GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

La cassure de l'Ebola a coïncidé avec les campagnes de vaccination de l'ONU

Ebola-Virus-002-565x250.jpg

The Ebola Breakout Coincided With UN Vaccine Campaigns

La cassure de l'Ebola a coïncidé avec les campagnes de vaccination de l'ONU
par admin · 17 août 2014
La pandémie de virus ebola a commencé fin février dans l'ancienne colonie de Français de la Guinée, tandis que les agences de l'ONU menaient des campagnes de vaccin dans tout le pays pour trois autres maladies dans les districts ruraux. Les éruptions simultanées de ce virus de filovirus dans des zones très séparées donne fortement à penser que la souche virulente du virus ebola Zaïre (ZEBOV) a été volontairement introduite pour tester un antidote dans les procès secrets sur les êtres humains sans méfiance.
L'évasion de fusions-acquisitions internationales du virus ebola dans voisins de Sierra Leone et au Libéria indique quelque chose a terriblement mal au cours des essais cliniques illégales par une grande compagnie pharmaceutique. À travers l'objectif sombre, la libération du virus ebola pourrait bien avoir été un acte de guerre dans la lutte postcoloniale pour contrôler l'Afrique de l'Ouest riche en minéraux
Plus tôt cette année, les résidents ruraux se tenait avec impatience en ligne pour recevoir les vaccins de programmes médicaux financés par l'étranger. Depuis la dissimulation de la flambée initiale, toutefois, paniquée folk rural d'ouest-africains est terrifiés par n'importe quel traitement de programmes d'aide internationaux par crainte d'une campagne de génocide selon la rumeur. L'hystérie de masse est également alimenté dans une région traditionnellement ciblée par les pédophiles occidentaux par le fait que filovirus survit plus longtemps dans le sperme que dans les autres liquides organiques, un point qui a donné lieu à des attaques meurtrières sur les jeunes hommes soupçonnés d'être homosexuels. Ebola a fait exploser la parano, et peut-être que c'est exactement l'objectif d'une stratégie de déstabilisation.
Cette série en cours de journalisme d'investigation des rapports sur la crise de l'ebola expose comment les africains de l'Ouest sont largement justifiées dans leur méfiance à l'égard des agences aide occidentale qui a déclenché, si par erreur ou délibérer d'intention, le plus virulent virus connu de l'homme.
Voir associé : Africains accusent « Occidentaux » de propager le virus Ebola: « Partout où ces gens ont passé, les communautés ont été touchées par la maladie. »
Culpabilité sans doute
Une paire de précédents articles de cet auteur examiné les rôles britanniques et américains dans le développement de virus ebola dans une arme biologique et ses antidotes en produits commerciaux. Ce troisième essai examine l'étrange coïncidence de l'évasion plus tôt en Guinée avec trois campagnes de vaccination importante menées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Agence de l'enfance des Nations Unies UNICEF. Au moins deux de la vaccination de programmes ont été mis en place par Médecins Sans frontières (MSF, ou médecins sans frontières), alors que certains de ces vaccins ont été produit par Sanofi Pasteur, un Français produit pharmaceutique dont principal actionnaire est le Groupe Rothschild. Ce rapport révèle la connexion Français contre l'ebola africain pandémique.
Cobayes humains
Le cobaye utilisé en laboratoire, essais de nouveaux médicaments est ni un cochon ni de Guinée, puisque son habitat naturel est sur un autre continent, plus précisément des Andes. Les sujets de test au moment des premières éclosions ebola en Guinée n'étaient pas les rongeurs ou les porcs ; ils étaient des humains.
Le mystère au cœur de l'épidémie d'ebola, c'est comment la souche 1995 Zaïre (ZEBOV), qui a pris naissance en Afrique centrale de quelque 4 000 km à l'est dans les provinces (zaïrois) congolais d'Afrique centrale, réussi à soudainement ressurgir maintenant une dizaine d'années plus tard en Guinée, Afrique de l'Ouest. Puisqu'aucune preuve des infections à virus ebola en transit n'a été détectée dans les aéroports, les ports ou les autoroutes, l'infection initiale doit ont proviennent d'un des deux deux itinéraires alternatifs :
-Premièrement, la possibilité d'un anonyme « Patient A », un survivant de la pandémie dévastatrice du Zaïre 1995, peut-être un médecin ou un travailleur médical qui était porteur du virus dormant en Guinée. Un exemple d'un Patient A est Patrick Sawyer, le résident américain infecté du Libéria qui tout d'abord transmis le virus ebola au Nigéria. Aucune tentative a été faite par le ministère de la santé nationale ou des organismes internationaux pour retrouver et identifier l'affaire initiale d'ebola en Guinée. Jusqu'à présent, pas la moindre preuve est apparu pour indiquer & nbs p; la victime première d'être un étranger ou un guinéen qui avait voyagé à l'étranger.
-Deuxièmement, l'absence d'un Patient A laisse la perspective d'un test non autorisé chez les humains d'un nouvel antidote pour ebola en Guinée rurale, effectuée sous le couvert d'un programme de vaccination pour une autre maladie. Que le but de l'essai clinique secrète était de santé civile ou utilisation militaire d'un antidote à base d'anticorps ne peut être déterminée pour le moment.
La raison de suspecter une campagne de vaccination plutôt qu'une entreprise est due au fait que la contagion du virus d'ebola n'a pas commencer à un seul centre géographique et est ensuite étendue vers l'extérieur le long des routes. Au lieu de cela. foyers simultanés de plusieurs cas se sont produits dans des régions très éloignées du Guinée rurale, ce qui indique un effort très bien organisé pour infecter des résidents dans des endroits différents dans le même délai.
L'épidémie d'ebola au début de mars a coïncidé avec les trois campagnes de vaccination séparé dans tout le pays : un effort de vaccin oral du choléra de Médecins Sans frontières en vertu de l'OMS ; et des programmes de prévention financées par l'UNICEF contre la méningite et la polio :
-Le projet de MSF / OMS administré le vaccin anticholéra Shanchol. Le producteur de drogue Shanta Biotechnics à Hyderabad, en Inde, est qu'une filiale en propriété exclusive de Sanofi Pasteur basé à Lyon, France. Anciennement Sanofi Aventis, l'industrie pharmaceutique contrôlé par les gros actionnaires L'Oréal et le Groupe Rothschild.
-L'oral anti-polio de vaccin (VPO) financée par l'UNICEF reposait sur une souche de semence pathogène développée par Sanofi Pasteur, qui exploite l'usine de production de vaccin du monde plus grande la polio.
-Le vaccin contre la méningite MenAfriVac, a été produit par le Serum Institute of India, détenue par le magnat Cyrus Poonawalla, sous financement du développement de la Fondation Bill et Melinda Gates. En 2013, une voiture de l'UNICEF au Tchad avec le même médicament a fait 40 morts enfant de symptôme lié au vaccin. MSF a participé au projet Afrique de l'Ouest contre la méningite.
Médecins Sanofi Frontieres
Bien que centrée sur le rôle Français, il serait injuste de ne pas faire la lumière sur le chef américain de l'Agence de l'enfance des Nations Unies. Directoire exécutif de l'UNICEF Anthony Lake possède une expérience de carrière idéale pour le poste de protecteur des enfants dans le monde entier. Tony Lake a été conseiller de sécurité nationale au Président Bill Clinton responsable des interventions militaires américaines, y compris : la guerre de Bosnie-Herzégovine contre la Fédération yougoslave ; la bataille de Mogadiscio, en Somalie, mieux connu sous le nom « Blackhawk Down ». et opération de défendre la démocratie en Haïti. Un ardent & nbsp;Sioniste converti au judaïsme, il est le patron idéal pour distribuer des vaccins risqués en Guinée de la majorité musulmane.
L'un des alliés internationaux les plus proches du lac au cours de la guerre des Balkans, qui partage sa politique de « démocratie expansionniste » et « intervention humanitaire » est le héros juif-Français Bernard Kouchner. Le co-fondateur de Médecins Sans frontière, l'homme politique gauchiste-doctor a été nommé ministre des affaires étrangères sous néoconservateur Président Nicholas Sarkozy. Avant de succomber à la tentation de crier « Médecin guéris-toi toi-même! », nous allons retourner à dépister le virus ebola.
MSF, qui se traduit en anglais par Médecins sans frontières, favorise elle-même comme une bande de courageuse de médecins altruistes qui passent leur temps et leurs propres économies sur l'aide aux pauvres dans les points chauds globales. Bon nombre des volontaires, à leur crédit individuel et la bonté morale, illustrent en fait l'image de relations publiques, jamais se rendre compte que les sociétés commanditaires MSF comprennent le Bill Gates-fondé géant Microsoft, Goldman Sachs, AIG, Morgan Stanley, Bank of America, BlackRock, Bloomberg et le Français Havas géant publicitaire.
Un trombinoscope des prédateurs de l'entreprise, s'il en est, la liste des donateurs est notamment absent des principaux produits pharmaceutiques, parce qu'il serait un conflit d'intérêts pour distribuer charitablement des vaccins à partir d'une société de produits tout en étant payé pour la publicité gratuite. Afin d'éviter les apparitions d'inconvenance éthique à l'échelle mondiale, les Nations Unies par le biais de ses agences de l'OMS et l'UNICEF paie la facture, les majeurs pharms obtenir les bénéfices et cadres MSF avec leur horde de bénévoles brillants passer outre les vaccins bas de gamme sur les es de masse de souffrance.
Pour ne pas décourager les médecins idéaliste d'une noble cause, il y a l'attrait indéniable de fièvre de safari et exotisme orientaliste pour un chirurgien de Pittsburg ou Strasbourg pour prendre part à cet hybride de « Amazing Race » et le Club Med. Hors maintenant avec les gants de chevreau : tout en posture comme fondée sur des principes éthiques « témoins » de la misère humaine, le rôle fonctionnel de MSF est comme un tapis roulant dumping vaccins de principaux produits pharmaceutiques sur le faible revenu et mal instruit des populations du tiers-monde.
Des doses répétées de toxines puissantes sur les populations en mauvaise santé, qui aucune agence de santé publique dans le monde occidental n'OSE tenter à l'intérieur de ses frontières, peuvent avoir des effets secondaires néfastes, notamment sur les enfants. Le nombre de victimes de la vaccination ont été enterré sous le cache-maillots officiels et non rapportée par les médias. Pire encore, vaccin pourraient bien les programmes ont été utilisés pour dissimuler des essais humains des anticorps qui a pris naissance dans les laboratoires de guerre biologique aux fins de meurtre de masse des nations entières.
Portées de meilleurs Plans
Médecins sans frontières (MSF), autrefois basé à Paris et maintenant à Genève, relève un sombre nuage de suspicion parce que sa distribution du vaccin anticholéra en deux étapes. Les dosages doivent être prises dehors une quinzaine de jours et cette procédure répéter probablement fourni le prétexte pour un test d'ebola équipe pour insérer le virus d'ebola dans les corps des victimes et revenir plus tard pour distribuer l'antidote d'anticorps monoclonaux (ACM).
Médecins sans frontières (MSF), autrefois basé à Paris et maintenant à Genève, relève un sombre nuage de suspicion parce que sa distribution du vaccin anticholéra en deux étapes. Les dosages doivent être prises dehors une quinzaine de jours et cette procédure répéter probablement fourni le prétexte pour un test d'ebola équipe pour insérer le virus d'ebola dans les corps des victimes et revenir plus tard pour distribuer l'antidote d'anticorps monoclonaux (ACM).
(C'est ne pas de dire que MSF a sciemment participé en tant qu'organisation, mais que son style de « Fédération » de gestion laisse beaucoup d'espace de manœuvre pour un médecin non éthique d'infiltrer un programme-pays au nom un client pharmaceutique).
Après exposition au virus ebola, un patient présente des symptômes de forte fièvre, de vomissements et de diarrhée, pas moins de 8 jours plus tard et plus susceptibles, après deux semaines. Nouveau arrivant sur le calendrier, l'équipe secrète de dépistage des drogues administre les anticorps anti-ebola comme "la deuxième dose de vaccin contre le choléra". Le crime parfait des essais humains illégale aurait aller au large sans accroc.
Toutefois, un problème se pose lorsque beaucoup de sujets du test tombent malades en moins de deux semaines et sont incapables de marcher des dizaines de kilomètres vers les centres de vaccin. Avec une grande partie de la cohorte initiale des sujets humains absents pour l'antidote et ebola hors de contrôle dans l'arrière-pays, les secrets free-falls essais cliniques vers une fosse de responsabilité et d'action en justice. Gestionnaires des opérations déçu pour l'ordre pharmaceutique parraine l'exfiltration de leurs agents médicaux hors de Guinée, laissant des centaines de victimes à mourir dans d'atroce douleur que la contagion se propage. N'importe qui à Paris ou à Genève se soucie vraiment ? Ne pas s'étouffer de rire.
L'éclosion de Guinée n'était pas indiquée par l'OMS jusqu'à 6 semaines après le premier tour des infections en février, ce qui est assez étrange, étant donné les armées de travailleurs médicaux loin dans la campagne au cours de ces campagnes de trois vaccins. En revanche, le bureau MSF au Sénégal voisin savait sur la contagion de l'ebola guinéen moins d'un mois après l'éclosion.
À l'intérieur et en dehors des Zones de la mort
Sur le plan de l'Afrique, la République de Guinée (ne doit ne pas être confondu avec la Guinée équatoriale sur la côte de l'Afrique centrale) a la forme d'une lettre inversée C, effectuer une boucle au large de la côte Atlantique, serpentant au sud-est vers l'intérieur. Le fleuve Niger traverse le pays d'est en ouest ; deux régions distinctes le long de ses rives étaient les centres de l'épidémie d'ebola initial.
Les premières infections étaient concentrées dans les préfectures intérieures de Guecedo et Macenta sur les frontières intérieures de la Sierra Leone et au Liberia. La région touchée plus était plus proche de la côte Atlantique dans les districts de Boffa et Telimele et la capitale de l'île voisine de Conakry. Les décès à Conakry étaient concentrés à l'hôpital de Donka, le centre de traitement principal.
Ce qui frappe dans le plan de la Croix Rouge-Red Crescent Society des zones d'épidémie a été l'absence d'infections sur une large bande le long de la frontière avec le Sénégal, MSF conserve son siège régional avec un effectif de 300 membres, dont 80 étrangers. La raison peut être attribuée au climat plus sec du Sénégal, mais au contraire des infections de virus ebola ont été signalées près de frontière du Nord de la Guinée Mali arid, ce qui est dans le désert du Sahara.
Sur les premiers rapports de l'épidémie, la direction de l'Institut Pasteur à Dakar, au Sénégal, a dépêché un laboratoire de microbiologie mobiles à Conakry à la demande du ministère guinéen de la santé. Pendant ce temps, le bureau allemand financé par Bernhard-Nocht Institut de médecine tropicale au Ghana a coopéré avec l'OMS pour mettre en place un laboratoire mobile dans la préfecture de Guéckédou.
Membres du personnel MSF à l'intérieur de la Guinée a coopéré avec les efforts du gouvernement ministère de la santé à mettre en place des chambres d'isolement dans des cliniques locales et les hôpitaux ainsi que de centres de collecte de sang-échantillon. Malgré les assurances de l'OMS et les CDC qu'ebola n'est pas transmise par l'eau ou air, plus de 100 infirmières et médecins, y compris les expert d'ebola haut de la Sierra Leone, ont trouvé la mort jusqu'à présent. Désinformation sur la transmission du virus d'ebola est inexcusable, lors de la flambée de Zaïre 1995 était s'est tout d'abord par le baptême de cadavres.
Tournant panique en Profit
Une autre surprise effroyable suis tombé en juin avec la « deuxième vague » des infections à virus ebola apparemment plus virulentes sur la Sierra Leone, même après que la pandémie venait sous contrôle en Guinée. Ce deuxième atelier pourrait être liée à une mutation causée par l'introduction d'anticorps monoclonaux lors des essais d'antidote secrètes. Confronté par Mab-activé des réponses immunitaires chez l'homme, le virus est susceptible de s'adapter en augmentant la vitesse de sa station d'accueil avec des cellules sanguines humaines non protégés. Si la mutation est confirmée, alors tous les sérums axée sur le Mab & n bsp; devraient être interdite en raison de l'émergence potentielle de l'imparable "super virus", une souche modifiée du virus ebola sur les stéroïdes.
Médias ont mis l'accent sur deux remèdes éventuels pour ebola émises par les sociétés de biotechnologie ZMapp et Tekmira, deux d'entre eux essentiellement affaires façades pour partage de brevets consortiums. Quelle que soit la compagnie gains approbation de FDA, prête à oublier le risque d'enfoncer des mutations, ne manquera pas de gagner des contrats fournisseurs énorme de l'OMS et le ministère américain de la défense.
Le dark horse dans la course à pied pour profiter de la panique de l'ebola est basé en France de Sanofi Pasteur. Pharmaceutical troisième du monde, en vertu de la CEO Serge Weinberg, a acquis une réputation de succès viennent de l'arrière dans la phase finale des essais cliniques chez les humains. Weinberg a marqué un coup d'État en courtiser son nouveau directeur scientifique Gary Nabel quitte son poste de directeur de la recherche Immunologie virale à la National Institutes of Health (NIH).
La stratégie de Sanofi pour ebola est gardée sous le boisseau par son partenaire biotech que Sutro Biopharma basé à San Francisco. Sutro directeur général John Freund, MD, est un ancien dirigeant de Morgan Stanley, qui a construit son portefeuille de la santé. La stratégie de Sutro-Sanofi-Nabel anticorps monoclonal (ACM), à l'aide de l'antigène tumoral Mabs, est cotée à des fins « non-». L'utilisation d'anticorps des cellules anormales ou cancéreuses est identique à la méthode de la fusion cellulaire utilisée par leur concurrent maintenant mieux connu ZMapp.
Pour l'exécutif contraires à l'éthique, il est tentant d'effectuer des tests de drogue chez les humains sans perdre les années sur les procès du singe, comme le faisait du temps de guerre Japon unité 731 et par le Dr Joseph Mengele. En 2008, Sanofi a été accusé de mener des essais secrets d'un vaccin contre le H5N1 non testé sur les 350 personnes sans-abri en Pologne, tuant au moins 21 personnes et provoquant l'hospitalisation de 200 autres, selon le Telegraph de Londres.
La propagation de sang-froid d'une fièvre hémorragique ne peut être attribuée uniquement à la cupidité, puisque biodefense sécurité est également un motif. L'épidémie en Afrique de l'Ouest était probablement liée à une expérience de double usage, pour application en santé tropicale et comme un bouclier de guerre, tel qu'illustré dans les deux essais précédents dans cette série.
Sur la liste des Suspects
Bien que signataire de la Convention, la France armes biologiques n'a pas signé à bord jusqu'en 1984, fournissant suffisamment le temps de couvert ses recherches de guerre sous sarraus civils. La nation qui a produit de brillants scientifiques comme Louis Pasteur, le découvreur de pionnier des vaccins, France était un des centres de recherche principaux comme armes biologiques, appliquer la fièvre charbonneuse, salmonella, chorela et rindepest, les toxines qui résonnent avec l'engouement Français pour la cuisine.
Les militaires Français après-guerre n'en avaient pas la capacité de réquisitionner les technologie de redoutables armes biologiques de l'Allemagne, comme l'a fait la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et l'Union soviétique. Au lieu de se concentrer sur la passion allemande pour la guerre "germe", les chercheurs médicaux Français sauté à venir en se concentrant sur la biologie moléculaire, dont les virus sont d'un vif intérêt pour leurs interactions avec les protéines dans la membrane cellulaire et des acides nucléiques. En raison de la sophistication de leur haute technologie, il est rare pour les centres de recherche Français être pris en flagrant délit, comme cela est arrivé quand le Pasteu r Institut en Iran a été découvert pour être artisanat aflatoxine pour l'armée du Shah.
Des biologistes Français en outre ont eu une expérience profonde dans tropicales pathogènes de leurs propres colonies africaines et le Congo belge. Réalisation plus notable de la nation au cours des dernières années a été isolement de Luc Montagnier du VIH, qui notamment il prétend n'était pas d'origine africaine, ce qui indique la vaste bibliothèque de l'Institut Pasteur d'agents biologiques.
Les Français sont maîtres de l'ambiguïté et de la dissimulation, et donc il n'y a aucune chance pour un attaché militaire Français à voir se pavaner autour de Guinée ou la Sierra Leone comme un Jean Reno. La CDC au Libéria, en revanche, avec son effectif avant de 50 membres, marchant dans un équipement de protection se distingue comme un pouce endolori.
Par conséquent, n'oubliez pas de mettre le Palais de l'Elysée sur la liste de suspects si ebola se trouve être une attaque de guerre à déstabiliser l'Afrique de l'Ouest et à redessiner les frontières géopolitiques. L'armée Français est la plus grande force étrangère sur le continent. Pour reprendre la métaphore de Churchill de poupées gigognes, les anticorps sont un rébus enveloppé de mystère du virus ebola à l'intérieur d'une énigme de guerre biologique.
L'autre projet de Sanofi en Guinée impliquant une campagne de vaccination contre la polio pourrait ont permis le travail de vérification sur le taux de réussite des tests anticorps secrète. Dans l'affirmative, il a été un échec lamentable ou peut-être un succès sauvage. Dans les deux cas, les industries pharmaceutiques et biotechnologiques seront ont profité grassement la crise ebola lorsque biodefense-recherche généraux, les hauts fonctionnaires et les bureaucrates UN air penaud signent des contrats de R&D de plusieurs millions d'euros.
Afrique fiévreux
Après que rurales ouest-africains, s'est rendu compte que les programmes de vaccination a coïncidé avec l'épidémie d'ebola Zaïre, étrangers financés par les membres du personnel médical ont été agressé par des foules en colère et un centre de traitement du virus ebola en Sierra Leone a été brûlé à la terre. Lorsque le médicament est exposé le problème et pas une solution, les militaires ont à être appelé pour réprimer la rébellion publique. Les limites de tous les pays de la région sont maintenant scellées par des troupes, et donc la vérité derrière cette épidémie sera probablement enterrée avec les victimes.
En ce qui concerne les MSF, UNICEF, OMS, CDC, NIH, USAMRIID et le reste de la soupe à l'alphabet de l'hypocrites oafs de pharmaco-sorcellerie, l'instinct grégaire d'autopréservation empêche toute divulgation honnête. Comme chaque jour passe et le nombre de victimes de monter, le fardeau de la preuve du crime pèse plus lourd. Une enquête digne de foi sur cette pandémie propagation rapide et la poursuite des auteurs devant une Cour de justice ont toutes les chances de chutes de neige au Zaïre.
A propos de l'auteur : Yoichi Shimatsu, rédacteur scientifique basée en Thaïlande, a organisé des séminaires de santé publique par le leader des microbiologistes et des herboristes au cours de l'épidémie de SRAS à Hong Kong et la crise de l'influenza aviaire dans toute l'Asie.
 
 

 

 
The ebola pandemic began in late February in the former French colony of Guinea while UN agencies were conducting nationwide vaccine campaigns for three other diseases in rural districts. The simultaneous eruptions of this filovirus virus in widely separated zones strongly suggests that the virulent Zaire ebola strain (ZEBOV) was deliberately introduced to test an antidote in secret trials on unsuspecting humans.
The cross-border escape of ebola into neighboring Sierra Leone and Liberia indicates something went terribly wrong during the illegal clinical trials by a major pharmaceutical company. Through the lens darkly, the release of ebola may well have been an act of biowarfare in the post-colonial struggle to control mineral-rich West Africa

b7485c9acb

Earlier this year, rural residents eagerly stood in line to receive vaccinations from foreign-funded medical programs. Since the cover-up of the initial outbreak, however, panicked West Africans rural folk are terrified of any treatment from international aid programs for fear of a rumored genocide campaign. The mass hysteria is also fueled in a region traditionally targeted by Western pedophiles by the fact that filovirus survives longer in semen than in other body fluids, a point that resulted in murderous attacks on young men believed to be homosexuals. Ebola detonated fear and loathing, and perhaps that is exactly the intended objective of a destabilization strategy.
This ongoing series of investigative journalism reports on the ebola crisis exposes how West Africans are largely justified in their distrust of the Western aid agencies that unleashed, whether by mistake or deliberate intent, the most virulent virus known to man.
SEE RELATED: Africans Accuse “Westerners” Of Spreading Ebola: “Wherever Those People Have Passed,The Communities Have Been Hit By The Illness.”  

Guilt Without Doubt

A pair of earlier articles by this writer examined the British and American roles in developing ebola into a biological weapon and its antidotes into commercial products. This third essay examines the strange coincidence of the earliest breakout in Guinea with three major vaccine campaigns conducted by the World Health Organization (WHO) and the UN children’s agency UNICEF. At least two of the vaccination programs were implemented by Medicins Sans Frontieres (MSF, or Doctors Without Borders), while some of those vaccines were produced by Sanofi Pasteur, a French pharmaceutical whose major shareholder is the Rothschild Group. This report uncovers the French connection to the African ebola pandemic.

Human Guinea Pigs

The guinea pig used in laboratory testing of new drugs is neither a pig nor from Guinea, since its natural habitat is on another continent, specifically the Andes. The test subjects at the time of the very first ebola outbreaks in Guinea were not rodents or pigs; they were humans.
The mystery at the heart of the ebola outbreak is how the 1995 Zaire (ZEBOV) strain, which originated in Central Africa some 4,000 km to the east in Congolese (Zairean) provinces of Central Africa, managed to suddenly resurface now a decade later in Guinea, West Africa. Since no evidence of ebola infections in transit has been detected at airports, ports or highways, the initial infections must have come from one of either two alternative routes:
- First, the possibility of an anonymous “Patient A”, a survivor of the devastating 1995 Zaire pandemic, perhaps a doctor or medical worker who was a carrier of the dormant virus into Guinea. An example of a Patient A is Patrick Sawyer, the infected American resident of Liberia who first transmitted ebola to Nigeria. No attempt has been made by the national health ministry or international agencies to trace and identify the original ebola case in Guinea. So far, not a shred of evidence has surfaced to indicate&nbs p;the very first victim to be a foreigner or a Guinean who had traveled abroad.
- Second, the absence of a Patient A leaves the prospect of an unauthorized test in humans of a new antidote for ebola in rural Guinea, done under the cover of a vaccination program for another disease. Whether the covert clinical trial’s purpose was civilian health or military use of an antibody-based antidote cannot be determined as of yet.
The reason for suspecting a vaccine campaign rather than an individual carrier is due to the fact that the ebola contagion did not start at a single geographic center and then spread outward along the roads. Instead. simultaneous outbreaks of multiple cases occurred in widely separated parts of rural Guinea, indicating a highly organized effort to infect residents in different locations in the same time-frame.
The ebola outbreak in early March coincided with three separate vaccination campaigns countrywide: a cholera oral vaccine effort by Medicins Sans Frontieres under the WHO; and UNICEF-funded prevention programs against meningitis and polio:
- The MSF-WHO project administered the anti-cholera vaccine Shanchol. The drug producer Shanta Biotechnics in Hyderabad, India, is a wholly owned subsidiary of Sanofi Pasteur based in Lyon, France. Formerly known as Sanofi Aventis, the pharmaceutical controlled by major shareholders L’Oreal and the Rothschild Group.
- The oral polio vaccine (OPV) drive funded by UNICEF was based on a pathogen seed strain developed by Sanofi Pasteur, which operates the world’s largest polio vaccine production facility.
- The meningitis vaccine MenAfrVac, was produced by the Serum Institute of India, owned by tycoon Cyrus Poonawalla, under development funding from the Bill and Melinda Gates Foundation. In 2013, a UNICEF drive in Chad with the same drug resulted in 40 child deaths from vaccine-linked symptom. MSF participated in the West African anti-meningitis project.

Medicins Sanofi Frontieres

While focused on the French role, it would be unjust not to shed light on the American chief of the UN children’s agency. UNICEF executive directory Anthony Lake has an ideal career background for the post of protector of children worldwide. Tony Lake was National Security Advisor to President Bill Clinton responsible for US military interventions, including: the Bosnia-Herzegovina war against the Yugoslav federation; the Battle of Mogadishu in Somalia better known as “Blackhawk Down”; and Operation Uphold Democracy in Haiti. An ardent& nbsp;Zionist convert to Judaism, he is the perfect boss to dispense risky vaccines in Muslim-majority Guinea.
One of Lake’s closest international allies during the Balkans war, who shares his policy of “expansionist democracy” and “humanitarian intervention” is French-Jewish hero Bernard Kouchner. The co-founder of Medicins Sans Frontier, the leftist politician-doctor was appointed Foreign Minister under neoconservative President Nicholas Sarkozy. Before succumbing to the temptation of shouting “Physician heal thyself!”, let’s turn back to tracking ebola.
MSF, which translates into English as Doctors Without Borders, promotes itself as a brave band of selfless physicians who spend their time and own savings on helping the poor in global hot spots. Many of the volunteers, to their individual credit and moral goodness, actually exemplify the public-relations image, never realizing that MSF corporate sponsors include the Bill Gates-founded behemoth Microsoft, Goldman Sachs, AIG, Morgan Stanley, Bank of America, BlackRock, Bloomberg and the French advertising giant Havas.
A rogue’s gallery of corporate predators, if ever there was, the donor list is notably absent  of major pharmaceuticals, since it would be a conflict of interest to charitably dispense vaccines from a drug company while being paid for the free advertising. To avoid appearances of ethical impropriety on a global scale, the UN through its agencies WHO and UNICEF foots the bill, the major pharms get the profits, and MSF executives with their horde of bright-eyed volunteers dispense the low-end vaccines on the suffering mass es.
Not to discourage idealist doctors from a worthy cause, there is the undeniable attraction of safari fever and Orientalist exoticism for a surgeon from Pittsburg or Strasbourg to take part in this hybrid of “Amazing Race” and Club Med. Now off with the kid gloves: While posturing as principled ethical “witnesses” to human misery, the functional role of MSF role is as a conveyor belt dumping vaccines from major pharmaceuticals onto low-income and poorly educated populations of the developing world.
Repeated dosages of potent toxins on populations with poor health, which no public-health agency in the Western world dares attempt inside its own borders, can have harmful side effects, especially on children. The casualties of vaccination have gone unreported by the media and buried under official cover-ups. Even worse, vaccine programs could well have been used to conceal human testing of antibodies that originated in biological warfare labs for the purpose of mass murder of entire nations.

Best Laid Plans

Doctors Without Frontiers (MSF), once based in Paris and now in Geneva, comes under a dark cloud of suspicion because its distribution of a two-step anti-cholera vaccine. The dosages must be taken a fortnight apart, and this repeat procedure likely provided the pretext for an ebola-testing team to insert the ebola virus into the victims’ bodies and later return to dispense the antidote of monoclonal antibodies (Mab).
(This is not to say that MSF was knowingly involved as an organization but that its “federation” style of management leaves a lot of maneuvering space for an unethical doctor to infiltrate a country program on behalf a client pharmaceutical.)
After exposure to the ebola virus, a patient shows symptoms of high fever, vomiting and diarrhea, no less than 8 days later and likelier after two weeks. Re-arriving on schedule, the covert drug-testing team administers the anti-ebola antibodies as “the second dose of cholera vaccine”. The perfect crime of illegal human testing should have gone off without a hitch.
A problem arises, however, when many of the test subjects fall sick in less than two weeks and are unable to walk dozens of kilometers to the vaccine centers. With much of the original cohort of human test subjects absent for the antidote, and ebola out of control in the hinterland, the secret clinical trial free-falls toward a pit of liability and legal action. Disappointed operations managers for the sponsoring pharmaceutical order the exfiltration of their medical agents out of Guinea, leaving hundreds of victims to die  in excruciating pain as the contagion spreads. Does anyone in Paris or Geneva really care? Don’t choke in laughter.
The Guinea outbreak was not reported by WHO until 6 weeks after the initial round of infections in February, which is quite odd considering the armies of medical workers afield in the countryside during those three vaccine campaigns. By contrast, the MSF office in next-door Senegal knew about the Guinean ebola contagion less than a month after outbreak.

Inside and Outside the Death Zones 

On the map of Africa, the Republic of Guinea (not to be confused with Equatorial Guinea on the coast of Central Africa) is shaped like a reversed letter C, looping off the Atlantic shore and curving southeast into the interior. The Niger River cuts across the country from east to west; two separate regions along its banks were the centers of the initial ebola outbreak.
The earliest infections were concentrated in the inland prefectures of Guecedo and Macenta on the interior borders of Sierra Leone and Liberia. The second-most affected region was closer to the Atlantic coast in the districts of Boffa and Telimele and the nearby island-capital of Conakry. The deaths in Conakry were concentrated at Donka Hospital, the prime treatment center.
What is striking about the Red Cross-Red Crescent Society map of the outbreak zones was the lack of infections over a wide swath along the border with Senegal, where MSF keeps its regional headquarters with a 300-member staff, which includes 80 foreigners. The reason can be attributed to the drier climate of Senegal, yet to the contrary ebola infections were reported near Guinea’s northern border with arid Mali, which is in the Sahara Desert.
On first reports of the outbreak, the Pasteur Institute branch in Dakar, Senegal, dispatched a mobile microbiology laboratory to Conakry at the request of the Guinean Ministry of Health. Meanwhile, the German-funded Bernhard-Nocht Institute of Tropical Medicine office in Ghana cooperated with WHO to set up a mobile lab in Gueckedou Prefecture.
MSF staffers inside Guinea cooperated with the government’s Ministry of Health effort to set up isolation rooms in local clinics and hospitals along with blood-sample collection centers. Despite assurances from WHO and CDC that ebola is not transmitted through water or air, more than 100 nurses and doctors, including Sierra Leone’s top ebola expert, have died so far. Misinformation about ebola transmission is inexcusable when the 1995 Zaire outbreak was first spread by the washing of corpses.

Turning Panic Into Profit

Another appalling surprise came in June with the “second wave” of apparently more virulent ebola infections across Sierra Leone, even after the pandemic was coming under control in Guinea. This second breakout could be related to a mutation caused by the introduction of monoclonal antibodies during the covert antidote tests. Confronted by Mab-activated immune responses in humans, the virus could be expected to adapt by increasing the velocity of its docking with unprotected human blood cells. If mutation is confirmed, then all Mab-based&n bsp;serums should be banned due to the potential emergence of the unstoppable “super-virus”, a modified strain of ebola on steroids.
News media have focused on two potential cures for ebola issued by biotech companies ZMapp and Tekmira, both of them essentially business fronts for patent-sharing consortia. Whichever company gains approval from an FDA, ready to overlook the possibility of driving mutations, will be sure to win huge supplier contracts from the WHO and the US Department of Defense.
The dark horse in the foot race to profit from the ebola panic is France-based Sanofi Pasteur. The world’s third-largest pharmaceutical, under CEO Serge Weinberg, has earned a reputation for come-from-behind success in the final rounds of clinical trials in humans. Weinberg scored a coup in wooing his new chief scientist Gary Nabel from his position as head of viral immunology research at the National Institutes of Health (NIH).
The Sanofi strategy for ebola is being kept under wraps by its biotech partner Sutro Biopharma based in San Francisco. Sutro managing director John Freund, MD, is a former Morgan Stanley executive who built its health-care portfolio. The Sutro-Sanofi-Nabel monoclonal antibody (Mab) strategy, using tumor antigen Mabs, is listed for purposes “undisclosed”. The use of antibodies from abnormal or cancerous cells is the same as the cell-fusion method used by their now better-known competitor ZMapp.
For the unethical executive, it is tempting to conduct drug tests in humans without wasting years on monkey trials, as was done by wartime Japan’s Unit 731 and by Dr. Joseph Mengele. In 2008, Sanofi was accused of conducting secret trials of an untested H5N1 vaccine on 350 homeless people in Poland, killing at least 21 and causing the hospitalization of 200 others, according to the Telegraph of London.
The cold-blooded spread of a hemorrhagic fever cannot be attributed solely to corporate greed, since biodefense security is also a motive. The West African outbreak was likely linked to a dual-use experiment, for application in tropical health and as a biowarfare shield, as shown in the two earlier essays in this series.

On the List of Suspects

While a signatory of the Biological Weapons Convention, France did not sign aboard until 1984, providing sufficient time to guise its biowarfare research under civilian lab coats. The nation that produced brilliant scientists like Louis Pasteur, the pioneer discoverer of vaccines, France was one of the leading research centers in biological warfare, weaponizing anthrax, salmonella, chorela and rindepest, toxins that resonate with the French passion for cuisine.
The postwar French military had none of the ability to commandeer Germany’s formidable bioweapons technology, as did Britain, the US and Soviet Union. Instead of focusing on the German passion for “germ” warfare, French medical researchers skipped ahead by concentrating on molecular biology, in which viruses are of intense interest for their interactions with the proteins in cell membranes and nucleic acids. Due to their high-tech sophistication, it is rare for French research centers to be caught red-handed, as happened when the Pasteu r Institute in Iran was discovered to be crafting aflatoxin for the Shah’s military.
French biologists moreover have had deep experience in tropical pathogens from their own African colonies and the Belgian Congo. The nation’s most notable achievement in recent years was Luc Montagnier’s isolation of the HIV, which notably he claims was not of African origin, indicating the Pasteur Institute’s vast library of biological agents.
The French are masters of ambiguity and dissimulation, and so there is no chance for a French military attache to be seen strutting around Guinea or Sierra Leone like a Jean Reno. The CDC in Liberia, in contrast, with its 50-member forward squad marching in protective gear stands out like a sore thumb.
Therefore, don’t forget to put the Elysee Palace on the suspect list if ebola is found out to be a biowarfare attack to destabilize West Africa and redraw the geopolitical boundaries. The French Army is largest foreign force on the continent. To borrow Churchill’s metaphor of nesting dolls, antibodies are a riddle wrapped in the mystery of ebola inside an enigma of biological warfare.
The other Sanofi project in Guinea involving a polio vaccine campaign could have enabled the follow-up work of checking on the success rate of the secret antibody tests. If so, it was a miserable failure or perhaps a wild success. In either case, the pharmaceutical and biotech industries will have profited handsomely from the ebola crisis when biodefense-research generals, high civil servants and UN bureaucrats sheepishly sign multimillion-euro R&D contracts.

Feverish Africa

After rural West Africans realized that vaccination programs coincided with the outbreak of Zaire ebola, foreign-funded medical staffers were assaulted by angry mobs and an ebola treatment center in Sierra Leone was burned to the ground. When medicine is exposed to be the problem and not a solution, the military has to be called in to quell public rebellion. The boundaries of every country in the region are now sealed by troops, and so the truth behind this epidemic will probably be buried with the victims.
As for MSF, UNICEF, WHO, CDC, NIH, USAMRIID and the rest of the alphabet soup of the hypocritical oafs of pharmaco-witchcraft, the herd instinct for self-preservation prevents any honest disclosure. As each day passes and casualties mount, the onus for the crime weighs heavier. A trustworthy investigation into this fast-spreading pandemic and prosecution of the perpetrators in a court of law have all the chances of snowfall in Zaire.
About the author: Yoichi Shimatsu, a Thailand-based science writer, organized public-health seminars by leading microbiologists and herbalists during the SARS outbreak in Hong Kong and the avian influenza crisis across Southeast Asia.
Source: rense.com

- See more at: http://asheepnomore.net/2014/08/17/ebola-breakout-coincided-un-vaccine-campaigns-2/#sthash.mmDcCn8q.berAHDb3.dpuf



23/08/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres