GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

QUI CONTRÔLERA LA RÉINCARNATION du DALAI LAMA

Dalai-Lama-320.jpg

 

 

PS: HH the Dalai Lama knows where he shall be reborn, no doubt, but is not going to tell the media and China…:) HH the Dalai Lama most probably is smiling about the whole thing and thinks it is all a waste of time, this *debating* where he might be reborn or not…it is up to him and no one else where and if he shall be reborn.

WHO WILL CONTROL TIBETAN REINCARNATION?

In Beijing this week, delegates to the National People’s Congress took a moment away from debating annual targets for consumer price inflation (3 per cent), unemployment (4.5 per cent), and cuts to carbon intensity (3.1 per cent), to reiterate their policy position on the migration of the soul. Not any soul, to be precise: the soul of the Dalai Lama, the Tibetan leader in exile, and those of other high-ranking Tibetan Buddhist lamas.

Padma Choling, the chairman of the Standing Committee of the Tibet Autonomous Regional People’s Congress, explained to reporters that the power to determine the future location and durability of the Dalai Lama’s spirit properly resides with the Communist Party in Beijing. “It’s not up to the Dalai Lama,” Padma said. For the current bearer of that soul to suggest anything else is “blasphemy against Tibetan Buddhism,” he added.

The Beijing government avidly asserts its control over matters of reincarnation as a way of securing the loyalty and political complexion of influential Tibetan figures. After the Panchen Lama, the second-highest Tibetan authority, died, in 1989, the Dalai Lama picked a successor. But the Chinese government declared the appointment illegitimate. (The whereabouts of that child and his family is unknown.) The government announced the selection of a different boy as Panchen Lama. He is now twenty-five years old and served as a delegate to the recent meeting of the Chinese People’s Political Consultative Conference, where he was seated, in his crimson and saffron robes, between a military officer in uniform and a prominent economist.

At the age of eighty, the Dalai Lama has begun to discuss a range of prospects for the future disposition of his soul. Traditionally, after he dies, a search party of senior monks would set out to locate his new incarnation, who is most often a boy toddler, who goes on to be trained as a monk and a leader. But the Dalai Lama has said that times have changed, and the old ways might not make sense; he has suggested that he could be reincarnated as a woman, or reincarnated while he’s still alive, a gradual migration that might give him more control over the process. In December, he told the BBC that the Tibetan public should decide if he reincarnated at all. “There is no guarantee that some stupid Dalai Lama won’t come next, who will disgrace himself or herself,” he said. “That would be very sad. So, much better that a centuries-old tradition should cease at the time of a quite popular Dalai Lama.”

The politics of reincarnation, which involves the occasional oddity of an atheist Communist Party pronouncing how and when a spiritual figure can be reborn, pose an increasingly urgent issue to Chinese officials. They are managing fraught relations between Beijing and China’s Tibetan population. Although the question is usually discussed in connection with the Dalai Lama, Beijing also asserts the right, under Order No. 5 of the State Administration for Religious Affairs, to govern the reincarnation of several thousand lesser-known incarnate monks, known as tulku lamas, who are understood to be reborn as great sages or saints.

And yet, in the frozen conflict between Beijing and its Tibetan critics, it can be important to distinguish between rhetorical artillery and the political events beneath. When the Chinese President Xi Jinping came to power, in 2012, some observers predicted an improvement in relations, in part because Xi’s father, Xi Zhongxun, had been friendly with the Dalai Lama in the nineteen-fifties; the monk had given him a watch, as a gift, which Xi’s father wore for many years. More than two years later, optimism has waned, in part because Chinese officials have continued to pressure foreign governments not to meet with the Dalai Lama, warning that their countries will face diplomatic and trade consequences if they do. (He met with only two national leaders in 2013, Dalia Grybauskaite, the President of Lithuania, and Donald Tusk, the Prime Minister of Poland, which was down from eleven such visits in 2001.)

An optimistic scenario for both sides would be that the recent barrage of criticism of the Dalai Lama is intended to show Beijing’s strength and firmness, as a prelude to improving relations. For months, Tibet-watchers have exchanged rumors that the Dalai Lama might be allowed to visit China. Robert Barnett, the director of the modern Tibetan studies program at Columbia University, told me on Friday, “I think there may well be something behind the rumors.” But he cautioned, “I would guess that we are not yet even at the stage of talks about this yet, let alone on the cusp of an actual visit.” Barnett describes only “micro-signs” of change in Beijing, but he believes that a policy change would probably be abrupt, rather than telegraphed in advance by softening rhetoric. In his view, “the Party can afford to relax on its Tibet policies, because firstly it knows it faces much worse problems in Xinjiang”—the site of growing unrest among China’s Muslim minority—“and secondly, it has now instituted such draconian controls on movement and information in Tibet, way more than in the rest of China, that it must be fairly confident of controlling any situation there.”


The Politburo today faces, by its own description, a range of “unprecedented security risks,” including corrupt members of its own security forces, domestic political unrest over pollution and other complaints, and terrorism. If the Party can defuse tension on one of those fronts, it would take a crisis off the list. Under the current situation, the death of the Dalai Lama, when it comes (he calls it a “change of clothing”), will be a succession crisis that could lead to further instability. A few years ago, a senior Obama Administration official, in a conversation with me about Tibet, brought up the Avignon Popes, who were players in a fourteenth-century European struggle between Catholic authorities. “I think that’s what we’re heading for,” he said.

PS: Le Dalaï Lama sait il sera réincarné, sans doute, mais ne va pas à raconter les médias et la Chine...:)) HH le Dalaï Lama a très probablement sourit sur le tout et pense que c'est tout une perte de temps, cela * débattre * il pourrait renaître ou pas... c'est à lui et personne d'autre et si il doit se réincarner.

QUI CONTRÔLERA LA RÉINCARNATION TIBÉTAINE ?

À Pékin cette semaine, les délégués au Congrès National du peuple a pris un moment de débattre des objectifs annuels d'inflation annuel (3 pour cent), le chômage (4,5 %) et coupes à intensité carbonique (3,1 %), de réitérer leur position politique sur la migration de l'âme. Pas une âme, pour être plus précis : l'âme du Dalaï Lama, le chef tibétain en exil et ceux des autres lamas bouddhistes tibétains hauts.

Padma Choling, le Président du Comité permanent du Congrès de Tibet autonome régional du peuple, a expliqué aux journalistes que le pouvoir de déterminer l'emplacement futur et la durabilité de l'esprit du Dalaï-Lama correctement réside avec le parti communiste à Pékin. "Il n'est pas jusqu'à le Dalaï Lama", a déclaré Padma. Pour le porteur actuel de cette âme de suggérer que quoi que ce soit d'autre est "le blasphème contre le bouddhisme tibétain", a-t-il ajouté.

Le gouvernement de Pékin affirme avidement son contrôle sur les questions de la réincarnation comme un moyen de garantir la loyauté et l'orientation politique des figures influentes du tibétains. Après que le Panchen Lama, l'autorité tibétaine de deuxième rang, la mort, en 1989, le Dalaï Lama a choisi un successeur. Mais le gouvernement chinois a déclaré illégitime la nomination. (Où se trouve cet enfant et sa famille est inconnue). Le gouvernement a annoncé la sélection d'un autre garçon comme Panchen Lama. Il est maintenant vingt-cinq ans et servis comme délégué à la récente réunion d'une conférence Consultative politique du peuple chinois, il était assis, dans sa robe pourpre et safran, entre un officier en uniforme et un éminent économiste.

À l'âge de quatre-vingts ans, le Dalaï-Lama a commencé à discuter d'une gamme de perspectives pour la future disposition de son âme. Traditionnellement, il meurt, une équipe de recherche de moines supérieurs serait énoncés pour localiser sa nouvelle incarnation, qui est le plus souvent un bébé garçon, qui continue à être formés comme un moine et un chef de file. Mais le Dalaï Lama a dit que les temps ont changé, et les anciennes méthodes ne pourraient pas faire sens ; Il a suggéré qu'il pourrait être réincarné en tant que femme, ou réincarné alors qu'il est encore en vie, une migration progressive qui pourrait lui donner plus de contrôle sur le processus. En décembre, il a déclaré à la BBC que la population tibétaine décide si il se réincarna en tout. « Il n'y a aucune garantie que certains stupid Dalaï Lama ne viendra pas prochain, qui va déshonorer lui-même ou elle-même, » dit-il. "Ce serait très triste. Ainsi, beaucoup mieux qu'une tradition vieille de plusieurs siècles devrait cesser au moment d'un Dalaï-Lama très populaire. »

La politique de la réincarnation, qui implique la bizarrerie occasionnelle d'un parti communiste athée se prononcer quand et comment une figure spirituelle peut renaître, posent un problème de plus en plus urgent pour les responsables chinois. Ils gèrent lourdes relations entre population tibétaine de Beijing et de la Chine. Bien que généralement, la question est examinée en relation avec le Dalaï Lama, Beijing affirme également le droit, en vertu de l'ordonnance no 5 de l'Administration d'État pour les affaires religieuses, pour régir la réincarnation de plusieurs mille moins connus incarnés moines, connus comme les lamas tulku, qui sont compris de renaître comme grands sages ou les saints.

Et pourtant, dans le conflit gelé entre Pékin et ses détracteurs tibétaines, il peut être important de distinguer entre la rhétorique d'artillerie et les événements politiques sous. Quand le Président chinois, Xi Jinping est arrivé au pouvoir, en 2012, certains observateurs prédit une amélioration des relations, en partie parce que le père de Xi, Xi Zhongxun, avait été amical avec le Dalaï Lama dans les années 1950 ; le moine lui avait donné une montre, comme un cadeau, dont le père de Xi portait depuis de nombreuses années. Plus de deux ans plus tard, optimisme a diminué, en partie parce que les responsables chinois ont continué à des gouvernements étrangers pression ne pas à rencontrer le Dalaï Lama, mise en garde que leurs pays seront visage diplomatiques et du commerce des conséquences s'ils le font. (Il a rencontré seulement deux dirigeants nationaux en 2013, Dalia Grybauskaite, Président de la Lituanie et Donald Tusk, le premier ministre de Pologne, qui était contre onze de ces visites en 2001).

Un scénario optimiste pour les deux parties serait que le barrage récent de critiques du Dalaï Lama est destiné à montrer la force et la fermeté, en prélude à l'amélioration des relations entre Pékin. Pendant des mois, Tibet-observateurs ont échangé des rumeurs selon lesquelles le Dalaï Lama pourrait être autorisé à visiter la Chine. Robert Barnett, le directeur du programme des études tibétaines modernes à l'Université de Columbia, m'a dit vendredi, « Je pense qu'il peut y avoir quelque chose derrière les rumeurs. »
Mais il a mis en garde, « je suppose que nous ne sommes pas encore même au stade des discussions là-dessus encore, et encore moins sur le point d'une visite réelle. » Barnett décrit seules « micro-signes » de changement à Pékin, mais il estime qu'un changement de politique sera probablement brusque, plutôt que télégraphié à l'avance par adoucissement rhétorique. Selon lui, « le parti peut se permettre de vous détendre sur ses politiques de Tibet, parce que d'abord il sait il est confronté à des problèmes bien pires dans le Xinjiang » — le site de plus en plus d'agitation au sein de la minorité musulmane de Chine — « et, deuxièmement, il a maintenant mis en place ces contrôles draconiens sur la circulation et l'information au Tibet, beaucoup plus que dans le reste de la Chine, qu'il doit être assez confiant de contrôler n'importe quelle situation il. »

Le Politburo fait face aujourd'hui, par sa propre description, une gamme de « risques de sécurité sans précédent, » y compris des membres corrompus de sa propre sécurité oblige, les troubles politiques nationales sur la pollution et autres plaintes et le terrorisme. Si le parti peut désamorcer la tension sur l'un de ces fronts, il faudrait une crise hors de la liste. En vertu de la situation actuelle, la mort du Dalaï Lama, quand il s'agit (il l'appelle un « changement de vêtements »), sera une crise de succession qui pourrait conduire à une instabilité supplémentaire. Il y a quelques années un haut fonctionnaire de l'Administration Obama, dans une conversation avec moi sur le Tibet, élevé les papes d'Avignon, qui étaient les joueurs dans une lutte européenne XIVe siècle entre les autorités catholiques. « Je pense que c'est ce que nous nous dirigeons pour, » dit-il.
Qui contrôlera la réincarnation tibétaine ? -Le New Yorker
La politique de la réincarnation du Dalaï-Lama pose un problème de plus en plus urgent pour les responsables chinois.
newyorker.com|par Evan Osnos


15/03/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres