GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

l'auto-vassalisation de l'Europe

 

Le regard de Machiavel sur l'auto-vassalisation de           l'Europe

Intus, intus equus Troyanus (Cicéron) "Il est en vous, il est dans vos têtes, le cheval de           Troie"

 

Présentation 1 - Où situer le regard sur la bête 2 - La balance à peser la conque cérébrale                           de l'huymanité 3 - Brève rétrospective 4 - L'Europe des coucous suisses 5 - Les tenants et les aboutissants de                           votre vassalité 6 - Les dindons de la farce 7 - La messe des démocraties 8 - Le naufrage du mythe de la maîtrise                           des mers

                    

Présentation                       

Le 8 mars j'informais                       mes lecteurs de ce que je retardais mes commentaires anthropologiques                       sur les évènements de Crimée jusqu'au 28 mars, parce que                       je pensais que le déroulement de la pièce ne deviendrait                       intelligible qu'au troisième acte, à l'heure où un nouveau                       déséquilibre des forces dans le monde, donc une redistribution                       complète des cartes sur l'échiquier qu'on appelle l'histoire                       répondrait à l'exigence de compréhensibilité d'une politologie                       transzoologique.

Les circonstances                       me contraignent à accélérer mon programme d'explication                       et d'exposition, parce que la planète censée s'être convertie                       à une démocratie séraphique a tout de suite pris le tournant                       que je croyais plus tardif de quelque deux semaines: l'Europe                       est entrée plus tôt que prévu dans une étape de la vassalisation                       inexorable qui l'attendait depuis fort longtemps, celle                       qui permettra à la fois aux Etats-Unis de réaffirmer triomphalement                       le bien-fondé et l'efficacité de leur fausse catéchèse internationale                       du Beau, du Juste et du Bien et à un Vieux Continent plus                       piteux que jamais de feindre de jouer le rôle de partie                       prenante aux affaires du monde et de se vanter effrontément                       de décider en toute souveraineté de son propre destin.

Cette satellisation                       d'un type inédit ne saurait prospérer davantage que la précédente,                       parce que le gouvernement de Kiev échouera à se rendre crédible,                       donc respectable et à faire face à la catastrophe économique                       inscrite dans sa psychobiologie. La corruption n'est pas                       une plaie plus guérissable à Kiev qu'à Naples ou à Syracuse                       depuis Périclès. Mais tout le monde verra désormais que                       les Etats-Unis et l'Europe ont des intérêts incompatibles                       par nature et par définition. La compréhension, à la lecture                       du Prince de Machiavel, des ultimes efforts                       de l'empire américain d'étendre sa puissance à l'aide du                       mythe de la Liberté dont elle a fait son levier appelle                       un nouvel approfondissement des méthodes de l'anthropologie                       critique et de la connaissance scientifique de l'inconscient                       théologique de l'histoire.

 

1 - Où situer le regard sur la bête ?                                              

La                       semaine dernière, je faisais dire à un pape devenu prospectif,                       donc tellement virtuel qu'il campe depuis plus d'un an hors                       des murs du Quirinal, que le Saint Siège ne saurait assister                       plus longtemps et bouche cousue à l'effondrement dans le                       temporel, primo, de l'Eglise catholique et, secundo, de                       l'esprit ascensionnel du christianisme des saints. Mais                       qu'en est-il des canonisés dont s'éclairait l'Eglise sommitale                       d'autrefois, qu'en est-il de l'alpinisme intérieur auquel                       cette religion conviait ses adeptes si, au sein même de                       sa catéchèse, des théologies rivales s'en disputent le nectar                       et l'ambroisie à des altitudes diverses? La vérité se graduerait-elle                       sur les pentes de l'Olympe? Car ce pape puise dans la fontaine                       de jouvence des mythes orientaux - celle des saint Grégoire                       de Nysse et des saint Jean Chrysostome - une eau de l' "esprit                       divin", comme on disait, qui ne jaillit plus dans l'enceinte                       du Vatican.

                       C'est pourquoi le pape François a sollicité M. Vladimir                       Poutine de l'aider à tuer dans l'œuf la guerre de Syrie.                       Mais au nom de quelle théologie? Sur quelle balance François                       pèse-t-il la nature et les droits de l'ascensionnel, sur                       quels plateaux dépose-t-il les "feux de l'esprit" si nous                       ne savons pas encore calculer la pesanteur du joug sous                       lequel nos libérateurs nous ont placés? Jouvet disait qu'au                       théâtre, le naturel est un naturel de théâtre. C'était rappeler                       aux niveleurs du monde entier que la sincérité du puceron                       n'est pas celle de l'éléphant. La sincérité des grands éveilleurs                       est celle de la lumière dont ils portent la torche vive                       et dont le flambeau les consume. Or, depuis la semaine dernière,                       l'histoire du monde a donné à la géopolitique transcendantale                       du Saint Siège un coup de pouce miraculeux, semble-t-il,                       puisque l'histoire de la planète illustre désormais une                       pièce de théâtre rédigée d'acte en acte à l'école d'une                       "anthropologie de la sainteté" appelée à mettre en pleine                       lumière l'animalité spécifique du genre simiohumain.

A                       partir de quelle hauteur les sciences humaines actuellement                       demeurées semi-animales dans leurs méthodes de recherche                       et leur problématique observent-elles une bête en tant                       que telle? Si nous ignorons quelle frontière il nous                       faut tracer pour nous distinguer des autres espèces et pourquoi                       cette séparation est flottante? Que dira le "Saint Esprit                       " de l'animal en escalade sur les pentes de ses montagnes                       sacrées?

Car                       on disait seulement que la raison du plus fort demeure "toujours                       la meilleure", mais on ignorait les mécanismes psychobiologiques                       qui permettent toujours et nécessairement à la plus musclée                       des charpentes de cet animal d'imposer à ses subordonnés                       sa propre hiérarchie des valeurs, celle qui s'attache à                       sa colossale ossature, et de convaincre à coup sûr les faibles                       ou les souffreteux de placer les évènements sur une échelle                       des jugements dûment préfabriquée par les Hercule du moment.                       Comment se fait-il que la soumission des moutons à leur                       maître soit entière et que les secrets en soient cérébraux                       et ventraux tout ensemble? Si, d'un millénaire au suivant,                       les verdicts du corps sont à la fois éternels et périssables,                       comment dictent-ils leur loi à une espèce détoisonnée depuis                       peu?

2 - La balance à peser la conque cérébrale                       de l'humanité

Pour                       la première fois dans l'histoire, on aura vu le globe terrestre                       offrir à des milliards de rétines le spectacle des ressorts                       et des rouages d'un mammifère asservi de naissance à ses                       maîtres.

                       D'un côté, le lion a localisé ses crocs et sa crinière du                       Japon à la Norvège, de l'Afrique du sud au Kosovo, du Venezuela                       au Caire et de Washington à Tel-Aviv. Et                       voici qu'un referendum microscopique organisé parmi les                       russophones majoritaires de la Crimée est soudainement censé                       menacer les fondements universels de l'éthique du cosmos                       et troubler le saint équilibre de la paix mondiale. Que                       le griffu emblématique qui se proclame la vigie internationale                       et le gardien exclusif du Paradis depuis soixante ans persévère                       à brandir ses rameaux d'olivier barbouillés de poudre à                       canon, rien de nouveau à cela: nous en sommes encore à la                       lecture classique d'une fable fort connue de La Fontaine.                       Mais qui peut croire que Mme Arioviste, reine des Germains                       d'aujourd'hui, aurait lu Molière dans la nuit et qu'elle                       ferait tout soudainement preuve d'un tartuffisme tellement                       lucide et appris en cachette qu'elle proclamerait, mais                       sans en croire un traître mot, que "la force des armes                       fait reculer la force du droit en Crimée"?

Ce                       que le fabuliste aux sûrs ajustages n'a pas su isoler parmi                       les apprentis d'une vraie science des animaux parlants -                        mais qu'un pape évadé des forêts permet aux anthropologues                       d'avant-garde de placer dans la lumière la plus crue - c'est                       l'origine mécanique et psychobiologique, donc viscérale,                       qui fait, de l'humanité actuelle, un animal demeuré inconscient                       de la spécificité de l'encéphale universellement dédoublé                       dont son évolution a fini par le doter. Car cet organe scindé                       dès le berceau entre le réel et le songe se convainc spontanément                       qu'il a bien raison de suivre le droit chemin, celui de                       la vérité qu'énonce toujours le plus fort et dont il montre                       l'écriteau d'un doigt impérieux.

                       C'est ainsi que Mme Angela Arioviste a changé trois fois                       de cervelle en trois jours; il fallait respecter la Russie,                       puis suivre l'ordre contraire de Washington d'exclure le                       Kremlin du G8, puis, sur un coup de téléphone sans doute                       furieux de Vladimir Poutine, elle dénonçait de nouveau les                       évènements tronqués et placés sur la balance d'une Justice                       et d'un Droit fabriqués à Washington et censés régenter                       l'univers. Puis M. Steinmeier, Ministre des affaires étrangères                       d'Allemagne, qui avait eu de longues heures d'entretien                       à cœur ouvert avec MM. Poutine et Lavrov à Moscou, était                       bel et bien allé de ce pas dire ses quatre vérités à M.                       Barack Obama - il fallait que ce César de la démocratie                       mondiale apprît à "regarder le monde avec les yeux des                       autres". Comment se fait-il que, vingt-quatre heures                       seulement après ce premier déplacement de sa carcasse, ce                       Ministre condamnait de nouveau fermement "le pelé, le                       galeux d'où venait tout le mal"? La                       hotte des péchés du monde est lourde d'oracles à couteaux                       tirés entre eux.

Prenez                       le cas d'un commentateur tel que M. Bernard Guetta. Depuis                       des années il dénonçait la vassalisation                       de l'Europe consécutive au plan Marshall de 1948.                       Et voici que non seulement il se met subitement le bandeau                       de l'atlantisme sur les yeux, mais il le noue solidement                       derrière sa tête. Croyez-moi, il était                       sincère hier, il l'est aujourd'hui, parce que la                       sincérité politique est une substance chimique                       instable.

Il                       faut donc, soit nous demander quelles sont les relations                       que la conque cérébrale de la bête entretient avec la géographie                       soit renoncer à toute politologie scientifique. Comment                       se fait-il que les neurones du lion aient contraint d'une                       pichenette l'Angleterre, l'Allemagne, la France, l'Italie                       à se ranger résolument - et avec toutes les apparences de                       la réflexion - aux côtés des deux vassaux institutionnels                       du maître, le Canada et l'Australie? Comment la masse grise                       de la bête sécrète-t-elle la notion de sincérité                       ? Il est absurde de croire que ces animaux auraient été                       convertis à l'hypocrisie la plus consciente d'elle-même.

                       Le paradoxe est donc de comprendre comment il se fait qu'un                       cerveau de chimpanzé détoisonné se laisse non point tartuffiquement,                       mais de bonne foi, retourner sur le gril de l'histoire,                       et cela au point qu'il se trouve sincèrement convaincu                       conjointement par la géographie et par la musculature du                       plus fort - quitte à changer d'émulsion cérébrale dès le                       lendemain pour peu que le plus fort ait trouvé un successeur                       mieux armé qui aura aussitôt retourné la "bonne foi"                       de l'animal - de sorte qu'il courra à toute allure dans                       la direction opposée. Qu'en est-il du faux éclat de la vérité                       toujours éphémère que l'histoire se forge au jour le jour                       et en un tournemain sur l'enclume de la force?

3                        - Brève rétrospective

                       Ce phénomène psychobiologique aurait pu être observé en                       laboratoire quarante ans pour le moins avant les plus récents                       évènements de Crimée. On se souvient qu'en 1990 M. Vaclav                       Havel, n'écoutant, le pauvre, que son bon cœur, était allé                       à fond de train remercier les Etats-Unis. Le Nouveau Monde                       n'avait-il pas apporté son secours gratuit, généreux et                       charitable à la Tchécoslovaquie pendant toute la durée de                       la guerre qualifiée de froide par opposition aux guerres                       chaudes et bruyantes? Avec quel ahurissement ce bedeau de                       la démocratie mondiale avait découvert que les troupes américaines                       n'avaient jamais eu la sainte intention de quitter un jour                       le territoire de sa patrie, même si l'occupation soviétique                       s'effondrait. Mais la stupéfaction de saint Vaclav Havel                       n'a pas duré plus de trois jours: à peine de retour à Prague,                       ce néophyte de l'Eden politique qu'on appelle la démocratie                       s'était convaincu de la légitimité du nouveau pouvoir politique                       dont les dirigeants tenaient maintenant le sceptre du monde                       entre leurs mains.

                       Mais comment les dompteurs cérébraux de leurs sots congénères                       s'y prennent-ils pour sanctifier la vassalisation des peuples                       qu'ils sont censés avoir délivrés des occupants de leur                       territoire? Voyons comment le regard d'un pape anthropologue                       enregistrerait les preuves de l'animalité cérébrale de type                       simiohumain et diocésain confondus - donc d'une animalité                       propre seulement à une espèce biphasée par son langage de                       serpent tentateur. Ce type de Grand Pontife remarquerait                       que le regard des sciences dites humaines de cet animal                       ne fait que parer de sainteté le baudrier rutilant de Porthos.                       Car la caméra de ces apprentis d'eux-mêmes est semi-animale                       à son tour, donc pré-construite par les instruments dédoublés                       de la bête: il faudrait donc disposer d'un observatoire                       de cette dichotomie originelle, donc d'une science méta-zoologique                       de l'évolution cérébrale du bipède schizoïde.

Mais                       aussi longtemps qu'aucune institution scientifique, tant                       publique que privée ne servira de laboratoire dûment habilité                       à conquérir une connaissance rationnelle de l'humanité                       sur le fondement d'une problématique de ce genre, donc transcendante                       aux auto-évangélisations des sciences humaines actuelles,                       il n'y aura pas de tête de pont légitime pour une politologie                       mondiale capable d'autopsier les ecclésiocraties décédées                       et de radiographier celles qu'on voit encore en état de                       fonctionnement. La bête cautionnée à titre psychogénétique                       par une autosacralisation subreptice et faussée d'elle-même                       ne disposera jamais d'une assise authentiquement légitimante                       de son savoir "rationnel", mais truqué.

                       C'est cette spontanéité à se tromper lui-même                       de l'animal semi intellectualisé par les muscles de son                       dompteur que le pape François a comprise en décodeur post-lacanien,                       donc en décrypteur et méta-zoologue des trois monothéismes.                       Car "une vérité politique" nécessairement fondée d'avance                       et dans les coulisses sur une auto-légitimation peinte aux                       couleurs de la spécularité scientifique du moment se proclamera                       toujours validée a priori et en amont par une force déguisée                       en sainteté politique. C'est cela qu'Ignace de Loyola a                       enseigné à un François "hors les murs".

4                       - L'Europe des coucous suisses

                       Les rendez-vous que l'histoire simiohumaine prend fatalement                       avec la mort des civilisations biphasées qu'elle enfante,                       ces rendez-vous, dis-je, sont d'une lenteur insidieuse,                       mais toujours enrubannés, galonnés, brodés et couverts à                       profusion des dentelles que sécrètent les servitudes dorées.                       Aussi la France dont le Vichy planétaire des modernes porte                       les pierreries ne saurait-elle dire crûment à une Europe                       livrée à l'orfèvrerie de l'occupation américaine:

                       " Ouvrez donc vos yeux et vos oreilles sur le destin véritable                       du monde imaginaire qui glisse de vos mains serties de diamants,                       observez le fer en fusion des évènements monochromes dont                       la coulée passe au large de vos nations asservies. N'avez-vous                       pas entendu de vos propres esgourdes dressées dans le matin                       frais les strophes et les cantates d'une certaine Mme Nuland,                       qui expliquait mot à mot à Jeannot lapin courant dans le                       thym et la rosée qu'elle avait déjà déboursé cinq milliards                       de dollars à salarier en masse les pseudos révolutionnaires                       de l'Ukraine de l'Ouest?

"Vos                       rétines n'avaient-elles pas enregistré les traces des rabatteurs                       dépités et leurs va-et-vient embarrassés? Il leur a fallu                       payer rubis sur l'ongle des fusils bien astiqués et de fabrication                       étrangère, afin de tirer du haut des toits et sans risques                       de réplique sur une police et une population impuissantes.                       N'avez-vous pas assisté à un Pearl Harbour préparé dans                       l'ombre, enragé et coûteux, mais tout local, afin de tirer                       de leurs cabanes des Européens endormis et mauvais payeurs?                       Ne vous êtes-vous pas informés du recrutement intensif des                       mercenaires qui seuls permettent aux empires de susciter,                       d'un claquement des doigts des mouvements de foule irréfléchis,                       précipités et dispendieux, n'êtes-vous pas sortis depuis                       tellement longtemps de la forêt primitive que vous ne sauriez                       vous montrer dupes de ce genre de mise en scène du salut                       provisoire de type démocratique?

                       "Je parie qu'il ne vous a pas non plus échappé que                       vous vous êtes aussitôt pelotonnés et avec davantage d'empressement                       encore qu'autrefois sous la poigne de fer d'une puissance                       étrangère dont vous savez tous que le quartier général se                       trouve installé à Mons en Belgique depuis 1967. Vous savez                       sûrement, n'est-il pas vrai, que le Nouveau Monde n'a pas                       d'intention plus claire et plus avouée que de placer sans                       tarder l'Ukraine censée souveraine du roi Midas sous l'autorité                       vassalisatrice d'un OTAN fermement dirigé par votre maître.                       C'est donc sous le sceptre solitaire du véritable propriétaire                       de votre carcasse et de votre tête asservies que vous vous                       livrez à une mascarade politique à l'échelle de la planète:                       vous savez que tout le reste n'est que gamineries, galimatias                       et jeu d'enfants dans une cour d'école.

5                        - Les tenants et les aboutissants de votre vassalité

"Je                       suppose qu'il n'a pas échappé non plus à votre sagesse politique                       que les armes de guerre des Etats en expansion continue                       changent de calibre et de moyens de les fabriquer d'un siècle                       à l'autre. Vous avez largué vos arbalètes, vos flèches et                       vos javelots: vous n'ignorez donc pas que les cinq cents                       légions à pied d'œuvre d'Oslo à la Sicile ont des yeux et                       des oreilles inconnues de vos ancêtres - on les appelle                       maintenant des logiciels, des radars, des missiles à longue                       et à moyenne portée. Vous savez également que les nouvelles                       arquebuses se trouvent toutes installées aux frontières                       de la Russie.

"Vous                       savez enfin que ces flèches invisibles et ultra rapides                       sont appelées à percer les secrets électroniques de l'adversaire                       à de grandes distances. Vous savez donc sur quel vaisseau                       du temps et de la mort vous vous trouvez embarqués de force                       par votre maître d'au-delà des mers et vous ne pouvez ignorer                       que les automates guerriers rangés à la queue leu leu sur                       vos terres par l'étranger sont appelés à se perfectionner                       de génération en génération à l'école des alliances nouvelles                       de la foudre avec les secrets de la lumière.

"Vous                       n'êtes donc pas tout subitement devenus des sacristains                       de la démocratie, vous ne confondrez encore en rien                       les guerres suicidaires de votre temps avec celles des légions                       de César, de Germanicus ou de Varus. Et pourtant, non seulement                       vous n'avez pas compris goutte à ce qui se passe à quelques                       coudées de vos arpents, mais vous faites encore semblant                       d'obéir gentiment aux ordres de vos propres chefferies et                       de vous mouvoir sous le commandement de vos casaques souillées                       par votre servitude.

"Ne                       montez pas sur vos grands chevaux, ne prenez pas des allures                       d'indépendance, ne feignez pas de partager des fureurs profitables                       seulement à vos maîtres. Qu'avez-vous à faire cause commune                       avec une Crimée imaginaire, pourquoi la comparez-vous, avec                       un zèle emprunté aux Sudètes de 1939? C'est pitié de vous                       voir incarner le destin des moutons de Panurge ou de ceux                       que Cervantès rencontra dans les plaines de l'Estrémadure.                       La France est hors jeu dans la guerre planétaire des moutons.                       Raison de plus de faire scintiller votre nation des derniers                       feux d'une Europe asservie. Commencez donc par vous demander                       si vous connaissez bien clairement les causes véritables                       de votre expulsion de l'histoire réelle du monde.

                       "Peut-être avez-vous égaré jumelles et longues vues                       sur le chemin de la Crimée. Dans ce cas, voici le nouvel                       angle de vue que je conseille à votre astronomie politique                       d'ouvrir, toutes affaires cessantes. Figurez-vous que si                       deux cents garnisons américaines bivouaquent jour et nuit                       sur le sol des Germains, figurez-vous que si cent trente                       sept légions armées jusqu'aux dents quadrillent l'Italie,                       figurez-vous que si vous avez perdu la Méditerranée de Gibraltar                       au Caire vous ne sauriez croire que vous seriez demeurés                       libres de vos mouvements sous les saintes auréoles de vos                       démocraties verbifiques; vous savez donc pertinemment que                       les dieux de l'étranger vous ont enfoncé depuis longtemps                       sur la tête les cuirasses vocalisées de leur langage messianisé                       et que votre vassalité est donc inscrite dans votre apostolat.

6 - Les dindons de la farce

"Croyez-vous                       faire un seul pas de votre plein gré sous la toque géante                       de la syntaxe et du vocabulaire confessionnels dont vos                       maîtres ont ficelé les blasons sur vos poitrines, croyez-vous                       vraiment que vous demeurez les propriétaires réels                       de vos boîtes osseuses et de vos échines avec le crâne d'un                       autre vissé sur vos épaules? En vérité, vous vous égosillez                       à chanter en coucous mécaniques. Sachez que la Crimée                       n'est pas une hostie à protéger des griffes d'un fauve aux                       aguets de ses proies. Ne savez-vous pas encore que, depuis                       la nuit des temps, tous les grands Etats verrouillent leurs                       frontières? Que font d'autre l'Angleterre à Gibraltar ou                       aux Malouines, la France à Mayotte, la Chine à Hong-Kong?                       Pourquoi l'Espagne dispute-t-elle Ceuta et Mellila au Maroc,                       pourquoi les Etats-Unis règnent-ils sur la Grenade, sur                       le Japon et sur un canal de Panama dont ils ont repris en                       sous-main le contrôle, et pourquoi occupent-ils Guantanamo?                       Il est habile de faire flotter l'écusson d'un autre sur                       une chasse gardée qu'on n'entend pas laisser s'échapper.

"                       Sachez donc que l'Amérique est en guerre contre la Russie                       depuis la chute du mur de Berlin; sachez que depuis 1945                       la science politique mondiale s'est mythologisée et qu'elle                       est présentement devenue la victime d'une tragique régression                       mentale; sachez que si je racontais à un sénateur romain                       du IIIe siècle avant notre ère que tout l'or de l'Ukraine                       est allé à Washington et qu'en échange, le chef des Ukrainiens                       de Kiev a été reçu en grande pompe par M. Barack Obama dans                       le bureau ovale, ce sénateur verrait tout de suite qui tient                       le couteau par le manche et qui ramassera la mise.

"Sachez                       donc qu'on amuse le tapis à vous faire dire que, de votre                       côté, vous auriez décidé de ceci ou de cela sur la scène                       du monde et les Américains de ceci ou de cela de leur côté:                       vous ne faites rien, belles marionnettes que sur l'ordre                       exprès des maîtres qui tirent les ficelles de votre théâtre.                       Votre complicité à la mise en place de cette gigantesque                       mise en scène de l'histoire du monde, n'est qu'une étape                       de transition bien préparée, celle qui achèvera votre noyade                       dans une vaste zone de libre-échange avec l'Amérique. Vous                       êtes à un tournant de l'histoire du monde, celui de votre                       auto-vassalisation définitive.

Si                       Machiavel ressuscitait, il ne manquerait pas d'enrichir                       la géopolitique contemporaine de quelques addenda                       concernant les modes d'expansion propres aux empires de                       type démocratique: "Un empire, écrivait-il, dont le sceptre                       brandira un mythe politique nouveau, celui d'une promesse                       de salut du cosmos par l'intercession miraculeuse d'une                       liberté universelle, un tel empire de la rédemption, dis-je,                       fomentera des troubles chez ses rivaux et disloquera leur                       territoire par les canaux souterrains d'une croyance de                       type biblique. Quand l'empire d'en face répliquera par l'extension                       résolue de son territoire et par son habileté à laisser                       les provinces perdues pourrir entre les mains de leurs pseudo                       délivreurs, l'attaquant tentera de mobiliser la planète                       entière sous les auréoles de sa sotériologie verbale. Mais                       la démocratie universelle échouera à substituer le rêve                       d'une vie onirique de l'humanité de type idéologique à l'omnipotence                       religieuse autrefois placée entre les mains du Dieu des                       chrétiens."

7                        - La messe des démocraties

La                       France dit à votre Europe des coucous à ressorts que l'heure                       de la découverte des vrais rouages et engrenages                       du monde a sonné.

"                       Ou bien ce continent des clochettes et des sonnettes de                       la démocratie de bergerie mettra un terme au stationnement                       à la fois insultant et ridicule des troupes étrangères lovées                       sur ses arpents depuis trois-quarts de siècle, ou bien vous                       ne disposerez jamais plus du pouvoir de vous déplacer à                       votre gré, ni de l'indépendance d'esprit dont les peuples                       souverains, donc solitaires, se réclament, puisque les clauses                       de vos traités prévoient votre asservissement pour l'éternité.

"                       Les forces étrangères qui se sont massivement ruées sur                       l'Irak en 2003 ne sont-elles pas parties de Ramstein en                       Allemagne et n'ont-elles pas traversé toute l'Italie de                       Milan et Bologne et de Naples à la Sicile - et cela sous                       la protection de votre propre police? Mais si vos peuples                       se heurtent à mains nues à l'occupant, quelles formes nouvelles                       avez-vous donné au régime de Vichy? Quand ferez-vous passer                       devant votre haute cour de justice vos gouvernements vendus                       à une puissance étrangère?

"                       Mais, intus, intus equus Troyanus s'écriait                       Cicéron au Sénat. Il est en vous, il est dans vos                       têtes, le cheval de Troie. L'Europe s'est résignée                       à légitimer solennellement l'existence de l'empire américain                       dans sa tête; et rien n'est plus réel et concret, hélas,                       que les fictions gigantesque que le droit public met en                       place et cimente par l'usage. Vous savez que la géométrie                       tridimensionnelle reconnaît et vérifie l'axiomatique d'Euclide                       à la fois sur le terrain expérimental et sur celui de la                       théorie. Mais la problématique du jus gentium, elle,                       ne ressortit en rien à la simple vérification sur le terrain                       de l'action: qui peut croire un seul instant que la génération                       qui vous suit et qui vous pousse d'ores et déjà l'épée dans                       les reins se trouvera validée par l'expérience du cours                       réel de l'histoire du monde, alors que les légions de l'occupant                       d'outre-Atlantique vous enserrent dans le réseau aux mailles                       d'acier des bases militaires débarquées d'au-delà des mers                       ?

"Que                       vous étiez pitoyables à Bruxelles, où le monde entier vous                       a vus brandir à vos dépens des sabres dsont vous ne saviez                       pas qu'ils étaient de bois! Si vous entendez jouer les boy-scouts                       de Clio, savez-vous que la Russie vendra ses bons du trésor,                       suspendra le remboursement des prêts que vos capitalistes                       ont consentis à ses chefs d'entreprise, confisquera vos                       actifs, achètera des devises asiatiques en remplacement                       des vôtres, renoncera au dollar pour ses échanges commerciaux.                       

"L'Amérique                       vous met le marché en mains. Elle vous satellise autour                       de votre OTAN, dont les agents vous susurrent déjà à l'oreille                       qu'il s'agirait d'un gentil pacte d'association naturelle                       entre des brebis et les souverains de leur bergerie, elle                       ruine la spécificité de votre culture et se fait applaudir                       de la "troupe de sots" que Bérenger montrait du doigt                       au XIe siècle, à l'heure où les chrétiens croyaient dur                       comme fer qu'ils mangeaient réellement la chair d'un Dieu                       à la messe. Allez-vous vous convertir à la cervelle de la                       "troupe de sots" de la démocratie mondiale sous la                       tutelle de Washington. Croyez-vous, la tête sur le billot,                       que vos autels de la Liberté et de la Justice transformeront                       en hosties consommables les paroles liturgiques des messes                       d'une démocratie tombée entre les mains miraculées                       de Washington?

8 - Le naufrage du mythe de la maîtrise                       des mers

"Et                       puis, vous vous trompez également de stratégie tant sur                       mer que sur terre. Depuis la victoire de Pisandre sur la                       flotte athénienne à Aegos Potamos en 450 avant notre ère                       jusqu'à la guerre de 1940 à 1945, nous n'étions pas sortis                       de la logique inaugurée et démontrée par la guerre du Péloponnèse                        - la maîtrise des mers passait pour la clé des empires.                       Aussi, en 1946, le Président Truman avait-il compris que,                       pour la première fois sur cette planète, une seule nation                       victorieuse pouvait s'armer pour longtemps d'une puissance                       maritime immense, puisqu'elle serait à l'échelle du globe                       terrestre.

"Si                       la flotte de guerre des Anglais n'avait pas coulé les deux                       seuls cuirassés du IIIe Reich, le Scharnhorst et                       le Gneisenau, Montgomery n'aurait pas mis en déroute                       les tanks du Général Rommel en Afrique du Nord, parce que                       le transport suicidaire du carburant embarqué sur de simples                       pétroliers entre Chypre et Tripoli n'aurait pas été voué                       à un échec inévitable. Mais des missiles tirés à la vitesse                       de six dixièmes de secondes au kilomètre - et téléguidés                       par des horloges électroniques à partir des rivages les                       plus tranquilles, parce qu'enfouis à quarante mètres sous                       la terre - se font un jeu d'enfant de détecter et d'envoyer                       par quatre mille mètres de fond des mastodontes dont les                       carcasses de fer et d'acier auront été rendues                       vulnérables. La flotte de guerre de l'Amérique est devenue                       aussi imaginaire que l'excommunication majeure du Moyen-âge                        - une arme de surface ne symbolise plus que les sillages                       et les trajectoires d'une théologie de l'apocalypse en retard                       sur notre temps.

"Mais                       la candeur stratégique de la France d'aujourd'hui ne saurait                       aller longtemps jusqu'à ignorer que l'inconscient militaire                       de l'humanité demeure de type théologique et mythique et                       que l'art de la guerre mime encore le récit d'un Déluge                       et de l'arche de Noé. Quant à la France actuellement à l'avant-garde                       de la science stratégique mondiale, elle accorde l'absolution                       pleine de commisération de Descartes, de Montaigne et de                       Montesquieu aux cerveaux d'hier et d'avant-hier, parce que                       la civilisation des Celtes d'aujourd'hui a trouvé son berceau                       au XVIIIe siècle.

"Elle                       n'est donc pas près de revenir aux narrateurs d'un monde                       en images; mais si votre entendement vous apprend que l'histoire                       de la planète ne s'arrêtera pas sur l'ordre du pédagogue                       biblique qu'on appelle l'OTAN, si votre saine capacité de                       jugement vous convainc que le Vieux Monde se réveillera                       avant la ruine du dollar ou l'épuisement financier du premier                       empire militaire mondial, alors, ne pensez-vous pas que                       l'Ukraine sera à la fois un révélateur et un levier géant                       de l'histoire de la planète et que cet accélérateur de particules                       vous contraint d'ores et déjà à changer le rythme et la                       cadence de votre auto-vassalisation?

Le                       21 mars 2014



17/05/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres