GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

La Russie dit non à un gouvernement mondial

Russia Says No to One-World Government

Prominent American conservative thinker and author William Lind explains why the West is ganging up on Russia

 
Russia won't take orders from Washington
Russia won't take orders from Washington
La Russie dit non à un gouvernement mondial

Éminent penseur conservateur américain et auteur William Lind explique pourquoi l'Occident est avançon vers le haut sur la Russie
Victor Olevich, s'abonner à Victor Olevich

La Russie ne prendra pas les commandes de Washington

Victor Olevich : Presque un quart de siècle s'est écoulé depuis la fin de la guerre froide. Pourtant, la Russie et l'Ouest une fois de plus se trouvent au bord du précipice d'une nouvelle guerre froide. Pourquoi Washington choisi de poursuivre une politique étrangère agressive envers Moscou, après la dissolution de l'Union soviétique en 1991 ? Auraient pu être prévenues des ces développements ?

William Lind : Création de The Washington, qui est bipartite, pense que maintenant nous pouvons dominer le monde. Il pourrait imposer à tout le monde et il pourrait forcer son idéologie, qui est parfois appelé mondialisme ou démocratie libérale, mais est en fait le totalitarisme mou de Brave New World, sur tout le monde. Si nécessaire, avec la force militaire. Il s'agit de l'hubris classique qui a détruit une grande puissance après l'autre. Il n'y a rien de nouveau à ce sujet.

Victor Olevich : Pourquoi Washington a choisi l'Ukraine comme un champ de bataille dans sa nouvelle guerre froide contre la Russie ?

William Lind : La Russie sous le président Putin représente le système de l'État et les États de manière agissent normalement au sein du système de l'État, selon leurs intérêts. L'idéologie de l'establishment de Washington dit que c'est pas comment le monde va vouloir travailler plus. Il va au contraire être essentiellement un gouvernement mondial basé à Washington. Cette idéologie inclut des notions telles que la définition de féministe des droits des femmes, dévaluation de toutes les religions, ce qu'on appelé les droits des homosexuels et la conviction que cela doit être universelle. La Russie dit non à cela. Il est dit qu'il croit dans le système d'État encore et va poursuivre ses propres intérêts sur la scène mondiale. Ainsi, lorsque la Russie a affirmé ses intérêts face à l'Ukraine qui menacent de rejoindre l'OTAN, puis Washington réagi très fortement.

Victor Olevich : La maison blanche et le département d'Etat souvent critiquent la Russie et les autres nations du monde pour porter atteinte aux normes démocratiques. Pourtant, Washington ne pensait pas hésité à fomenter le renversement d'un président démocratiquement élu de l'Ukraine Viktor Ianoukovitch et de soutenir un gouvernement qui est arrivé au pouvoir à Kiev suite à un coup d'État. Comment expliquez-vous ces deux poids deux mesures ? Ce qu'ils disent sur les valeurs inhérentes à la politique étrangère américaine aujourd'hui ?

William Lind : Création de The Washington définit la démocratie comme un système d'élections qui choisit les personnes qu'il veut être élu. Si une élection dans une autre partie du monde ne met pas au pouvoir le gouvernement qui veut que Washington, Washington refuse de reconnaître l'élection. On l'a vu plus spectaculaire dans la bande de Gaza, l'élection plus libre et plus juste jamais tenues dans le monde arabe a donné lieu à un gouvernement du Hamas au pouvoir. Et Washington a immédiatement annoncé qu'il ne serait pas le reconnaître ou y faire face.

Victor Olevich : Quel est le rôle des néo-conservateurs en déclenchant la confrontation actuelle avec la Russie ?

William Lind : Les néoconservateurs n'ont jamais obtenu au cours de la guerre froide et en vérité, ils représentent la pensée qui était contre la Russie bien avant l'Union soviétique, qui était contre la Russie au XIXe siècle. Malheureusement pour l'Amérique et le reste du monde, ils ont eu un impact considérable sur la politique étrangère américaine. Il n'y a aucune raison de qu'avoir cette influence, puisque toutes leurs aventures se sont avérés désastreux. Bien sûr, ils nous ont donné une guerre complètement inutile et ayant échouée en Irak. Néanmoins, les gens continuent à les écouter. Cela peut avoir quelque chose à voir avec le fait qu'ils ont beaucoup d'argent derrière eux.

Les néocons et les néolibéraux est très similaires et de travailler ensemble. La mise en place de Washington est bipartite. Vous avez des éléments sur la gauche et la droite qui en désaccord avec elle, en particulier le sénateur, Paul Rand, mais les deux représentent quasiment un consensus au sein de l'établissement, bien qu'ils font semblant de s'opposer à un autre, mais ils ne sont vraiment pas. Hillary Clinton, par exemple, est un néolibérale. En tant que président ses politiques ne serait guère différentes de celle des néoconservateurs.

Victor Olevich : Le ministre des affaires étrangères russe que Sergei Lavrov a récemment déclaré que l'objectif des sanctions imposées par les Etats-Unis et l'Union européenne contre la Russie est un changement de régime à Moscou. Campagne de Washington contre Poutine peut se retourner contre ?
William Lind : Oui, bien sûr. Les Etats-Unis et l'UE sont être blessé également par les sanctions. La Russie a très forte des réserves en devises, et elle doit environ 800 milliards de dollars à des banques occidentales, en grande partie qui commence à arrivent à échéance. Maintenant, en raison des sanctions, la Russie ne va pas pouvoir rouler que par emprunt plus à l'Ouest. De toute évidence, que la Russie peut faire dans ce cas est dire qu'il suspend la paiement sur tous les prêts en raison des institutions dans les pays qui participent à des sanctions jusqu'à ce que les sanctions sont levées. Soudain, les sanctions blessera l'Europe beaucoup plus qu'ils nuisent à la Russie, parce que l'Europe aura une nouvelle crise bancaire massive sur ses mains. Il y avait un flash info de la semaine dernière sur la Russie et la Chine acheter beaucoup d'or. Il pointe vers une autre façon que les sanctions peuvent se retourner. Le reste du monde et pas seulement en Russie, est fatigué d'essayer de dicter aux institutions, en particulier les banques, dans leurs propre pays, sur ce qu'elles feront, comme s'ils étaient des institutions américaines au mépris de leur souveraineté nationale aux États-Unis. Détruire cet outil complet de sanctions, non seulement dans le cas de la Russie, mais aussi en ce qui concerne les autres pays, consiste à déplacer le commerce vers une base or au lieu d'une base de dollar. Les le rôle des banques américaines va devenir hors de propos, parce que le commerce se terminera en or.

Victor Olevich : L'Europe est-elle capable d'agir sur sa propre, indépendamment des objectifs de politique étrangère des Etats-Unis ?

William Lind : Non, l'Europe à ce stade est encore tout à fait dans l'orbite de Washington. Il ne serait pas exagéré de dire que l'UE est un satellite américain. L'Europe a trop peur de la colère américaine à prendre toutes les offres russes. Il s'agit plutôt de prendre les étapes logiques dictées par la situation. Le problème de la dette, que j'ai parlé auparavant va certainement attirer l'attention de l'Europe et ramener à la maison pour eux qu'une politique anti-russe pourrait avoir beaucoup conséquences plus importantes pour eux que sa susceptible d'avoir pour Washington. En ce sens, les intérêts de l'Europe et les intérêts américains sont divergentes.

Victor Olevich : La Russie a mis en garde sur les dangers de renverser le président syrien Bashar al-Assad depuis le début de la campagne de Washington contre son gouvernement. Poutine a été prouvée à droite par les derniers événements entourant ISIS ?

William Lind : Oui, absolument, il s'est avéré juste. La politique des Etats-Unis au Moyen-Orient est tellement stupide qu'il y a un danger très réel que nous pouvons nous combattre simultanément les trois parties les rebelles islamistes en Syrie, le gouvernement Assad et l'Iran à trouver. Il faut des vrai talent en politique étrangère se battre tout le monde dans le même temps, malgré le fait qu'ils sont tous combattaient. La seule chance pour la stabilité en Syrie et pour la préservation de l'État en Syrie est le gouvernement Assad. Les décideurs de Washington veulent Assad renversé parce qu'il ne fait pas partie de leur régime de mondialiste. Nous avons vécu une situation similaire en Libye, le renversement de Muammar Qaddaffi conduit à la désintégration de l'État et un état de chaos permanent.

Victor Olevich : Ce qui est derrière la campagne de propagande de droits LGBT massive dans l'ouest ? Pourquoi ce sujet est donné autant d'attention, tandis que des sujets plus urgents sont ignorés ?

William Lind : Cela fait partie de l'idéologie de la classe dirigeante ici, qui est en fait une variante du marxisme. C'est le marxisme de l'Institut de recherche sociale, de l'école de Francfort, qui traduit le marxisme de l'économique en termes culturels. Ceci, bien sûr, est complètement différent du marxisme de l'ancienne Union soviétique, qui était plus économique que culturel. Le but du marxisme culturel depuis 1919, quand il a été conçu de façon indépendante par Lukacs en Hongrie et Gramsci en Italie est la destruction de la culture occidentale et de la religion chrétienne. Lukacs, lorsqu'il devint Commissaire adjoint de la Culture dans le gouvernement de Bela Kun introduit l'éducation sexuelle dans les écoles hongroises, parce qu'il savait que si vous détruisez les mœurs sexuelles d'une société, alors vous avez pris un pas de géant vers la destruction de sa culture dans son ensemble. La classe ouvrière hongroise a été tellement choquée par ce que Lukacs fait que lors de l'invasion de la Roumanie, il a refusé de se battre et le gouvernement de Bela Kun a été renversé. Marxisme culturel a développé plus loin dans les années 1930-1950 et est très bien l'idéologie d'État maintenant dans l'Ouest. Le fait que le président Putin est à l'origine Russie à émerger comme le plus conservateur des grandes puissances, comme la Russie était au XIXe siècle, enrage marxistes culturels et rend la Russie leur ennemi numéro un.

Victor Olevich : Que peut faire la Russie pour soutenir les forces conservatrices en bonne santé dans l'Ouest qui s'opposent marxistes culturels ?

William Lind : je pense que la Russie devrait faire ce qu'il fait en ce moment liste des personnes dans l'Ouest que vous ne pouvez résister marxisme culturel, que vous n'avez pas à penser que c'est la voie inévitable de l'avenir, et qu'un pays peut décider de conserver son mode traditionnel de vie et de croire.
Victor Olevich est un analyste politique russe-américain basé à Moscou. Ses articles ont paru dans les Izvestia, Planeta, Komsomolskaya Pravda et autres grands journaux de langue anglaise et russe et les magazines. Il est un invité fréquent sur la politiques russes talk-shows.

William Lind est un écrivain pacifiste et ancien directeur du Centre pour le conservatisme culturel à la Fondation de congrès gratuit. Il écrit régulièrement pour le magazine américain conservateur et a co-écrit "Amérique peut gagner : The Case for militaire Reform" (1986) avec le sénateur et ancien candidat présidentiel démocrate Gary Hart.
 

Victor Olevich: Almost a quarter century has passed since the end of the Cold War. Yet, both Russia and the West once again find themselves at the precipice of a new Cold War. Why did Washington choose to pursue an aggressive foreign policy towards Moscow after the Soviet Union dissolved in 1991? Could these developments have been prevented?

William Lind: The Washington establishment, which is bipartisan, thought that now we could rule the world. It could dictate to everyone and it could force its ideology, which is sometimes called globalism or liberal democracy, but is in fact the soft totalitarianism of Brave New World, on everyone in the world. If necessary, with military force. This is the classic hubris that has destroyed one great power after another. There is nothing new about it.  

Victor Olevich:  Why has Washington chosen Ukraine as a battleground in its new Cold War against Russia?

William Lind: Russia under President Putin represents the state system and the way states normally act within the state system, based on their interests. The ideology of the Washington establishment says that is not how the world is going to work anymore.  It is instead going to be essentially a one world government based in Washington. This ideology includes such concepts as the feminist definition of women’s rights, devaluation of all religions, so called gay rights, and the belief that this must be universal.  Russia is saying no to this.  It is saying that it still believes in the state system and is going to pursue its own interests on the world stage.  So when Russia asserted its interests in the face of Ukraine threatening to join NATO, then Washington reacted very strongly.

Victor Olevich: The White House and the State Department frequently criticize Russia and other nations around the world for undermining democratic norms. Yet, Washington did not think twice about fomenting the overthrow of a democratically elected president of Ukraine Viktor Yanukovich and supporting a government that came to power in Kiev as a result of a coup. How do you explain these double standards? What do they say about values inherent in US foreign policy today?

William Lind: The Washington establishment defines democracy as a system of elections that elects the people it wants to be elected.  If an election in another part of the world does not put in power the government that Washington wants, then Washington refuses to recognize the election. We saw this most dramatically in the Gaza Strip, where the freest and fairest election ever held in the Arab world resulted in a Hamas government coming to power. And Washington immediately announced that it would not recognize it or deal with it.

Victor Olevich: What is the role of neoconservatives in sparking the current confrontation with Russia?

William Lind: The neoconservatives have never gotten over the Cold War and in truth they represent the thinking that was anti-Russian long before the Soviet Union, that was anti-Russian in the 19th century. Unfortunately for America and the rest of the world, they have had an enormous impact on American foreign policy. There is no reason they should have that influence, since all of their adventures have proven disastrous. Of course, they gave us a completely unnecessary and failed war in Iraq. Nonetheless, people continue to listen to them. This may have something to do with the fact that they have a great deal of money behind them.

The neocons and the neoliberals are very similar and work together. The Washington establishment is bipartisan. You have elements on both the left and the right who dissent from it, particularly senator Rand Paul, but the two represent pretty much a consensus within the establishment, though they pretend to be opposed to one another, but they really are not. Hillary Clinton, for example, is a neoliberal. As president her policies would hardly be different from that of the neocons.  

Victor Olevich: Russian foreign minister Sergei Lavrov recently stated that the goal of the sanctions imposed by the US and the EU against Russia is regime change in Moscow. Can Washington’s campaign against Putin backfire?

 

William Lind: Yes, of course. The United States and the EU are being hurt by the sanctions also. Russia has very strong foreign currency reserves, and it owes about 800 billion dollars to Western banks, with much of that starting to come due. Now, because of the sanctions, Russia is not going to be able to roll that over by borrowing more in the West. Obviously, what Russia can do in that case is say that it is suspending payment on all loans due to institutions in countries that are participating in the sanctions until the sanctions are lifted. Suddenly, the sanctions will hurt Europe much more than they hurt Russia, because Europe will have another massive banking crisis on its hands. There was a news flash last week about Russia and China buying a great deal of gold.  This points to another way the sanctions can backfire. The rest of the world, and not just Russia, is getting tired of the United States trying to dictate to institutions, particularly banks, in their own countries, on what they will do, as if they were American institutions in complete disregard for their national sovereignty. One way to destroy this entire sanctions tool, not just in the case of Russia but also in regards to other countries, is to move trade to a gold basis instead of a dollar basis. The the role of American banks will become irrelevant, because trade will be completed in gold.

Victor Olevich: Is Europe able to act on its own, independently of U.S. foreign policy goals?

William Lind: No, Europe at this point is still very much in Washington’s orbit.  It would not be an exaggeration to say that the EU is an American satellite. Europe is too afraid of American wrath to take any Russian offers. It is rather a matter of taking logical steps dictated by the situation. The debt problem I talked about before will certainly get Europe’s attention and bring home to them that an anti-Russian policy could have much greater consequences for them than its likely to have for Washington. In this sense, Europe’s interests and America’s interests are divergent.

Victor Olevich: Russia has warned about the dangers of toppling Syrian President Bashar al-Assad since the beginning of Washington’s campaign against his government.  Has Putin been proven right by the latest events surrounding ISIS?

William Lind: Yes, absolutely, he has been proven right.  The United States policy in the Middle East is so stupid that there is a very real danger that we may find ourselves simultaneously fighting all three parties – the Islamist rebels in Syria, the Assad government and Iran. It takes real talent in foreign policy to fight everybody at the same time, despite the fact that they are all fighting each other. The only chance for stability in Syria and for the preservation of the state in Syria is the Assad government.  The Washington policy makers want Assad overthrown because he is not part of their globalist scheme.  We witnessed a similar situation in Libya, where the overthrow of Muammar Qaddaffi led to the disintegration of the state and a permanent state of chaos.

Victor Olevich: What is behind the massive LGBT rights propaganda campaign in the West? Why is this topic given so much attention, while more pressing subjects are ignored?

William Lind: This is part of the ideology of the ruling class here, which in fact is a variant of Marxism.  It is the Marxism of the Institute of Social Research, of the Frankfurt School, which translated Marxism from economic into cultural terms. This, of course, is completely different from the Marxism of the old Soviet Union, which was economic rather than cultural. The goal of cultural Marxism since 1919, when it was conceived independently by Lukacs in Hungary and Gramsci in Italy is the destruction of Western culture and the Christian religion. Lukacs, when he became deputy Comissar of Culture in the Bela Kun government introduced sex education into Hungarian schools, because he knew that if you destroy the sexual mores of a society, then you have taken a giant step towards destroying its culture as a whole. The Hungarian working class was so outraged by what Lukacs did that when Romania invaded, it refused to fight and the Bela Kun government was overthrown. Cultural Marxism has developed further in the 1930-1950s and is very much the state ideology now in the West. The fact that President Putin is causing Russia to reemerge as the most conservative of the great powers, as Russia was in the 19th century, enrages cultural Marxists and makes Russia their number one enemy.

Victor Olevich: What can Russia do to support healthy conservative forces in the West that oppose cultural Marxists?

William Lind: I think Russia should do what it is doing right now – showing people in the West that you can resist cultural Marxism, that you do not have to think that it is the inevitable way of the future, and that a country can decide to retain its traditional way of living and believing.  


Victor Olevich is a Russian-American political analyst based in Moscow. His articles have appeared in Izvestia, Planeta, Komsomolskaya Pravda and other major Russian- and English-language newspapers and magazines. He is a frequent guest on Russian political talk shows.

William Lind is a paleoconservative writer and former director of the Center for Cultural Conservatism at the Free Congress Foundation.  He writes regularly for the American Conservative magazine and has co-authored “America Can Win: The Case for Military Reform” (1986) with senator and former Democratic presidential candidate Gary Hart.



22/04/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres