GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

deux éminents experts de services secrets sont préoccupés par la sécurité du président Obama

ALERT: Secret Service experts worry about Obama’s safety; now fearing a repeat of JFK

 

ALERTE : experts du Secret Service soucier de sécurité de Obama ; maintenant craignant une répétition de JFK

3 avril 2015 par admin dans DIASPORA


(par Corsi) deux éminents experts de services secrets sont préoccupés par la sécurité du président Obama en raison de divulgations d'inconduite et de défaillances dans la protection de montage.

Dan Emmett, un ancien agent des services secrets ayant une expérience de première personne dans les détails de sécurité présidentielles des anciens Présidents George H. W. Bush, Bill Clinton et Bush, dit WND le "Bureau de la présidence pour les deux dernières années n'a pas été aussi sûr qu'il a été dans le passé. »

« Cela nous ramène à un échec complet en direction du siège du directeur tout le chemin vers le bas pour les cadres intermédiaires, » dit Emmett, l'auteur du livre 2012 "au sein de dépendance : la vie et la carrière d'un Agent spécial du service Secret. »

"Il n'est pas hors de question qu'un agent des services secrets, ou même deux ou trois, peut-être se saouler et agir stupide sur un voyage, mais c'était au-delà de l'imagination au cours de ma carrière qu'un superviseur se saouler et agir stupid sur un voyage", dit-il.

Vincent Michael Palamara, qui affirme avoir interviewé plus ex-agents des services secrets que tout autre chercheur, dit qu'il a confiance dans la nouvelle directrice Service Secret, Joe Clancy, mais « à moins que Clancy peut nettoyer le Secret Service rapide, le président Obama va se poursuivre en péril. »

Palamara, une sommité sur les lacunes de Service Secret entourant l'assassinat de JFK, a consacré une page de son blog pour suivre les services secrets sous le président Obama, en mettant l'accent récemment sur fond de Clancy et expérience dans les services secrets.

Emmett a noté que certains des agents services secrets impliqués dans le scandale de prostituée de Cartagena, en Colombie, et autres incidents étaient des superviseurs au niveau GS-14 ou même plus.

« J'ai été très critique des services secrets avec irrégularité après l'irrégularité au cours des dernières années, et je n'ai pas un chien dans la lutte, » dit-il. "Je suis juste qualifiant comme je les vois. Lorsque la direction n'est pas bonne, les troupes n'exécutent pas aux normes. »

Emmett aussi espérait que les services secrets était "sur la voie du rétablissement" avec la nomination de Clancy.

« Il ne peut pas être une pire tragédie pour la nation que de perdre un Président, » a-t-il souligné. « Nous devons veiller à ce que ne se reproduise jamais. »

Échecs de leadership de secret Service

Clancy a remplacé Julia Pierson après que elle a démissionné à la suite d'une apparence désastreuse avant le contrôle de la maison et Comité de réforme de gouvernement le 30 septembre dans lequel elle a été grillée pendant plus de trois heures au cours de deux failles de sécurité.

La première brèche a été un incident survenu le 16 septembre, lorsque les agents des services secrets autorisés un garde de sécurité armé d'un fusil et trois condamnations préalables d'assaut pour monter un ascenseur dans une proximité immédiate avec le président Obama aux Centers for Disease Control and Prevention siège à Atlanta.

Elle a été suivie d'un deuxième incident trois jours plus tard dans lequel Omar Gonzalez, un vétéran de guerre en Irak à coups de couteau, a sauté la barrière de la maison blanche et entra dans la chambre de East avant il a été abordé par un agent de sécurité de repos.

Palamara, auteur du livre 2013 « culpabilité du survivant : les services secrets et l'échec à protéger le Président Kennedy, "a dit WND que Clancy a peu de temps pour rétablir la discipline dans le détail du Service Secret chargé de protéger le Président.

« Clancy a été nommé pour nettoyer la maison », a déclaré Palamara. « Vous lisez entre les lignes et maintenant, je crois, vous allez voir une culture que c'est la forme de bateau maintenant.

"Ce qui s'est passé avec les services secrets est une honte, avec ces incursions, de boire la fête avec des prostituées et les cavaliers de clôture qui entrer dans la maison blanche. Il s'agit de négligence, incompétence énorme, et cela m'inquiète. »

Mark Sullivan, le directeur des services secrets qui l'ont précédé Pierson, a été contraint de démissionner le 22 février après que six agents des services secrets ont été forcés de démissionner pour les rapports qu'ils ont fait la fête avec des prostituées à Carthagène avant une visite présidentielle.

Éviter la répétition de l'histoire

Palamara dit WND qu'il craint que patrons des services secrets une faute, qu'il a documenté en détail services secrets de JFK avant l'assassinat sont se répète en détail présidentielle de Obama.

« Je vois même parmi les services secrets une aversion, si ce n'est pas une haine pour le président Obama, » dit-il.

Palamara a dit il y a des membres des services secrets qui n'aiment pas le président Obama, tout comme certains n'aiment pas le Président Kennedy.

« Beaucoup dans les services secrets dans l'ère JFK n'aimaient pas coureur de jupons du Président Kennedy ou sa position sur les droits civils, ou peut-être que sa politique envers Cuba, » dit-il. "Ici, avec le président Obama, les services secrets est censée pour être apolitique, mais les agents sont des êtres humains. Je ne dis pas d'agents des services secrets en fait franchissent la ligne pour commettre une infraction fédérale par souhaitant Obama président malade. « Mais beaucoup n'aiment pas la politique Obamacare ou de Obama sur l'immigration clandestine ».

PAL

(by Jerome R. Corsi) — Two leading Secret Service experts are worried about the safety of President Obama because of mounting disclosures of misconduct and lapses in protection.

Dan Emmett, a former Secret Service agent with first-person experience in the presidential security details of former Presidents George H. W. Bush, Bill Clinton and George W. Bush, told WND the “office of the presidency for the last couple of years has not been as secure as it has been in years past.”

“This goes back to a complete failure in leadership from the director’s seat all the way down to middle management,” said Emmett, the author of the 2012 book “Within Arm’s Length: The Extraordinary Life and Career of a Special Agent in the Secret Service.”

“It’s not out of question that a Secret Service agent, or even two or three, might get drunk and act stupid on a trip, but it was beyond imagination during my career that a supervisor would get drunk and act stupid on a trip,” he said.

Vincent Michael Palamara, who claims to have interviewed more Secret Service former agents than any other researcher, said he has confidence in the new acting Secret Service director, Joe Clancy, but “unless Clancy can clean up the Secret Service fast, President Obama is going to continue to be at risk.”

Palamara, a leading expert on the Secret Service lapses surrounding the JFK assassination, has devoted a page of his blog to tracking the Secret Service under President Obama, with a recent focus on Clancy’s background and experience in the Secret Service.

Emmett noted that some of the Secret Service agents involved in the Cartagena, Colombia, prostitute scandal and other incidents were supervisors at the GS-14 level or even higher.

“I’ve been very critical of the Secret Service with impropriety after impropriety over the last couple of years, and I have no dog in the fight,” he said. “I’m just calling them as I see them. When the leadership is not good, the troops do not perform up to standard.”

Emmett also expressed hope the Secret Service was “on the road to recovery” with the appointment of Clancy.

“There can not be a worse tragedy for the nation than losing a president,” he stressed. “We must make sure that never happens again.”

Secret Service leadership failures

Clancy replaced Julia Pierson after she resigned in the wake of a disastrous appearance before the House Oversight and Government Reform Committee Sept. 30 in which she was grilled for more than three hours over two security breaches.

The first breach was an incident that occurred at the Centers for Disease Control and Prevention headquarters in Atlanta on Sept. 16 when Secret Service agents allowed a security guard armed with a gun and three prior assault convictions to ride an elevator in close proximity to President Obama.

It was followed by a second incident three days later in which Omar Gonzalez, a knife-wielding Iraq War veteran, jumped the White House fence and entered the East Room before he was tackled by an off-duty security agent.

Palamara, author of the 2013 book “Survivor’s Guilt: The Secret Service and the Failure to Protect President Kennedy,” told WND that Clancy has a short time to reestablish discipline in the Secret Service detail assigned to protect the president.

“Clancy was appointed to clean house,” Palamara said. “You read between the lines and now, I believe, you are going to see a culture that that is ship-shape now.

“What’s been going on with the Secret Service is disgraceful, with these drinking forays, the partying with prostitutes, and the fence jumpers who get into the White House. This is gross negligence, tremendous incompetence, and it worries me.”

Mark Sullivan, the director of the Secret Service who preceded Pierson, was forced to resign Feb. 22 after six Secret Service agents were forced to resign over reports they partied with prostitutes in Cartagena in advance of a presidential visit.

Avoiding repeat of history

Palamara told WND he is concerned that patterns of Secret Service misconduct he has documented in JFK’s Secret Service detail prior to the assassination are being repeated in Obama’s presidential detail.

“I’m seeing even among the Secret Service a dislike, if not a hatred for President Obama,” he said.

Palamara said there are members of the Secret Service who don’t like President Obama, just as some didn’t like President Kennedy.

“Many in the Secret Service in the JFK era did not like President Kennedy’s womanizing or his position on civil rights, or maybe his policies toward Cuba,” he said. “But here, with President Obama, the Secret Service is supposed to be apolitical, but the agents are human beings. I’m not saying Secret Service agents actually cross the line to commit a federal offense by wishing President Obama ill. But many don’t like Obamacare or Obama’s policy on illegal immigration.”

Palamara pointed out the Secret Service can put the safety of the president at risk by not taking actions they should be taking.

“Secret Service agents can let things happen when they start not liking or caring about the president,” he explained. “It’s inactions as well as actions that can put the president at risk.”

He compared the Secret Service under Obama to the Secret Service under President George W. Bush.

FOR THE ENTIRE ARTICLE CLICK LINK

 

 



07/05/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres