GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

Dictame Herbe à flèches - vertus thérapeutiques de l’arrow-root

Certaines des vertus thérapeutiques de l’arrow-root sont avérées depuis de nombreuses années. Ainsi, l’Encyclopédie des plantes médicinales de Larousse indique qu’on l’utilise comme émollient et nutritif et qu’il est prescrit en cas d’acidité gastrique, d’indigestion et de coliques. Les auteurs notent également l’emploi en cataplasme ou en onguent  (12).

Récemment plusieurs études ont montré l’intérêt de la dictame dans diverses pathologies et ainsi prouvé que l’utilisation traditionnelle empirique repose bien sur des bases scientifiques.

Selon ces études, la dictame présente un intérêt dans la prise en charge de certains troubles digestifs comme le syndrome du côlon irritable (SCI) mais elle aurait aussi un rôle au niveau dermatologique, et immunitaire.

Tout spécialement en pédiatrie, en gériatrie et pour les intolérants au gluten (maladie cœliaque), nous verrons que l’arrow-root est particulièrement indiqué.

 

 Prise en charge des diarrhées

La fécule d’arrow-root est reconnue de façon traditionnelle pour son rôle bénéfique dans les diarrhées aigue, on la retrouve dans des livres du 19ème siècle contre les diarrhées bactériennes, de la dysenterie à certaines épidémies de choléra (7).

C’est un remède de « grand-mère » contre les diarrhées, mais il n’existait pas d’études évaluant son efficacité chez l’homme jusqu’en 2000 où une recherche pilote a été menée au Royaume-Uni par C. Cooke  et al. , chez 11 patients, souffrant tous du syndrome du côlon irritable (SCI) avec par conséquent des diarrhées chroniques et auxquels on a administré 10mL de fécule de dictame crue trois fois par jour pendant un mois.

Les résultats dépassent ceux escomptés puisque non seulement la dictame a réduit la fréquence des diarrhées mais elle a eu de surcroît  un effet bénéfique à long terme sur la constipation ainsi qu’une atténuation des douleurs abdominales. Ce travail mérite d’être reconduit sur un nombre de patients plus important afin de confirmer les résultats préliminaires, mais les auteurs concluent tout de même que la dictame est un remède efficace dans le traitement des diarrhées (45).

Une autre étude de S. Kim et al. , présentée en 2003 au congrès annuel de l’IFT (Institute of Food Technologists) à Chicago, montre que la dictame possède aussi  une activité antimicrobienne; quatre bactéries pathogènes d’origine alimentaire (Escherichia coli O157: H7 ATCC 35150, Salmonella enteritidis USDA-FSCS 15060, Listeria monocytogenes ATCC 19115, et Staphylococcus aureus ATCC 25178) ont été mise en culture avec des concentrations croissantes d’eau de dictame; dès la plus faible concentration (0,63%) on a une inhibition efficace de tous les agents pathogènes (46). Cette expérience conforte l’efficacité de l’arrow-root dans les diarrhées bactériennes.

Enfin une dernière enquête réalisée par Rolston DD et al, dans les années 90 révèle que, la population n’ayant pas toujours accès aux Solutés de Réhydratation Orale (SRO) proposés par l’OMS, utilisait des méthodes traditionnelles lors des diarrhées avec déshydratation telles que l’eau de cuisson du riz ou le surnageant du lait de fécule de dictame ou de ragi (Eleusine coracana) recueilli après décantation puis bouilli et refroidi.

Ces solutions ont été étudiées sur un modèle de diarrhée sécrétoire chez le rat et l’eau de dictame a montré une diminution de la sécrétion nette d’eau donc un bénéfice dans la réhydratation. L’apport énergétique de l’amidon d’arrow-root permettrait aussi de limiter les désordres nutritionnels occasionnés d’où une convalescence plus courte (47).

En Guadeloupe, nous retrouvons cette même pratique décrite par les familles et les producteurs de dictame.

Donc en résumé la dictame agirait à quatre niveaux dans la prise en charge de la diarrhée:

–       Action de régulation du transit intestinal avec un effet antalgique,

–       Activité antibactérienne (utilité dans les diarrhées dues à des bactéries à gram positif et négatif),

–       Maintien de l’hydratation ou prévention de la déshydratation induite par les diarrhées.

–       Apport énergétique qui accélère la guérison.

Ces recherches mériteraient d’être complétées par des essais cliniques sur un nombre significatif de patients mais l’usage traditionnel dans les affections intestinales datant de près de 2 siècles ne suffit-il pas à valider ces propriétés de la dictame ?

En particulier aux Antilles, la dictame pourrait tout à fait s’inscrire dans la prise en charge diététique des diarrhées. Cela privilégierait ainsi un alicament de choix issu de la production locale, au lieu des produits importés (riz, pomme, coing) constituant la base des conseils hygiéno-diététiques dispensés par les médecins et les pharmaciens de nos îles.

 

Il est à noter qu’une étude indienne sur 67 patients dans un hôpital de médecine traditionnelle ayurvédique a conclu à l’efficacité de la Maranta arundinacea à soulager des symptômes correspondant au reflux gastro-œsophagien (RGO) et à une dyspepsie (à raison de 4g/jour pendant un mois) (48).

Par ailleurs, l’APLAMEDOM indique que l’arrow-root est utilisé traditionnellement contre l’acidité gastrique et comme anti-vomitif (41).

 

 Utilisation en dermatologie

La première utilisation de l’arrow-root par les Arawaks constitue un antidote de l’empoisonnement par les flèches sous forme de cataplasme du rhizome pilé, et cet emploi sera récupéré et validé par les colons. De plus la Marantacée était aussi utilisée dans les îles coloniales en décoction ou en poudre pour guérir diverses plaies et infections, les morsures de scorpions ou d’araignées venimeuses, stopper une gangrène ou traiter l’inflammation de la peau.

L’étude de S. Kim et al. , vue précédemment, montre une activité antibactérienne de la dictame sur le Staphylococcus aureus, or, c’est une des bactéries les plus fréquemment  impliquées dans les infections de la peau.

A défaut de preuve scientifique établie d’une efficacité anti-inflammatoire locale de la fécule de dictame, les propriétés émollientes et adoucissantes de l’arrow-root sont reconnues et son utilisation pour traiter les petites plaies et les piqures d’insectes, les brûlures solaires voire même les plaies ulcérées est recommandée dans de nombreux ouvrages de phytothérapie (19).

 Activité immunostimulante

La dictame recèle encore de nombreuses propriétés puisque c’est seulement l’année dernière en 2011 qu’une recherche de Kumalasari et al. , menée au Japon, a montré que les extraits de tubercules d’arrow-root ont des effets immunostimulants in vitro ainsi que in vivo.

Dans l’expérience réalisée, ces extraits préparés par traitement thermique de la dictame à 121 ° C pendant 20 min dans de l’eau distillée, ont stimulé la production d’immunoglobulines IgM par des hybridomes humain HB4C5 et  également la production d’IgG, IgA et IgM par des splénocytes de souris in vitro. En outre, l’extrait du tubercule d’arrow-root a fortement augmenté la production d’interféron γ (gamma) par les splénocytes. On rappelle que les interférons sont antiviraux, anti oncogéniques, activateurs des macrophages et des cellules tueuses (lymphocytes NK) et interviennent donc dans la réponse immunitaire à tous les antigènes étrangers : viraux, bactériens ou tumoraux. L’interféron γ est un médicament : Imukin®, utilisé dans certaines maladies graves afin de réduire sensiblement la fréquence des infections.

L’étude in vivoa indiqué que le régime alimentaire contenant des extraits de la Maranta arundinacea a augmenté les niveaux sériques des IgG, IgA et IgM chez des souris BALB / c[1] (49).

Ces résultats corroborent l’utilisation dès le 18ème siècle de l’arrow-root chez des patients convalescents. La guérison plus rapide constatée avec la prise de dictame lors de diarrhées d’origine infectieuses, pourrait donc s’expliquer non pas seulement par l’apport énergétique de la fécule mais aussi par une stimulation du système immunitaire.

Si ces résultats sont confirmés, les applications sont très larges puisque la fécule de dictame pourrait être indiquée dans les nombreuses situations où nos défenses naturelles nécessitent un coup de pouce : petits maux de l’hiver, épidémie grippale, asthénie, convalescence après une pathologie aiguë ou une intervention chirurgicale etc.

Ces utilisations sont à corréler avec celles de la racine d’Echinacée qui contient des polysaccharides immunostimulants et dont trois espèces (Echinaceae purpurea, Echinacea pallida et Echinaceae angustifolia) sont inscrites à la Pharmacopée Française.

Cette étude expliquerait et confirmerait également l’utilisation traditionnelle empirique de la dictame chez les nourrissons et les personnes âgées dont l’immunité est diminuée par rapport à celle de l’adulte sain de référence.


[1] Souris albinos de laboratoire provenant d’une souche de 1920 et utilisées pour la production d’anticorps monoclonaux.



07/08/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres