GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

la sterilisation des femmes dans le monde avance a grands pas grace a la MONDIALISATION - dormez peuples de moutons

 

Big Pharma Co. Has License Suspended As Vaccine Sterilizes 500,000 Girls

 

Big Pharma company has its license revoked after being caught sterlizing 500,000 girls via vaccine

Big Pharma Co. a suspendu sa licence alors que le vaccin stérilise 500 000 filles
4 février 2018 Nouvelles de Sean Adl-Tabatabai, World 85
 
  
Une société de Big Pharma qui a fabriqué un vaccin permettant une stérilisation forcée parrainée par l'État de plus de 500 000 filles en Afrique a vu son permis révoqué.
Selon le chef de l'opposition kenyane, Raila Odinga, un demi-million de jeunes filles sont maintenant infertiles à la suite d'un vaccin contre le tétanos administré par le gouvernement en 2014 et 2015.

Les rapports de thefreethoughtproject.com: La controverse a commencé à s'aggraver en 2016 quand Agriq-Quest Ltd, une société pharmaceutique basée à Nairobi, a eu un différend avec le ministère de la Santé du Kenya au sujet de leurs vaccins contre le tétanos et la poliomyélite. À l'origine, un groupe de médecins catholiques a formulé les accusations selon lesquelles les vaccins pourraient contenir une hormone dangereuse pour les jeunes femmes et causer une stérilisation potentielle.
Comme l'a signalé l'Agence de Presse Africaine:


Étape par étape: Ce jeu va vous transformer en un toxicomane de jeu
Vikings: la guerre des clans
Annonces par Revcontent
En savoir plus>

12,950
Odinga a indiqué que les filles et les femmes âgées de 14 à 49 ans issues des populations les plus dynamiques du pays n'auront pas d'enfants, en raison d'un programme de stérilisation parrainé par l'État qui a été vendu au pays comme vaccin contre le tétanos.
L'église catholique a été ignorée quand elle a monté une campagne forte mais solitaire contre la vaccination de masse de tétanos, après qu'il a soulevé des inquiétudes au sujet de la sûreté du vaccin qui a été utilisé, il a dit.
À l'époque, l'Église catholique du Kenya affirmait que le vaccin contre le tétanos utilisé par le gouvernement du Kenya et les agences des Nations Unies était contaminé par une hormone (hCG) qui pouvait causer des fausses couches et rendre certaines femmes stériles.
"La position de l'Eglise a été informée de ce qui s'était passé au Mexique, au Nicaragua et aux Philippines, où les différents gouvernements et l'OMS / UNICEF avaient mené des campagnes similaires utilisant l'anatoxine tétanique imprégnée de bêta-gonadotrophine chorionique humaine (BhCG) qui cause l'infertilité permanente chez les filles et les femmes ", Odinga a continué.
Odinga dit qu'ils ont confirmé par l'analyse des échantillons que les vaccins utilisés étaient contaminés par l'hormone.
"Aujourd'hui, nous pouvons confirmer au pays que l'Église catholique avait raison. Des centaines de milliers de filles et de femmes âgées de 14 à 49 ans, issues des populations les plus dynamiques du pays, n'auront pas d'enfants, en raison de la stérilisation parrainée par l'État qui a été vendue au pays comme vaccin contre le tétanos ».
Après la suspension du permis d'Agriq-Quest, la compagnie a pointé du doigt le gouvernement. Ils ont prétendu que la décision du gouvernement de suspendre leur licence était due au fait qu'Agqq-Quest avait refusé de leur faire subir un test médical.
Selon Business Daily Africa, lorsqu'Agqq-Quest a effectué les tests sur les vaccins, ils ont trouvé les soupçons de l'Église catholique corrects.
Comme l'a rapporté BDA, "les résultats de la société des tests effectués sur les flacons ont montré que les échantillons de vaccins étaient contaminés comme l'avait prétendu l'église catholique et Agriq-Quest a prétendu que le gouvernement voulait que les résultats soient modifiés être administré aux femmes et aux enfants. "
Selon Odinga, tel que rapporté par l'APA, le gouvernement, pour une raison mystérieuse, était déterminé à tromper le pays, tout en stérilisant intentionnellement les filles et les femmes kenyanes.
"Les vaccins étaient un grand crime commis contre les femmes. Les femmes devraient choisir quand avoir des enfants et comment les espacer », a-t-il dit.
Il est important de souligner que la croyance selon laquelle la vaccination contre le tétanos stérilisant les citoyens a été une controverse de longue date au Kenya et a été réfutée avant ces allégations.
En outre, après que la discussion eut atteint son paroxysme, malgré les allégations de tests de contamination, l'UNICEF et l'Organisation mondiale de la santé ont déclaré plus tard que les vaccins étaient sûrs et achetés auprès d'un fabricant pré-qualifié.
Cependant, selon Odinga, ils ont accédé à l'analyse de quatre institutions hautement considérées, telles qu'Agqq Quest Ltd, les laboratoires hospitaliers de Nairobi, l'université de Nairobi et le Lancet Kenya.
"Ces résultats indiquent tous que le vaccin antitétanique au tétanos contenait des taux élevés de bêta-hormone gonadotrophine chorionique humaine (BhCG) qui cause la stérilité chez les femmes."

 
 

A Big Pharma company who manufactured a vaccine allowing for a state-sponsored forced sterilization of over 500,000 girls in Africa has had its licence revoked. 

According to Kenya’s opposition leader, Raila Odinga, half-a-million young girls are now infertile following a tetanus vaccine administered by the government in 2014 and 2015.

 

Thefreethoughtproject.com reports: The controversy began coming to a head in 2016 when Agriq-Quest Ltd, a Nairobi-based pharmaceutical company got in a dispute with Kenya’s Ministry of Health over their tetanus and polio vaccinations. A group of Catholic doctors originally made the accusations claiming that the vaccines may contain a hormone that is dangerous to young women and can cause potential sterilization.

As the Agence de Presse Africaine reported:

 
 
Step By Step: This Game Will Turn You Into A Gaming Addict
Vikings: War of Clans
Ads by Revcontent
 
Find Out More >
12,950

Odinga said girls and women aged between 14 and 49 from the fastest growing populations in the country will not have children, because of a state-sponsored sterilization exercise that was sold to the country as a tetanus vaccination.

The Catholic Church was ignored when it mounted a strong but lonely campaign against the mass tetanus vaccination, after it raised concerns about the safety of the vaccine that was being used, he said.

At the time, the Catholic Church in Kenya claimed that the tetanus vaccine used by the government of Kenya and UN agencies was contaminated with a hormone (hCG) that can cause miscarriages and render some women sterile.

“The Church’s position was informed by what had happened in Mexico, Nicaragua and Philippines, where the various governments together with WHO/UNICEF had conducted similar campaigns using tetanus toxoid impregnated with beta human chorionic gonadotropin (BhCG) that causes permanent infertility among girls and women,” Odinga continued.

Odinga says they confirmed through analysis of samples that the vaccines used were tainted with the hormone.

“Today, we can confirm to the country that the Catholic Church was right. Hundreds of thousands of our girls and women, aged between 14 and 49, from the fastest growing populations in the country will not have children, because of the state-sponsored sterilization that was sold to the country as tetanus vaccination,” he declared.

After Agriq-Quest’s license was suspended, the company pointed the finger at the government. They claimed that the government’s decision to suspend their license was due to the fact that Agriq-Quest refused to doctor the tests for them.

According to Business Daily Africa, when Agriq-Quest conducted the tests on the vaccines, they found the Catholic Church’s suspicions to be correct.

As BDA reported, “The company’s results from tests carried out on the vials showed that the samples of the vaccines were contaminated as had been claimed by the Catholic Church and Agriq-Quest claimed the government wanted the results altered to show that they were fit to be administered to women and children.”

According to Odinga, as reported by APA, the government, for some mysterious reason, was hell-bent on misleading the country, while intentionally sterilizing Kenyan girls and women.

“The vaccines were a great crime committed against women. Women should choose when to have children and how to space them,” he said.

It is important to point out that the belief that tetanus vaccinations sterilizing citizens has been a long time controversy in Kenya and has been disproven prior to these claims.

Also, after the discussion came to a head, in spite of claims of tests showing contamination, UNICEF and the World Health Organization later said that the vaccines were safe and procured from a pre-qualified manufacturer.

However, according to Odinga, they accessed the analysis from four highly-regarded institutions, such as Agriq Quest Ltd, the Nairobi Hospital Laboratories, the University of Nairobi and Lancet Kenya.

“These results all indicate that the Tetanus Toxoid Vaccine had high contents of beta human chorionic gonadotropin hormone (BhCG) that causes sterility in women.”



30/03/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 141 autres membres