GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

Des antifas menacent un village en Saxe qui s’est défendu contre l’invasion

Des antifas menacent un village en Saxe qui s’est défendu contre l’invasion

 

Traduction de l’article de White Genocide Project.


Le village est-allemand de Claußnitz était dans l’actualité la semaine dernière parce qu’une foule avait entouré un bus rempli d’immigrants illégaux, qui devait être logés là. La foule chantait « Nous sommes le peuple » et les avaient empêché de descendre du bus pendant 2 heures, jusqu’à ce que la police arrive.

 

Des anti-fascistes allemands anonymes ont diffusé une lettre de menace aux habitants de la ville. On peut y lire :

Chers Claußnitzois, partout on peut lire que vous êtes effrayé, que vous ne vous sentez pas en sécurité. Vous voulez un dialogue direct. Jeudi, vous avez montré où votre dialogue mène et nous sommes contents de bâtir dessus !

Nous des antifas avons visité votre village. Un très joli village. Même votre musée local a été très appréciés.

Les choses peuvent se casser, les tracteurs peuvent s’enflammer spontaménent – ce serait dommage. Bon, certaines de notres options perturberaient la population.

Si vous effrayez un réfugié de plus, il y aura des conséquences pour vous. Nous vous regardons. Une autre attaque sur un réfugié, un pétard en dehors d’une propriété – et votre village sera en ruine. Nous allons faire monter le prix de votre inhumanité aussi haut que possible.

Antifas allemands
La brigade de défense des bougnoules violeurs

Votre haine et votre agitation ne resteront pas impunis. Nous ne resterons pas passifs alors que vous révélez votre caractère autoritaire. Nous vivons dans un monde où « être allemand » vaut davantage qu’être humain. Nous ne tolèrerons pas cela.

Ils ont aussi menacé la police, disant qu’elle « [promouvait] une foule saxonne raciste ».

« Vous aussi ressentirez les conséquences pour vos actes inhumains. »

Donc ces anti-facistes disent aux gens quoi faire et les menacent s’ils ne s’exécutent pas… et il ne leur est pas apparu que c’est exactement ce qu’ils prétendent combattre. [ndt : Et c’est même bien pire, puisque les fascistes étaient pour l’essentiel autoritaires pour la bonne cause ; alors que les antifa, larbins de l’oligarchie juive, le sont pour détruire leur propre peuple…]

Merkel mène à plein régime une opération de génocide contre l’Allemagne, sous la forme de la « diversité » forcée. Ses amis anti-fascistes n’ont pas réalisés qu’ils sont blancs eux aussi, et que leurs vies confortables dans un agréable quartier blanc vont bientôt se terminer s’ils continuent à promouvoir ces politiques.

Comme le dit l’adage, il faut faire attention à ce que vous désirez…


Deux petits commentaires supplémentaires sur le sujet :

 

  • Dans les années 30, beaucoup d’anciens communistes étaient devenus nationaux-socialistes ou fascistes. En France, Jacques Doriot chef du PPF avait lui-même été chez les communistes auparavant. Cependant ; la situation est difficilement comparable : à l’époque ces gens avaient été leurrés dans le communisme juif par l’injustice du système en place, et n’en étaient pas moins patriotes. Ceux dans l’extrême-gauche d’aujourd’hui croient peut-être toujours faire ce qui est « bien », mais ils sont bien plus irrécupérables avec leurs délires anti-racistes et la haine des blancs qui leur a été inculquée ; et leur persistance en dépit des crimes de l’invasion. Nombre d’entre eux auront un sort peu enviable si, comme c’est vraisemablable, l’Europe connaîte une guerre civile. Parce que s’ils aiment beaucoup les envahisseurs, la réciproque n’est pas vraie.
  • Il est symptômatique que cette racaille antifa hésite beaucoup moins à recourir à la menace et à la force que nos mouvements. C’est en large part du à leur impunité, bien entendu, et à leur volonté de détruire. On l’a vu à Genève ou récemment en France à Rennes et Nantes. Mais même si nous préférons construire plutôt que détruire, ne tombons surtout pas dans l’écueil de la non-violence de principe. La violence doit être réfléchie, mesurée et appropriée, et parfois elle est complètement contre-productive. Mais le rejet par principe de la force et de la violence est erroné. Un jour prochain, nous ne devrons plus qu’avoir peur des attaques ennemies, mais lui faire craindre les nôtres. Nous sommes dans une guerre qui ne dit pas encore son nom, mais ça n’en est pas moins une guerre.


23/02/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres