GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

10 Secrets plus effrayants de NSA exposés par Snowden

10 Scariest NSA Secrets Exposed by Snowden; Why Natives Need to Know

8/23/13
10 Secrets plus effrayants de NSA exposés par Snowden ; Pourquoi indigènes ont besoin de savoir
Gale Courey Toensing
23/08/13

 

La révélation plus effrayante pour sortir de "Whistleblower" fuites de National Security Agency de Edward Snowden est que tout ce que vous avez jamais soupçonné ou tout gouvernement d'espionnage, y compris l'utilisation de sinistre à consonance noms, est vrai--et puis certains.

 

Début juin, The Guardian a commencé à publier des articles par le journaliste Glenn Greenwald sur espionnage Top secret du gouvernement des États-Unis sur les citoyens américains par le biais de leurs téléphones et l'utilisation d'internet. Nouvelles des programmes de surveillance de masse déclencher une tempête en cours internationale de controverse sur la sécurité et l'éthique autour de l'idée du gouvernement fédéral agissant comme le gouvernement dans le roman dystopique 1984, Orwell "Big Brother is watching you."

 

L'affiche de Big Brother menaçante de l'adaptation cinématographique de 1956 de « 1984 ».
L'affiche de Big Brother menaçante de l'adaptation cinématographique de 1956 de « 1984 ».

 

Greenwald divulgués dès qu'il s'agissait d'Edward Snowden, un informaticien américain de 29 ans et ancien entrepreneur de National Security Agency (NSA), qui avait téléchargé une mine de documents top secret de systèmes NSA concernant plusieurs Top-secret américain et britannique surveillance programmes gouvernementaux. La divulgation de l'identité de Snowden a été effectuée à sa demande. « Je n'ai pas l'intention de cacher qui je suis parce que je sais que j'ai rien fait de mal, » dit-il.

 

Snowden avait fui aux Etats-Unis en prévision de l'histoire de Greenwald briser. Au début de juillet, Washington bureau chef Washington bureau chef Indian Country aujourd'hui du réseau médias Rob Capriccioso spéculé sur si Snowden pourrait trouver refuge chez une tribu d'Indiens d'Amérique. La réponse est non, parce que le gouvernement américain aurait presque certainement le chaland sur le « souverain » visant des terres indiennes pour saisir Snowden et lui enfermer--les procureurs fédéraux avaient accusé Snowden d'espionnage en juin. Snowden a depuis trouvé asile en Russie, qui a refusé de l'extrader, mis à rude épreuve les relations entre les deux pays.

 

Mais la question de la surveillance de masse soulève des questions quant à l'impact du gouvernement espionner les Indiens. Tandis que la vision totalitaire de Big Brother espionner nos conversations et emails et nous traque à travers le cyberespace est effrayante pour tout le monde, sont les Amérindiens plus vulnérables d'être emporté par la frénésie de la chasse aux terroristes ? Le gouvernement a déclaré que les balayages massives et aveugles des appels téléphoniques de citoyens, emails et autres informations sont pour aider à empêcher des attentats terroristes avant de se produire, mais avec quelle facilité il lié les Indiens et les terroristes récemment. En 2011, l'administration Obama a utilisé par hasard Geronimo, une des figures plus vénérés dans l'histoire des Indiens d'Amérique, comme le nom de code pour Ben Laden et l'opération visant à l'assassiner. Cette même année, les procureurs du gouvernement contre les Séminoles aux terroristes et cité des guerres génocidaires de Andrew Jackson contre les Indiens de Floride comme un précédent pour la poursuite des suspects d'Al Qaeda. Pendant la campagne présidentielle de 2012, présidentielle espoir Newt Gingrich évoqué aussi Jackson comme un modèle pour la façon dont les États-Unis devrait approcher ses « ennemis » aujourd'hui. « Tuez-les! », dit-il.

 

Il y lieu de craindre que le gouvernement utiliserait les informations il saisit des appels téléphoniques et Internet pour lancer des actions contre la terre sacrée "antiterroristes" préconise ou activistes autochtones impliqués dans la lutte pour les droits fonciers ou projets pour protester contre des propositions dévastatrices comme le pipeline Keystone XL controversé ou autre extraction ? Selon Revenue Watch, terres amérindiennes comprennent environ 30 % des réserves de charbon du pays à l'ouest du Mississippi, comme autant que 50 p. 100 des potentiels d'uranium se réserve et jusqu'à 20 pour cent de connues de gaz naturel et de pétrole de réserves. Les terres peuvent également contenir des minéraux de terres rares, plus en plus recherchés par les puissantes multinationales devant servir à la fabrication en particulier la fabrication des dispositifs électroniques le gouvernement balaie avec ses outils de surveillance de masse État-of-the-art.

 

Devrions-nous être peur, très peur ? Décider pour vous-même. Voici quelques-unes des principales révélations de fuites de Snowden :

 

1. grand frère peut forcer des grandes compagnies à capoter.

 

Le gouvernement fédéral obligé Verizon et autres entreprises de télécommunications géant pour espionner leurs clients. La NSA, sur une demande du FBI, collectées sans discernement les relevés téléphoniques de millions de clients de Verizon nous quelle que soit la question de savoir si elles étaient soupçonnées d'actes répréhensibles--en vertu d'une ordonnance du Tribunal ultra-secrète accordée par la Cour de la Foreign Intelligence Surveillance. L'ordre a permis la collecte de grandes quantités de « métadonnées » ou des informations transactionnelles--les numéros des deux parties sur un appel, données de localisation, des identificateurs uniques et le temps et la durée des appels, mais pas le contenu de la conversation.

 

2. Big Brother peut interdire des grandes compagnies de vous dire qu'ils ont basculé.

 

The scariest revelation to come out of  whistleblower Edward Snowden’s National Security Agency leaks is that everything you’ve ever known or suspected about government spying, including the use of sinister-sounding code-names, is true -- and then some.

In early June, The Guardian began publishing articles by journalist Glenn Greenwald about the United States government’s top-secret spying on US citizens through their phones and internet use. News of the mass surveillance programs set off an ongoing international storm of controversy over security and the ethics around the idea of the federal government acting like the government in George Orwell’s classic dystopian novel 1984, where “Big Brother is watching you.”

The menacing Big Brother poster from the 1956 film adaptation of '1984.'
The menacing Big Brother poster from the 1956 film adaptation of '1984.'

Greenwald soon disclosed that it was Edward Snowden, a 29-year-old American computer specialist and former National Security Agency (NSA) contractor, who had downloaded a trove of top secret documents from NSA systems concerning several top-secret US and British government surveillance programs. The disclosure of Snowden’s identity was made at his request. "I have no intention of hiding who I am because I know I have done nothing wrong," he said.

Snowden had fled the U.S. in anticipation of Greenwald’s story breaking.   In early July, Indian Country Today Media Network’s Washington bureau chief Washington bureau chief Rob Capriccioso speculated about whether Snowden could find asylum with an American Indian tribe. The answer was no, because the U.S. government would almost definitely barge onto the “sovereign” Indian land to grab Snowden and lock him up -- federal prosecutors had charged Snowden with espionage in June.  Snowden has since found asylum in Russia, which refused to extradite him, straining the relationship between the two countries.   

But the issue of mass surveillance raises questions about the impact of government spying on Indians. While the totalitarian vision of Big Brother spying on our conversations and emails and stalking us through cyberspace is scary for everyone, are American Indians more vulnerable to being swept up in the frenzy of the hunt for terrorists? The government says the massive, indiscriminate sweeps of citizens’ phone calls, emails and other information are to help stop terrorist attacks before they happen, but consider how easily it linked Indians and terrorists recently. In 2011, the Obama administration casually used Geronimo, one of the most revered figures in American Indian history, as the codename for Osama bin Laden and the operation to assassinate him. That same year, government prosecutors compared the Seminoles to terrorists and cited Andrew Jackson’s genocidal wars against the Florida Indians as a precedent for the prosecution of Al Qaeda suspects.  During the 2012 presidential campaign, presidential hopeful Newt Gingrich also conjured up Jackson as a model for the way the U.S. should approach its “enemies” today. “Kill them!” he said.

Is there reason to fear that the government would use information it seizes from phone calls and the Internet to launch “counter-terrorist” actions against sacred land advocates  or indigenous activists involved in the struggle for land rights or protesting against devastating proposals like the  controversial Keystone XL pipeline or other extraction projects? According to Revenue Watch, American Indian lands include an estimated 30 percent of the nation’s coal reserves west of the Mississippi, as much as 50 percent of potential uranium reserves, and up to 20 percent of known natural gas and oil reserves. The lands also may contain rare earth minerals, increasingly sought after by powerful multinational corporations for use in manufacturing – especially the manufacturing of the electronic devices the government sweeps with its state-of-the-art mass surveillance tools. 

Should we be afraid, very, very afraid? Decide for yourself. Here are some of the key revelations from Snowden’s leaks:

1. Big Brother can force Big Companies to roll over.

The federal government forced Verizon and other giant telecommunication companies to spy on their customers. The NSA, on a request from the FBI, indiscriminately collected the telephone records of millions of US Verizon customers – regardless of whether they were suspected of wrongdoing -- under a top secret court order granted by the Foreign Intelligence Surveillance Court. The order allowed the collection of massive amounts of “metadata” or transactional information -- the numbers of both parties on a call, location data, unique identifiers, and the time and duration of all calls, but not the contents of the conversation.

2. Big Brother can forbid Big Companies from telling you they rolled over.

Verizon was not only forced to spy on its customers, but also expressly barred from disclosing either the FBI's request for its customers' records or the court order itself.

 

 

3. Constitutional right to privacy? You don't have one anymore.

President Obama assured the public that “Nobody is listening to your telephone calls,” and minimized the inconvenient truth that the government had violated the Constitutional protection of privacy in the Fourth Amendment . “[The collection of this data] help us prevent terrorist attacks and the modest encroachments on privacy. . . was worth us doing,” Obama said.

4. Remember when they said they weren't reading your e-mails? They were reading your e-mails.

But another Guardian report disclosed that the NSA was accessing the content of emails. The agency had obtained direct access to the systems of Google, Facebook, Apple and other US internet giants through a program called Prism, which grabbed both metadata and the content of  search history, file transfers, live chats and emails.

5. It seems you can't trust Big Brother OR the Big Companies.

The Prism program was documented in a 41-slide PowerPoint that claimed the program is run with the assistance of the companies, but “all those who responded to a Guardian request for comment. . . denied knowledge of any such program,” the report said. Google said in a statement: "Google cares deeply about the security of our users' data. We disclose user data to government in accordance with the law, and we review all such requests carefully. From time to time, people allege that we have created a government 'back door' into our systems, but Google does not have a back door for the government to access private user data."  Whom to believe?

6. Big Brother is collecting an obscene amount of data.

The Guardian reported on the use of the sinister-sounding “Boundless Informant” ,  a powerful data-mining tool developed by the NSA to collect, record and analyze where its intelligence comes from, “raising questions about its repeated assurances to Congress that it cannot keep track of all the surveillance it performs on American communications,” the report said.  Another document showed the agency collected almost three billion pieces of intelligence from US computer networks over a 30-day period ending in March. Who can resist wondering if their emails were among the pieces?

7. A surprising number of people can access and analyze this obscene amount of data.

In July the Guardian reported on another sinister-sounding NSA program – XKeyscore—that allows analysts with no authorization to search through vast databases containing emails, online chats and the browsing histories of millions of individuals. NSA training materials described XKeyscore is its  "widest-reaching" system for developing intelligence from the internet.

8. Your secure and encrypted e-mail is neither.

Another set of documents revealed that Microsoft collaborated closely with US intelligence services to allow users' communications to be intercepted, the Guardian reported. The documents show that Microsoft helped the NSA to circumvent its encryption to address concerns that the agency would be unable to intercept web chats on the new outlook.com portal. The NSA already had pre-encryption stage access to email on Outlook.com, including Hotmail. Microsoft worked with the FBI this year to allow the NSA easier access via Prism to its cloud storage service SkyDrive, which now has more than 250 million users worldwide, and with the FBI's Data Intercept Unit to "understand" potential issues of a feature in Outlook.com that allows users to create email aliases.

9. Now that Microsoft owns Skype, your Skype calls are fair game.

In July last year, nine months after Microsoft bought Skype, the NSA boasted that it had “tripled the amount of Skype video calls being collected through Prism,” The Guardian reported.

10. It's a team sport, and you're outmatched.

The report also revealed that material collected through Prism is routinely shared with the FBI and CIA, with one NSA document describing the program as a "team sport."

If that isn’t enough to scare anyone, consider the impact of the government’s secret surveillance programs on a free press -- the foundation of a free society. On August 18, British security agents detained Greenwald’s partner, David Miranda, for nine hours at London Airport under the British Terrorism Act of 2000 . Officials confiscated Miranda’s mobile phone, laptop, camera, memory sticks, DVDs and games consoles. “This is a profound attack on press freedoms and the news gathering process," Greenwald said. Miranda’s detention and the seizure of large amounts of his possessions, included research data he had collected, “is clearly intended to send a message of intimidation to those of us who have been reporting on the NSA and [its British equivalent]. The actions of the UK pose a serious threat to journalists everywhere.”

3. constitutionnel droit à la vie privée ? Vous n'en avez plus.

 

Le président Obama a assuré au public que "personne n'est à l'écoute pour vos appels téléphoniques" et réduit au minimum la vérité qui dérange, que le gouvernement avait violé la protection constitutionnelle de la vie privée dans le quatrième amendement. « [La collecte de ces données] nous aider à prévenir les attaques terroristes et les empiètements modestes sur la vie privée... valait nous faisant, "Obama a dit.

 

4. ne pas oublier quand ils ont dit qu'ils n'étaient pas lire vos e-mails ? Ils lisaient vos e-mails.

 

Mais un autre rapport de Guardian a révélé que la NSA a accéder au contenu d'e-mails. L'Agence avait obtenu un accès direct aux systèmes de Google, Facebook, Apple et autres géants de l'internet aux États-Unis grâce à un programme appelé "Prism", qui a saisi les métadonnées et le contenu de l'historique de recherche, transferts de fichiers, vivent les conversations et emails.

 

5. il semble que vous ne pouvez pas confiance Big Brother ou les grandes compagnies.

 

Le programme de prisme a été documenté dans un 41-diapositive PowerPoint qui a soutenu le programme est exécuté avec l'aide des entreprises, mais "tous ceux qui ont répondu à une demande de tuteur pour commentaire... nié au courant d'un tel programme," indique le rapport. Google a déclaré dans un communiqué: "Google se soucie profondément de la sécurité des données de nos utilisateurs. Nous divulguons des données de l'utilisateur au gouvernement conformément à la Loi, et nous passons en revue attentivement toutes ces demandes. De temps en temps, les gens allèguent que nous avons créé un gouvernement "porte dérobée" dans nos systèmes, mais Google n'a pas une porte dérobée pour le gouvernement d'accéder aux données utilisateur privé." Qui croire ?

 

6. grand frère recueille une quantité obscène de données.

 

Le Guardian a rendu compte de l'utilisation de la sinistre à consonance « Boundless informateur », un puissant outil d'exploration de données développé par la NSA pour collecter, enregistrer et analyser d'où vient son intelligence, « soulevant des questions sur ses assurances répétées au Congrès qu'il ne peut pas garder une trace de tous les la surveillance qu'il exécute sur American communications, » indique le rapport. Un autre document montrait que l'Agence recueillis presque 3 milliards de pièces de l'intelligence des réseaux informatiques américains sur une période de 30 jours se terminant en mars. Qui peut résister à se demander si leurs emails ont été parmi les pièces ?

 

7. un nombre surprenant de gens peut accéder et analyser cette quantité obscène de données.

 

En juillet le Guardian a signalé sur un autre programme de NSA de sinistre de sondage XKeyscore – qui permet aux analystes avec aucune autorisation à parcourir de vastes bases de données contenant des courriels, des conversations en ligne et les historiques de navigation de millions d'individus. Supports de formation NSA décrit XKeyscore est son système de "plus large envergure" pour développer l'intelligence de l'internet.

 

8. votre e-mail cryptée et sécurisée n'est ni.

 

Un autre ensemble de documents a révélé que Microsoft a collaboré étroitement avec les services de renseignement américains pour permettre des communications des utilisateurs à intercepter, rapporte le Guardian. Les documents montrent que Microsoft a contribué à la NSA pour contourner son cryptage pour apaiser les préoccupations que l'Agence serait incapable d'intercepter des conversations du web sur le nouveau portail de outlook.com. La NSA a déjà eu accès étape avant cryptage à email sur Outlook.com, y compris Hotmail. Microsoft a travaillé avec le FBI cette année afin de permettre l'accès plus facile NSA via le prisme de son service de stockage de nuage SkyDrive, qui a maintenant plus de 250 millions d'utilisateurs dans le monde entier et avec l'unité intercepter des données du FBI à "comprendre" les problèmes potentiels d'une fonctionnalité de Outlook.com qui permet aux utilisateurs de créer des alias de courriel.

 

9. maintenant que Microsoft possède Skype, vos appels Skype sont un jeu équitable.

 

En juillet l'an dernier, neuf mois après que Microsoft a acheté Skype, la NSA s'est vanté qu'il avait « triplé le montant des appels vidéo Skype sont recueillis par le biais de "Prism", » The Guardian a indiqué.

 

10. c'est un sport d'équipe, et vous êtes surpassé.

 

Le rapport a également révélé que matériel recueilli par prisme est régulièrement partagée avec le FBI et la CIA, avec un document de NSA qui décrit le programme comme un « sport d'équipe ».

 

Si ce n'est pas assez pour effrayer quelqu'un, examiner l'impact des programmes de surveillance secrète du gouvernement sur la liberté de la presse--la Fondation d'une société libre. Le 18 août, des agents de sécurité britanniques détenus partenaire de Greenwald, David Miranda, pendant neuf heures à l'aéroport de Londres en vertu de la loi britanni­que de terrorisme de 2000. Fonctionnaires confisqué le téléphone portable de Miranda, ordinateur portable, appareil photo, consoles de bâtons, des DVD et des jeux de mémoire. « C'est une crise profonde sur le processus de collecte de l'information et de la liberté de la presse, » a déclaré Greenwald. La détention de Miranda et la saisie de grandes quantités de ses possessions, les données de recherche inclus qu'il avait recueillis, "vise clairement à envoyer un message d'intimidation à ceux d'entre nous qui signalent sur la NSA et [son équivalent britannique]. Les actions du Royaume-Uni posent une grave menace pour les journalistes dans le monde. »

 

They also make it clear “that it would be highly unadvisable for Greenwald (or any other journalist) to regard any electronic means of communication as safe,” Alan Rusbridger wrote in a Guardian report dated August 19.  “The Guardian's work on the Snowden story has involved many individuals taking a huge number of flights in order to have face-to-face meetings. Not good for the environment, but increasingly the only way to operate. Soon we will be back to pen and paper.”

 


07/05/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres