GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

l'interdiction militaire sur le sexe avec des animaux--ou bestialité.

(CNSNews.com) (mise à jour) le Sénat jeudi soir a voté à 93-7 d'approuver une loi d'autorisation de défense qui comprend une disposition qui non seulement abroge la loi militaire sur la sodomie, qu'il enlève en outre l'interdiction militaire sur le sexe avec des animaux--ou bestialité.

Le 15 novembre, la Commission des Services armés du Sénat avait approuvé à l'unanimité de S. 1867, le National Defense Authorization Act, qui comporte une disposition visant à abroger l'Article 125 de la Code de la Justice (uniforme militaire).

L'article 125 de l'UCMJ rend illégal pour engager les deux sodomie avec les humains et les relations sexuelles avec des animaux.

Il déclare: « (a) toute personne relevant du présent chapitre qui se livre à la copulation charnelle contre nature avec une autre personne du même sexe ou sexe opposé ou avec un animal est coupable de sodomie. Pénétration, même légère, est suffisante pour effectuer l'offense. (b) toute personne reconnue coupable de sodomie est passible indiqué par une cour martiale. »

Président du Conseil de famille recherche Tony Perkins dit l'effort visant à supprimer la sodomie de droit militaire découle du soutien des libéraux démocrates du Sénat et du président Obama pour le retrait politique de ne demander ne dites pas de l'armée.

« C'est tout à l'aide de l'armée à faire progresser le programme de social radical de cette administration, » Perkins dit CNSNews.com. « Non seulement fait ils renverser ne demandez ne disent pas, mais ils ont eu un autre problème, et c'est, en vertu de la loi militaire sodomie est illégale, tout comme l'adultère est illégal, donc ils ont retirer cette interdiction de la sodomie. »

Perkins dit supprimant la disposition de la bestialité aurait pu intentionnellement--ou tout simplement « dommages collatéraux »

« Eh bien, que ce soit par inadvertance ou non, ils ont aussi pris la disposition contre la bestialité, » dit-il. « Alors maintenant, sous le Code de la Justice (uniforme militaire), rien d'intenter des poursuites bestialité. »

Ancienne armée lieutenant-colonel Bob Maginnis dit que certains avocats militaires ont indiqué que la bestialité peut-être être passibles de poursuites en vertu d'une autre section du code militaire, de la justice la « catch-all » Article 134 des offenses contre le « ordre militaire et la discipline ».

Mais ne comptez pas là-dessus, dit-il.

"Si nous avons un soldat qui s'engage dans la sodomie avec un animal que ce soit un animal de gouvernement ou un animal non gouvernementaux est-ce, en effet, une infraction exigible en vertu du Code uniforme ? Je pense que c'est en question,"Maginnis a dit CNSNews.com.

"Lorsque le lecteur s'arrête de rire, le lecteur doit se poser la question si oui ou non c'est dans l'intérêt du gouvernement, dans l'intérêt supérieur de l'armée et de l'intérêt supérieur du pays ? Je ne crois pas. »

Il a ajouté: « soldats, malheureusement, comme elle ou non, se sont engagés dans ce type de comportement dans le passé. Ils seront à l'avenir, s'ils retirent ce statut ? Je ne sais pas. »

Perkins dit il n'y n'avait aucune tentative de retirer le projet de loi, qui Perkins s'attendait au Sénat d'approuver de la disposition d'abrogation UCMJ.

Maintenant qu'il a passé, cependant, la version du Sénat devra aller à une Commission de la Conférence, et Perkins prédit qu'il y aura plusieurs points de friction avec la maison.

« La maison dans leur version de l'autorisation de la défense, renforcé la Defense of Marriage Act, disant qu'il y a un militaire DOMA, interdisant le mariage homosexuel sur les bases militaires pousse à quelque chose, le ministère de la défense, » dit-il.

"Et maintenant, c'est un souci supplémentaire, que la sodomie a été supprimé, et comme nous l'avons découvert, cette bestialité--l'interdiction--a été supprimée du Code uniforme de Justice militaire. Alors oui, la maison aura des problèmes avec ce projet de loi. »
Vidéo en vedette
WH: Aucuns guerre de pouvoir ne demande au Congrès qu'il envoie des porte-avions au Yémen

Cette cible ressemble un musulman ?

OTJ: Sénateur Lee et « Notre Constitution perdue »

E-Brief
Partager sur Facebook partager sur Twitter
Services de partage plus
170

(CNSNews.com)(Updated) The Senate on Thursday evening voted 93-7 to approve a defense authorization bill that includes a provision which not only repeals the military law on sodomy, it also repeals the military ban on sex with animals--or bestiality.

On Nov. 15, the Senate Armed Services Committee had unanimously approved S. 1867, the National Defense Authorization Act, which includes a provision to repeal Article 125 of the Uniform Code of Military Justice (UCMJ).

Article 125 of the UCMJ makes it illegal to engage in both sodomy with humans and sex with animals.

It states: "(a) Any person subject to this chapter who engages in unnatural carnal copulation with another person of the same or opposite sex or with an animal is guilty of sodomy. Penetration, however slight, is sufficient to complete the offense. (b) Any person found guilty of sodomy shall be punished as a court-martial may direct.”

Family Research Council President Tony Perkins said the effort to remove sodomy from military law stems from liberal Senate Democrats' and President Obama’s support for removing the military’s Don’t Ask Don’t Tell policy.

“It’s all about using the military to advance this administration’s radical social agenda,” Perkins told CNSNews.com. “Not only did they overturn Don’t Ask Don’t Tell, but they had another problem, and that is, under military law sodomy is illegal, just as adultery is illegal, so they had to remove that prohibition against sodomy.”

Perkins said removing the bestiality provision may have been intentional--or just “collateral damage”

“Well, whether it was inadvertent or not, they have also taken out the provision against bestiality,” he said. “So now, under the Uniform Code of Military Justice (UCMJ), there’s nothing there to prosecute bestiality."

Former Army Col. Bob Maginnis said some military lawyers have indicated that bestiality may be prosecutable under another section of the military code of justice – the “catch-all” Article 134 for offenses against “good military order and discipline.”

But don't count on that, he said.

“If we have a soldier who engages in sodomy with an animal – whether a government animal or a non-government animal – is it, in fact, a chargeable offense under the Uniform Code? I think that’s in question,” Maginnis told CNSNews.com.

“When the reader stops laughing, the reader needs to ask the question whether or not this is in the best interests of the government, in the best interests of the military and the best interests of the country? I think not.”

He added: “Soldiers, unfortunately, like it or not, have engaged in this type of behavior in the past. Will they in the future, if they remove this statute? I don’t know.”

Perkins said there was no attempt to remove the UCMJ repeal provision from the bill, which Perkins had expected the Senate to approve.

Now that it has passed, however, the Senate version will have to go to a conference committee, and Perkins predicts there will be several sticking points with the House.

“The House in their version of the defense authorization, reinforced the Defense of Marriage Act, saying that there is a military DOMA as well, prohibiting same-sex marriage on military bases – something the Department of Defense is pushing for,” he said.

“And now this is an added concern, that sodomy has been removed, and as we have discovered, that bestiality--the prohibition against it--has been removed from the Uniform Code of Military Justice. So yes, the House will have problems with this bill.”



23/04/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres