GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

fukushima




Forcer un autre Fukushima : 90 % des réacteurs nucléaires régulateurs maintenant de l'Amérique à être mis en congé

 

Christina Sarich

 

Nationofchange / News Report

 

Publié : Dimanche 13 octobre 2013

 

Le gouvernement fédéral n'a pas réussi à trouver un endroit suffisamment sûr pour le combustible nucléaire usé



Comme si le monde a besoin d'une nouvelle catastrophe de proportions de Fukushima, la Nuclear Regulatory Commission vient d'annoncer qu'elle attend un autre employés 3900 à être mis en congé cette semaine en raison de restrictions budgétaires. Cela comprend plus de 90 % des effectifs de l'Agence qui sont chargés de veiller à ce que plus de 100 réacteurs nucléaires répartis sur 63 sites aux États-Unis demeurent sûres.

 

Seulement environ 300 militaires resteront sur le personnel, y compris 150 inspecteurs résidant et un équipage de « squelette » de gestion ainsi que de certains membres du personnel d'urgence. Alors que nous pourrions être en mesure d'aller sans beaucoup de « services » du gouvernement : la FDA, la CDC et l'EPA, il semble absurde pour nos politiciens à jouer avec le feu nucléaire, compte tenu de la récente mise à jour de la catastrophe de Fukushima à des proportions catastrophiques.

 

Après tout, de vieillissement des centrales nucléaires de l'Amérique. La plante moyenne est plus de 30 ans avec les plus anciens sites nucléaires deux étant à Oyster Creek, New Jersey et Nine Mile Point 1 à New York, respectivement. Certaines plantes ont été récemment fermées en raison de problèmes de sécurité et de la diminution permanente de leurs systèmes. Beaucoup de plantes présentent des générateurs de vapeur de blessés et d'autres ont subi des dommages structurels.

 

Aidez-nous à dire la vérité au pouvoir. Donnez ce que vous pouvez vous permettre de soutenir NationofChange.

 

En outre, les populations vivant à proximité des sites d'usines nucléaires ont ciel-explosé dans les dernières décennies. Dans certains endroits, les populations ont augmenté près de quatre fois depuis les années 1980. Si une urgence survient résidents devraient évacuer une « zone de retombées nucléaires » sur les autoroutes à deux voies anciennes tenue d'agir en tant qu'infrastructure suffisante il y a plus de 4 décennies.

 

En outre, la plupart des sites nucléaires rasent été autorisés à fonctionner à pleine capacité depuis de nombreuses années, les risques d'irradiation croissante, même si aucune major incidents, comme un tremblement de terre, tsunami, tornade, ou tout autre événement imprévisible météorologiques devait arriver. Même une petite inondation, pourrait provoquer une réaction en chaîne qui entraînerait les mêmes événements que nous avons observé au Japon, en particulier dans les sites étaient réacteurs sont dans un premier temps de vieillissement et fragile.

 

Le National Resources Defense Council a cartographié les zones où les retombées nucléaires sont plus probables dans le cas d'une catastrophe, mais ils ne parviennent pas au détail à quel point probable de cet accident pourrait être.

 

De plus, imaginez la réponse du gouvernement à une crise réelle – et n'oubliez pas les gens qui sont allés sans nourriture, d'abris ou soins médicaux lors de l'ouragan Katrina pendant des semaines. Pouvons-nous faire confiance à nos dirigeants – surtout pendant un gouvernement arrêté pour ouvrir la voie à des services d'urgence nécessaires devraient ils être tenues ?

 

Le gouvernement fédéral a également omis de trouver un endroit suffisamment sûr pour le combustible nucléaire irradié. Qui fera que ce poison n'est pas sous-évaluées dans notre arrière-cour pendant la permission du gouvernement ? Mettre un terme à certains programmes gouvernementaux au cours de la fermeture a semblé acceptable, peut-être même avec un clin d'oeil béat de « bon-débarras » de certains qui considèrent le gouvernement comme une entité gonflée dans un premier temps, mais l'envoi de travailleurs à domicile qui s'assurer que nous n'avons pas un autre Fukushima ici sur le sol américain est la méchanceté pure.
fukuchima.gif
Article image

Forcing Another Fukushima: 90% of America’s Nuclear Reactor Regulators Now to be Furloughed

Christina Sarich

Nationofchange / News Report

Published: Sunday 13 October 2013

The federal government has failed to find a sufficiently safe place for spent nuclear fuel

  As if the world needed another catastrophe of Fukushima proportions, the Nuclear Regulatory Commission just announced that it expects another 3900 employees to be furloughed this week due to budget shortages. This comprises more than 90% of the agency’s workforce who are charged with making sure more than 100 nuclear reactors spread across 63 sites in the US remain safe.

Only approximately 300 personnel will remain on staff, including 150 resident inspectors and a ‘skeletal’ management crew along with some emergency staffers. While we might be able to go without many of the ‘services’ of the government: the FDA, CDC and EPA, it seems preposterous for our politicians to play with nuclear fire in view of the recent upgrade of the Fukushima disaster to catastrophic proportions.

After all, America’s nuclear power plants are aging. The average plant is over 30 years old with the oldest two nuclear sites being in Oyster Creek, New Jersey, and Nine Mile Point 1 in New York, respectively. Some plants were recently closed due to safety concerns and the permanent decline of their systems. Many plants are showing injured steam generators and others have structural damage.

 Help us speak truth to power. Donate what you can afford to support NationofChange.

Also, the populations living near nuclear plant sites have sky-rocketed in the past decades. In some places populations have increased nearly four times since the 1980s. If an emergency occurred residents would be expected to evacuate a ‘nuclear fall-out area’ on old two-lane highways meant to act as sufficient infrastructure more than 4 decades ago.

Furthermore, most nuclear sites shave been allowed to run at maximum capacity for many years now, increasing radiation risks, even if no major incident, such as an earthquake, tsunami, tornado, or other unforeseeable weather event were to happen. Even a small flood, could cause a chain reaction which would lead to the same events we have observed in Japan, particularly at sites were reactors are aging and fragile to begin with.

The National Resources Defense Council has mapped out areas where nuclear fallout are most probable in the event of a catastrophe, but they fail to detail just how likely that occurrence could be.

Moreover, imagine the government response to an actual crisis – and remember the people who went without food, shelter or medical care during Hurricane Katrina for weeks. Can we trust our leaders – especially during a government shut down to usher in needed emergency services should they be required?

The federal government has also failed to find a sufficiently safe place for spent nuclear fuel. Who will be making sure this poison isn’t dumped in our backyards during the government furlough? Halting some government programs during the shut-down has seemed acceptable, possibly even with a smug nod of ‘good-riddance’ from some who see the government as a bloated entity to begin with, but sending home workers who make sure we don’t have another Fukushima right here on American soil is sheer wickedness.



16/10/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres