas. Mais puisqu’il parle juste avant d’un petit livre que nous identifions à l’évangile, il est probable que ce soit ça l’objet de la prophétie.

Alors quelle partie de l’évangile doivent-ils prophétiser ? Eh bien tout simplement celui qui a trait au retour du Christ, en commençant par le début, c’est à dire l’épisode de Jonas cité par Jésus lui-même.

Ils doivent donc prophétiser que :

 1) le retour du Christ est maintenant très proche

 2) le seul signe qui sera donné avant son retour sera celui de Jonas, et justement celui-ci venant d’avoir lieu, Babylone sera détruite dans 40 jours et cette destruction sera le début des châtiments et des deux derniers grands malheurs (6è et 7è trompettes).

 3) Par conséquent, “Sortez de Babylone mon peuple, de peur que vous n’ayez part à ses péchés” et repentez-vous

Et c’est pourquoi un tel discours ne peut plaire au monde.

C’est pourquoi la bête les mettra à mort et que “les habitants de la terre se réjouiront de les voir dans cet état, et ils feront des festins, parce que ces deux prophètes auront fort tourmenté ceux qui habitaient la terre.”

Mais comme ils doivent rendre leur témoignage avant de mourir, le texte décrit leur capacité à délivrer leur message, malgré les embûches. Car au-delà de ce message d’avertissement, il s’agit bien aussi de rappeler l’évangile à toute la terre.

La durée de prédication des deux témoins

 Ils livreront leur témoignage pendant 42 mois nous dit l’Apocalypse, soit 42 jours au compte court. Ce qui donne (en mois de 30 jours toujours comme base de calcul) un démarrage de leur prédication le 16 mars, soit un peu avant les événements. D’où le choix de publication de cet article le 16 mars justement.

Pourquoi le 16 mars ? Parce que leur prédication prend fin le 27 avril, avec l’abomination de la désolation.

Pourquoi prend-elle fin le 27 avril ? Parce qu’après leur mort, ils restent étendus à la vue de tous pendant 3 jours et demi, ce qui nous mène au 30 avril/1er mai. Et nous arrivons exactement, une fois de plus, à la fin de la 70ème semaine.

Ce calcul peut être revu selon d’autres hypothèses. J’ai pris comme base de calcul 1 mois = 1 jour et 1 jour = 1 jour. Mais ce calcul peut aussi être effectué sur la base de l’heure et non plus du jour. Dans ce cas, la prédication des deux témoins commence avec les événements du 18 mars pour s’achever le 30 avril. Autre possibilité : ils restent morts durant 42 heures ce qui fait 1 jour trois quarts au lieu de 3 jours et demi (42 heures étant la durée réelle supposée de Jésus au tombeau), soit un début des événement au soir du 29 avril ou au matin du 30 avril.

La mort des témoins

Mais je préfère la première hypothèse, car il est très probable qu’il s’agisse d’une mort symbolique, d’une mort spirituelle.

En effet, nos deux prophètes perturbent les populations par leurs prédications mais n’empêchent pas le cours des événements.

Les canonisations du 27 avril confirmeront que le plan de Satan sera allé jusqu’à son terme. Ceci clouera le bec aux deux témoins, ils seront discrédités. Les méchants, et avec eux la terre entière, se réjouiront en disant : “Vous voyez ces prophètes de malheur avaient tort, il ne s’est rien passé le 27 avril”.

Ils savoureront leur victoire durant 3 jours et demi, pendant que les témoins seront morts mystiquement. Ils auront cessé leur prédication car, comme nous l’a dit le Seigneur, dès le 27 avril, enfuis-toi dans les montagnes, quitte le monde sans regarder derrière toi.

Qui sont les deux témoins

Cette question aussi est essentielle. La tradition et les prophéties nous révèlent qu’il s’agit d’Enoch et d’Elie, c’est à dire d’un patriarche d’avant le déluge et d’un prophète juif après le déluge. Voici ce que je pressens, et qui n’est pas du tout infaillible :

Elie préfigure les prédicateurs issus du peuple de Dieu, donc catholiques ou orthodoxes, et qui sont restés des “justes”. A mon sens, ce seront tous ceux qui se lèveront, comme moi, afin d’enseigner leurs frères sur la proximité des événements au vu des signes des 18/19/20 mars. Tous diront, d’une façon ou d’une autre : dans 40 jours Babylone sera détruite.

Enoch préfigure tous les autres qui, n’appartenant pas à la catégorie des “justes” n’en sont pas moins des “hommes de bonne volonté” et qui, quelle que soit leur religion et leurs sensibilités, comprendront eux aussi la teneur des événements et se lèveront pour le dire.

Il n’y aura donc pas seulement deux témoins, mais une multitude, probablement avec des degrés divers.

5. Début de la prédication le 16 mars

Le 16 n’est pas un chiffre au hasard.

Le 16 janvier 2014, la foudre tombe sur le Christ de Rio et détruit la moitié du pouce droit. Dans l’Ecriture, et singulièrement dans Daniel et l’Apocalypse, on parle d’un temps, des temps et d’un demi-temps, et tous les exégètes s’accordent pour dire que cette expression désigne une durée de 3 ans et demi. Donc un demi-temps = 6 mois. Voilà le message de Rio : il reste 6 mois, car un demi-pouce = un demi-temps, et cela nous mène au 16 juillet, fête de Notre-Dame du Mont Carmel !

Le 16 mars : c’est le deuxième dimanche de carême, évangile de… la Transfiguration ! Que raconte cet évangile ? Que Jésus apparaît à trois apôtres, entouré de Moïse et d’Elie. Encore deux témoins ! Juste avant le signe de Jonas. Et deux témoins qui ont eux aussi passé 40 jours sur la montagne. Voilà pourquoi nous devons nous lever dès le 16 mars : Notre-Seigneur nous l’indique lui-même, par sa divine Providence.

Enfin le 16 mars, c’est aussi la pleine lune, très exactement au milieu de 2 Nouvelles lunes qui, je le rappelle, sont exceptionnellement cette année deux fois dans le même mois (janvier et mars). Et, pour l’anecdote, le 30 avril sera aussi un jour de Nouvelle lune.

6. Les châtiments

Réalisation de la prophétie des 2 témoins : la destruction de Babylone

Je reviens à mes deux témoins et au livre de l’Apocalypse. Nous en sommes toujours à la 6ème trompette.

Que se passe-t-il trois jours et demi après leur mort ? Les peuples ébahis les voient ressusciter et leurs corps monter au ciel, et en même temps il se fait un grand tremblement de terre et 7000 hommes périrent : c’est le second malheur. Et le texte continue “le troisième viendra bientôt“.

Cet épisode nous explique tout simplement que la prophétie des témoins va se réaliser, leur donnant raison et les réhabilitant aux yeux du monde, les ressuscitant en quelque sorte.

Tout simplement parce que la destruction de Babylone n’est pas la fin du monde, c’est le second malheur, qui s’intercale entre le premier (les 3 jours de Jonas, ou avertissement) et le troisième, l’ultime bataille réunissant toutes les forces du mal en Armaggédon.

Elle est tombée, la grande Babylone, elle est tombée !” (Apoc. 18, 2) et avec elle, la grande Prostituée tombe aussi. Si vous lisez bien l’Apocalypse, à ce moment-là la bête n’est pas morte, d’une part, et cela se réalise devant les rois de la terre, qui se lamentent “hélas, hélas, Babylone, grande ville, ville si puissante, ta condamnation est venue en ce moment“. Pourtant les rois de la terre ne sont pas mieux que Babylone, puisqu’ils font partie de l’équipe de la bête.

Voyez ici la précision des prophéties : L’épisode de Loth, cité par Jésus, voit la destruction de deux villes. Il se réalise avant celui de Noé, puisque celui-ci est l’anéantissement de toute les forces du mal sur la terre. Mais seuls les justes subsistent dans les deux cas.

La Sainte Vierge à la Salette annonce la destruction de trois villes. Donc si on comprend bien les prophéties, il y a d’abord une première destruction, qui plonge les habitants de la terre dans la stupeur et la consternation.

Par conséquent, voici ma proposition : Babylone, c’est probablement les Etats-Unis et, comme je l’ai dit plus haut, par extension l’ensemble du monde moderne. La destruction de Babylone peut être un événement majeur comme l’éruption du volcan Yellowstone, ou un séisme sur la faille de New Madrid ou de San Andrea, ou les deux. Ou une pluie de météorites. Ou une guerre nucléaire. Ou un peu tout ça à la fois. Les conséquences seront dramatiques pour l’ensemble de la planète : l’économie mondiale s’arrête.

Mais Babylone n’est pas seule ; la grande prostituée tombe avec elle. Si celle-ci préfigure, comme je le pense, cette Eglise catholique conciliaire infidèle à sa foi et à son Dieu, cette femme qui s’est prostituée avec le monde, alors on peut penser que la seconde ville détruite sera Rome (la première étant plutôt un pays : les USA).

Ainsi se réaliserait la prophétie de Notre-Dame à la Salette : parlant du pape légitime et de l’imposteur qui le remplace, elle dit “mais ni lui (Benoît XVI) ni son successeur (François) ne verront le triomphe de l’Eglise de Dieu“. Trois jours après l’infamie du 27 avril et l’abomination de la désolation établie en lieu saint, quoi de plus normal que le Vatican soit châtié comme il le mérite ?

Les “Ninivites”

Oui mais vous allez me dire que dans la prophétie de Jonas, Ninive est épargnée. Je répondrai que d’abord, Jésus utilise comme signe uniquement les 3 jours de Jonas dans le poisson. Ensuite, même si cette fois-ci la prophétie se réalise, détruisant les nouvelles Sodome et Gomorrhe, les ninivites seront quand même sauvés.

Qui sont les ninivites ? Tous ceux qui rejoindront les prédicateurs et comprendront la nécessité de se repentir, de faire pénitence et de regretter ses péchés. Tous les hommes de bonne volonté.

Dans un article précédent, j’ai estimé ce pourcentage à 64% du total (symbolisé par les 153 passagers du Boeing 777 sur 239 au total, 153 étant dans l’évangile le nombre des élus). On verra bien. Il est sûr en tous cas que Dieu donnera à tous une dernière chance pour se repentir et s’amender, et donnera la possibilité aux témoins de délivrer leur message au monde entier.

Le signe de Noé

Il y a encore un point important dans la chronologie. Jésus cite à juste escient l’épisode du déluge comme exemple pour une période qui sera identique, excepté la méthode de destruction, par le feu et non par l’eau.

N’oubliez pas ma description des 40 jours de prédication avant le 27 avril. Comme les hommes auront été tourmentés pendant un temps relativement court, 5 jours, la vie reprendra son cours normal et les hommes retourneront à leur vie de péché.

C’est pourquoi, effectivement, la destruction de Babylone arrivera à un moment où la majorité des hommes ne l’attendra pas, car ils refuseront de croire à ces “histoires à dormir debout” comme la plupart des lecteurs de ce blog d’ailleurs.

Et effectivement, nombreux seront ceux qui ne seront pas prêts, et bien au contraire, très heureux qu’on ait cloué le bec à ces oiseaux de mauvais augures que nous serons. Hommes de peu de foi ! Combien de temps fermerez-vous vos cœurs à la Vérité ?

Pour revenir à Noé, il y a un événement très important : celui-ci est prévenu par Dieu de l’imminence des châtiments 7 jours avant le déluge. Seul Noé est prévenu, c’est à dire seuls les justes, les élus et les “ninivites” comprendront cet ultime avertissement.

Et quand aura lieu cet ultime avertissement ? Ce sera tout simplement la destruction de Babylone, le 30 avril ou le 1er mai !

Car les hommes ne seront pas convaincus pour autant. Donc, pendant que les scientifiques, les politiques et les journalistes occuperont leur temps à expliquer pourquoi le volcan Yellowstone est entré en éruption, ou pourquoi il était normal que la météorite trucmuche tombe sur Rome, pendant que le monde cherchera à se rassurer dans des explications pseudo-scentifiques, les justes eux, déjà réfugiés allégoriquement dans leurs cavernes depuis le 27 avril, comprendront qu’il s’agit de l’ultime avertissement de Dieu.

Notez là encore l’incommensurable miséricorde de Dieu. Il y aura eu un certain nombre de malheurs fin avril, certes, mais les autres auront encore un ultime délai pour s’amender.

Donc :

Destruction de Babylone et de la grande prostituée et signe de Noé 30 avril ou 1er mai

Début des châtiments définitifs sept jours après, soit le 7 mai

Les ultimes châtiments

Les ultimes châtiments, c’est la septième trompette, ou 3ème malheur, qui est elle-même constitué des 7 coupes. Les coupes décrivent les derniers événements, ceux qui arrivent après la 6ème trompette, après la mort des témoins, après la destruction de Babylone.

Il y a, dans l’ordre : a) Des événements qui affectent les hommes ayant le caractère de la bête b) La mort de la bête et du faux prophète (donc la fin définitive du système et de la période antichristique) c) Le rassemblement des dernières forces du mal, Gog et Magog en Armageddon, c’est à dire allégoriquement l’ultime bataille entre les forces du bien et du mal d) A la septième coupe, “c’en est fait“, place au jugement dernier, à la Jérusalem céleste et à la nouvelle épouse.

Il n’est pas question ici de faire le listing de tous les malheurs qui nous attendent. On va juste essayer d’appréhender le calendrier, avec toute la faillibilité que cela comporte, et dont je suis bien conscient. Toute cette démonstration n’aura donc qu’une valeur indicative.

Le calendrier de la fin

La date clé, c’est la Pentecôte. Pourquoi ? Parce que ce jour-là, l’Esprit-Saint fonde officiellement l’Eglise. Or il s’agit bien de la Nouvelle épouse, de l’Eglise purifiée. Cette année, la Pentecôte sera célébrée le 8 juin.

On a vu aussi que Satan ne peut dépasser 49 car le 50 est réservé à Dieu, et 50 est le chiffre de la Pentecôte (ce sont les 50 jours qui la séparent de la Résurrection). Ce N+1 est donc essentiel car :

a) Saint Joseph est apparu à Cotignac le 7 juin ; on a vu que la date de référence, 1663, pointait sur l’année 351 où saint Cyrille de Jérusalem aperçoit une grande croix dans le ciel le 7 mai 351, mais cette année-là, le 7 mai est le jour de la Pentecôte! On l’a vu, 2014 et 1663 sont reliés par 351 années, et le début de nos châtiments est fixé au 7 mai.

b) Le Boeing de la Malaysian Airlines a disparu un 7 mars, 2 mois avant le 7 mai et 3 mois avant le 7 juin ; or le Boeing 777 a été lancé officiellement un 7 juin.

c) Du 27 avril au 7 juin, il y a bien 40 jours (si on compte en mois de 30 jours) ou 42 jours (en mois grégoriens)

N’oubliez pas que la durée communément admise de la purification est de 40 ou 42 jours, et que la durée maximum d’un cycle accordé à Satan est de 49 jours ou de 77 jours (limite ultime du péché selon Mgr Gaume). Mais bibliquement la durée de purification est doublée lorsque l’enfant est une fille (80 jours au lieu de 40). Or il s’agit bien ici d’une fille à purifier, l’Eglise, devenue la grande prostituée.

Vous allez comprendre : Du 20 mars au 30 avril : 40 jours Du 18 mars au 7 mai : 49 jours Du 27 avril au 7 juin : 40 jours Du 27 avril au 16 juillet : 80 jours Du 30 avril au 16 juillet : 77 jours Du 7 mai au 15 juin : 40 jours

Il reste encore une donnée : les 45 jours ajoutés par Daniel après la 70ème semaine. Si on prend le 30 avril comme date de fin des 70 semaines, cela nous amène au 15 juin.

Par conséquent, on a une trilogie de dates : Le 8 juin, fête de la Pentecôte (7 juin + 1) Le 15 juin, fête de la Sainte Trinité Le 16 juillet fête de Notre-Dame du Mont Carmel

La Pentecôte, on l’a vu, est une fête capitale. 8 jours après, fête de la Sainte Trinité, encore un signe qui ne trompe pas.

Enfin pour Notre-Dame du Mont Carmel, je rappellerai :

  • Le Mont Carmel est situé en Israël, pas loin de Nazareth et de la plaine de Meggido (Armageddon) : excellent lieu pour figurer la fin
  • Le 16 juillet 2014 = 777, le chiffre de la Sainte Trinité
  • La dernière apparition à Lourdes a lieu le 16 juillet
  • A Fatima, lors de sa dernière apparition, Marie apparaît en Notre-Dame du Mont Carmel
  • Toujours à Fatima, Marie affirme “à la fin mon Cœur Immaculé triomphera

Par conséquent :

Les ultimes tribulations dureront entre 40 et 80 jours

Le retour du Christ aura lieu entre le 8 juin et le 16 juillet

 La date n’est pas à chercher : “Nul ne connaît ni le jour ni l’heure

 Le 16 juillet, la Sainte Vierge est couronnée dans le ciel, après avoir écrasé définitivement le serpent au talon

8. Variante

Un autre calcul est possible, en utilisant cette fois-ci le calendrier actuel (en années de 365 jours). Dans ce cas, les 69 premières semaines de Daniel, qui commencent le 21 décembre,  se termineraient le 18 avril 2014 (483 jours), c’est à dire le Vendredi Saint.

Je propose la variante suivante : les 3 jours de Jonas seraient alors les 18, 19 et 20 avril, qui viendraient s’intercaler  entre la 69ème et la 70ème semaine.

C’est à dire que les 18, 19 et 20 avril (Vendredi saint, Samedi saint et dimanche de Pâques) seraient les 3 jours d’obscurité ; la journée du 20 avril constituerait alors également le jour de Noé. La 70ème semaine se déroulerait du 21 au 27 avril, et se terminerait donc le 27 avril. Dans ce cas, le coup de Jarnac du Vatican (cessation du sacrifice et de l’oblation) serait le 24 avril.

Il y aurait un premier cortège de catastrophes (début de la 6ème trompette) soit au moment de l’avertissement (20 avril) soit à la fin du délai de Noé (27 avril). La prédication des deux témoins commencerait alors le Vendredi Saint, pour une destruction supposée de Babylone 40 jours après, soit le jour de l’Ascension, 29 mai. Cela se tient aussi, puisque l’Apocalypse parle d’une ascension au ciel des deux témoins. Par conséquent, les 45 jours de Daniel nous mèneraient entre le 8 juin (Pentecôte) et le 15 juin (Sainte Trinité).

Ce scénario tient aussi la route, sachant que dans ce cas là les dernières tribulations seraient très courtes, de l’ordre de 15 jours, entre le 29 mai et le 15 juin.

Conclusion

Tenez-vous prêt à vous lever pour aller délivrer à l’humanité le plus grand et le plus beau des messages : le retour de Notre-Seigneur est proche, très proche ! Réjouissons-nous, la tribulation prend fin.

Seuls les mauvais et les méchants peuvent avoir peur. “Quittez Babylone mon peuple” sans regrets, sans vous retourner, sans aller chercher votre manteau. C’est un avenir radieux qui nous attend : la Jérusalem céleste.

Notre Dieu nos donne une dernière chance, saisissons-là ! Car que les châtiments commencent en mars, en avril ou en mai, peu importe. Le retour du Christ est proche c’est une certitude, et Il reviendra au moment où vous ne l’attendrez pas : “Je viendrai comme un voleur”. C’est maintenant qu’il faut être prêt pour l’accueillir, pas demain.

Que Dieu vous garde et vous bénisse.

Louis d’Alencourt Dimanche 16 mars 2014

http://legrandreveil.wordpress.com/2014/03/16/dans-40-jours-babylone-sera-detruite/



18/03/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres