GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

L'ENIGME D' HYPERBORÉE

 

 

Nous savons peu de choses de la grande civilisation d’Hyperborée, qui pourtant ne fut pas un mythe. Ce monde disparu nous a sans doute laissé une “Capsule du Temps”, qu’il avait aménagée en sentant sa fin prochaine.
Le Voyage au Centre de la Terre de Jules Verne pourrait nous servir de fil conducteur, apte à nous guider vers ce dépôt inestimable.
Dans cet ouvrage,
 Verne semble s’être inspiré de la saga de Snorri Sturluson Heimskringla pour imaginer son récit. Arne Saknussem cité par Jules Verne, a réellement existé. Ce fut, au XVIe siècle, un des esprits les plus lumineux de son temps, un disciple de l’art des transmutations. Tous les travaux de ce savant furent brûlés sur la place publique!
Jules Verne initié, Jules Verne membre des Polaires et des Neuf Supérieurs inconnus, ces trois hypothèses ont été avancées par les admirateurs de cet homme de génie. Une autre supposition peut également être avancée, nous en reparlerons plus loin. Déguisant une vérité dont il aurait été le dépositaire, l’auteur, dans son célèbre roman d’aventure, s’appuyait sur le thème d’une vieille tradition islandaise affirmant que l’alchimiste insulaire Arne Saknussem était parvenu, au XVIe siècle, au centre de la Terre et en serait ensuite revenu.

Les données actuelles de la composition interne de notre planète apportent une contradiction formelle à ce récit. Cependant, de nombreux géologues reconnaissent que certaines portions de notre globe seraient trouées comme un fromage. Cette possibilité aurait permis, dans un lointain passé, à une civilisation de surface de s’aménager, dans les entrailles de la terre-mère, un refuge sûr. N’oublions pas cependant, que dans la partie de l’Islande où Jules Verne situe son récit, des volcanologues ont découvert voici quelques années de fantastiques tubes de lave pouvant parfaitement être exploités! L’auteur les avait évoqués…
Pour certains, Voyage au centre de la Terre sent le soufre. Il est en effet curieux de constater que c’est en partant de l’écriture runique que les héros du récit découvrent l’accès au silencieux royaume d’en dessous. Les runes sont les legs de l’ancienne Hyperborée.
Le célèbre Ordre noir, de triste mémoire, étudia avec un soin tout particulier cette écriture à vocation dite magique. Dans son livre, l’écrivain visionnaire présente les trois groupes de runes qui auraient été gravées sur une pierre levée, par Arne Saknussem, comme un message à clé.
L’Ahnenerbe (Héritage des ancêtres) fut fondé en 1933 et rattaché à la SS en 1935, cette organisation vue de l’extérieure n’avait apparemment rien de mystérieux. Placé sous la direction du Pr Wurst, assisté de Wolfram Silvers, elle recherchait sous une forme intéressante et scientifique, l’espace, l’esprit, les actes et l’héritage de la race nordique indo-germanique. Cependant son objet même la plaçait au centre de l’univers SS.
L’Ahnenerbe devint rapidement une « centrale de recherches raciales ». 150 départements d’études la composaient, ces dernières étaient contrôlées et doublées par une quinzaine de commissions plus ou moins occultes. Parmi ses animateurs, on comptait de nombreux universitaires dont plus de trente professeurs de faculté.
Trois directions d’études principales constituaient ses missions : l’héritage proprement dit (Erbe) ; l’espace (Raum) et l’esprit (Geist. C’est ainsi, que la préhistoire y fit bon ménage avec la géopolitique et avec la philosophie.
Le but de l’Ahnenerbe était de confirmer, de moderniser et de compléter les hypothèses racistes du siècle précédent. Dans un étrange mélange d’esprit scientifique et de ferveur romantique, il s’agissait s’expérimenter à nouveau tous les fondements de la connaissance. Aucun domaine ne devait rester étranger à l’Ahnenerbe en particulier l’antiquité germanique. Cette dernière avait pour mission de s’opposer à mille ans de dictature spirituelle judéo-chrétienne sur l’Europe.
En 1939, le Dr Scheffer organisa une expédition au Tibet. Il pénétra dans Lhassa, alors ville interdite et prit des contacts étranges avec les prêtres des lamaseries.
Pendant des années, les rapports s’accumulèrent et les recherches ne furent pas interrompues par la guerre.

« Le Voyage au centre de la Terre », de Jules Verne, fut passé au crible et le message composé de caractères runiques attribués à un vieil alchimiste fut décodé et redécodé… un commando spécial de la SS explora l’Islande et plus particulièrement le Sneffels ! 
Ne sourions pas, il y a moins de dix ans une unité spéciale française se livra au même exploit. Pendant une quinzaine de jours, sans nouvelles d’elle, les services secrets dont elle dépendait la jugèrent perdue corps et bien ! 
Heureusement, il n'en était rien.

Cliché : De nombreuses cavernes difficiles d'accès ne nous ont pas encore livré tous les secrets qu'elles conservent jalousement.
 GUY TARADE


26/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres