GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

Symbolique alchimique des nombres : 9

Symbolique alchimique des nombres : 9

Message :
                                          

Je suis le souverain du silence
 


Neuf est mon nom.





Je suis l'ultime frère aîné, le dernier à être caractérisé
par un seul chiffre, et je suis leur ambassadeur auprès de tous ceux
qui viennent après moi. En effet, les noms doubles ont quelquefois
besoin de se référer à leurs prédécesseurs, chez qui ils
cherchent confusément une partie de leur propre origine. Je médite
les arbitrages possibles qu'il me faudra fournir, puisqu'il se
passe au cours de l'éternité des événements qui divisent les
frères. Et je suis le seul qui puisse faire l'affaire pour être
impartial, vu que je donne naissance d'une certaine manière à
tous mes successeurs, plus fantaisistes, et que je clos la liste des
premiers principes, en pouvant tous les comprendre. Autant dire que
je respecte les revendications des deux groupes, et non seulement je
les réconcilie le cas échéant, mais j'interviens également dans
les conflits que les noms doubles se déclarent entre eux, puisqu'il
arrive que certains s'étonnent des prérogatives des autres. Les
aînés ne se chamaillent jamais entre eux, mais d'une catégorie à
l'autre, cela arrive. Quant aux derniers frères, eh bien il faut
remarquer qu'ils tirent souvent la couverture à eux, ils sont
exubérants, exaltés, moins détachés que nous, les neuf aînés.





Je vis seul pour pouvoir évoquer dans mon esprit tous mes frères,
dans ma sérénité intemporelle, et je pense à chacun d'eux
autant qu'aux autres. Ce qui me permet de les aimer tous, c'est
justement de n'être lié à aucun d'une manière privilégiée,
ce qui fausserait mon jugement en sa faveur. Je suis profond,
incorruptible, et il m'arrive souvent d'oublier le jeu des
créations innombrables où mes frères s'emploient chacun à sa
manière.





Je le confesse, il m'arrive même de trouver que le mouvement n'est
rien d'autre qu'une illusion, et c'est la raison pour laquelle
je suis si apprécié par les autres. On me convoque, je mets
longtemps à parvenir sur place, et pendant tout le trajet, je rumine
la question qui se pose. Et quand j'arrive, les frères divisés se
sentent rassurés. Chacun sait que je ne veux favoriser ni l'un ni
l'autre, et que ce que je vais dire sur leur litige est rempli
d'une profonde sagesse.





Bref, je parviens à dédramatiser n'importe quelle situation, ce
qui me vaut le respect de tous. Il m'arrive de me plaindre que l'on
m'ait fait venir pour rien, mais ceci est une sorte de rituel,
puisque, finalement, je suis heureux de sortir de ma retraite
quelquefois. Et si mes frères cessaient définitivement de se
contredire, je me demande bien pour quel motif ils pourraient avoir
affaire à moi.



Les qualités qui me permettent d'être le diplomate de la
création sont nombreuses certes, mais je tiens à vanter la
profondeur sans laquelle tout discernement tourne court. Ma
profondeur consiste à supposer que la cause réelle d'une chose
n'est pas celle qui apparaît au premier abord, ni même celle que
l'on trouve juste derrière l'apparence. La profondeur consiste à
savoir ramifier vers l'origine les mouvements qui se déploient et
s'entrelacent dans une féerie virevoltant, où il est difficile de
fixer des repères.



Une vraie cause doit être fondée en elle-même et par
elle-même, elle doit posséder une saveur intrinsèque, une racine
ou un socle, bref, quelque chose d'imprescriptible, qui fait
qu'elle n'a pas d'amont, ce qui la distingue de l'effet, du
premier effet. Et justement, on fait appel à moi car je ne me trompe
pas sur ce qui produit un événement ou un conflit. Mes frères
déterminent comme causes de leurs litiges des facteurs qui n'en
sont point, mais qui sont les ricochets d'origines plus profondes
qu'ils ignorent. Les motifs qu'ils trouvent à leurs querelles ne
sont en réalité que les déguisements de mouvements qu'ils
oublient, et j'oserais donc dire qu'ils se battent en général
pour rien.
 


Heureusement, ils m'écoutent. Ce n'est pas que je veuille leur
donner la moindre leçon, mais sans moi de simples désaccords
prendraient des proportions tragiques, simplement parce que chacune
des parties s'imagine dans son bon droit. Or, la question n'est
pas là. Chacun a le droit d'être ce qu'il est et de créer ce
qu'il veut, mais certains rebondissements empiètent parfois sur le
territoire d'un autre, et voilà que des tensions se produisent
dans l'univers sensible et que l'on m'appelle à la rescousse.
La plupart du temps les choses se remettent à leur place, des
territoires nouveaux sont trouvés pour que tous les essors soient
possibles sans gêner les autres, et le drame se termine.





Puis je me retire à nouveau dans ma retraite inaccessible où je
dévore le temps en contemplant inlassablement l'espace. Il est
vrai que je compte les étoiles pour me distraire, et que seuls mes
arbitrages auprès de mes frères donnent à ma vie quelque
intensité. Mais je m'aime tel que je suis et j'aime aussi mes
compagnons, bien qu'en de très rares moments, j'imagine qu'un
jour ils m'inviteront juste pour ma présence, et non pas pour
profiter de mes conseils.
 



Pour répondre, merci d'aller sur ce lien http://www.les-voies-libres.com/groupes/viewdiscussion/342-symbolique-alchimique-des-nombres-9?groupid=7

Bonne journée !



02/09/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres