GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

Comment égyptienne Dieu Bes a donné le Christian Devil sa ressemble

How Egyptian god Bes gave the Christian Devil his looks

Earlier this year I visited the temple of the goddess Hathor at Dendera on the west bank of the Nile in Egypt. Dating from perhaps the first century BC, the temple is decorated with a relief depicting Cleopatra, paramour of Julius Caesar and Mark Antony, and Egypt’s final pharaoh. Few images of Cleopatra survive – a haggish profile stamped on a bronze coin suggests that she looked nothing like Elizabeth Taylor in Joseph L Mankiewicz’s epic film of 1963 – so the relief at Dendera is tantalising and important.

Yet my eye was drawn to another figure altogether who was considerably more ugly than pointy-chinned Cleopatra. This frightening character appears in several places around the site, but he is especially prominent in a relief carved onto a fragmentary limestone pillar that once supported a smaller building known as the ‘birth house’ near the temple.

With the squat, stocky body of a bandy-legged dwarf, he faces outwards, arms akimbo. His grotesque head has a leering, lewd expression, as his thick tongue lolls towards his chin, while the strands of his beard end in flickering spirals. A tail dangles suggestively between his legs. This, I learned, was the ancient Egyptian deity Bes – who was beloved for centuries not only in Egypt but also across the Mediterranean, and ultimately helped to shape the appearance of the Christian Devil.

Although he never had a state-sanctioned cult, Bes was tremendously popular in ancient Egypt. He was worshipped in ordinary homes, where he was associated with many of the good things in life: sex, drinking, music, and merriment. He also had an important protective function, and was often invoked during childbirth (hence his appearance in the divine birth house at Dendera). In other words, although to modern eyes he may appear frightening, he was actually decent. Friend to beer-swilling carousers and expectant mothers alike, he warded off noxious spirits like a gargoyle on a medieval church.

Wine, women and song

According to the Iranian archaeologist Kamyar Abdi, “The Bes-image was used in ancient Egypt to decorate a large number of personal belongings and furniture. [He] was carved on beds or headrests, mirrors and spoon handles, amulets, and cosmetic containers.” As a result, museums around the world contain thousands of artefacts (including ‘magical’ wands and knives) adorned with the hypnotically repulsive face of Bes, who often wears a distinctive plumed headdress, and shakes a rattle. The Egyptian Museum in Berlin, for instance, contains a colourful vase decorated with his mask-like features and mane-like hair.

The origins of Bes remain obscure. Perhaps he is a composite of up to 10 separate deities. From an art historical point of view, he is certainly a curiosity: unlike most Egyptian gods, who usually appear in profile, Bes is brazen and frontal, as well as comical. Some scholars suggest that he emerged in sub-Saharan Africa. It is possible that he began life as a lion or cat rearing on its hind paws.

Ultimately Bes was celebrated because he was never official or exclusive. Mischievous and irreverent (it was said that he could make babies laugh by pulling funny faces), he was resolutely down-to-earth – a god for commoners rather than royalty. Performers tattooed their bodies with images of Bes because of his associations with music and dancing, while prostitutes may have placed tattoos of Bes near their genitalia, in order to stave off sexually transmitted diseases.

By the end of the second millennium BC, Bes had proliferated across the Mediterranean world. Even local, non-Egyptian craftsmen produced objects decorated with his image. Early in the first millennium, the Phoenicians became big fans of Bes, as the Romans would too. Bes occasionally appears dressed as a Roman legionnaire. His rampant popularity even survived the advent of Christianity.

Gods and monsters

Though his influence waned around the time of Constantine, Bes still stamped himself upon Western culture. Ancient Egypt was an important source for Christian artists – imagery of the goddess Isis with her son Horus offered a prototype for representations of the Virgin and Child. In a similar fashion, Bes was an important antecedent for the Devil. Occasionally he appeared with a forked tail, a serpent, or with serpents issuing from his body – all of which would become attributes of Satan. In the mosaic of hell dating from about 1280 and attributed to Coppo di Marcovaldo in the Florence Baptistery, snakes emerge from the ears of the Devil in the largest image of Satan in Europe.

Above all, though, Bes’s grotesque expression was a model for the grisly visage of the Devil. For instance, in the glorious Byzantine mosaic of the Last Judgement in the Cathedral of Santa Maria Assunta on the island of Torcello in the Venetian Lagoon, a swivel-eyed blue ogre with a wild white beard presides over a fiery infernal lake in the bottom right corner. Just as other elements of the composition, such as the weighing of the souls, derive from ancient Egyptian art, so parts of this monster’s gruesome DNA (including his fierce face and frontal aspect) belong to an iconographical tradition stretching back to representations of Bes. Unlike Bes, the ogre is not a dwarf – but a tiny figure, whose identity remains uncertain, sits upon his lap (a visual memory, if you like, of Bes’s short stature). In addition, the ogre’s striking blue skin may recall the vivid ultramarine colour of commonplace Bes amulets, which were often made from glazed earthenware.

“We know that little amulets of Bes were exported all over the eastern Mediterranean,” says Anja Ulbrich, a curator at the Ashmolean Museum in Oxford. “So people definitely knew the image of Bes, and it may have influenced depictions of Greek demons and satyrs.”

These in turn influenced depictions of the Devil: there are obvious similarities between Satan and his sylvan forebear, the raucous Greek goat-god Pan, with his beard, hairy haunches and cloven feet. Like Bes, Pan was associated with prodigious sex. “The Church did to Pan what Stalin did to Trotsky,” the art critic Robert Hughes writes in Heaven and Hell in Western Art. “The attributes of Pan were given, in art, to the Christian Satan.” “The Christian faith had to compete with a lot of well-loved religions and cults,” Ulbrich explains. “So it demonised them.”

To the ancient Egyptians, Bes was a friendly, protective god. Yet the Christians cast him as alien and disturbing in order to demonstrate the triumph of the new faith over older customs. So next time you find yourself considering an artistic representation of the Devil – such as Giotto’s bearded, pot-bellied monster munching on sinners in the Arena Chapel in Padua – spare a thought for his art-historical forefather, Bes. If nothing else, Bes teaches us that appearances can be deceptive.

Alastair Sooke is an art critic for The Daily Telegraph

http://www.bbc.com/culture/story/20130619-how-the-devil-got-his-looks

Photo de Kathleen Stecklair McGinty.
Photo de Kathleen Stecklair McGinty.
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo de Kathleen Stecklair McGinty.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Comment égyptienne Dieu Bes a donné le Christian Devil sa ressemble
Plus tôt cette année, j'ai visité le temple de la déesse Hathor à Dendérah sur la rive ouest du Nil en Egypte. Datant peut-être du premier siècle av. J.-C., le temple est orné d'un bas-relief représentant Cléopâtre, maîtresse de Julius Caesar et Marc-Antoine et de l'Egypte Pharaon final. Quelques images de Cléopâtre survivent un profil haggish estampillé sur une monnaie de bronze donne à penser qu'elle ressemblait à rien comme Elizabeth Taylor dans le film épique de Joseph L Mankiewicz de 1963 donc le soulagement à Dendera est alléchante et important.
Encore mon attention a été attirée sur un autre chiffre au total qui était considérablement plus laid que Cleopatra à menton pointu. Ce personnage effrayant apparaît dans plusieurs endroits autour du site, mais il est particulièrement important dans un bas-relief sculpté sur un pilier de pierre calcaire fragmentaires qui une fois prise en charge d'un plus petit bâtiment connu comme la « maison de naissance » près du temple.
Avec le corps trapu, trapu d'une naine bandy-legged, il fait face vers l'extérieur, bras sur les hanches. Sa tête grotesque a une expression regards concupiscents, obscène, comme sa langue épaisse étire vers son menton, tandis que les volets de sa fin de barbe dans le scintillement en spirale. Une queue se balance de façon suggestive entre ses jambes. Cela, j'ai appris, était l'ancienne divinité égyptienne Bes qui était aimé pendant des siècles, non seulement en Egypte, mais aussi à travers la Méditerranée et finalement contribué à façonner l'apparence de la Christian Devil.
Bien qu'il n'a jamais eu un culte sanctionnée par l'État, Bes était extrêmement populaire dans l'Egypte ancienne. Il a été adoré dans les maisons ordinaires, il a été associé avec beaucoup de bonnes choses dans la vie : sexe, alcool, musique et gaieté. Il avait une fonction de protection importante et était souvent invoqué lors de l'accouchement (d'où son apparition dans la naissance divine maison à Dendera). En d'autres termes, bien qu'à des yeux modernes, il peut sembler effrayant, il était réellement décent. Un ami à la bière-lavage carousers et aux futures mamans, il conjurée des esprits nuisibles comme une gargouille sur une église médiévale.
Vin, femmes et chanson
Selon l'archéologue iranien Kamyar Abdi, "la Bes-image a été utilisé dans l'Égypte antique pour décorer un grand nombre de meubles et effets personnels. [Il] a été sculpté sur les lits ou les appuie-têtes, rétroviseurs et poignées de cuillère, amulettes et contenants de cosmétiques. » En conséquence, musées du monde entier contiennent des milliers d'objets (dont des couteaux et des baguettes « magiques ») ornés de la face hypnose répulsive de Bes, qui souvent porte une coiffe de plumes distinctive et secoue un hochet. Le Musée égyptien de Berlin, par exemple, contient un vase coloré décoré avec ses caractéristiques figé et cheveux crinière semblable.
Les origines du Bes demeurent obscurs. Peut-être qu'il est un composite des divinités distinctes jusqu'à 10. D'un point de vue historique de l'art, il est certainement une curiosité : Contrairement à la plupart de dieux égyptiens, qui apparaisse généralement dans le profil, le Bes est effrontée et frontale, ainsi que comique. Certains chercheurs suggèrent qu'il s'est imposé en Afrique subsaharienne. Il est possible qu'il a commencé la vie comme un lion ou un chat d'élevage sur ses pattes postérieures.
En fin de compte Bes a été célébré parce qu'il n'était jamais officiel ou exclusifs. Espiègle et irrévérencieux (il a été dit qu'il pouvait formuler des bébés rire en tirant des grimaces), il était résolument pragmatique un Dieu pour les roturiers et non redevance. Artistes interprètes ou exécutants tatoué leur corps avec des images de Bes en raison de ses associations avec musique et danse, tandis que les prostituées peuvent avoir placé tatouages de Bes près de leurs organes génitaux, afin d'éviter les maladies sexuellement transmissibles.
La fin du deuxième millénaire BC, Bes a proliféré à travers le monde méditerranéen. Artisans même locales, non-égyptienne produit des objets décorés avec son image. Tôt dans le premier millénaire, les Phéniciens sont devenus de grands fans de Bes, comme les Romains seraient trop. BES apparaît occasionnellement habillé comme un légionnaire romain. Sa popularité galopante a même survécu à l'avènement du christianisme.
Dieux et monstres
Bien que son influence déclina vers l'époque de Constantin, Bes estampillé toujours lui-même sur la culture occidentale. L'Égypte ancienne était une source importante d'artistes chrétiens-imagerie de la déesse Isis avec son fils Horus offert un prototype pour les représentations de la Vierge et l'enfant. De manière similaire, Bes était un antécédent important pour le diable. Parfois, il est apparu avec une queue fourchue, un serpent, ou serpents émanant de son corps ce qui allait devenir les attributs de Satan. Dans la mosaïque de l'enfer, datant d'environ 1280 et attribuée à Coppo di Marcovaldo dans le baptistère de Florence, les serpents sortent les oreilles du diable dans la plus grande image de Satan en Europe.
Avant tout, cependant, expression grotesque de Bes était un modèle pour le visage macabre du diable. Par exemple, dans la glorieuse mosaïque Byzantine du jugement dernier dans la cathédrale de Santa Maria Assunta, sur l'île de Torcello, dans la lagune de Venise, un ogre bleu aux yeux pivotant avec une barbe blanche sauvage préside un fougueux lac infernal dans la partie inférieure droite
coin. Tout comme les autres éléments de la composition, telles que la pesée des âmes, dérivent de l'art égyptien antique, si certaines parties de horrible ADN ce monstre (y compris son visage féroce et l'aspect frontal) appartiennent à une tradition iconographique remontant à des représentations de Bes. Contrairement aux Bes, l'ogre n'est pas un nain mais une petite figure, dont l'identité reste incertaine, est assis sur ses genoux (une mémoire visuelle, si vous aimez, de petite taille de Bes). En outre, la peau bleue frappante de l'ogre se rappellera la couleur bleu outremer vive d'amulettes de Bes banals, qui étaient souvent faites de faïence.
« Nous savons que les petites amulettes de Bes ont été exportées partout dans la Méditerranée orientale, » dit Anja Ulbrich, conservateur au Musée Ashmolean à Oxford. « Si les gens savaient certainement l'image de Bes, et il peut avoir influencé les représentations des démons grecques et des satyres ».
Ceux-ci à leur tour influencé les représentations du diable : il y a des similitudes évidentes entre Satan et son aïeul sylvan, rauque chèvre-Dieu grec Pan, avec sa barbe, les cuisses poilues et les pieds fendus. Comme Bes, Pan a été associé par sexe prodigieuse. « L'Eglise fait pour effectuer un panoramique ce que Staline a fait à Trotsky, » la critique d'art Robert Hughes a écrit dans le ciel et l'enfer dans l'Art occidental. « Les attributs du Pan ont reçu, dans l'art, le Christian Satan. » « La foi chrétienne devait rivaliser avec beaucoup de cultes et religions bien aimées, » explique Ulbrich. « Alors il diabolisé eux. »
Pour les anciens Égyptiens, Bes était un Dieu d'amical et protecteur. Encore les chrétiens comme alien et inquiétante monter afin de montrer le triomphe de la nouvelle foi plus anciennes coutumes. Donc la prochaine fois que vous vous retrouvez tenant compte d'une représentation artistique du diable comme de Giotto barbu, pot à ventre monstre grignotant sur les pécheurs dans la chapelle de l'Arena à Padoue une pensée pour son ancêtre historique, Bes. Si rien d'autre, Bes nous enseigne que les apparences peuvent être trompeuses.
Alastair Sooke est un critique d'art pour le Daily Telegraph


31/07/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 155 autres membres