GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

SECRET sur les DAUPHINS et les ORQUES

SECRET que les delphinariums veulent vous cacher à tout prix…

Ce SECRET que les delphinariums veulent vous cacher à tout prix...

Un texte de Richard O’Barry. Traduction : Julie Labille.

Je suis un ancien dresseur. J’ai longtemps hésité avant de l’écrire sur ce genre de forums puisque je pensais que ce n’était pas approprié pour MiceChat – mais après avoir lu cet article de propagande ridicule sur MiceChat intitulé « Blackfish Exposed » (Blackfish au grand jour), j’ai décidé de vider mon sac. Ce que j’écris m’appartient et se base entièrement sur mes expériences et observations personnelles.

Je vais maintenant vous révéler le secret le mieux gardé de Sea World, un secret que ceux qui détiennent des cétacés en captivité ne veulent pas que vous sachiez. Le voici :

Les dauphins et les orques (l’espèce la plus grande de la famille des dauphins) sont bien plus intelligents et bien plus sensibles qu’ils ne vous l’affirment.

Certes, ils vous disent que ce sont des animaux intelligents. Mais ils ne veulent pas que vous sachiez à quel point ils le sont. Pourquoi ? Parce que si vous en êtes conscients, vous leur poseriez cette question : « S’ils sont si intelligents et si sensibles, pourquoi sont-ils dans ces bassins minuscules ? »

Dauphin captif

Comment SeaWorld garde précieusement ce secret :

En vous mentant ou en déformant la vérité. Les employés de Sea World ont des réponses types à toutes les questions que vous leur posez. Donc, si vous leur demandez combien de temps met l’animal pour apprendre un tour, ils vous répondront « un an » ou « six mois », peu importe.

En réalité, ces animaux peuvent maîtriser des comportements en l’espace de quelques jours, voire quelques heures ou minutes. J’ai appris un tour simple à un dauphin (celui où le dauphin a l’air de danser le twist) en 10 minutes environ. Un salut de la nageoire s’apprend également en quelques minutes. Les sauts rapides en hauteur se maîtrisent en moins d’une heure, peut-être une journée au maximum.

Comment ces animaux réagissent :

Ils sont conscients de leur situation. Ils savent qu’ils sont en captivité et qu’ils sont sous le contrôle des humains. Ils comprennent tout le système capitalistique auxquels ils sont sujets, à savoir certains comportements entraînent des récompenses. Un comportement ne sera récompensé que par un éperlan ou un hareng, un autre accordera plutôt un maquereau. S’ils ne reçoivent pas la bonne récompense, ils sont en colère. Parfois très en colère. (Avez-vous déjà vu un dauphin grogner, les yeux ronds et remplis de rage ? Moi oui. Avez-vous déjà vu une orque en colère, se tapant la tête contre les murs de son bassin ou entraînant son dresseur au fond de l’eau ? Moi oui.) Et ils savent qu’ils n’ont pas le choix. Ce sont purement et simplement des esclaves.

Un dauphin mordant la main d'une enfant dans un delphinarium

La plupart des animaux en captivité se soumettent à ces règles, ils sont totalement résignés, tout comme peut l’être un prisonnier dans un camp de concentration. (L’analogie entre la captivité des dauphins et les prisonniers de camps de concentration ne m’appartient pas. Ce sont les mots de Jacques Cousteau.) Ces animaux tendent à perdre leur personnalité. Ils ont été en quelque sorte abrutis et agissent de façon mécanique.

Mais certains dauphins et orques captifs (une poignée) n’acceptent pas les règles. Ils se rebellent. Ils résistent. Ils font les choses comme ils l’entendent. Ces animaux ont une personnalité très forte et distincte.

La plupart des dresseurs que j’ai connus préfèrent travailler avec un animal résigné, qui obéit aux règles. Ils ne vous causent pas de tort et sont de dociles performeurs. Pour ma part, j’avais une préférence pour ceux qui se rebellaient. Si on les comprenait et qu’on les traitait bien, ils étaient des travailleurs acharnés. Ils étaient même souvent les meilleurs performeurs dotés d’une personnalité fascinante. (Mais d’un autre côté, c’était ceux qui vous causaient le plus de problèmes et parfois même, ils pouvaient se montrer violents.)

Le résultat :

Les dauphins prisonniers des delphinariums souffrent

Le résultat est que l’animal souffre, tout comme les prisonniers souffrent. Les dauphins et orques captifs sont en situation de détresse psychologique. Cela diminue considérablement leur espérance de vie, de nombreuses études l’affirment.

La relation dresseur-animal :

Ces dernières décennies, de nombreux dresseurs ont développé des relations très fusionnelles avec les animaux ce qui a souvent débouché sur des dépressions. La plupart de ces dresseurs « blessés » sont aujourd’hui devenus des activistes.

Pour endiguer ce phénomène, les parcs aquatiques interdisent désormais aux dresseurs de s’impliquer émotionnellement avec les animaux. Ils sont devenus des « outils de travail » qui permettent au dresseur de gagner sa vie. Ils prennent soin des animaux comme un charpentier prend soin de ces outils. Et tous ces bisous, ces câlins pendant les spectacles ne sont que pure mise en scène. Les dresseurs n’ont pas le droit de nager ou de jouer sans récompense avec les animaux en dehors des spectacles.

Les dauphins captifs, un "outil de travail" pour les dresseurs

Mettez-vous à leur place :

Après avoir vu ces animaux majestueux dans leur bassin, vous rentrez chez vous. Les dresseurs rentrent chez eux. Mais les animaux, eux, doivent rester dans leur bassin 24/24h et 7/7j. Ils ne pourront JAMAIS quitter cet endroit. Ils sont prisonniers de petits bassins en béton.

Imaginez-vous enfermés dans une petite pièce de quelques mètres carrés. Imaginez-vous en train d’exécuter des tours dans cette petite pièce, sur commande, plusieurs fois par jour, tous les jours, afin de combler votre faim permanente. Imaginez-vous faire cela toute votre vie.

Pour information : Oui, les animaux sont nourris même s’ils refusent d’exécuter les tours. En revanche, ils ne reçoivent que la quantité nécessaire pour rester en vie et en bonne santé. Ils doivent avoir faim pour exécuter les tours sur commande. Je répète :

Les animaux doivent avoir faim pour garantir le spectacle.

Les dauphins sont affamés afin de leur faire réaliser les tours

Je défie Sea World ou autre parc aquatique de réaliser un spectacle de dauphins, d’orques ou d’otaries sans aucune récompense. Je les défie aussi de réaliser un spectacle avec des animaux rassasiés. C’est impossible.

Laissez-moi vous parler d’éducation, de recherche et de sauvetage.

EDUCATION : Soyons bien clairs. La partie éducative est extrêmement réduite. Oui, ils présentent des « programmes éducatifs » pour les enfants qui peuvent être instructifs mais ils ne contiennent aucune information inédite. Ces programmes ne sont que des outils de propagande, rien d’autre.

RECHERCHE : La plupart de la recherche conduite à Sea World ne prend pas en compte le bien-être et les conditions d’élevage des animaux en captivité. En revanche, ils accordent un soin tout particulier à la reproduction et surtout au maintien en vie des nouveaux-nés. En liberté, ces recherches n’auraient pas lieu d’être.

SAUVETAGE : Bien sûr, Sea World vient au secours d’animaux et c’est formidable. Mais la grande majorité de ces sauvetages impliquent des tortues de mer. Sea World en tire largement profit. Cela leur fait une bonne publicité et, à certains moments, ils se servent de ces animaux mis à disposition gratuitement pour gagner encore plus d’argent.

Je vous lance cet appel :

Dauphins libres

Je vous demande d’ouvrir votre cœur. Pensez à tout ce que vous soutenez quand vous soutenez des parcs aquatiques comme Sea World. Vous participez à l’enfermement et à la souffrance de mammifères incroyablement intelligents et sensibles.

Dans l’article de MiceChat sur Blackfish, le journaliste a demandé à la dresseuse ce qu’elle ferait si elle était responsable de Sea World. Voici sa réponse : « J’arrêterais d’utiliser les animaux à des fins de divertissement et je mettrais un terme au programme de reproduction. »

POURQUOI a-t-elle dit cela ? Que sait-elle ? Qu’a-t-elle vu ? Qu’a-t-elle connu pour dire une chose pareille ? (Évidemment, le journaliste ne lui a pas posé ces questions.) Voulez-vous savoir pourquoi elle a dit cela ?

Une fois de plus, je vous le demande : RÉFLÉCHISSEZ. Réfléchissez à ce qui se passe réellement quand vous admirez « Shamu » ou « Flipper » travailler pour de la nourriture. Réfléchissez-y.

Vos questions et commentaires sont les bienvenus. (Mais s’il-vous-plaît, ne me traitez pas « d’ignorant » ou de « mal informé » à ce sujet, ou bien « d’ex-employé aigri » ou « d’activiste à la PETA », comme d’autres l’ont déjà fait. Merci.)

Source : https://www.facebook.com/RichardOBarry

 

 

Accueil » Actualité » Kshamenk, l’orque le plus maltraité au monde

Kshamenk, l’orque le plus maltraité au monde

Kshamenk, l’orque le plus maltraité au monde

 
 

Sam Simon, directeur, producteur, et co-créateur  des Simpsons, a tweeté vendredi dernier une photo inquiétante d’un orque en captivité à Mundo Marino en Argentine.

Sam Simon a écrit : « C’est Kshamenk, l’orque la plus maltraité dans le monde, obligé d’être plié en permanence pour vivre dans une piscine » . En 1992, un orque mâle a été capturé lors d’un échouage forcé, avec trois autres de ses congénères, et ils ont été tenu en captivité à SeaWorld. Nommé Kshamenk, l’orque qui n’avait que 5 ans, a été arraché à son habitat naturel pour être transformé en véritable machine à cash.

Une autre photo de Kshamenk...

Une autre photo de Kshamenk…

Kshamenk est le seul survivant des 3 orques maintenus en captivité. L’un des trois autres a été retourné à la mer car il était trop grand pour être transféré, l’autre est mort pendant le transfert, et le troisième est mort par ce qui semble être un suicide après avoir percuté plusieurs fois les murs de la piscine où il était logé. La captivité est la pire des maltraitances pour ces animaux très sensibles. De plus ils vivent en groupe, et isolé un individu comme Kshamenk, qui est sexuellement frustré, en colère, déprimé et hostile à ses formateurs, ne peut être que dangereux pour lui-même et les humains qu’il côtoie.

Une pétition destiné au directeur du parc Mundo Marino mentionne que Kshamenk pourrait être relâché, car ses 5 ans de vie dans son milieu naturel lui ont permis d’apprendre à se nourrir et à vivre dans de bonnes conditions.

N’oublions pas qu’en France, Marineland d’Antibes enferme aussi des orques dans l’unique but de gagner de l’argent.

http://www.vegactu.com/actualite/kshamenk-lorque-le-plus-maltraite-au-monde-13052/

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Attention au texte qui suit qui a pour but de détruire les bonne informations et jeter le trouble dans l' esprit des non connaisseurs. Donc le texte joint est publié pour info seulement mais a ne pas prendre en considération.

Comment un dauphin peut faire ceci?  (et j’ai réalisé que cet enculé de dauphin était en train d’insulter ma mère,) de plus le terme enculé dénature le texte et montre bien l' intention de l' auteur.

 

de plus on voit mal les dauphins  s' occuper de l' effondrement des tours américaines...(Le mammifère marin a ainsi professé de nombreuses et violentes insultes à caractère antisémite et négationniste, mettant en doute la validité de la théorie officielle des attentats du 11-septembre)

khefus

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le déchiffrement du langage des dauphins confirme qu’ils n’arrêtent pas de nous insulter 

 
455606281

Une équipe de scientifiques a réussi apparemment à traduire ce qui semble être un langage propre au dauphin. Sans surprise, cela confirme que, depuis le début, le dauphin se moque de nous, nous ridiculise, et nous insulte de manière outrancière.

Vulgaires et grossiers

On savait les dauphins parfois enclins à certaines pratiques douteuses, on sait désormais qu’ils sont surtout vulgaires, grossiers et mal éduqués. « Quand j’ai commencé à traduire ce que le dauphin me disait, j’ai eu un choc » raconte Cindy Orson, qui a dirigé le laboratoire qui s’est chargé de traduire ce langage dauphin. « J’ai commencé à traduire une première partie du langage et j’ai réalisé que cet enculé de dauphin était en train d’insulter ma mère, avec des mots très très choquants » affirme-t-elle. Elle a alors réitéré l’expérience avec d’autres dauphins, certains en liberté et d’autres en captivité, chaque fois avec le même résultat. « Les paroles sont très outrancières, on a l’impression d’avoir affaire à des ados mal élevés qui se croient tout permis » ajoute un spécialiste.

En outre, une analyse approfondie des bandes indique que le dauphin tient régulièrement des propos sexistes, racistes et antisémites. « Ils font ça tout le temps. Il n’y a pas un moment où ils n’en parlent pas entre eux, pour eux c’est normal. » explique la jeune femme qui précise que les dauphins n’ont strictement aucune pudeur, aucun tabou, aucune limite dans leur vulgarité. « Si vous saviez ce qu’ils disent sur les handicapés ou les autistes qu’on leur présente… On dit souvent que les dauphins veulent les aider, mais vous seriez très choqués et en colère » assure la scientifique.

L’expérience a d’ailleurs dû être stoppée après qu’un des dauphins étudiés s’en est pris à l’un des chercheurs. Le mammifère marin a ainsi professé de nombreuses et violentes insultes à caractère antisémite et négationniste, mettant en doute la validité de la théorie officielle des attentats du 11-septembre. Le scientifique ulcéré s’est alors jeté dans le bassin du dauphin pour en découdre et aurait manqué de se noyer.

La Rédaction



03/05/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres