GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

manifestation entre « pro » et « anti » migrants

 

Près de Caen, une manifestation entre « pro » et « anti » migrants « inquiète » Ouistreham

Samedi 3 février 2018 à Ouistreham près de Caen, manifestation et contre-manifestation seront face à face à propos de la présence et de la situation des migrants.

|Modifié le 2 Fév 18 à 12:11

 

Samedi 3 février à Ouistreham des associations qui soutiennent les migrants et des militants d’extrême droite organisent face à face des manfestations (© Archives Philippe Rifflet)

Les tensions liées à la crise migratoire qui touche la commune de Ouistreham (Calvados) depuis plusieurs mois pourraient monter d’un cran.

Samedi 3 février, le Parti de la France (extrême droite) organise à 14 h esplanade Lofi (place principale devant la plage) un « rassemblement d’opposition à l’immigration clandestine ».
En face (à 13h30, à l’angle de l’avenue de la mer et de la place Alfred Thomas.), des associations antiracistes qui soutiennent les migrants (qui ont organisé deux manifestations les 16 décembre et 20 janvier) appellent, elles, à un « contre-rassemblement pacifique antiraciste».

La Préfecture du Calvados prévoit de son côté, de metre en place « le dispositif habituel pour ce genre de manifestation. »

LIRE AUSSI : Migrants à Ouistreham. En direct de la manifestation qui rassemble un millier de personnes sur le port, ce samedi

« Ouistreham est dans une situation délicate », a rappelé l’ancien maire André Ledran en conseil municipal lundi 29 janvier 2018.

Ceux qui appellent à manifester samedi ont une réputation de violents. En face il y aura une contre-manifestation. Je suis inquiet si cela dégénère.

« Nous sommes sur le qui-vive »

« Je partage votre inquiétude », embraye le maire de Ouistreham Romain Bail.

Samedi ce sera une autre forme de radicalité. Nous sommes sur le qui-vive. On a dégagé du mobilier urbain et nous avons prévenu les chefs d’entreprise à proximité de la manifestation. On ne sait pas combien il y aura de personnes. Et si la manifestation ne va pas se déplacer. S’il le faut je ferai évacuer.

Le maire refuse d’ouvrir un abri

L’opposition a réitèré sa demande de table ronde (élus, commerçants, habitants, associations) pour débattre de la crise migratoire. « Il faudrait un local pour dispenser les soins ou pour les distributions de nourriture », demande Denis Josquin. « Il ne faut pas que la situation de haine se développe », abonde Raphaël Chauvois.

LIRE AUSSI : L’hiver s’installe… les migrants dorment toujours dehors à Ouistreham, près de Caen

Romain Bail réitère lui son refus d’ouvrir un lieu d’hébergement pour les migrants. Raphaël Chauvois « partage une partie de ses (vos) propos. Ouistreham n’a pas vocation à accueillir des jeunes qui veulent prendre le ferry ».

Sophie Börner qui milite pour l’ouverture d’un hébergement s’adresse alors au maire : « vous noyez le poisson. Vous ne mettez rien sur la table. Est-ce que les services municipaux ramassent les affaires des migrants ? »
Romain Bail confirme : « c’est de mon devoir de salubrité publique de ramasser les détritus, les sacs de couchage ou matériels de camping. »

 



03/02/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 142 autres membres