GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

Russia warns of nuclear disaster if Syria is hit

Russia warns of nuclear disaster if Syria is hit

                                                   
 
 
USS NImitz (AFP Photo / Navy Media Content Services / HO / Raul Moreno)

USS NImitz (AFP Photo / Navy Media Content Services / HO / Raul Moreno)

A military strike on Syria could lead to a nuclear catastrophe if a missile were to hit a reactor containing radioactive uranium, a Russian Foreign Ministry spokesman warned. The remark comes as the US continues to push for a military strike on Syria.

"If a warhead, by design or by chance, were to hit the  Miniature Neutron Source Reactor (MNSR) near Damascus, the  consequences could be catastrophic," Aleksandr Lukashevich  said in a Wednesday statement.

  Russia’s Foreign Ministry urged the UN International Atomic  Energy Agency (IAEA) to complete a risk evaluation as the US  continues to seek support for military action. It asked the  agency to “react swiftly” and carry out “an analysis of  the risks linked to possible American strikes on the MNSR and  other facilities in Syria.”

Lukashevich stated that the region could be at risk of   “contamination by highly enriched uranium and it would no  longer be possible to account for nuclear material, its safety  and control.” He added that such material could fall into the  wrong hands.

  The IAEA said that it is aware of the statement, but it is  waiting for a formal request asking the agency to complete a risk  evaluation. “We will consider the questions raised if we  receive such a request," Reuters quoted an IAEA spokesperson  as saying.

  The agency said in a report to member states last week that Syria  had declared there was a “small amount of nuclear  material” at the MNSR, a type of research reactor usually  fuelled by highly enriched uranium.

  Although this type of a reactor would not contain a lot of  nuclear material, it would be enough to cause "a serious local  radiation hazard" if the reactor was hit, nuclear expert Mark  Hibbs from the Carnegie Endowment for International Peace told  Reuters.

  The United States Senate Foreign Relations Committee voted on  Wednesday to approve President Obama's plan to strike  Syria in retaliation against the alleged use of chemical weapons  by President Bashar Assad’s regime.

  Should Congress move to approve the president’s request, the US  could soon initiate a limited strike on Syria.

  On the other hand, Moscow needs convincing proof – not rumors - from UN experts that chemical  weapons were used in Syria, Russian President Vladimir Putin said  in an interview with AP and Channel 1 on Tuesday.

“We believe that at the very least we should wait for the  results of the UN inspection commission in Syria,” Putin  said. He added that so far there is no information regarding  exactly which chemical agent was used in the attack in the  Damascus suburb, or who was behind it.

 

La Russie met en garde de la catastrophe nucléaire si la Syrie est touchée

 

USS NImitz (AFP Photo / marine Media Content Services / HO / Raul Moreno)



Affrontements, conflit, criminalité, droit, militaire, politique, Russie, sécurité, Syrie, USA, Violence, guerre
Une frappe militaire contre la Syrie pourrait conduire à une catastrophe nucléaire si un missile était de frapper un réacteur contenant de l'uranium radioactif, a averti un porte-parole du ministère russe des affaires étrangères. Cette remarque intervient alors que les États-Unis continuent de pousser pour une frappe militaire contre la Syrie.

 

« Si une ogive, par leur conception ou par hasard, devait frapper le réacteur Miniature de Source de neutrons (MNSR) près de Damas, les conséquences pourraient être catastrophiques, » Aleksandr Lukashevich a déclaré dans un communiqué mercredi.

 

Ministère des affaires étrangères de la Russie a exhorté l'ONU International énergie atomique Agence (AIEA) afin de compléter une évaluation des risques, comme les États-Unis continuent à mobiliser le soutien pour une action militaire. Il a demandé à l'Office à « réagir rapidement » et réaliser « une analyse des frappes américaine liée aux possibles risques sur le MNSR et autres installations en Syrie ».

 

Lukashevich a déclaré que la région pourrait être à risque de contamination par l'uranium hautement enrichi et n'est plus, il serait possible pour tenir compte des matières nucléaires, sa sécurité et son contrôle." Il a ajouté que ce matériel pourrait tomber entre de mauvaises mains.

 

L'AIEA a dit qu'il est au courant de l'instruction, mais il attend une demande officielle demandant à l'Agence pour l'évaluation d'un risque. « Nous examinerons les questions soulevées, si nous recevons une telle demande, » Reuters cité comme disant, un porte-parole de l'AIEA.

 

L'Agence dit dans un rapport aux États membres que la Syrie avait déclaré il n'y avait "une petite quantité de matières nucléaires" la semaine dernière le MNSR, un type de réacteur de recherche habituellement alimentés par l'uranium hautement enrichi.

 

Bien que ce type d'un réacteur ne contiendrait pas beaucoup de matériel nucléaire, il serait assez pour causer « un risque sérieux de rayonnement local » si le réacteur était expert hit, nucléaire, qu'a déclaré à Reuters Mark Hibbs de la Carnegie Endowment for International Peace.

 

La Commission des Relations étrangères au Sénat des Etats-Unis a voté mercredi pour approuver le plan du président Obama de frapper la Syrie en représailles contre l'utilisation présumée d'armes chimiques par le régime du Président Bashar Assad.

 

Congrès aille d'approuver la demande du Président, aux États-Unis pourraient bientôt lancer une attaque limitée sur la Syrie.

 

En revanche, Moscou a besoin de preuve convaincante – pas des rumeurs - des experts de l'ONU que les armes chimiques ont été utilisées en Syrie, le Président russe Vladimir Putin dit dans une interview avec l'AP et le canal 1 mardi.

 

« Nous croyons que, à tout le moins, nous devrions attendre les résultats de la commission d'inspection des Nations Unies en Syrie », a dit Poutine. Il a ajouté que jusqu'à présent il n'y a aucune information concernant exactement quel agent chimique a été utilisé lors de l'attaque dans la banlieue de Damas, ou qui était derrière elle.


06/09/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres