GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

observation d' OVNI associatopn OVNIS-DIRECT - hélicoptères noirs

EXCLU - Deux scientifiques français témoignent​ d'observations d'ovnis exceptionnelles

Publié le 26/06/2014
​Un article signé Daniel Robin, Président de l’association Ovni Investigation. LES CONFINS
​EXCLUSIVITE OVNIS-DIRECT

1) Remarques préliminaires

C’est un privilège pour moi de pouvoir publier le présent dossier parce qu’il implique des personnes en qui j’ai toute confiance, qui sont d’éminents représentants de la recherche ufologique française ayant une solide formation scientifique (ingénieurs), et aussi des amis.   Le témoin principal est Monsieur Jacky Kozan, membre fondateur et coordinateur de l’Académie d’Ufologie, et le second témoin est Monsieur Claude Lavat, membre fondateur de l’Académie d’ufologie.   Lien vers le site Internet de l’Académie d’Ufologie : ufolog.eu
Je précise que toutes les informations publiées dans ce dossier ont fait l’objet de vérifications minutieuses. Par ailleurs, Monsieur Kozan m’a donné l’autorisation de publier l’intégralité des documents qu’il m’a adressé en indiquant son nom et celui de Monsieur Claude Lavat.   J’insiste sur le fait que la qualité des deux témoins donne à cette affaire une portée exceptionnelle et que les faits relatés dans ce dossier nous amènent à nous poser des questions concernant une éventuelle implication de certains « groupes militaire» ou privés (qui pour le moment ne sont pas clairement identifiés) dans les manifestations du phénomène ovni. Ce dernier point mérite toute notre attention car il peut jeter quelques lueurs sur une réalité qui semble totalement inaccessible aux citoyens ordinaires.   Enfin, nous précisons que cette affaire n’a fait l’objet d’aucune publication sur Internet, dans un journal, un livre, ou une revue. Elle n’était connue que d’un très petit nombre de personnes. Je remercie donc tout particulièrement Monsieur Kozan pour la confiance qu’il me témoigne en me chargeant d’assurer une large diffusion à son témoignage et à celui de Monsieur Lavat. Voici d’ailleurs un message de lui confirmant l’exclusivité de cette affaire : « Daniel, Tu es le seul ufologue à avoir reçu ce dossier. Le Geipan et cinq membres du Conseil de l’Académie en ont eu une copie « à chaud » en 2012. C’est donc bien une exclusivité pour toi ». ​
Daniel Robin. Président de l’association Ovni Investigation. Membre de l’Académie d’Ufologie. A Lyon, le jeudi 26 juin 2014.

2) Le témoignage de Monsieur Kozan

Le 5 juillet 2012, à 22h22 précisément, M. Kozan et son épouse regardaient un film à la télévision dans leur maison située sur la commune de Rémuzat (village de montagne de la Drôme provençale, 26510). ​ Soudain, M. Kozan entendit un bruit anormal de jet autour de son habitation. Intrigué, il sorti pour voir ce qui se passait. Levant les yeux en direction de l’engin perturbateur, il vit une sorte de cortège composé d’un ovni et de trois jets de chasse qui se dirigeaient vers le Sud-Est. En regardant cette scène étonnante, il eut l’impression que les trois jets étaient postés à cet endroit comme s’ils attendaient l’ovni. Une sorte de « rendez-vous » prémédité selon le témoin.   Récit du témoin : « Nous regardions la télévision (sur la 6 un film d’animation Wall-e), lorsqu’un bruit anormal pour l’heure attira notre attention. Nous avons reconnu un bruit d’avion jet militaire tel que celui que nous entendons régulièrement lorsque ceux-ci survolent l’endroit où nous habitons. J’ai cependant noté des différences par rapport aux vols de routine :   a) Le bruit correspondait à celui de jets qui progressent à vitesse lente, en général cabrés,   b) A un moment, compte tenu du fait que le bruit restait intense tout en persistant, j’ai même cru qu’un Harrier anglais (le Harrier est le premier avion à décollage et atterrissage vertical mis en service au monde) s’était égaré,   c) Le bruit a persisté longtemps, plus d’une minute, ce qui m’a fait m’interroger sur son origine car le bruit d’un jet qui passe lentement décroit régulièrement et ne dure que quelques secondes ».   Pour avoir une explication à ce bruit anormal je suis sorti en regardant aux alentours. J’ai vite repéré une lumière principalement blanche qui arrivait du fond de la vallée en progressant vers moi avec une trajectoire courbe.   A ce moment, il n’y avait aucun bruit car le vent soufflait du Sud-Ouest face à la progression de la lumière (avion). 5 à 10 secondes plus tard, l’avion était arrivé à mon niveau et le bruit du réacteur était subitement devenu audible. J’ai donc eu confirmation que cette lumière était bien celle d’un avion jet de type militaire.   Dans les deux à trois secondes qui ont suivi, j’ai repéré deux autres lumières du même type et j’ai finalement entendu le bruit des trois avions. Le troisième avion était décalé par rapport aux deux premiers, un peu plus haut et un peu plus en arrière. J’estime l’altitude des avions entre 800 et 1100 mètres par rapport au niveau de la mer car j’habite à 450 mètre d’altitude et les avions sont passés au niveau du sommet d’une montagne qui fait 1010 mètres ».
Ci-dessus (document n°1) : reconstitution par M. Kozan de son observation. Nous voyons sur le document les trois jets semblant attendre ou accompagner un ovni triangulaire formé de trois lumières blanches solidaires. Après enquête, la base d’origine de ces jets reste encore une énigme.
Ci-dessus (document n° 2) : reconstitution par M. Kozan du déplacement des trois jets dans un secteur d’environ 12 kilomètres de longueur. Les avions tournaient en hippodrome au-dessus de ce secteur comme si ils attendaient « quelque chose ». La reconstitution mentionne deux lumières seulement, mais M. Kozan m’a bien confirmé par mail qu’il a observé trois lumières solidaires.
Récit du témoin : « J’avais donc identifié la cause du bruit qui m’avait fait sortir de la maison. A ce moment, j’ai continué à suivre les trois avions du regard et j’ai remarqué que devant le premier avion il y avait trois lumières blanches, de la taille d’une grosse étoile ou de Vénus. L’ensemble donnait l’impression que les trois lumières blanches étaient en tête d’une sorte de cortège et que les trois avions les suivaient à distance.
Ensuite, le cortège s’est éloigné progressivement vers le Sud Sud-Est et une minute plus tard, tout bruit avait disparu ». ​ Précisions du témoin dans un mail récent concernant les lumières de l’ovni (22/06/2014) : « J’ai toujours vu trois boules lumineuses blanches. Précision pour la taille : j’ai comparé avec Vénus pour situer la taille par rapport à la Lune. Les lumières étaient cependant plus grosses et plus lumineuses que la planète Vénus. Pour les spécialistes, je comparerais ces lumières plutôt aux phares d’atterrissage des avions lorsqu’ils ne sont plus qu’à 4 ou 5 km de la piste.
Comme la troisième lumière, en bas à droite était située tout près de la sortie du réacteur du premier avion, dans un premier temps je l’ai attribuée à un des feux de l’avion. Dans mon rapport j’ai donc mentionné deux boules. Ce qui correspond aussi à l’observation d’un autre témoin, il dit : « trois avions qui en escortait deux autres ». Après avoir envoyé mon dossier au Conseil de l’Académie d’ufologie, l’un de ses membres m’a fait remarquer que les jets de chasse n’ont pas de lumière blanche à l’arrière. C'est pourquoi, maintenant, je parle de trois lumières blanches semblant tenues par un dispositif rigide ».
Ci-dessus (document n° 3) : reconstitution par M. Kozan de la trajectoire (Nord-Ouest, Sud-Est) de déplacement du cortège formé des trois jets et des trois boules blanches de l’ovni.
Ce qui est surprenant dans la scène décrite par M. Kozan, c’est le fait que les jets semblaient accompagner (comme si ces jets étaient parfaitement informés de ce qui allait se passer à cet endroit) le passage d’un ovni qu’il décrit comme trois grosses boules de lumière blanche se déplaçant majestueusement dans le ciel. Estimation des dimensions du triangle : 30 mètres environs. Vitesse de déplacement de l’ovni : entre 400 à 600 km/h. Le témoin note un détail intéressant qui est présent dans d’autres témoignages relatant des observations d’ovnis triangulaires : pas de masse visible entre les boules blanches, mais sensation qu’il s’agit d’un engin d’une seule pièce. L’ovni est comme transparent. Les boules sont solidaires et se déplacent de façon synchronisée.
L’observation n’a duré que trente secondes environ. Le ciel était nuageux à 3/8, et le vent venait du Sud-Ouest. La température était de 15°C.
« A noter que les trois lumières blanches n’étaient pas devant les avions lorsque ceux-ci venaient vers moi. J’ai remarqué les trois lumières lorsque les avions étaient passés devant moi en éloignement. La direction de progression des trois lumières était au Sud Sud-Est (Cap 150). Leur vitesse était remarquablement stable et constante. Leurs positions relatives semblaient figées pendant toute la durée de l’observation, soit quelques secondes. Elles étaient éloignées d’une distance verticale angulaire de 15 à 20° à bout de bras tendu, et la plus basse décalée vers la gauche d’environ 5°.
Je n’ai rien remarqué d’anormal après le départ de ce cortège. Ensuite je suis allé me coucher ».
« Le matin suivant j’ai contacté la Base Aérienne 115 d’Orange-Caritat. Mon interlocuteur, le Sergent B., m’a informé que les avions n’étaient pas de la base d’Orange-Caritat. Il n’a pas pu m’indiquer à qui m’adresser pour savoir ce que faisaient ces trois avions à cette heure tardive au-dessus de Rémuzat ». ​
Rapport d’observation fait à Rémuzat, le 06 juillet 2012, par M. Jacky Kozan.
 
Ajouts du 16/7/2012.
Deux recoupements intéressants :
Lors de ma première déposition le 6/7 lorsque j’ai annoncé à l’adjudant-chef que le soir à 22h22 j’avais entendu un bruit inhabituel d’avions, il m’a interrompu en me demandant : « d’avion ou d’hélicoptère ? ». Je lui ai expliqué pourquoi je citais des avions sans prêter plus attention à la remarque. Je me suis dit : « il essaie de voir si je suis capable de faire la différence ».
Ce jour 16/7, je viens d’être entendu plus longuement par un autre Gendarme. Le Geipan a demandé une enquête de routine, c’est la procédure.
En abordant le fait que j’aie été le seul à signaler quelque chose, je fais remarquer au Gendarme que pourtant tout le monde dans le lotissement a dû entendre. Là, il a ajouté : « oui, nous aussi », « mais nous c’était les hélicoptères », « on était en patrouille du côté de La Motte et on a bien entendu plusieurs hélicoptères ». Mais ils devaient être occupés dans le cadre de leur intervention car ils ne se sont pas concentrés davantage sur ce bruit.
Il semblerait donc qu’il y ait eu les trois avions de chasse en hippodrome vers Rémuzat et des hélicoptères du côté de La Motte. Le visiteur attendu devait être important.
Jacky Kozan.
 

3) L’enquête du GEIPAN

Monsieur Kozan a adressé son témoignage au GEIPAN (Groupe d’Etudes et d’Informations sur les phénomènes Aérospatiaux Non Identifiés). Le dossier a été traité par Monsieur Xavier Passot aujourd’hui responsable de cet organisme officiel d’étude des ovnis. M. Passot a mené une enquête auprès du contrôle aérien militaire.
La réponse du Centre National des Opérations Aériennes (CNOA) a été la suivante : « Il n’y a pas eu de vol de la PAF (Patrouille Acrobatique de France) le 05 juillet 2012. Le baptême des promotions a eu lieu le vendredi 06 juillet, avec effectivement un vol vers les 22h00 loc. N’y aurait-il pas une erreur sur la date ? ».
Une enquête de voisinage a été diligentée :
« L’enquête de voisinage auprès de trois habitants du quartier Beausoleil a permis de mettre en évidence le passage d’avions de type « chasse » volant à basse altitude au-dessus de Rémuzat le jeudi 5 juillet 2012. Cependant, aucun des témoins n’a constaté visuellement les dires de M.Kozan. Mr F, demeurant quartier Beausoleil, a quant à lui constaté visuellement le passage d’avions de chasse volant à basse altitude au dessus de Rémuzat vers 23 heures. Il décrit le cortège composé de trois avions qui « escortaient », selon lui, deux autres avions de chasse ».
La Base Aérienne (BA115) d’Orange-Caritat a aussi été interrogée :
L’officier de permanence de la base aérienne d’Orange-Caritat confirma qu’aucun vol de nuit ou vol d’alerte, n’a été programmé pendant la nuit du 5 juillet au-dessus de Rémuzat par la BA115. Il précise néanmoins que certains avions de chasse ont assez d’autonomie de carburant pour survoler Rémuzat au départ de n’importe quelle autre base aérienne en France.
« De l’enquête effectuée, il ressort qu’aucun élément en notre possession ne nous permet de conclure à l’observation d’un phénomène aérospatial non identifié de la part de Monsieur Kozan le jeudi 5 juillet 2012 au-dessus de la commune de Rémuzat. Notons que le passage d’avions de chasse volant à basse altitude sur la commune de Rémuzat, ou alentour, est fréquent ».
Tentatives d’explication des trois boules lumineuses observées par M. Kozan :
Le GEIPAN note le passage de satellites très brillants sur une trajectoire NW-SE, pouvant être à l’origine des deux points brillants initiaux.
Il propose aussi comme candidat l’avion spatial prototype OTV-2/X-37B* de magnitude 1,5. Il y a de nombreux autres satellites visibles, mais moins lumineux et sur des trajectoires autres.
Enfin, M. Passot fait remarquer que la commune de Remuzat n’est pas dans la zone aérienne réservée aux vols à basse altitude.
Synthèse provisoire :
a) Du fait des autres témoins, il est certain qu’il y a bien eu un vol d’avions de chasse ce soir là qui furent visibles au-dessus de Rémuzat.
b) Cette information n’a toutefois pas été confirmée par les autorités aériennes : soit parce que la bonne question n’a pas été posée par le GEIPAN au CNOA, au bon moment (du fait de la suspicion sur la Patrouille de France), soit parce que l’opération était confidentielle.
c) Un des témoins interrogé par les gendarmes décrit trois avions en escortant deux autres. Dans l’état actuel de l’enquête effectuée par le GEIPAN, c’est cette dernière affirmation qui sera privilégiée.
*Note : Le Boeing X-37 Advanced Technology Demonstrator est un prototype de navette spatiale sans équipage développé par la Nasa à compter de 1999, destiné à mettre au point de nouvelles technologies pour les décollages orbitaux et les rentrées atmosphériques et à préparer le remplacement de la navette spatiale américaine. C’est un engin de taille réduite pesant moins de six tonnes, doté d’une soute cargo et avec une capacité de manoeuvre orbitale importante (source Wikipédia).
Réponse du témoin à M. Passot :
« Merci pour ces compléments d’informations. Pour préciser aussi fidèlement que possible mon observation, j’ai pris le temps de faire un montage d’images. Le document est ci-joint, Ci-dessus (document n°1). Ceci pour éliminer la confusion possible avec un satellite ou un avion en altitude. Au moment de mon observation, l’objet et les trois avions suiveurs sont passés plus bas que le sommet de la montagne en face de moi. La montagne culmine à environ 1000 m (le Mont-Rond) et ma maison est à 500 m. L’image représente précisément ce que j’ai vu : Ci-dessus (document n°1) : reconstitution par M. Kozan de son observation.
Lorsque l’autre témoin explique qu’il a vu trois avions qui en escortaient deux autres, je pense qu’en fait il a aussi vu les lumières blanches qu’en tant qu’ufologue j’attribue, par expérience, à un ovni. Comme le montre mon dessin, la troisième lumière, c’est-à-dire celle qui était la plus à droite vers le bas, était en partie dissimulée par le premier avion. Suivant l’angle d’observation, cette troisième lumière blanche a pu être cachée à l’autre témoin qui a en réalité aperçu la même chose que moi. A noter aussi que j’ai aperçu le premier avion plusieurs kilomètres avant qu’il ne se place derrière le triangle formé par les lumières blanches. Il n’y avait rien devant lui lorsqu’il est passé à une distance d’environ 500 mètres, face à moi, c’est-à-dire décalé d’un angle de 90° dans le sens des aiguilles d’une montre par rapport à l’observation finale. D’autre part, renseignements pris, il n’y a pas de grosse lumière blanche à l’arrière des jets de chasse ».

4) Un ovni triangulaire observé dans plusieurs pays ​

Source Internet : french.ruvr.ru
Des ovnis aperçus aux Etats-Unis et en Europe centrale.
Une information publiée le 6 juillet 2012 (23:09) sur le site Internet, « La voix de la Russie », révèle qu’un ovni aurait traversé les espaces aériens de plusieurs pays.
Cette observation aurait été faite pendant la même période que l’observation de M. Kozan. Selon ce dernier, il est possible que l’ovni qu’il a observé à Rémuzat soit le même que celui vu au-dessus des Etats-Unis et de l’Europe centrale. Connaissant la trajectoire de l’ovni, il aurait très bien pu être « attendu » à un endroit précis par les jets de la chasse française. La seule différence est que les boules de lumière vues par M. Kozan étaient blanches alors que celles de l’ovni traversant les espaces internationaux étaient rouges.
Article ce presse sur la page web de « La voix de la Russie » :
« Au cours de cette semaine, des objets volants non identifiés auraient été aperçus aux Etats Unis, en Slovaquie et en Pologne. Selon plusieurs sources, il s’agirait du même objet. Trois boules de couleur rouge, dont la trajectoire ne correspond pas aux mouvements des aéronefs terrestres, auraient parcouru très rapidement une distance de 10.000 kilomètres. Plusieurs vidéos de témoins ont été publiées sur Internet, confirmant le phénomène de l’apparition presque simultané des ovnis dans plusieurs régions de la Terre ».

5) Des hélicoptères noirs non-identifiés volant à très basse altitude au-dessus des toits

La seconde partie du témoignage de M. Kozan met en scène le survol à très basse altitude de deux maisons appartenant à deux membres de l’Académie d’Ufologie par des hélicoptères noirs non-identifiés car non immatriculés. Nous reproduisons ci-dessous l’intégralité du texte et les illustrations de M. Kozan.
Observation d’hélicoptères noirs au-dessus du domicile de deux membres de l’Académie d’Ufologie : M. Jacky Kozan - juin 2012, (deux semaines avant l’observation du « rendez-vous ovni-jets »), et M. Claude Lavat - septembre 2012 (Message confidentiel adressé à deux membres de l’Académie d’Ufologie, le 20/10/2012).
Courrier de M. Kozan à un membre de l’Académie d’Ufologie :
« Bonjour Monsieur « A », Un évènement auquel je n’avais pas prêté beaucoup d’attention revient à l’ordre du jour. Vos compétences vont peut-être m’aider à identifier un hélicoptère noir non immatriculé au comportement curieux. J’ai contacté le SNA* Centre-Est de Grenoble Saint-Geoirs ainsi que la Sécurité Aérienne de Lyon, sans succès. *Note sur les SNA ou Services régionaux de la Navigation Aérienne : tous les aérodromes à l’intérieur d’une zone géographique donnée dépendent du SNA correspondant. Le siège d’un SNA est en général implanté sur un aérodrome de Liste 2 ou de Liste 1. Le Service Technique du SNA assure l’installation, l’entretien, la Maintenance Opérationnelle de l’ensemble des systèmes et matériels utilisés pour réaliser le contrôle aérien sur les aérodromes de sa zone de compétence, ainsi que les systèmes utilisés pour le contrôle en route qui lui sont délégués. Le Service Exploitation du SNA assure le contrôle d’approche et d’aérodrome sur l’ensemble des aérodromes rattachés (Source : iessa.org).
Services contactés après l’observation de l’hélicoptère noir :
a) SNA Centre-Est, aéroport de Grenoble Saint-Geoirs, au 04.76.65.47.40 (commun avec la Gendarmerie).
b) Sécurité AVG à Lyon, au 04. 26.72. 68.80. Les réponses de ces organismes : - comment voulez-vous que l’on vous renseigne sur un appareil si vous ne nous en donnez pas son immatriculation ?... - si l’appareil n’était pas immatriculé, il n’avait pas le droit de voler… - on ne peut donc pas vous aider… « De son côté, Claude Lavat, membre du Conseil de l’Académie d’Ufologie avec qui je travaille régulièrement, à contacté la DGAC et la Sécurité Civile, sans succès non plus. J’écris « sans succès » car notre objectif était d’identifier la nature de cet hélico mystérieux. S’agissait-il d’un appareil civil ou d’un appareil militaire ? Que pouvait-il bien faire à cet endroit ? ». ​ ​

6) Les faits

Récit de M. Kozan : « Un dimanche à la mi-juin, vers 12 heures (la scène se passe un dimanche, ce qui est encore plus anormal pour un vol d’hélicoptère), nous discutions à trois dans le salon dans ma maison (26510 Rémuzat). Tout à coup, un bruit très fort et des vibrations dans la maison. En une seconde environ, je reconnais le bruit fait par un hélicoptère qui atterrit à quelques mètres. Comme il n’y a pas de place pour un atterrissage dans le coin, je sors immédiatement et lorsque j’arrive sur la terrasse, côté Sud de la maison, un hélico arrive au-dessus de moi en provenance de l’autre côté, du Nord. Il a survolé le faite du toit à une hauteur que j’estime comprise entre 20 et 50 mètres. Je dirais même entre 10 et 30 mètres ! » (reconstitution ci-dessous document n°4).
Ci-dessus (document n°4) : montage photographique réalisé par Monsieur Kozan montrant l’hélicoptère noir survolant sa maison de Rémuzat à très basse altitude en juin 2012 vers midi. Ce montage permet de comprendre l’étonnement et l’inquiétude du témoin en voyant un engin sombre et menaçant se déplaçant dans l’axe du toit de sa maison. S’agissait-il d’une manoeuvre d’intimidation de la part d’un groupe militaire secret ?
Ci-dessus (document n°5) : montage photographique réalisé par Monsieur Kozan montrant le trajet de l’hélicoptère noir. Récit du témoin : « l’hélico à continué tout droit pendant environ 300 mètres en suivant le profil du terrain à faible altitude (10 à 30 mètres). Ensuite il a disparu de ma vue pendant quelques secondes, le temps qu’il vire à droite jusqu’à réapparaitre quand la colline ne le cachait plus. Il a poursuivi son virage jusqu’à être aligné à nouveau vers ma maison. Il a volé droit vers ma maison, puis il à fait demi tour en se dirigeant vers le village en contrebas. Là, il s’est arrêté quelques secondes au-dessus du village à moins de 100 mètres d’altitude, comme s’il observait la place du village, comme s’il cherchait quelque chose. Ensuite, il a fait demi-tour et il est parti en entrant dans les gorges de la rivière « Eygues » vers Nyons ».
« Je n’étais pas content, et je cherchais à relever un numéro ou à identifier un hélico militaire ou de la gendarmerie. Mais là, j’ai constaté que cet hélico était totalement noir (brillant, comme émaillé), y compris les vitres, et qu’aucune inscription ni cocarde n’était visible. Rien à voir avec un hélico agricole, plus petit et très peu équipé. Malheureusement, je n’avais pas pris mon appareil photo.
J’ai noté une particularité. Sur le côté gauche dans le sens de la marche, au niveau des patins, il avait un cylindre de Ø150 à 200 mm et long de 80 cm à 1 mètre. Ce cylindre était perpendiculaire au sens de progression de l’appareil et était noir brillant. L’image d’hélico la plus proche de celui que j’ai vu est celle d’un EC135. Ce n’était pas un EC145 avec sa forme arrière particulière ».
« L’hélico a continué tout droit pendant environ 300 mètres en suivant le profil du terrain à faible altitude (10 à 30 mètres). Ensuite il a disparu de ma vue pendant quelques secondes, le temps qu’il vire à droite jusqu’à réapparaitre quand la colline ne le cachait plus. Il a poursuivi son virage jusqu’à être aligné à nouveau vers ma maison. Il a volé droit vers ma maison, puis il a fait demi-tour en se dirigeant vers le village en contrebas. Là, il s’est arrêté quelques secondes au-dessus du village à moins de 100 mètres d’altitude, comme s’il observait la place du village ou comme s’il cherchait quelque chose. Ensuite, il a fait demi-tour et il est parti en entrant dans les gorges de la rivière « Eygues » vers Nyons ». ​ « Il y a deux semaines, Claude Lavat me téléphone depuis sa maison de campagne à Sélonet du côté de St-Vincent les forts sur la route de Barcelonnette. Il m’annonce qu’il s’est produit un évènement curieux au-dessus de chez lui. Finalement, il décrit ce que j’avais vu deux mois auparavant. Différence, l’hélico s’est arrêté au-dessus de sa maison, le temps qu’il sorte car Claude a du mal à se déplacer. Comme dans mon observation, l’hélico est allé faire une pause, mais au-dessus d’un champ voisin au lieu de la place du village, avant de repartir ».
Question de M. Kozan à un membre de l’Académie d’Ufologie, « Monsieur « A » :
« Pouvez-vous me fournir une indication qui nous permettrait d’identifier ce type d’hélico inconnu de la DGAC, de la Sécurité Civile, de la Sécurité Aérienne et des Contrôleurs Aériens ? Cordialement ? Jacky Kozan. Ci-dessous, voici à peu près ce que j’ai vu : »
Ci-dessus (document n°6) : reconstitution par le témoin de l’hélicoptère noir (type EC135) avec le cylindre fixé sur l’un des patins de l’engin.

7) Réponse de « A », membre de l’Académie d’Ufologie.

« Voici deux photos (ci-dessous) qui pourraient correspondre à ce que vous avez vu. Pour votre information, lors de mes deux années au…, nous avons réceptionné… des appareils similaires avec un accès réglementé. Ensuite, j’ai passé quelques temps au…, et c’est vrai que certains appareils étaient curieux et bien sûr non accessibles. Je ne vous cache pas que dans un premier temps, j’ai pensé à un appareil militaire. Cependant, mon expérience actuelle… me fait penser à un appareil des forces de l’ordre (douanes-gendarmerie-police).
Je sais que certains hélicoptères sont équipés de caméra thermique, de caméras à vision nocturne et autres radars.
Enfin, avec le trafic de stupéfiants dans le Sud-Est et l’augmentation de l’immigration, je sais que ces derniers temps les contrôles se sont renforcés. Désolé de ne pouvoir vous en dire plus sur le sujet. Bien cordialement, « A ».
Ci-dessus (documents n°7 et 8) : comparaison entre l’hélicoptère noir vu par le témoin et les modèles conventionnels utilisés par divers organismes officiels. Les flèches rouges en pointillés indiquent les tubes fixés aux appareils. Le témoin : « La première photo (au-dessus à gauche) est la plus proche de ce que j’ai vu. Différences : aucune immatriculation n’était visible, ni aucune cocarde ou symbole. La couleur noire brillante était partout. Le tube sur les patins était plus court et orienté à 90° ».
Réponse de M. Kozan :
« Bonjour « A »,
Merci pour ces infos. La première photo (au-dessus à gauche) est la plus proche de ce que j’ai vu. Différences : aucune immatriculation n’était visible, ni aucune cocarde ou symbole. La couleur noire brillante était partout. Le tube sur les patins était plus court et orienté à 90°. Je connais les hélicos de la Gendarmerie, les ambulances, la Sécurité Civile, celui d’EDF. Le comportement de celui que j’ai vu ne correspond pas à l’un de ceux-là. Reste les Douanes ou un hélico militaire de combat à l’entrainement en petit milieu urbain. Cet hélico vu en Drôme provençale, et plus tard dans les Alpes de Haute-Provence, sera encore visible un de ces jours. On devrait finir par localiser son point d’attache. Je vous informerais si j’ai du nouveau. Merci pour votre aide. Bien cordialement, Jacky Kozan ».

8) Réponse de « B », membre de l’Académie d’Ufologie.

« Bonsoir Jacky,
Pardon d’avoir un peu tardé à répondre mais je voulais prendre quelques avis autour de moi avant de vous donner une réponse. Il semble que la silhouette jointe soit bien celle d’un EC 135. Le tube, monté sur le patin gauche peut être un équipement de travail aérien, tel que ceux utilisés par EDF, pour la surveillance des lignes ou une caméra infrarouge, ou encore une antenne utilisée par certains opérateurs pour vérifier leur couverture. Mon avis personnel est qu’il s’agit plutôt d’un EC 130 B4 de dernière génération et qu’il se pourrait bien que vous ayez été témoin d’un essai en vol, plus ou moins officiel. La société EUROCOPTER, très surveillé dans son giron, cherche certainement des secteurs avec une population moins dense pour ce type de vols, souvent contesté par les riverains. Il faut dire que sans immatriculation (et souvent sans transpondeur) on passe plus facilement entre les mailles. Il ne s’agit-là, bien sûr, que de supputations. La prochaine fois, vous pourriez appeler votre gendarmerie locale, pour vérifier si la Préfecture n’a pas délivré une autorisation de travail aérien. Espérant vous avoir été utile.
​Cordialement ».

9) L’avis de deux experts

Voici maintenant l’avis de deux experts auprès desquels je me suis renseigné pour savoir si le survol des habitations par des hélicos noirs non immatriculés était une pratique autorisée en France.
Réponse d’un auditeur de l’IHEDN :
« Dans l’armée pas d’hélicoptères noirs, en France. Pas le droit de survol bas des maisons : dangereux. Les vols seraient autorisés si nous étions en guerre, avec occupant, pour échapper aux radars ennemis. Par contre, existe des drones hélicoptères noirs mais pas en service en France. Ils mesurent 5 m de long sur 1,80 m de haut ».
Réponse d’un ancien pilote de ligne :
« A ma connaissance, il n’y a rien de tel dans la Défense, tout du moins officiellement. Par contre, j’ai un cousin de ma femme qui a vu stationner un hélicoptère noir sans immatriculation au-dessus de chez lui... C’était près d’une base à Toulon... ».
Ci-dessus à gauche (document n°9) : photo d’un drone hélicoptère noir. Source : Paris sur Eurosatory 2014, salon mondial de l’armement - cliché JP TROADEC. DR. Ci-dessus à droite (document n°10) : un drone hélicoptère noir, successeur de l’Argus. Le model 379 VTUAV est un petit hélicoptère construit par Northrop Grumman Ryan. L’engin est en service dans la marine des USA. Il n’est pas secret en ce sens que le site web de l’US Navy procure les mêmes photographies, accompagnées d’un ensemble complet de données techniques.

Télécharger l'Application Android d'Ovnis-Direct

Restez Informés en temps réel ! ​ ​

10) Le témoignage de Monsieur Claude Lavat

J’ai eu le privilège d’avoir une longue conversation téléphonique avec M. Claude Lavat concernant ses deux observations d’hélicoptères noirs à quelques jours d’intervalle. M. Lavat me donna toutes les informations nécessaires pour compléter le dossier de M. Kozan.
Je rappelle que M. Lavat est né en janvier 1942. Aujourd’hui à la retraite, il est ingénieur généraliste diplômé ESME, spécialisé en technologies aéronautiques, électronique, électromagnétique et radars. Il est l’inventeur du système LOCSIASOL de détection et de localisation des avions. Il a aussi représenté au niveau international, sur tous les continents, la technicité « Aéroport de Paris ». Il a bien connu Aimé Michel et travaillé avec lui à l’étude du phénomène ovni pendant plus de vingt ans. Il est l’auteur d’un ouvrage sur le phénomène ovni intitulé « l’Hypothèse Extraterrestre Généralisée, La transformation sténopéique », dans lequel il rapporte ses observations personnelles et propose une théorie nouvelle pour expliquer les caractéristiques physiques des ovnis.
Monsieur Lavat a été témoin à deux reprises du survol de sa maison par deux hélicoptères noirs.
La première observation date du 21 septembre 2012, entre 12h20 et 12h35, et la seconde observation s’est déroulée le 25 septembre 2012 à peu près aux mêmes heures.
La première fois, Claude Lavat et son épouse, alertés par un bruit extérieur anormal, ont observé un hélicoptère noir qui a effectué un vol stationnaire au-dessus de leur maison pendant plusieurs minutes (4 minutes environ) à une hauteur estimés de 30 mètres. Cet engin ne comportait aucune immatriculation.
Selon M. Lavat il était de type EC 135 comme ceux utilisés pas la sécurité civile par exemple. Cet hélicoptère était noir luisant et sa surface semblait lisse. Il avait un comportement bizarre, anormal. M. Lavat a tout d’abord pensé que l’engin était en difficulté et qu’il cherchait à se poser.
Après avoir survolé sa maison, l’hélicoptère a survolé un parking voisin à la hauteur d’une ligne téléphonique et M. Lavat a pensé qu’il allait heurter cette ligne à quelques mètres du sol. Mais l’hélico est reparti sans problème.
Le témoin avait l’impression que l’engin rôdait dans les parages comme s’il cherchait quelque chose. C’était un jour de marché au village voisin et il n’y avait pas d’autres témoins à ce moment-là.
M. Lavat a prévenu la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile), la sécurité Civile et le FNARAC. Ces organismes ont confirmé qu’il n’y avait pas eu de manoeuvres aériennes ce jour-là. Il a aussi téléphoné à la gendarmerie la plus proche (Digne). Le gendarme lui a dit que ce n’était pas la première fois que des personnes signalaient ce type d’engin survolant les maisons : « Vous n’êtes pas le premier à nous signaler ce genre de chose », lui répondit le gendarme de service.
Ci-dessus (document n°11) : l’hélicoptère modèle militaire EC135 de la Heeresfliegertruppe allemande à Niederstetten en 2011. M. Lavat pense que c’est un hélicoptère de ce type, mais entièrement noir et sans aucune immatriculation, qui a survolé sa maison le 21 septembre 2012 pendant 4 minutes.

11) Hélicoptères noirs et agences de l’ombre

Les observations de M. Kozan et de M. Lavat d’hélicoptères noirs au-dessus de leurs maisons soulèvent un certain nombre de questions :
a) Est-ce une coïncidence lorsque deux membres éminents de l’Académie d’Ufologie vivent des événements similaires à quelques jours d’intervalle ?
b) Comment est-il possible qu’aucun organisme officiel ne puisse répondre à la question de l’origine de ces mystérieux hélicoptères ?
c) Quelles étaient les intentions de ces manoeuvres ciblées ?
d) Si le survol des habitations à très basse altitude est interdit dans notre pays, comment se fait-il que ces engins n’aient pas été interceptés ?
e) Comment est-il possible que les évolutions d’hélicoptères noirs ne portant aucune immatriculation n’aient pas déclenché immédiatement une enquête de la part des autorités aériennes (DGAC, SNA, CNOA) en charge de la surveillance de notre espace aérien ?
f) Ne sommes-nous pas en présence de manoeuvres d’intimidation de la part de « services spéciaux » qui pourraient dépendre de l’armée (mais n’ayant aucune existence officielle au sein de la Défense Nationale) ou de tout autre organisme privé ?
g) Les événements vécus par les deux témoins n’ont-ils pas un lien étroit avec leur activités ufologiques et leur engagement en faveur d’une divulgation publique des informations détenues par les autorités au sujet des ovnis ?
En ce qui me concerne, et ce que j’écris ici n’engage que moi, je ne pense pas qu’il s’agisse d’une simple coïncidence. C’est bien M. Kozan et M. Lavat qui étaient visés par les manoeuvres des hélicoptères noirs.
Dans quel but ?
Nous pensons immédiatement à des manoeuvres d’intimidation sans doute destinées à montrer aux témoins qu’il est dangereux de vouloir s’intéresser de trop près à la question des ovnis. Si cette hypothèse est la bonne, je pense que cette façon de procéder est fort maladroite et contreproductive. En effet, même si nos deux témoins ont été impressionnés par les agissements de ces hélicoptères, ils n’en ont pas pour autant abandonnés leurs recherches sur les ovnis. Au contraire, serais-je tenté de dire. Alors, si ce n’est pas de l’intimidation pourquoi ces manoeuvres ?
La question reste ouverte et une réponse définitive semble exclue pour le moment. Ce qui est certain en tout cas, c’est qu’il existe quelque part dans notre pays des bases secrètes qui abritent des hélicoptères noirs qui ne possèdent aucune immatriculation. Qui gère ces bases ? Où se trouvent-elles et pour quels genres de missions ont-elles été créées ?
Bien qu’il soit difficile d’apporter des réponses claires à ces questions, nous devons malgré tout envisager l’hypothèse selon laquelle certaines structures officieuses sont impliquées dans des missions secrètes en rapport avec le phénomène ovni et que les populations civiles ne doivent rien savoir des agissements de ces groupes occultes.
Il est même tout à fait envisageable que ces groupes soient indépendants du pouvoir politique en place et qu’ils soient aux ordres de quelque agence de l’ombre échappant au contrôle des états. Ces agences agiraient en toute indépendance et n’auraient de compte à rendre qu’à elles-mêmes.
C’est d’ailleurs ce que laissait entendre le célèbre astronaute Edgar Mitchell lors de l’une de ses interviews. L’ancien astronaute est persuadé qu’un groupe secret, qu’il appelle « les gens de l’intérieur », dont les membres (inconnus du public) appartiennent à des sociétés privées très proches des milieux militaires, possède des informations capitales sur le phénomène ovni. Ce groupe secret serait en contact avec une (ou plusieurs) civilisation(s) extraterrestre(s) et bénéficierait d’un apport de technologies de la part des représentants de cette (ou ces) civilisation(s). Le monde du renseignement militaire serait parfaitement informé de l’existence de cette présence étrangère et maintiendrait le secret à n’importe quel prix. Concernant les déclarations d’Edgar Mitchell, consultez notre dossier (paragraphe 6) à l’adresse suivante : LES CONFINS.
DOSSIER N°32
Phénomène ovni
« LE DOCUMENT »
Révélations sur la présence et les activités des aliens. ​ L’Humanité est-elle sous influence ?
Dans son livre « Contact Ultraterrestre, les recherches d’un enquêteur du paranormal sur l’épidémie secrète d’enlèvements », Philip J. Imbrogno rapporte un cas qui s’est déroulé dans la nuit du 20 avril 1986 dans une ville du Colorado et dans lequel un avion à réaction a été vu en train de tourner autour d’un ovni de forme triangulaire grand comme « deux terrains de football » (page 49 de l’édition française). L’engin triangulaire avait été observé par un grand nombre de policiers provenant de deux comtés différents. Philip J. Imbrogno écrit que « l’aspect le plus étonnant de cette observation a été la manoeuvre évasive d’un avion à réaction qui se trouvait aussi dans le secteur, et que tous ceux qui étaient présents ont vu tourner autour de l’engin ». L’un des témoins interrogé confiera que le groupe de policiers aurait observé le triangle pendant environ deux heures.
Ce cas rappelle étrangement l’affaire de Rémuzat du 5 juillet 2012.
D’une façon beaucoup plus générale, l’observation d’engins d’origine humaine (avions, hélicoptères) à proximité d’ovnis en vol (comme dans la première observation de M. Kozan) pose la question de savoir s’il existe au sein des systèmes étatiques de certains pays (Etats-Unis, Angleterre, France, Chine, Russie, etc..) des structures occultes, ou très discrètes, dont la mission serait de « gérer » la présence aliène sur notre planète ? Les faits rapportés concernant cette proximité étant établis sur la base de témoignages tout à fait crédibles, la réponse est oui.
Admettre une telle possibilité soulève cependant des questions qui sont de nature à réviser en profondeur notre vision de l’organisation des systèmes étatiques des pays concernés. Nous savons tous qu’il existe des services secrets dont les missions ne sont pas connues du public. Ce n’est pas un mystère et c’est admis par les sociétés démocratiques. Dans la mesure où ces services secrets s’occupent seulement de traiter des affaires humaines, nous l’acceptons comme une sorte de mal nécessaire. Mais si nous supposons que des services secrets gèrent des dossiers dans lesquels seraient impliqués des extraterrestres, je ne suis pas certain que le public voit cela d’un bon oeil, et il serait même en droit de demander des comptes à ses représentants politiques.
Pourtant, et aussi extraordinaire que cela paraisse, c’est bien ce qui se passe, et les états nient que de tels faits puissent exister. Dans ces conditions, nous devons sérieusement envisager l’hypothèse selon laquelle il existerait des bases aériennes totalement secrètes qui ne seraient même pas connues des bases militaires officielles répertoriées sur les cartes.
Enfin, notons que les hélicoptères noirs qui ont été vus par M. Kozan et Lavat peuvent être rapprochés des mystérieux « black helicopters » qui ont été régulièrement aperçus au-dessus des Etats-Unis. Ces hélicoptères, en général peints en noir, n’ont aucune marque d’identification. Depuis plusieurs années déjà, de bien étranges hélicoptères noirs ont été remarqué par de nombreux témoins sur tout le territoire des Etats-Unis en différentes occasions (les premiers cas connus remontent au début des années 70). Ces étranges machines furent observées lors d’apparitions d’ovnis ou en vol stationnaire au-dessus de propriétés privées de particuliers (en général des ranchs d’éleveurs, des journalistes ou des personnes se livrant à des enquêtes gênantes pour le gouvernement), ou encore près de bases militaires secrètes. Les observations de « black helicopters » semblent être étroitement liées avec les mutilations de bétail. La majorité des cas de mutilations de bétail (près de 95%) s’accompagnent, en effet, d’apparitions d’hélicoptères suspects, ayant parfois des feux de signalisation visibles, mais toujours sans aucune immatriculation.
Caractéristiques et faits étranges liés aux manoeuvres des « black helicopters » :
a) Les appareils volent à très basse altitude, ce qui est anormal, dangereux et illégal. Ils semblent insensibles aux conditions météorologiques (vent, brouillard, etc..). Des « black helicopters » ont été observés quand le vent était d’une telle force que l’US Air Force avait interdit à ses appareils de prendre l’air. En effet, les hélicoptères conventionnels sont très sensibles au mouvement d’air tourbillonnant et ne peuvent voler par tous les temps.
b) Plusieurs témoignages mentionnent des « black helicopters » totalement silencieux. Les appareils n’étaient entendus qu’au dernier moment.
c) Des éleveurs furent témoins d’hélicoptères transportant des bovins dans les airs.
d) On cite des cas décrivant des « black helicopters » se transformant petit-à-petit en une simple lumière. L’engin devenait ainsi un ovni.
e) Plusieurs observations mentionnent des versions d’appareils non répertoriés (non conventionnels), ou apparemment modifiés.
f) Les « black helicopters » semblent être des engins issus d’une très haute technologie (peut-être d’origine non-humaine).
g) On parle souvent d’apparitions de « black helicopters » quand se produisent des mutilations animales. D’autres manifestations, beaucoup plus étranges, sont manifestement liées au phénomène ovni et à des opérations secrètes d’essais d’engins non conventionnels en vol.
h) Aux Etats-Unis, les manoeuvres des « black helicopters » sont manifestement en rapport avec des opérations clandestines, avec les mutilations de bétail, des essais d’appareils de haute technologie (en relation ou non avec les ovnis), avec la protection de sites sensibles (bases, bunkers, technologies nucléaire, armes nouvelles, etc..), ou même avec missions ponctuelles d’intimidations envers des témoins ou des chercheurs jugés gênants.
Daniel Robin Juin 2014.
 
Fermer la fenêtre


28/06/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres