GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

mystérieux laboratoire” chimique – qui était sous surveillance régulière de l’OIAC

 

Les frappes ont détruit un “mystérieux laboratoire” chimique – qui était sous surveillance régulière de l’OIAC

 
 

I. Les frappes sur le SSRC

Les frappes de samedi ont visé ce que le triumvirat a présenté comme “l’arsenal chimique clandestin du régime” :

Soit 2 centres de stockage, ainsi que le Centre d’études et de recherches scientifiques à Barzeh (CERS, ou SSRC Syrian Scientific Studies and Research Center), près de Damas :

Le centre a été détruit :

 

Le Figaro qualifie ce Centre de “mystérieux”, et indique qu’il est “soupçonné de produire des armes chimiques” :

Et plus précisément à propos du CERS / SSRC :

Dès lors, la presse le qualifie même de “Centre de recherche et développement d’armes chimiques et biologiques” de Barzé (source) :

II. La vision de l’OIAC

Eh bien il se trouve que par sa décision EC-83/DEC.5, l’OIAC (Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques, OPCW) a décidé le 11 novembre 2016 que le SSRC serait contrôlé par l’OIAC deux fois par an :

Ceci faisait suite à des attaques qui avaient impliqué l’armée syrienne :

Le 2 juin 2017, le Directeur Général de l’OAIC indiqua que la première visite du SSRC n’avait rien montré d’illégal :

La deuxième visite du centre a eu lieu en novembre 2017 :

Le 23 mars 2018, le Directeur Général de l’OAIC indiqua que cette visite du SSRC n’avait rien montré d’illégal :

Cependant des questions continuaient à se poser sur le rôle exact de ce laboratoire, la Syrie en répondant qu’imparfaitement aux questions posées :

Des doutes subsistaient donc sur ce centre.

Notons aussi qu’il intervenait pour réaliser des analyses… en cas d’attaques chimiques, pour transmission à l’OIAC :

Ainsi, la coopération syrienne n’était pas de 100 %, mais les inspections pouvaient être conduites normalement.

Comme nous l’avons déjà souligné, au lieu de bombarder en violant le Droit International, la France aurait pu atteindre ses objectifs en appliquant simplement la Convention sur l’interdiction des armes chimiques – par exemple en exigeant des inspections complètes des sites par mise en demeure comme le rappelle clairement l’OIAC :

Mais au final, reconnaissant que la modération des frappes a au moins évité un embrasement de la situation…

Et cela a permis à nos dirigeants de plastronner :

On voit que l’expérience des armes de destruction massive a servi à quelque chose ! Maintenant, ils bombardent illégalement des cibles au lieu de demander à l’OIAC de vérifier sur place. Comme ça, si on ne trouve pas d’armes chimiques, ils diront qu’ils ont été super efficaces… Malin !

 

Commentaire recommandé

rosecestlamort // 16.04.2018 à 07h12

vous pensez bien que les neocons ne sont pas satisfaits du resultat, pas d’embrasement, et le monde entier se fout de leur gueule en plus. Resultat ? Ils repartent déjà à l’attaque, et noujs REREvendent la même salade d’armes chimiques toujours existantes. TROIS ans apres qu’elles aient été détruites sous DOUBLE supervision de l’onu et des US, et trois heures après les frappes qui sont censées avoir détruit des stocks inexistants. C’es beau le virtuel

https://www.nytimes.com/2018/04/14/world/middleeast/syria-airstrikes-analysis.html
“But the strikes were limited, with an eye toward making sure they did not draw retaliation from Russia and Iran and set off a wider conflict. For that reason, Mr. Assad may still be able to use chemical agents in the future.”

 

  • Eugene // 16.04.2018 à 06h33

    On Remarque aussi la nuance employee par notre bon ministre LeDrian : ” En Bonne partie Detruite”. ce qui laisse la porte ouverte a d autre attaque. Le cycle de destruction n est pas fini..

  • rosecestlamort // 16.04.2018 à 07h12

    vous pensez bien que les neocons ne sont pas satisfaits du resultat, pas d’embrasement, et le monde entier se fout de leur gueule en plus. Resultat ? Ils repartent déjà à l’attaque, et noujs REREvendent la même salade d’armes chimiques toujours existantes. TROIS ans apres qu’elles aient été détruites sous DOUBLE supervision de l’onu et des US, et trois heures après les frappes qui sont censées avoir détruit des stocks inexistants. C’es beau le virtuel

    https://www.nytimes.com/2018/04/14/world/middleeast/syria-airstrikes-analysis.html
    “But the strikes were limited, with an eye toward making sure they did not draw retaliation from Russia and Iran and set off a wider conflict. For that reason, Mr. Assad may still be able to use chemical agents in the future.”

    • WASTERLAIN Serge // 16.04.2018 à 07h31

      Syrie, pas en mon nom, pas avec mes garçons !

      Ben voyons ! Pourquoi se priver d’un prétexte qui ‘’justifie’’ à défaut de légaliser d’éventuels futurs bombardements quand la bataille d’Idlib ou de la province de Deraa tournera à l’avantage de l’armée syrienne ?

      Syrie, pas en mon nom, pas avec mes garçons !

 



16/04/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 146 autres membres