GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

Crimea vs Iraq: Better off 'Occupied' by Russians than 'Liberated' by Americans

In 2001, NATO invaded and began the occupation of the South-Central Asian country of Afghanistan. The invasion and occupation has left tens of thousands dead, many more displaced, and has resulted in continued chaos and violence up until and including present day. Throughout the conflict, revelations of abuses, mass murder, and other atrocities including systematic torture have been exposed, perpetrated by invading NATO forces and their Afghan collaborators.

The war has also resulted in the use of armed drone aircraft which regularly kill men, women, and children indiscriminately along the Afghan-Pakistani border - a campaign of mass murder ongoing for nearly as long as the conflict has raged.

In 2003, NATO-members joined the United States in the invasion and subsequent occupation of Iraq. An estimated 1 million people would lose their lives, including thousands of Western troops. For nearly a decade the United State occupied Iraq, and during its attempts to prop up a suitable client regime, laid waste to the nation. American forces in their bid to exercise control over the Iraqi population would conduct sweeping assaults on entire cities. The city of Fallujah would be leveled nearly to the ground, twice.

The US also maintained prison camps across the entire nation. Some vast and spanning, others dark and secret, including the infamous Abu Ghraib prison and the atrocities carried out there. In addition to Western armed forces, a significant number of paid mercenaries participated in both the occupation and the atrocities carried out during it, including the mass killing of civilians resulting in criminal cases still reverberating through Western legal systems and undermining Western credibility worldwide. 

This is what real invasions and occupations look like. The armed entrance into a nation, the absolute subjugation of all its people through maximum force - or as the US calls it "shock and awe" - and an occupation by gunpoint with tanks and troops in the streets of a people who do not want them there, and who are willing to fight and die to drive them out.

So when in March of 2014, Crimea was returned to Russia and NATO called the move an "invasion" and "occupation," the world was reasonably concerned. Some were concerned because they equated the words "invasion" and "occupation" with the levels of mass murder and decimation associated with NATO's decades of foreign interventions - believing that such violence was now unfolding in Crimea, this time at the hands of the Russians. Others were concerned because of the obvious falsehood within which NATO was framing events in Crimea.

The Difference Between NATO and Russian Interventions

NATO's intervention in Iraq and Afghanistan ran into heavy resistance while Russia's intervention in Crimea did not, because of several crucial differences. First, NATO was invading nations literally oceans away. The targets of their military aggression shared no common history with the West, no cultural, religious, or linguistic similarities, and surely no mutual contemporary shared interests. No significant party within either Iraq or Afghanistan asked the West to intervene beyond token proxies arranged by the West itself.

Crimea on the other hand, had once existed as part of Russia. Many in Crimea identify themselves either as Russians, or of Russian descent. They speak Russian and observe Russian customs. Many in Crimea recognize that the soil beneath their feet has been soaked in Russian blood to defend it from aggression throughout history, including against the Nazis in World War 2.

 

When the government of Ukraine was violently overthrown by an overtly US-backed coup in Kiev, and many of the familiar symbols and movements that had in the past taken power with the help of Adolf Hitler in the 1940's began stirring in western Ukraine again, turning to Russia for protection was only natural. Not only did the people of Crimea ask Russia to intervene, a referendum was held that overwhelmingly quantified their request. 

Aside from storming several military bases and some tense moments in stand-off's with Ukrainian troops, there was no violence when Russian forces began moving into Crimea. 

A Year On, All is Well... 

Life in Russian Crimea today is exceedingly normal. While a war rages on next door in Ukraine, the people of Crimea enjoy peace, stability, and a sense of unity and hope for the future. Even with economic setbacks delivered by NATO's attempts to take the horrors they've created within Ukraine, and recreate them on the other side of the border in Russia, people are still able to conduct business more or less as they did before the conflict began. Some say the economy has actually improved despite the sanctions.

Of course, the transition, with an armed conflict unfolding just across the border, is not seamless. Euronews would report mixed feelings in Crimea, stating in its article, "Crimea economy one year on after Russian annexation," that:

For many locals the biggest worry is the spiralling cost of food. Kyiv’s refusal to recognise the border means it can’t legally export to Crimea directly.

Most supplies come from Russia by ferry but bad weather can delay shipments for days. Many products are just not available. Regional government data showed inflation jumped 38 percent and the cost of food increased by almost a half from March through to December. Not a single Russian supermarket chain has opened in Crimea.

But a poll at the end of January by a Ukraine market research agency recorded that more than half of the 800 people questioned believe they are better off financially since joining Russia.

Despite this, after only a year, and considering the circumstances, Crimea is faring well, especially compared to neighboring Ukraine. Logistical networks will surely be restructured and markets will surely adjust. With the West desperately seeking to portray Crimea's state one year after returning to Russia as dire as possible, that the best they can do is cite the disappearance of "McDonald's" and "Apple" stores as "proof" that Crimea is "suffering," bodes well for the Crimean people.

While NATO calls this an "invasion" and "occupation," it is ironically NATO itself that has taught the world so well what a real invasion and occupation looks like, making their recent claims against Russia in Crimea ring particularly hollow. Also ironic is the fact that the NATO-backed regime in Kiev, Ukraine, is imposing upon its own people the conditions and horrors generally associated with a real invasion and occupation. That some call the conflict in Ukraine one of several "proxy wars" NATO is waging around the world, this should come as no surprise.

 

En 2001, l'OTAN a envahi et a commencé l'occupation de l'Asie du centre-sud du pays d'Afghanistan. L'invasion et l'occupation a fait des dizaines de milliers morts, beaucoup plus déplacés et a abouti à chaos continue et de la violence jusqu'à et y compris de nos jours. Durant tout le conflit, les révélations d'abus, massacres et autres atrocités, y compris la torture systématique, perpétrés par les forces de l'OTAN et leurs collaborateurs afghans, ont été exposées.

La guerre a également entraîné l'utilisation des avions drones armés qui tuent régulièrement des hommes, femmes et enfants sans discernement le long de la frontière afghano-pakistanaises - une campagne de meurtre de masse en cours pour presque aussi longtemps que le conflit fait rage.

En 2003, l'OTAN-membres se sont joints aux Etats-Unis dans l'invasion et l'occupation de l'Irak. Environ 1 million de personnes perdraient leur vie, y compris des milliers de troupes occidentales. Pendant presque une décennie, l'État-Unis occupé l'Irak et lors de ses tentatives pour soutenir un régime approprié de client, dévasté à la nation. Les forces américaines dans leur tentative d'exercer un contrôle sur la population irakienne procéderait à des agressions sur l'ensemble des villes. La ville de Falloujah serait être nivelé presque jusqu'au sol, deux fois.

Les États-Unis a également maintient des camps de prisonniers à travers tout le pays. Quelques vastes et s'étendant sur, d'autres sombre et secrète, dont la tristement célèbre prison d'Abu Ghraib et les atrocités effectuées. En plus des forces armées occidentales, un nombre important de mercenaires payés a participé à deux l'occupation et les atrocités réalisées durant, y compris le massacre de civils qui ont fait des affaires pénales encore répercuté par le biais de systèmes juridiques occidentaux et saper la crédibilité occidentale dans le monde entier.

Il s'agit de quels invasions réelles et ressemblent à des professions. L'entrée armée dans une nation, la soumission absolue de tous ses citoyens par le biais de la force maximale - ou que les États-Unis l'appelle « shock and awe » - et une occupation de la pointe du fusil avec chars et des troupes dans les rues d'un peuple qui n'en veulent pas , et qui sont prêts à se battre et mourir pour chasser dehors.

Donc lorsqu'en mars de 2014, la Crimée a été retournée à la Russie et l'OTAN appelé mouvement une « invasion » et "l'occupation", le monde était raisonnablement concerné. Certains craignaient parce qu'elles les mots « invasion » et le « occupation » avec les niveaux de meurtre de masse et la décimation associées à des décennies de l'OTAN des interventions étrangères - croyant que cette violence a été qui se déroulent actuellement en Crimée, cette fois aux mains des russes. D'autres craignaient en raison de la fausseté évidente au sein duquel l'OTAN a été des événements de cadrage en Crimée.

La différence entre l'OTAN et les Interventions russes

Intervention de l'OTAN en Irak et en Afghanistan a rencontré une résistance tandis que l'intervention russe en Crimée n'a pas, en raison de plusieurs différences cruciales. Tout d'abord, l'OTAN a été envahissant des nations littéralement des Océans. Les cibles de leur agression militaire ne partagent aucune histoire commune avec l'Occident, aucune similitude culturelle, religieuse ou linguistique et sûrement pas contemporains partagé des intérêts mutuels. Aucune partie significative au sein d'Irak ou l'Afghanistan a demandé à l'Occident d'intervenir au-delà de jeton proxies arrangés par l'Occident lui-même.

La Crimée quant à elle, avait déjà existé dans le cadre de la Russie. Beaucoup en Crimée s'identifient comme russes ou d'origine russe. Ils parlent le russe et observent les douanes russes. Beaucoup en Crimée reconnaissent que le sol sous leurs pieds a été trempé dans le sang russe de la défendre contre les agressions tout au long de l'histoire, y compris contre les Nazis dans la guerre mondiale 2.

Lorsque le gouvernement ukrainien a été violemment renversé par un coup d'État ouvertement soutenu par les Etats-Unis à Kiev, et la plupart des mouvements qui avaient dans le passé pris le pouvoir avec l'aide d'Adolf Hitler dans les années 1940 et symboles familiers recommencèrent agitation en Ukraine occidentale, se tournant vers la Russie pour protection était normal. Non seulement n'a le peuple de Crimée a demandé d'intervenir, la Russie, un référendum a été organisé qui quantifié massivement leur demande.

Mis à part l'assaut plusieurs bases militaires et quelques moments tendus en stand-off avec des troupes ukrainiennes, il y n'avait aucun violence, lorsque les forces russes commençaient à se déplacer en Crimée.

Un an après, tout est bien...

Vie en Crimée russe est aujourd'hui extrêmement normale. Alors qu'une guerre fait rage sur la prochaine porte en Ukraine, le peuple de Crimée apprécier la paix, la stabilité et un sentiment d'unité et d'espoir pour l'avenir. Même avec des revers économiques envoyées par des tentatives de l'OTAN à prendre les horreurs qu'ils ont créé au sein de l'Ukraine et les recréer de l'autre côté de la frontière en Russie, les gens sont toujours en mesure de faire des affaires plus ou moins comme ils le faisaient avant le début du conflit. Certains disent que l'économie s'est réellement améliorée malgré les sanctions.

Bien sûr, la transition, avec un conflit armé qui se déroulent à la frontière, n'est pas sans faille. EuroNews relèverait des sentiments mitigés dans la Crimée, indiquant dans son article, « Économie de la Crimée un an après l'annexion russe, » qui :

Pour beaucoup d'habitants, le plus grand souci est la spirale coût des aliments. Refus de Kiev de reconnaître que la frontière signifie qu'il ne peut pas exporter légalement directement en Crimée.

La plupart des fournitures proviennent de Russie en ferry mais mauvais temps peuvent retarder les livraisons pendant jours. Beaucoup de produits est tout simplement pas disponible. Données de l'administration régionale a montré l'inflation a bondi de 38 % et le coût des aliments a augmenté de près de la moitié entre mars et décembre. Pas une chaîne de supermarché russe unique a ouvert en Crimée.

Mais un sondage à la fin du mois de janvier par une Agence de recherche de marché de l'Ukraine a enregistré que plus de la moitié des 800 personnes interrogées croient qu'ils sont mieux lotis financièrement depuis son arrivée à la Russie.

Malgré cela, après seulement un an et compte tenu des circonstances, Crimée se porte bien, surtout par rapport à l'Ukraine voisine. Réseaux logistiques seront sûrement restructurés et les marchés seront ajusteront sûrement. Avec l'Occident cherche désespérément à dépeindre état de la Crimée, un an après son retour en Russie aussi terribles que possible, que le mieux qu'ils peuvent faire est citer la disparition de « McDonald » et les magasins « Apple » comme « preuve » que la Crimée est « souffrance », de bon augure pour le peuple de Crimée.

Alors que l'OTAN appelle cela une « invasion » et la "profession", c'est ironiquement l'OTAN elle-même qui a enseigné au monde si bien quelle vraie invasion et occupation ressemble, rendant leurs revendications récentes contre la Russie dans le rond de Crimée particulièrement creux. Il est également ironique que le régime soutenu par l'OTAN à Kiev, en Ukraine, impose à son peuple les conditions et les horreurs, généralement associées à une véritable invasion et l'occupation. Que certains appellent le conflit en Ukraine un des plusieurs « guerres par procuration » l'OTAN mène partout dans le monde, cela devrait être sans surprise.
 

 



26/03/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres