GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

la déesse Kali Ma ? Hors du temps est l'amour de la mère.

Meet Kali Ma, the World’s Most Intense Goddess

Kali Ma
 

Who is Kālī Ma, the most intense and potent form of the Goddess?

Beyond time is the love of the mother.

 

Listen: Time eats. It destroys. Time disintegrates everything that lives within it. It whirls its constant wheel of Create – Preserve – Destroy. All that has been becomes compost for all that will be. Nothing escapes this cycle of impermanence. It is a Law of Nature.

The Alchemists represented Time as the planet Saturn. Or consider Ecclesiastes 3: “To every thing there is a season, and a time to every purpose under the heaven. A time to be born, and a time to die; a time to plant, and a time to pluck up that which is planted…”

Hinduism, in true psychedelic fashion, represented this energy as Kālī, Kālī Ma, the Divine Mother.

It is from the womb of time, Kālī Ma, that we are born. And it is also within the womb of time that we die, and are… recycled.

 

Kālī Ma, the Wrathful Goddess

Kali Ma Kali Goddess (Via.)

Répondre à Ma Kali, déesse plus Intense du monde
par Jason Louv
Kali Ma
Qui est la forme la plus intense et puissante de la déesse Kali Ma ?
Hors du temps est l'amour de la mère.
Écouter : Temps mange. Il détruit. Temps tout ce qui vit à l'intérieur il désintègre. Il tourbillonne sa roue constant de créer conserver Destroy. Tout ce qui a été devient compost pour tout ce qui sera. Rien n'échappe à ce cycle de l'impermanence. C'est une loi de la Nature.
Les alchimistes représentant temps comme la planète Saturne. Ou considérez Ecclésiaste 3: "pour chaque chose il y est une saison et un temps pour toute chose sous les cieux. Un temps pour naître et un temps pour mourir ; un temps pour planter et un temps pour arracher ce qui est planté... »
L'hindouisme, à la mode psychédélique, représenté cette énergie sous forme de Kali, Kali Ma, la mère Divine.
C'est le ventre de sa mère de temps, Ma Kali, que nous sommes nés. Et c'est aussi dans l'utérus pendant laquelle nous mourons et sont... recyclé.
Ma Kali, la déesse courroucée
Kali Ma Kali déesse
(Via).
Ma Kali est l'aspect plus courroucé de la déesse. Elle brandit une épée sanglante dans l'un de ses nombreux bras et avec sa langue frénétique se prélassant depuis son embouchure dans l'extase, elle se dresse sur le cadavre décapité de Shiva, tenant sa tête en altitude. C'est à peine son premier meurtre : son corps bleu est croisé avec une bandoulière fait des têtes de démons et les hommes.
Le message est clair. Temps détruit tout. Il détruit tous les mortels. Il a même détruit tous les dieux. Tout est soumis à l'impermanence et le changement — même les dieux eux-mêmes.
Regarder encore au-delà de cette image redoutable. Kali est la déesse dans son aspect plus pur, son registre plus aigu. La créatrice et Annihilator de la manifestation. La mère Divine, présider à la naissance et de décès.
Kali est l'amour. On trouvera ses adorants dans les cercles nouvel âge plus bas et ils se retrouve dans les cimetières, adorant la réalité sous ses formes terminales. Tout est la manifestation. Tout est divin. Tout est de Ma Kali.
Approche sans crainte, pour tous vous voir est votre propre esprit
Kali Ma Kali déesse
(Image © 2009 Janice duc. Découvrez ses oeuvres d'art ici!)
Ramakrishna, dévot plus important de l'histoire de Kali, vu la déesse comme le portail à la réalité ultime :
« Et, en effet, il a vite découvert ce qu'une déesse étrange, il avait choisi de servir. Il est devenu peu à peu empêtré dans la page web de sa présence omniprésente. À l'ignorant qu'elle est, certes, l'image de destruction ; mais il trouve en elle la bénigne, tout-amour mère. Son cou est entouré d'une guirlande de têtes et sa taille avec une ceinture de bras humains, deux de ses mains maintenez les armes de mort, et ses yeux de fléchettes un coup de œil de feu ; mais, curieusement, Ramakrishna a estimé dans son souffle la touche apaisante du tendre amour et voit en elle la semence de l'immortalité. Elle se dresse sur le sein de sa Consort, Siva ; C'est parce qu'elle est l'inséparable de Sakti, l'alimentation, de l'absolu. Elle est entourée de chacals et autres créatures impies, les habitants de la terre de la crémation. Mais n'est pas la réalité ultime au-dessus de sainteté et d'impiété ? Elle semble être sous le choc sous le charme du vin. Mais qui créerait ce monde fou, à moins que sous l'influence d'une ivresse divine ? Elle est le plus haut symbole de toutes les forces de la nature, la synthèse de leurs antinomies, la Divine ultime sous la forme d'une femme. Elle est devenue maintenant à Sri Ramakrishna la seule réalité, et le monde est devenu une ombre négligeable. Dans son culte, il a versé son âme. Avant lui, Qu'elle se présenta comme le portail transparent au sanctuaire de l'Ineffable réalité." (À partir de l'Evangile de Sri Ramakrishna.)
C'est la vision de Kali, comme elle est, comme elle se manifeste à ceux qui s'approchent de lui sans crainte.
Kali Ma comme l'ultime féministe
Kali Ma Kali déesse
(Via).
Kali est devenu un symbole important dans l'Ouest. Elle est venue à représenter la puissance féminine, la colère et la force psychique de la menstruation. Menstruation est en effet profondément liée aux cycles de temps ; Il représente la force cyclique de destruction qui précède la fertilité. (Pourquoi vous pensez tellement hindou et déesses tibétains présentent une coloration rouge ou imagerie, ou sont adorées avec pâtes et poudres rouges?) Cycles lunaires, des cycles agricoles, menstruels cycles... étendre vers l'extérieur que la nature cyclique de la réalité elle-même. Cette vérité de base peut choquer et appall hindous traditionnels, mais pour les Tantrikas de la voie de gauche (celle du sexe et de la sorcellerie), c'est la réalité elle-même.
Il y a aucune telle chose comme un Kali Yuga
Kali Ma Yantra
(Via).
Mais mettons-nous une chose très claire.
L'hindouisme parle d'un Kali Yuga, un temps de ténèbres universel au cours duquel l'humanité atteint son nadir — dans lesquels l'humanité spirituelle de dégradation est terminée. Si des personnes vivent dans des taudis, boire de l'eau sale, manger nourriture sale et ont ainsi perdu leur vrai vue que tout ce qu'ils peuvent voir au culte sont des démons.
Il s'agit d'un concept réel dans l'hindouisme. Cependant (Voici les problèmes de traduction deviennent assez importants): il s'agit de Kali Yuga, pas le Yuga Kali. Kali est un démon. Kali est la déesse ultime. Ils ne sont pas l'être même.
La confusion de Kali et Kali a été perpétuée par les écrivains occidentaux comme Dan Simmons, qui a confondre les deux dans son roman populaire chanson de Kali. Beaucoup plus stabilisé, fascistes occultistes comme Julius Evola ont utilisé l'idée d'un Kali Yuga comme un appel pour une politique réactionnaire et nationaliste — suggérant que parce que « nous vivons dans le Kali Yuga, » nous devons revenir en arrière et revenir à un temps plus tôt, plus vierge (une idée conservatrice commune) — même retour à la monarchie et du féodalisme.
Il y a plusieurs problèmes flagrants avec cela, mais le plus important de tous est que nous ne sommes pas réellement dans le Kali Yuga et n'ont pas été depuis 1750. Selon les autorités hindoues comme Sri Yukteswar, le gourou de Paramahansa Yogananda, nous vivons réellement dans le Dvapara Yuga — sur une courbe ascendante de l'obscurité du Kali Yuga, dans laquelle l'intérêt de la liberté humaine, l'égalité et la liberté spirituelle redevenir éminents. Un temps nous sommes encore nulle part à proximité d'un monde parfait, mais dans lequel nous sommes dans un cycle constructif vers la perfection au lieu d'un cycle entropique loin de lui. Comparer les progrès incroyables dans la liberté et de la technologie depuis 1750 avec la misère médiévale qui l'ont précédé, et je pense que vous serez probablement d'accord.
Kali n'est pas un symbole de l'obscurité. Nous séparer complètement de cette pagaille ignorant de malentendus occidentaux et des détournements.
Kali Ma manifestation
Lorsqu'on examine les idées hindoues, il est crucial de les examiner au moins deux angles : la mythologie et la manifestation temporelle.
Ici, découvrez un grand clip d'un film de Bollywood dans lequel Kali tue les frères démon Chand et Mund.
Et ici, regarder un clip du gourou hindou Amma chantant un bhajan à Kali, pour obtenir un sens de la forme et l'énergie de comment Kali est appelée dans le monde moderne. Pas si effrayant, est-ce ?
pouvez-vous voir, sentir ou entendre Ma Kali en manifestation dans votre propre vie ?

 

Kālī Ma is the most wrathful aspect of the goddess. She brandishes a bloody sword in one of her many arms, and with her frenzied tongue lolling from her mouth in ecstasy she stands upon the beheaded corpse of Shiva, holding his severed head aloft. It is hardly her first kill: Her blue body is crossed with a bandolier made of the heads of demons and men.

The message is clear. Time destroys everything. It destroys all mortals. It even destroys all gods. Everything is subject to impermanence and change—even the gods themselves.

Yet look beyond this fearsome image. Kālī is the Goddess in her purest aspect, her highest register. The Creatrix and Annihilator of manifestation. The Divine Mother, presiding over both Birth and Death.

Kālī is love. Her adorants can be found in the softest New Age circles and they can also be found in graveyards, worshipping reality in its terminating forms. Everything is manifestation. Everything is divine. Everything is Kālī Ma.

Approach Without Fear, For All You See is Your Own Mind

Kali Ma Kali Goddess (Image © 2009 Janice Duke. Check out her artwork here!)

Ramakrishna, history’s most prominent devotee of Kālī, saw the goddess as the portal to Ultimate Reality:

“And, indeed, he soon discovered what a strange Goddess he had chosen to serve. He became gradually enmeshed in the web of Her all-pervading presence. To the ignorant She is, to be sure, the image of destruction; but he found in Her the benign, all-loving Mother. Her neck is encircled with a garland of heads, and Her waist with a girdle of human arms, and two of Her hands hold weapons of death, and Her eyes dart a glance of fire; but, strangely enough, Ramakrishna felt in Her breath the soothing touch of tender love and saw in Her the Seed of Immortality. She stands on the bosom of Her Consort, Siva; it is because She is the Sakti, the Power, inseparable from the Absolute. She is surrounded by jackals and other unholy creatures, the denizens of the cremation ground. But is not the Ultimate Reality above holiness and unholiness? She appears to be reeling under the spell of wine. But who would create this mad world unless under the influence of a divine drunkenness? She is the highest symbol of all the forces of nature, the synthesis of their antinomies, the Ultimate Divine in the form of woman. She now became to Sri Ramakrishna the only Reality, and the world became an unsubstantial shadow. Into Her worship he poured his soul. Before him She stood as the transparent portal to the shrine of Ineffable Reality.” (From The Gospel of Sri Ramakrishna.)

This is the vision of Kālī as she is, as she manifests to those who approach her without fear.

Kālī Ma as the Ultimate Feminist

Kali Ma Kali Goddess (Via.)

Kālī has become a prominent symbol in the West. She has come to represent female power, wrath, and the psychic force of menstruation. Menstruation is indeed deeply connected to the cycles of Time; it represents the cyclic force of destruction that precedes fertility. (Why do you think so many Hindu and Tibetan goddesses feature red coloring or imagery, or are worshipped with red powders and pastes?) Lunar cycles, agricultural cycles, menstrual cycles… expand outward as the cyclic nature of reality itself. This core truth may shock and appall mainstream Hindus, but for Tantrikas of the Left-Hand Path (that of sex and sorcery), it is reality itself.

There is No Such Thing as a Kālī Yuga

Kali Ma Yantra (Via.)

But let us get one thing very clear.

Hinduism speaks of a Kali Yuga, a time of universal darkness in which humanity reaches its nadir—in which mankind’s spiritual degradation is complete. When people live in hovels, drink dirty water, eat dirty food, and have so lost their true sight that all they can see to worship are demons.

This is an actual concept in Hinduism. However (here’s where translation issues become quite important): This is the Kali Yuga, not the Kālī Yuga. Kali is a demon. Kālī is the Ultimate Goddess. They are not the same being.

The confusion of Kali and Kālī has been perpetuated by Western writers like Dan Simmons, who conflated the two in his popular horror novel Song of KaliMuch more damagingly, fascist occultists like Julius Evola have used the idea of a Kali Yuga as a call for reactionary, nationalist politics—suggesting that because “we live in the Kali Yuga,” we must go backwards and return to an earlier, more pristine time (a common conservative idea)—even back to monarchy and feudalism.

There’s more than a few glaring problems with this, but the biggest one of all is that we’re not actually in the Kali Yuga, and haven’t been since 1750. According to Hindu authorities like Sri Yukteswar, the guru of Paramahansa Yogananda, we’re actually living in the Dvapara Yuga—on an ascending curve out of the darkness of the Kali Yuga, in which interest in human liberty, equality and spiritual freedom again become prominent. A time in which we’re still nowhere close to a perfect world, but in which we are in a constructive cycle towards perfection instead of an entropic cycle away from it. Compare the incredible advances in freedom and technology since 1750 with the Medieval misery that came before, and I think you’ll probably agree.

Kālī is not a symbol of darkness. Let us separate her completely from this ignorant muddle of Western misunderstandings and misappropriations.

Kālī Ma in Manifestation

When considering Hindu ideas, it’s crucial to examine them from at least two angles: The mythology, and the temporal manifestation.

Here, check out a great clip from a Bollywood film in which Kālī slays the demon brothers Chand and Mund.

And here, watch a clip of the Hindu guru Amma singing a bhajan to Kālī, to get a sense of the form and energy of how Kālī is invoked in the modern world. Not so scary, is it?

Where can you see, feel or hear Kālī Ma in manifestation in your own life?



25/02/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres